Alexandre Lacassagne
Alexandre Lacassagne
Alexandre Lacassagne
Alexandre Lacassagne

Naissance 17 août 1843
Cahors, Drapeau de France France
Décès 24 septembre 1924 (à 81 ans)
Lyon, Drapeau de France France
Nationalité Française
Profession médecin,
anthropologue,
criminologue
Distinctions Officier de la Légion d'honneur 1902
Famille Antoine Lacassagne

Alexandre Lacassagne, né à Cahors le 17 août 1843 et mort à Lyon le 24 septembre 1924, est un médecin français (médecin légiste et médecin expert auprès des tribunaux), professeur à la faculté de médecine de Lyon et l'un des fondateurs de l'anthropologie criminelle, dans la lignée de l'école italienne de criminologie (en) de Cesare Lombroso - dont il tentera plus tard de se distinguer.

En hommage à son apport aux techniques d'investigation, le Conseil Municipal de Lyon attribue son nom en 1925 au Chemin des Pins dans le 3e arrondissement tandis que la 28e promotion de commissaires de police issue de l'école nationale supérieure de la police, entrée en fonction en 1978, porte son nom.

Sommaire

Biographie

Il naît dans le Quercy d'un père directeur de l’Hôtel Impérial à Cahors et d'une mère qu'il vénère et qui lui donne 2 frères.

Il étudie la médecine en intégrant en 1864 la huitième promotion de l'école impériale du service de santé militaire de Strasbourg où figure le futur prix Nobel Alphonse Laveran. Dès lors, sa carrière se partage entre la fonction de médecin militaire et de professeur à l'université. Il a notamment comme élève et assistant Edmond Locard.

Il devient répétiteur à l'hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce en 1872 et y obtient la chaire d’hygiène et de médecine légale en 1874 puis occupe celle de la Faculté de Lyon en 1878 jusqu'à sa retraite en 1913. Il fonde en 1914 le musée d'Histoire de la médecine et de la pharmacie. Il est le cofondateur avec Gabriel Tarde de la première revue française de criminologie en 1895 (Les Archives d’Anthropologie Criminelle, de Criminologie, Psychologie Normale et Pathologique[1]).

Il épouse la fille du professeur Joseph Rollet en 1882, avec qui il aura 3 enfants.

Spécialiste de la toxicologie, de la putréfaction morbide, de l'étude des tatouages, des masques mortuaires, de l'argot, il fut un obsessionnel du pourquoi et du comment. « Qu'est-ce qu'un criminel ? », autrement dit peut-on le caractériser scientifiquement, l'identifier, pour mieux prévenir et réprimer ?

Le savant n'est pas en effet confiné dans son laboratoire, il investit l'espace de la ville, fréquente la morgue, la prison, la faculté ou le palais de justice, intervient dans la vie même de la cité : il prend la parole en tant qu'expert, témoin, enseignant, conférencier ou organisateur d'expositions.

Médecin judiciaire, il apporte les prémices de la police scientifique dans différentes affaires : la malle sanglante de Millery, l'identification de Mathieu Jaboulay, l'autopsie du président Sadi Carnot

En 1924, il est renversé par une automobile sur la voie publique et meurt quelques mois plus tard des suites de cet accident. Son autopsie, qu'il avait souhaitée, révèle un hématome intracrânien post-traumatique.

Citations

  • « Les sociétés ont les criminels qu'elles méritent »[2].

Principales publications

  • Effets physiologiques du chloroforme (1867) : thèse de doctorat
  • De la Putridité morbide et de la septicémie, histoire des théories anciennes et modernes (1872) : thèse d'agrégation
  • Précis d'hygiène privée et sociale (1876) Texte en ligne
  • Précis de médecine judiciaire (1878) Texte en ligne
  • Les Tatouages, étude anthropologique et médico-légale (1881)
  • Rapport de la taille et de la grande envergure : étude anthropologique sur 800 hommes criminels[3] (1882)
  • Les Archives de l'anthropologie criminelle (1886-1914) Collection complète en ligne
  • Les Actes de l'état civil : étude médico-légale de la naissance, du mariage, de la mort (1887)
  • Les Habitués des prisons de Paris : étude d'anthropologie et de psychologie criminelles (1891) Texte en ligne
  • Les Établissements insalubres de l'arrondissement de Lyon. Comptes rendus des travaux du Conseil d'hygiène publique et de salubrité du département du Rhône (1891)
  • Le Vade-mecum du médecin-expert : guide médical ou aide-mémoire de l'expert, du juge d'instruction, des officiers de police judiciaire, de l'avocat (1892) Texte en ligne
  • L'Assassinat du président Carnot (1894) Texte en ligne
  • De la Responsabilité médicale (1898) Texte en ligne
  • Vacher l'éventreur et les crimes sadiques (1899) Texte en ligne
  • Précis de médecine légale (1906)
  • Peine de mort et criminalité, l'accroissement de la criminalité et l'application de la peine capitale (1908)
  • La Mort de Jean-Jacques Rousseau (1913)
  • La Verte Vieillesse (1920)

Bibliographie

  • Philippe Artières, Gérard Corneloup, Philippe Rassaert, Le Médecin et le criminel: Alexandre Lacassagne, 1843-1924, catal. Expo. Bibliothèque municipale de Lyon, 27 janvier-15 mai 2004, Lyon, Bibliothèque municipale, 2004, 240 p.
  • Philippe Artières, "A. Lacassagne : de l’archive mineure aux Archives d’anthropologie criminelle", Criminocorpus, Dossier thématique n° 1 : Autour des Archives de l'anthropologie criminelle, 2005 texte en ligne
  • Patrick Cardon, Discours littéraire et scientifique fin-de-siècle.La discussion sur les homosexualités dans la revue du Dr Lacassagne, Les Archives d'anthropologie criminelle (1886-1914), Orizons, 2008
  • Patrick Cardon, Discours littéraire et scientifiques fin de siècle : Les Archives d'Anthropologie Criminelle du Dr Lacassagne de Lyon, 1886-1914, thèse, Université de Provence, 1984
  • Patrick Cardon, « Un pionnier de l'homoliberté. Avec Marc-André Raffalovitch, l'homosexualité cessait d'être une inversion monstrueuse de l'hétérosexualité » Gai Pied Hebdo, n° 389, 12 octobre 1989
  • Patrick Cardon, « A homosexual militant at the beginning of the century: Marc Andre Raffalovich », Journal of Homosexuality, XXV 1993 (1-2), p. 183-191.
  • Marc Renneville, Alexandre Lacasagne : un médecin-anthropologue face à la criminalité (1843-1924), Gradhiva. Revue d'histoire et d'archives de l'anthropologie, 1995, n° 17, p. 127-140.
  • Marc Renneville, "La criminologie perdue d'Alexandre lacassagne. 1843-1924)" Criminocorpus, Dossier thématique n° 1 : Autour des Archives de l'anthropologie criminelle, 2005, texte en ligne
  • Muriel Salle, "Corps rebelles. Les tatouages des soldats des Bataillons d'Afrique dans la collection Lacassagne (1874-1924)", in Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, n° 26 : "Clôtures", p. 145-154

Sources

Notes

  1. Archives en ligne
  2. Alexandre Lacassagne, Archives d’anthropologie criminelle de médecine légale et de psychologie normale et pathologique, Lyon, 1913, p.364. Disponible en ligne sur Criminocorpus. Consulté le 27 février 2009
  3. Il s'agit des soldats ayant fait l’objet d’une condamnation et appartenant au « Bataillon des Joyeux » à Sétif en Algérie lorsqu'il officie comme médecin-major des armées.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Lacassagne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alexandre Lacassagne — (* 17. August 1843; † 24. September 1924 in Cahors, Südwestfrankreich) war ein französischer Arzt und Kriminologe. Er war der Gründer der Lacassagne Kriminologie Schule in Lyon, die von 1885 bis 1914 sehr einflussreich und der Hauptrivale von …   Deutsch Wikipedia

  • Alexandre Lacassagne — (August 17, 1843 September 24, 1924) was a French physician and criminologist who was a native of Cahors. He was the founder of the Lacassagne school of criminology, based in Lyon and influent from 1885 to 1914, and main rival to Lombroso s… …   Wikipedia

  • Lacassagne — steht für: Lacassagne (Hautes Pyrénées), französische Gemeinde im Département Hautes Pyrénées Lacassagne ist der Nachname folgender Personen: Alexandre Lacassagne (1843 1924), französischer Arzt und Kriminologe Antoine Lacassagne (1884 1971),… …   Deutsch Wikipedia

  • Lacassagne — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Lacassagne, commune française des Hautes Pyrénées Alexandre Lacassagne (1843 1924), médecin légiste français Antoine Lacassagne (1884 1971), médecin et… …   Wikipédia en Français

  • Antoine Lacassagne — Antoine Lacassagne, né à Villerest le 29 août 1884 et mort à Paris le 16 décembre 1971, est un médecin et biologiste français. Biographie Il est issu d’une famille de médecins. Son père, Alexandre Lacassagne, était médecin… …   Wikipédia en Français

  • Avenue Lacassagne — Situation Coordonnées 45° 44′ 55″ N 4° 52′ 44″ …   Wikipédia en Français

  • Vacher — Zeichnung: Joseph Vacher wird geweckt und zu seiner Hinrichtung abgeholt. (Titelseite Le Petit Journal, 15. Januar 1899) Joseph Vacher (* 16. November 1869 in Beaufort bei Beaurepaire; † 31. Dezember 1898 in Bourg en Bresse), alias der …   Deutsch Wikipedia

  • Projet:Médecine/Index — Articles 0 9 1,2 dibromo 3 chloropropane · 112 (numéro d urgence européen) · 1935 en santé et médecine · 1941 en santé et médecine · 1er régiment médical · 2 iodothyronine déiodinase · 2,4,6 trichlorophénol · 2005 en santé et médecine · 2006 en… …   Wikipédia en Français

  • Liste des articles de médecine — Projet:Médecine/Index Articles 0 9 112 (numéro d urgence européen) · 2 iodothyronine déiodinase · 2,4,6 trichlorophénol · 3000 Scénarios contre un virus · A A. J. Cronin · Aaron Esterson · Aaron Temkin Beck · Abacavir · Abascantus · Abasie ·… …   Wikipédia en Français

  • Joseph Vacher — Zeichnung: Joseph Vacher wird geweckt und zu seiner Hinrichtung abgeholt. (Titelseite Le Petit Journal, 15. Januar 1899) Joseph Vacher (* 16. November 1869 in Beaufort bei Beaurepaire; † 31. Dezember 1898 in Bourg en Bresse), alias der… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”