Abeille
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abeille (homonymie).
Nom vernaculaire ou
nom normalisé ambigu :
Le terme « Abeille » s'applique en français à
plusieurs taxons distincts.
Abeille
Abeille en train de collecter du pollen.
Abeille en train de collecter du pollen.
Taxons concernés
  • Dans la super-famille des Apoidea : voir texte
Sous-pages sur les abeilles

Abeille est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains insectes hyménoptères de la superfamille des Apoidea. Au moins 20 000 espèces d'abeilles sont répertoriées sur la planète[1] dont environ 2 500 en Europe et 1 000 en France[2]. En Europe, l'espèce la plus connue est Apis mellifera qui, comme la plupart des abeilles à miel, appartient au genre Apis. Cependant, la majorité des abeilles ne produisent pas de miel.
Les abeilles sont nettement distinctes des guêpes, par leur morphologie et leur comportement. Les bourdons en revanche sont un genre particulier d'abeilles[3].
Les abeilles peuvent être classées selon leur mode de vie : les abeilles domestiques, sauvages, solitaires ou bien sociales

Sommaire

Étymologie et histoire du mot

Abeille est un mot dont l'origine remonte au XIVe siècle[4].

D'abord attesté sous la forme abueille, abele, aboille ou encore abeulle, ce mot provient du latin apicula (abeille), via l'ancien provençal abelha[4],[5].

Le terme abeille est utilisé d'abord en France septentrionale (Flandre, îles Anglo-Normandes…) ainsi que dans l'estuaire de la Gironde, tandis que dans l'Est l'abeille est considérée comme étant une « petite mouche » (mouchette, mohhate, môtchotte) et que, plus au sud, on la nomme avette ou aveille[4].

L'usage du mot abeille prend progressivement le pas sur les termes employés dans les autres régions. Un glissement de langage progressif se serait opéré de mouchette vers abeille tout court, en passant par mouche à miel puis mouche-abeille[4].

Dans sa première édition de 1694, le Dictionnaire de l'Académie française définit l'abeille comme étant une « mouche à miel », sauvage ou domestique[6]. La définition du mot abeille dans les dictionnaires évolue peu avec le temps. Il faut attendre le XIXe siècle avec la 6e édition (1832-1835) de ce dictionnaire pour voir apparaître des précisions sur cette sorte de mouche : « Insecte ailé […] qui produit la cire et le miel » et le XXe siècle avec la 8e édition de 1932-1935 pour qu'elle soit classée parmi les hyménoptères tout en précisant également qu'elle « vit en essaim »[7]. Cette définition est très proche de celle donnée par le Trésor de la Langue Française (1971-1994)[4], ce qui réduit progressivement l'usage du mot aux seules abeilles à la fois sociales et productrices de miel, qu'elles soient sauvages ou domestiques[8].

Pourtant, parmi les insectes appelés « abeille » en français, il existe en réalité des espèces solitaires et d'autres qui ne produisent que peu ou pas du tout de miel. Cette différence va être intégrée à la 9e édition du Dictionnaire de l'Académie française qui, tout en réduisant la définition de l'abeille à la « famille des Apidés », explique qu'elle vit en société et produit du miel, puis élargit cette définition en ajoutant « le plus souvent[5] ».

Noms vernaculaires d'hyménoptères appelés « abeilles » et taxons correspondants

Abeille noire domestique (Apis mellifera mellifera)
Abeille indienne (Apis cerana)
Abeille géante (Apis dorsata)
Abeille découpeuse de la luzerne (Megachile rotundata)
Abeille maçonne (ici Osmia cornuta)

Liste alphabétique des noms vernaculaires attestés[9] en français.

Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide. En gras, les espèces les plus connues des francophones.

Différencier les abeilles

Toutes les abeilles sont des insectes hyménoptères, végétariens et butineurs. Butiner signifie voler de fleur en fleur à la recherche de nourriture. L'abeille récolte ainsi dans la nature nectar, propolis, miellat et pollen. En butinant l'abeille assure également la pollinisation, c'est-à-dire le transport du pollen permettant la reproduction des plantes.

Leur taille distingue les abeilles des bourdons, aux mœurs comparables mais plus ronds et généralement plus gros. Les guêpes ont quant à elles la taille fine, pas de poils et sont volontiers carnivores[26]. Le nom d'abeille est ainsi généralement accordé aux espèces dont l'aspect se rapproche de celui des mouches. Leurs quatre ailes reliées deux à deux différencient pourtant facilement les abeilles des mouches, notamment des syrphes, ces diptères également pollinisateurs qui arborent par mimétisme le costume rayé de la guêpe et parfois celui, plus poilu, de l'abeille.

Selon les habitudes de vie des espèces, on distingue plusieurs catégories d'abeilles : l'expression « abeille domestique » est l'un des noms usuels de l'abeille européenne (Apis mellifera)[18] mais elle peut aussi être employée pour toute autre abeille domestiquée par l'Homme. Par opposition, on nomme « abeille sauvage » une abeille non domestiquée. L'expression « abeille sociale » désigne une espèce d'abeille vivant en colonie, sinon il s'agit d'une « abeille solitaire » constituant plutôt des agrégations (ou bourgades) de terriers individuels[27]. D'autres espèces sont des « abeilles parasites » qui pratiquent le cleptoparasitisme.

Certaines abeilles transforment une partie de leur récolte en produits dérivés : miel, cire ou gelée royale. Ces produits sont stockés dans des nids plus ou moins élaborés : de simples galeries pour les espèces solitaires, des assemblages complexes de rayons de cire pour les espèces sociales. Les espèces qui en produisent en quantité significative sont appelées des « abeilles à miel ».

Grands types d'abeilles

Les ancêtres des abeilles

On ignore encore quel est l’ancêtre commun à tous les Apoidea[1].

Les premières abeilles sont probablement apparues en même temps que les premières fleurs, c'est-à-dire il y a plus de 100 millions d’années[1].

On a retrouvé les plus anciens fossiles d'abeilles en inclusion dans de l'ambre. Ces abeilles appartiennent à un genre à présent éteint : le genre Electrapis. Elles vivaient au Crétacé supérieur, il y a environ 70 millions d’années, dans l’actuelle région de la Baltique et n'étaient pas très différentes pourtant de l'abeille à miel contemporaine[1].

Les abeilles sociales

Articles détaillés : Apis (genre) et Meliponini.
Une reine entourée d'ouvrières
Abeilles sociales (ici Apis mellifera)

Les abeilles sociales forment des colonies, groupes d'abeilles vivant en société. La colonie est composée de trois castes :

  • La reine, l'unique femelle fertile et fécondée du groupe, mère de toute la colonie. Son espérance de vie est de plusieurs années.
  • Une majorité d'ouvrières, femelles stériles qui assurent l'entretien et le ravitaillement du nid, ainsi que les soins au couvain (sorte de maternité où se développent les futures abeilles). Elles assurent successivement toutes ces tâches au cours d'une vie durant de quelques semaines à quelques mois.
  • Des mâles (ou faux-bourdons) dont le seul rôle connu est la fécondation des futures reines. Ils meurent après l'accouplement.

Une colonie peut perdurer pendant plusieurs années si elle survit à la saison froide.

Un essaim d'abeilles est un rassemblement en nombre important d'abeilles de la même famille (ne pas confondre avec un naissain). Quand une vieille reine quitte le nid avec une fraction de sa population (qui peut être importante) pour former une nouvelle colonie, laissant la place à une jeune reine, on parle d'essaimage. Les abeilles évitent ainsi d'engendrer un super-organisme étouffant.

L'essaimage des abeilles est un véritable processus anarchiste d'intelligence collective puisqu'il s'agit de parvenir à un consensus pour définir la future localisation de la colonie. Les éclaireuses relatent une position qui leur semble propice à l'installation de la colonie par une danse dont la vivacité reflète la qualité du lieu désigné, et suffisamment explicite pour en indiquer la position. Toutes les exploratrices ont le même pouvoir d'information et présentent de manière transparente et souvent simultanément leurs découvertes. Selon l'intensité de la communication, l'abeille découvreuse d'un site va recruter un nombre plus ou moins grand de nouvelles éclaireuses qui iront chacune le visiter et entreprendre une évaluation indépendante. Elles pourront à leur tour donner leur opinion, et cette mutualisation perpétuelle des connaissances aboutit au consensus pour une destination[28].

Les abeilles à miel

L'expression « Abeille à miel » est un nom vernaculaire désignant en français des insectes sociaux parmi les abeilles qui produisent du miel en quantité significative mais, par métonymie, c'est aussi l'un des noms usuels de l'abeille européenne (Apis mellifera).

Les abeilles à miel appartiennent majoritairement au genre Apis, de la sous-famille des Apinés, mais c'est Apis mellifera et dans un moindre mesure son homologue asiatique Apis cerana, l'espèce qui se prête le mieux à l'apiculture[29]. D'autres espèces produisent du miel mais pas en quantité suffisante pour porter cette appellation.

Les abeilles domestiques sont principalement de l'espèce Apis mellifera. Originaire d'Europe et d'Afrique, c'est en effet l'espèce la plus utilisée pour produire du miel. Elle a donné de nombreuses sous-espèces ainsi que de nombreux hybrides de ces sous-espèces, dont certains, comme l'abeille buckfast, sont obtenus par croisements au sein des élevages. Apis cerana est également exploitée dans certaines régions de l'Asie.
Les autres espèces du genre Apis (Apis florea, Apis dorsataetc.) se trouvent uniquement à l'état sauvage.
Des abeilles de la tribu des Meliponini produisent également de petites quantités de miel. Le rendement des colonies d'abeilles en miel dépend aussi des végétaux qui sont à la disposition des butineuses, car les plantes à fleurs sont plus ou moins mellifères.

Reconnaître les abeilles à miel:
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les abeilles solitaires

Une abeille creusant un terrier
Abeille solitaire (ici Dasypoda hirtipes)

Les abeilles solitaires sont des abeilles sauvages qui ne fondent pas de colonie pérenne (pluriannuelle). Certaines espèces, comme l’halicte (en) (Halictus (en)) ont cependant une vie communautaire, sans être eusociales[30]. Si les femelles ont parfois une même entrée de nid, elles construisent et s'occupent seule de leurs propres cellules et n'ont aucun contact avec leur descendance[31].

Certaines espèces sont des « rubicoles » (au sens strict « qui habitent les ronces ») et nidifient dans des tiges de plantes à moelle. D'autres espèces sont des « xylicoles » qui utilisent des galeries creusées dans le bois, soit par elle-mêmes, soit par des insectes xylophages. D'autre espèces enfin creusent leur nid dans des parois de terre sèche ou dans le sol[30]. Chaque cellule, contenant une larve, du pollen et du nectar, est scellée par un bouchon[31].

Les abeilles parasites
Article connexe : Abeille coucou.

Ce sont des insectes solitaires qui pratiquent le Cleptoparasitisme en parasitant les couvains d’autres espèces.

Systématique

Histoire de la classification

Planche en noir et blanc avec abeilles et détails anatomiques
Le plus vieux dessin réalisé au microscope connu décrit une abeille.

Avant Linné, on ne connaissait comme abeille que la « mouche à miel ». Le père de la taxinomie moderne ajoute à cette abeille domestiquée d'autres espèces d'hyménoptères qui, comme elle, vivent de nectar et de pollen. En 1758 il les classe toutes dans un genre nommé Apis (abeille en latin)[32].

Les connaissances sur ces insectes progressant, un seul genre Apis se révèle bientôt insuffisant pour contenir toutes les nouvelles abeilles répertoriées. Avec les travaux de Kirby et Latreille, suivis par Schenk et Thomson, les classifications gagnent en précision : Apis ne conserve qu'un petit nombre d'espèces proches de l'abeille domestique et de nombreux autres genres sont créés. On distingue alors deux grands groupes d'abeilles : les abeilles à langue courte et les abeilles à langue longue. Ces dernières sont divisées à leur tour en abeilles solitaires ou abeilles sociales (les abeilles « vraies »). Plus d'une centaine de genres se répartissent à l'intérieur de ces grands groupes[33]. Les abeilles à langue longue sont considérées comme les plus évoluées. Les guêpes apoïdes (Sphecidae sensu lato) sont reconnues comme apparentées aux abeilles à langue courte[34].

À la fin du XIXe siècle sont reconnus comme portant le nom d'abeille « tous les hyménoptères dont la larve se nourrit de miel et de pollen, quels que soient d'ailleurs le genre de vie et les mœurs de l'adulte »[32].

Classification actuelle

Dans la classification classique, les abeilles font toutes partie de la superfamille des Apoidea[19] créée en 1802 par Pierre-André Latreille et qui regroupe les abeilles et les guêpes apoïdes. Toutefois, la classification des abeilles est en constante évolution[35].

La classification classique est historiquement centrée sur l'abeille mellifère. Ceci aurait amené les entomologistes à considérer que les abeilles à langue longue formaient un groupe plus évolué que celui des abeilles à langue courte. Les premières classifications phylogénétiques ont maintenu cette hypothèse, en plaçant la famille des Colletidae (à langue courte) à la base de l'arbre phylogénétique des Apoidea. Cependant, des travaux récents d'analyse moléculaire démontrent que la langue courte des Colletidae n'est pas un caractère hérité des Sphecidae, mais découle d'une évolution parallèle. Ces conclusions bouleversent la classification classique et désignent la famille des Melittidae comme la plus ancienne des familles d'abeilles[34].

Liste par genre et espèce, avec les noms vernaculaires attestés en français

Liste par genre et espèce, avec les noms vernaculaires attestés[9] en français.

Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide. En gras, les espèces les plus connues des francophones.

Interactions écologiques

Toutes les abeilles jouent un rôle important pour la pollinisation des plantes, et en particulier celle de nombreuses plantes cultivées. Certaines espèces sont plus performantes que d'autres de ce point de vue. Les plantes dont la pollinisation est favorisée par l'abeille sont dites mellitophiles.

On constate dans l'Hémisphère nord une baisse de la population des insectes pollinisateurs et en particulier des abeilles[2]. Un des symptômes de ce phénomène est le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles, qui connaît une recrudescence au début du XXIe siècle. De multiples causes semblent être à l'origine de cette baisse de la population : parasites, champignons, prédateurs, agriculture intensive, réchauffement climatique… Les produits phytosanitaires agricoles, les cultures d'OGM et la pollution électromagnétique sont également cités mais leur implication est controversée[36]. En tant qu'animal bioindicateur, cette situation inquiète non seulement les apiculteurs, mais aussi de nombreux écologues, économistes et experts en raison de l'importance économique et écologique de l'abeille. En février 2010, l'Union Européenne met en place le programme STEP afin de préciser les causes et les impacts de ce déclin et d'en assurer le suivi.

Les abeilles et l'homme

Très tôt les humains ont pris conscience de leur intérêt à protéger, voire héberger ou même élever et, plus simplement, à observer des abeilles.

La santé

Apithérapie

Article détaillé : Apithérapie.

Les substances produites par certaines abeilles - cire d'abeille, propolis, gelée royale, miels de différentes plantes et même leur venin - ont la réputation ancestrale d'être excellentes pour la santé.

Ce sont évidemment les abeilles à miel domestiquées qui en sont les meilleures pourvoyeuses.

Piqûre d'abeille

Une abeille en train de piquer.

À la différence des guêpes et des frelons, l'abeille n'est pas un prédateur et ne chasse pas pour se nourrir[37]. Une abeille en train de butiner est généralement inoffensive[38].

Cependant, les abeilles défendent leur nid et leurs routes aériennes des intrus. Les espèces prisées pour l'apiculture sont les plus tolérantes à cet égard. D'autres, comme l'abeille tueuse, hybride apparu au Brésil dans les années 1950, sont plus agressives à l'approche de leur nid[39] alors que chez certaines espèces comme les mélipones, l'aiguillon, sous-développé, ne permet pas la piqûre : l'abeille se défend alors par une morsure urticante[40].

Lorsqu'elle se trouve menacée, l'abeille utilise son dard pour injecter du venin à son agresseur. Cet aiguillon dentelé, dont seules les femelles sont pourvues, reste fiché dans la peau de la victime et est arraché de l'abdomen de l'abeille lorsque celle-ci s'éloigne. Il entraîne à sa suite une partie des organes internes de l'abeille, dont son sac à venin. Cette déchirure est presque toujours fatale à l'abeille piqueuse[41].

Une piqûre injecte en moyenne 140 µg de venin, selon l'espèce d'abeille et le délai avant lequel l'aiguillon est retiré[42]. Même après le départ de l'abeille, les contractions réflexe des muscles arrachés continuent d'injecter le venin contenu dans le sac, une trentaine de secondes étant nécessaires pour vider celui-ci. Il faut donc éviter de le compresser en le retirant dans les secondes suivant la piqûre[42].

Sauf en cas d'intolérance, une unique piqûre est inoffensive pour l'Homme. Toutefois, l'emplacement des piqûres, leur nombre ou une sensibilité allergique peuvent occasionner des décès en cas de choc anaphylactique[43].
En l'absence de données significatives, la dose létale médiane n'est pas établie avec certitude et oscille, selon les auteurs, entre 1,3 mg⋅kg-1[39] et 3,5 mg⋅kg-1[42] de venin. Le nombre de piqûres nécessaires pour atteindre ces doses, pour un adulte pesant entre 60 kg et 70 kg, varie selon les espèces et les estimations entre 600[41] et 1 750[42]. Seules les abeilles tueuses, au comportement extrêmement agressif, sont susceptibles de causer un si grand nombre de piqûres. En revanche, leur venin ne diffère pas sensiblement de celui des autres espèces d'Apis mellifera[39].

Le jus d'oignon fraîchement coupé est assez efficace pour soulager la douleur des piqûres d'abeille[44]. Plonger la partie blessée dans du vinaigre pendant 30 minutes permet aussi une très nette diminution de la douleur et du gonflement.

Apiculture

Article détaillé : apiculture.

L'apiculture est la discipline liée à l'élevage des abeilles domestiques, l'éleveur étant un apiculteur. Les abeilles d'élevage vivent dans une ruche, une structure artificielle destinée à abriter une colonie d'abeilles sociales butineuses.

Les abeilles dans la culture populaire

Dans la culture populaire, l'abeille fait majoritairement référence aux abeilles sociales à miel et en occident à l'abeille domestique Apis mellifera.
En 2011, une initiative écocitoyenne, soutenue par l'Europe (Life+) vise à informer les habitants sur les abeilles sauvages, participer et contribuer à la mise en place d'un plan de gestion en faveur des abeilles[45].

Mots et expressions faisant référence aux abeilles

Les abeilles dans la littérature et les médias

Livres
Fictions inspirées de l'abeille
Article connexe : Liste d’insectes de fiction.
  • Maya l'abeille, une série télévisée d'animation destinée aux enfants qui suit les aventures de la jeune abeille Maya qui, à peine sortie de son alvéole, n'a qu'une envie : découvrir le monde en compagnie de ses amis.
  • Le Miel et les Abeilles, une série télévisée qui met en scène une jolie lycéenne qui attire vers elle les garçons aussi efficacement que le miel attire les abeilles.
  • Bee Movie : Drôle d'abeille, un film d'animation qui raconte la vie d'une abeille fraîchement diplômée, connue sous le nom de Barry B. Benson, qui perd ses illusions à la perspective de n'avoir qu'un seul plan de carrière : fabriquer du miel...

Les abeilles dans l'art

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Ouvrage utilisé comme source pour la rédaction de cet article

  • Jean Pérez (ill. Clément), Les abeilles, Paris, Librairie Hachette et Cie, coll. « Bibliothèque des merveilles », 1889, 348 p. [lire en ligne (page consultée le 1er septembre 2010)] Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Hans Bellmann (trad. Marie-Jo Dubourg-Savage, ill. Albert Kerbs, Leo Neuhold, Wolfgang Lang, Hans Bellman), Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d'Europe : L'identification, le comportement, l'habitat [« Bienen, Wespen, Ameisen : die Hautflüger Mitteleuropas »], Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste », 05 juin 2009 (1re éd. 1995), 336 p. (ISBN 978-2-603-01651-0) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j V. Battaglia, Catherine Simon, « Abeille » sur Terra Nova, janvier 2005. Consulté le 8 septembre 2010
  2. a et b Cécile Klingler, « Même les abeilles sauvages déclinent », dans La Recherche, Sophia Publications, no 436, décembre 2009 (ISSN 0029-5671) [texte intégral (page consultée le 24 février 2011)] 
  3. Hans Bellmann (trad. Marie-Jo Dubourg-Savage, ill. Albert Kerbs, Leo Neuhold, Wolfgang Lang, Hans Bellman), Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d'Europe : L'identification, le comportement, l'habitat [« Bienen, Wespen, Ameisen : die Hautflüger Mitteleuropas »], Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste », 05 juin 2009 (1re éd. 1995), 336 p. (ISBN 978-2-603-01651-0) 
  4. a, b, c, d et e Définitions lexicographiques et étymologiques de « abeille » (sens A) du CNRTL.
  5. a, b, c et d Entrée « Abeille » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du CNRTL
  6. Entrée « abeille » dans Le dictionnaire de l'académie françoise, 1re Édition sur Analyse et traitement informatique de la langue française, 1694. « ABEILLE. s. f. Mouche à miel. Abeilles sauvages. Abeilles privées. abeilles dorées. essaim d'abeilles. les abeilles volent sur les fleurs. l'aiguillon des abeilles. »
  7. Entrée « Abeille » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du CNRTL
  8. Entrée « abeille » sur Dictionnaires d'autrefois, Analyse et traitement informatique de la langue française
  9. a et b Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af et ag Christian Meyer, « Abeille » sur Dictionnaire des sciences animales, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, 2009. Consulté le 9 septembre 2010
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  12. a et b Marie-Lyne Pelletier, « L’abeille, la brute et les truands… Quand l’équilibre de la ruche est menacé », dans Antennae, Société d'entomologie du Québec, vol. 13, no 2, 2006, p. 19-21 [texte intégral [PDF] (page consultée le 19 septembre 2010)] 
  13. a, b et c E. Mimeau et P. Chesneau, « Agressions par la faune en Guyane française : analyse rétrospective sur 4 ans », dans Médecine tropicale, Institut des médecines tropicales du service de santé des armées, vol. 66, no 1, février 2006, p. 69-73 (ISSN 0025-682X) [texte intégral [PDF] (page consultée le 9 septembre 2010)] 
  14. a et b Abeille-caillou sur Base de données lexicographiques panfrancophone (Nouvelle-Calédonie), Agence universitaire de la Francophonie et Trésor de la langue française au Québec. Mis en ligne le 18 mars 2004
  15. a et b Stéphanie Boucher, Les insectes de nos jardins, Saint-Constant, Broquet Inc., 2006, 208 p. (ISBN 978-2-89000-742-0) [lire en ligne (page consultée le 19 septembre 2010)] [présentation en ligne], « Hymenoptera », p. 187 
  16. a, b, c, d, e et f (en) Mégachiles sur La toile des insectes du Québec, Insectarium de Montréal (Ville de Montréal), novembre 2007. Consulté le 19 septembre 2010
  17. a et b Stéphanie Boucher, Les insectes de nos jardins, Saint-Constant, Broquet Inc., 2006, 208 p. (ISBN 978-2-89000-742-0) [lire en ligne (page consultée le 19 septembre 2010)] [présentation en ligne], « Hymenoptera », p. 185–187 
  18. a, b, c, d et e (en) Helmut Wollmersdorfer, « Apis mellifera » sur Dictionary of Common (Vernacular) Names. Consulté le 9 septembre 2010
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Jean-Marie Hoyoux, Le vocabulaire de l'apiculteur, illustré d'extraits littéraires, Presses agronomiques de Gembloux, 2002, 279 p. (ISBN 978-2-87016-065-7) [lire en ligne (page consultée le 9 septembre 2010)] [présentation en ligne] 
  20. a, b, c, d, e, f et g Quelques espèces d’abeilles au Canada sur Jardinage pour la faune, Fédération canadienne de la faune, 2008. Consulté le 18 septembre 2010
  21. a, b, c et d Gilles Fert (préf. Henri Clément), L'élevage des reines, Paris, Éditions Rustica, coll. « Les cahiers de l'élevage », janvier 2008, 128 p. (ISBN 978-2-84038-817-3) [présentation en ligne] 
  22. a et b Christian Meyer, « Andrènes » sur Dictionnaire des sciences animales, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, 2009. Consulté le 20 septembre 2010
  23. a et b (en) Helmut Wollmersdorfer, « Nomia melanderi » sur Dictionary of Common (Vernacular) Names. Consulté le 9 septembre 2010
  24. a et b Christian Meyer, « Mégachiles » sur Dictionnaire des sciences animales, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, 2009. Consulté le 20 septembre 2010
  25. a et b Philippe V., « Abeille africaine. L'abeille tueuse » sur Terra Nova, février 2004. Consulté le 9 septembre 2010
  26. Gouvernement du Québec, « Abeille, bourdon et guêpe » sur le site du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, mars 2006. Consulté le 9 septembre 2010
  27. Henri Clément (dir.), Yves Le Conte, Jean-Marie Barbançon, Bernard Vaissière, Paul Bonnaffé, Catherine Reeb, Gilles Fert, Etienne Bruneau, Roch Domerego et Gilles Ratia (ill. Paul Starosta, Isabelle Arslanian, Frédérique Bertrand, Patrick Morin), Le traité Rustica de l'apiculture, Paris, Éditions Rustica, février 2004 (réimpr. 2009), 195 mm x 240 mm, 528 p. (ISBN 978-2-84038-421-2) [présentation en ligne], p. 14 
  28. Thomas D. Seeley : Honeybee Democracy (2010, Princeton University Press) et Nexus n°75 : "La démocratie est dans la ruche"
  29. Henri Clément (dir.), Yves Le Conte, Jean-Marie Barbançon, Bernard Vaissière, Paul Bonnaffé, Catherine Reeb, Gilles Fert, Etienne Bruneau, Roch Domerego et Gilles Ratia (ill. Paul Starosta, Isabelle Arslanian, Frédérique Bertrand, Patrick Morin), Le traité Rustica de l'apiculture, Paris, Éditions Rustica, février 2004 (réimpr. 2009), 195 mm x 240 mm, 528 p. (ISBN 978-2-84038-421-2) [présentation en ligne], p. 12, 40 
  30. a et b Claire Villemant, « Les nids d'abeilles solitaires et sociales », dans Insectes, Office pour les insectes et leur environnement, vol. 2, no 137, 2005, p. 13–18 (ISSN 0994-3544) [résumé, texte intégral [PDF] (pages consultées le 8 septembre 2010)] 
  31. a et b Jean Pérez (ill. Clément), Les abeilles, Paris, Librairie Hachette et Cie, coll. « Bibliothèque des merveilles », 1889, 348 p. [lire en ligne (page consultée le 1er septembre 2010)], « Apides solitaires » 
  32. a et b Jean Pérez (ill. Clément), Les abeilles, Paris, Librairie Hachette et Cie, coll. « Bibliothèque des merveilles », 1889, 348 p. [lire en ligne (page consultée le 1er septembre 2010)], p. 1 
  33. Jean Pérez (ill. Clément), Les abeilles, Paris, Librairie Hachette et Cie, coll. « Bibliothèque des merveilles », 1889, 348 p. [lire en ligne (page consultée le 1er septembre 2010)], p. 29 
  34. a et b Denis Michez, « La nouvelle classification des abeilles (Hymenoptera, Apoidea, Apiformes) ou la chute de l’abeille mellifère (Apis mellifera L.) de son piédestal », dans Osmia, no 1, 2007, p. 23–26 [texte intégral [PDF] (page consultée le 11 octobre 2010)] 
  35. (en) Gabriel A. R. Melo et Rodrigo B. Gonçalves, « Higher-level bee classifications (Hymenoptera, Apoidea, Apidae sensu lato) », dans Revista Brasileira de Zoologia, Sociedade Brasileira de Zoologia, vol. 22, no 1, mars 2005, p. 153–159 (ISSN 0101-8175) [texte intégral [html], lien DOI (pages consultées le 9 septembre 2010)] 
  36. La disparition des abeilles : enquête, Centre de Ressources et d’Information sur les Multimédias pour l’Enseignement Supérieur (Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche), mai 2008. Mis en ligne le 16 mai 2008, consulté le 12 septembre 2010
  37. (en) Charles Duncan Michener, The bees of the world, Baltimore, Maryland, Drapeau des États-Unis États-Unis, The Johns Hopkins University Press, 2000, 1re éd., 913 p. (ISBN 978-0-8018-6133-8) (LCCN 99030198) [lire en ligne], « What are bees ? », p. 2 
  38. Pierre Jean-Prost (préf. Clément Bouchardeau), L'apiculture : Connaître l'abeille – conduire le rucher, Paris, Éditions J.-B. Baillière, 1979, 5e éd., 498 p. (ISBN 978-2-7008-0093-7), « Ouvrières », p. 83-84 
  39. a, b et c (en) Anne Mitchell, « Africanized Killer Bees: A Case Study », dans Critical Care Nurse, American Association of Critical-Care Nurses, no 26, 2006, p. 23–31 (ISSN 0279-5442) [texte intégral [PDF] (page consultée le 12 octobre 2010)] 
  40. (en) David W. Roubik, Ecology and Natural History of Tropical Bees, Cambridge, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Tropical Biology Series », 1992, 1re éd., 528 p. (ISBN 978-0-521-26236-1) (LCCN 87023837) [lire en ligne] [présentation en ligne], chap. 3.2.3 (« Colony defense, pheromones, and predation »), p. 216–217 
  41. a et b (en) R. Krell, Value-added products from beekeeping, Rome, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, 1996 (ISBN 978-92-5-103819-2) (LCCN 97145353) [lire en ligne (page consultée le 9 septembre 2010)] [présentation en ligne], chap. 7 (« Venom ») 
  42. a, b, c et d (en) Michael J. Schumacher, Michael S. Tveten et Ned B. Egen, « Rate and quantity of delivery of venom from honeybee stings », dans Journal of Allergy and Clinical Immunology, American Academy of Allergy, Asthma, and Immunology, vol. 93, no 5, mai 1994, p. 831–835 (ISSN 0091-6749) [texte intégral [PDF] (page consultée le 12 octobre 2010)] 
  43. (en) Richard S. Vetter, P. Kirk Visscher et Scott Camazine, « Mass Envenomations by Honey Bees and Wasps », dans Western journal of medicine, BMJ Publishing Group Ltd, vol. 170, no 4, avril 1999, p. 223–227 (ISSN 0093-0415) [texte intégral [PDF], lien PMID, lien PMCID (pages consultées le 12 octobre 2010)] 
  44. Docteur Valnet, L'aromathérapie (rubrique "Oignon" et "Piqûre d'insecte). Le jus d'oignon a une action antalgique.
  45. Portail d'Urbanbees


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abeille de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abeille — [ abɛj ] n. f. • XIIIe; provenç. abelha, lat. apicula 1 ♦ Insecte social hyménoptère (apidés), dit mouche à miel, vivant en colonie (⇒ essaim) et produisant la cire et le miel. Les trois castes des abeilles : abeille femelle travailleuse (⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • Abeille — is a surname. People with this surname include:* Scipion Abeille (died 1697), French physician * Gaspard Abeille (1648 1718), French poet * Johann Christian Ludwig Abeille (1761 1838), German pianist and composer;See also *… …   Wikipedia

  • Abeille — ist ein Wort aus dem Französischen mit der Bedeutung Biene und der Familienname mehrerer Personen: Gaspard Abeille (1648–1718), französischer Lyriker und tragischer Poet Joseph Abeille (1673–1756), französischer Architekt Ludwig Abeille… …   Deutsch Wikipedia

  • abeillé — abeillé, ée (entrée créée par le supplément) (a bè llé, llée, ll mouillées) adj. Garni d abeilles, en termes d armoiries. Le manteau impérial était abeillé …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Abeille — Abeille, Joh. Chr. Ludw., geb. 1761 zu Baireuth, trat 1782 in die württemberg Hofcapelle, ward 1802 Concertmeister, später Hoforganist, st pensionirt 1832. Virtuos auf dem Pianoforte u. der Orgel, setzte Mehreres, so die Opern Amor u. Psyche,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • abeille — Abeille, f. penac. Est une espece de beste volatile du genre des Insectes, fort legere, d aigre picquon, car de la picqueure de son aiguillon la chair s en enleve tout autour, le propre de laquelle est faire le miel et la cire, pour laquelle… …   Thresor de la langue françoyse

  • abeille — ABEILLE. s. f. Mouche à miel. Abeilles sauvages. abeilles privées. abeilles dorées. essaim d abeilles. les abeilles volent sur les fleurs. l aiguillon des abeilles …   Dictionnaire de l'Académie française

  • abeille — (a bè ll ; ll mouillées) s. f. Insecte qui produit le miel et la cire, et qui appartient au genre des insectes hyménoptères. Un essaim d abeilles se compose d une femelle, de mâles et de neutres ou ouvrières ; les femelles et les neutres sont… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ABEILLE — s. f. Insecte ailé, sorte de mouche qui produit la cire et le miel. Abeilles sauvages. Abeilles domestiques. Mère abeille, ou Abeille mère. Abeille ouvrière. L aiguillon d une abeille. Essaim d abeilles. Ruche d abeilles …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABEILLE — n. f. Insecte hyménoptère qui vit en essaim et qui produit la cire et le miel. Abeilles sauvages, domestiques. Mère abeille ou Abeille mère. Abeille ouvrière. Essaim d’abeilles. Ruche d’abeilles …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”