Abderrahman el-Youssoufi
Abderrahman el-Youssoufi
Mandats
Premier ministre
14 mars 19986 novembre 2002
Monarque Hassan II
Mohammed VI
Prédécesseur Abdellatif Filali
Successeur Driss Jettou
Biographie
Date de naissance 8 mars 1924
Lieu de naissance Tanger, Maroc
Nationalité Marocaine
Parti politique Union socialiste des forces populaires
Diplômé de Institut international des droits de l'homme
Profession Avocat
Résidence Rabat

Biographie

Abderrahman el-Youssoufi (arabe : عبد الرحمن اليوسفي) (né le 8 mars 1924 à Tanger, Maroc) est un homme politique marocain.

Il fut le premier ministre du 26ème gouvernement du Maroc, appelé gouvernement d’alternance, du 14 mars 1998 au 6 novembre 2002.

Parcours politique

Abderrahman el-Youssoufi est un militant historique du nationalisme marocain. Il adhère à l'âge de dix-neuf ans au parti de l'Istiqlal. Il est lié à Ben Barka, de quatre ans son aîné, dont il restera toujours un proche.

A partir de son adhésion au parti il se préoccupe particulièrement à la classe ouvrière à Casablanca (1944-1949), Il séjourne de 1949 à 1952 en France, où il obtient un DES (diplôme d'enseignement supérieur) de droit et de sciences politiques. Lors de ce séjours, Il se consacre à l'organisation de la classe ouvrière marocaine en France.

Il rentre à Tanger, où il devient avocat de sa juridiction (1952-1960)et bâtonnier de l'ordre des avocats de cette même juridiction (1959). A sa rentré il poursuit son activité politique à l'aile gauche du parti d'Istiqlal. Après la destitution de Mohammed V, il participe à l'organisation et à la direction du mouvement de résistance et de l'armée de libération (1953-1956).

Il participe avec Mehdi Ben Barka, Mohamed Basri, Mahjoub Ben Seddiq, Abderrahim Bouabid et Abdallah Ibrahim à la constitution du parti de gauche (issu d'une scission de l'Istiqlal) l'Union National des Forces Populaires (UNFP)le 6 septembre 1959, dont il préside le congrès constitutif. Aux côtés de Ben Barka, il devient un des principaux opposants au régime.

Arrêté en 1959 avec Mohamed Basri, respectivement rédacteur en chef et directeur de At-tahrir, lors du saisi d'un numéro de ce journal dans lequel, le parti demande la responsabilité du gouvernement devant le peuple et non devant le roi. il est inculpé d'offense au roi, d'incitation au crime contre la sûreté intérieure de l'état et d'action tendant à troubler l'ordre public. Abderrahmane el-Youssoufi est relâché après quelques jours de son arrestation.

Il est condamné avec l’ensemble des membres de la commission administrative de l’UNFP en 1963 à deux ans de prison avec sursis par contumace pour comploter contre le régime. Après l'assassinat de Ben Barka en 1965, il part à Paris pour participer à l'organisation du procès, et il entame aussitôt quinze ans d'exil en France. Durant cette période, il est poursuivi par contumace lors du grand procès de Marrakech, qui s’est déroulé entre 1969 et 1975, pour complot. Le procureur requiert contre lui la peine de mort.

Pendant ces quinze années d'exil, il s'intègre à un certain nombre d’ONG des droits humains ; notamment l'Union des Avocats Arabes dont il est le secrétaire général adjoint de 1969 à 1990, l'Organisation Arabe des Droits de l'Homme, SOS Torture, Institut arabe des Droits de l'Homme.

Après le congrès exceptionnel du parti de l'UNFP en 1975, ce dernier change de nom pour éliminer tout amalgame, et devient union socialiste des forces populaires (USFP). Il est désigné par les instances du parti comme délégué permanent à l'extérieur. Il devient membre du bureau politique lors du troisième congrès du parti en 1978. Gracié, il rentre au Maroc en aout 1980. Douze ans après, en 1992, alors numéro deux du parti, il devient premier secrétaire après la mort de Aberrahim Bouabid.

Après deux ans d'exil volontaire à Cannes en 1993-1995, pour dénoncer le truquage électoral des législatives de 1993, il revient au Maroc sous la pression de ses camarades et dans la perspective de nouvelles réformes démocratiques, il reprend son poste de premier secrétaire, deux échéances sont au rendez-vous: organiser la compagne pour la réforme constitutionnelle et les élections anticipées.

Après les législatives de 1997 l'USFP, étant en tête, Abderrahmane el-Youssoufi est nommé premier ministre du gouvernement d'alternance le 4 février 1998 par Hassan II, une responsabilité assumée jusqu’au lendemain des élections législatives du 27 septembre 2002, des législatives, qui en théorie devraient reconduire l'USFP à la tête du gouvernement, mais qui mènent un technocrate, en l'occurrence Driss Jettou, nommé par Mohammed VI, à la primature. Cette nomination est jugée par l'USFP comme un non-respect de la "méthodologie démocratique".

Abderrahmane el-Youssoufi quitte la scène politique en 2003.

Notes et références

  • Le mouvement marocain des droits de l'homme entre consensus national et engagement citoyen, Marguerite Rollind, ed. Karthala, 2002.
  • Histoire du Maroc depuis l'indépendance, Pierre Vermeren, ed. La découverte.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abderrahman el-Youssoufi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abderrahman El Youssoufi — premier ministre du Maroc …   Wikipédia en Français

  • Abderrahman El Yousoufi — Abderrahman el Youssoufi Abderrahman el Youssoufi premier ministre du Maroc …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement el-Youssoufi I — Régime Monarchie premier ministre Abderrahman el Youssoufi Début 14 mars 1998 Fin 6 septembre 2000 Durée 0000000000000002.000000 …   Wikipédia en Français

  • El Fassi — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. El Fassi (en arabe الفاسي) est un patronyme marocain. Plusieurs personnages marocains portent ce nom de famille, il signifie que la famille à un moment… …   Wikipédia en Français

  • Abdelouahed El Fassi — Pour les articles homonymes, voir El Fassi. Abdelouahed El Fassi a été ministre de la santé dans le Gouvernement Abderrahman el Youssoufi[1]. Il est cardiologue de profession. Il est membre du comité exécutif du Parti de l Istiqlal. Famille Il… …   Wikipédia en Français

  • Ahmed El Midaoui — est né le 18 juin 1948 à Oulad Amrane (province de Taounate). Il est président de la cour des comptes du Maroc[1]. Parcours Il a cumulé les postes, il a été inspecteur des finances en 1971, en 1974 il fut contrôleur Financier de l’État… …   Wikipédia en Français

  • Thami El Khyari — est né en 1943 à Taza, il est le secrétaire général du parti Front des forces démocratiques. Il a passé ses études primaires et secondaires dans les villes de Taza, Fès et Azrou. Il obtient sa licence en économie à l Université Mohammed V Agdal… …   Wikipédia en Français

  • Morocco — Moroccan /meuh rok euhn/, adj., n. /meuh rok oh/, n. 1. French, Maroc. Spanish, Marruecos. a kingdom in NW Africa: formed from a sultanate that was divided into two protectorates (French Morocco and Spanish Morocco) and an international zone.… …   Universalium

  • Driss Jettou — Mandats 15e premier ministre marocain 9 octobre  …   Wikipédia en Français

  • Abdessadek Rabiaa — Mandats Secrétaire général du gouvernement 11 novembre 1993 – 12 août 2008 Monarque Hassan II Mohammed VI …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”