7e bataillon de chasseurs alpins
7e bataillon de chasseurs alpins
Insign du 7e BCA.jpg

insigne régimentaire du 7e BCA

Période 1840
Pays Drapeau de France France
Branche Armée de terre
Type Bataillon de chasseurs alpins
Fait partie de 27e brigade d'infanterie de montagne
Garnison Bourg-Saint-Maurice
Ancienne dénomination 7e bataillon de chasseurs à pied
Surnom Bataillon de fer et d'acier
Devise Émules de Sidi-Brahim
Duc in altum
Inscriptions sur l’emblème Voir étendard unique des chasseurs
Anniversaire Sidi-Brahim
Guerres Conquête de l'Algérie
Guerre de Crimée
Expédition du Mexique
guerre franco-prussienne de 1870
Campagne du Maroc 1907-1914
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Batailles Bataille de la Somme
Bataille du Chemin des Dames
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918
Décorations Médaille Britannique de Crimée
Médaille Commémorative du Mexique
Médaille Commémorative 1870
Médaille coloniale "Tunisie" "Maroc"
La Croix de guerre 1914-1918 trois palmes,une étoile d'argent
Médaille Interalliée de la Victoire
Médaille commémorative de Haute-Silésie
Croix de Guerre 1939-1945 une palme

Le 7e bataillon de chasseurs alpins, surnommé le 7, est une unité de l'infanterie de l'armée française spécialisée dans le combat en montagne. Il fait partie de la 27e brigade d'infanterie de montagne, dont l'état-major est localisé à Varces.

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • 1840 : création du 7e bataillon de chasseurs à pied (7e BCP),
  • 1842 : devient 7e bataillon de chasseurs d'Orléans,
  • 1844 : redevient 7e bataillon de chasseurs à pied (7e BCP),
  • 1888 : devient le 7e bataillon alpin de chasseurs à pied[1] (7e BCAP),
  • 1916 : devient le 7e bataillon de chasseurs alpins (7e BCA),
  • 1940 : dissolution du bataillon,
  • 1945 : nouvelle formation du bataillon,

Historique des garnisons, campagnes et batailles

Les origines du « 7 »

Le 7e bataillon de chasseurs à pied est créé en 1840 au camp d'Helfaut, près de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais.En 1845, il est en garnison à Besançon. Il participe à la campagne d'Algérie, puis, sous le Second Empire, de bat à Sébastopol. Le 7e BCP est de l'expédition de Rome et de la campagne du Mexique. Après l'Algérie en 1854, la Crimée en 1855 et le Mexique, les hauts faits d'armes du 7e BCP lui valurent les paroles actuelles de son refrain :

Bataillon, Bataillon, Bataillon de fer,
Bataillon, Bataillon, Bataillon d'acier.

Il va se distinguer durant la guerre de 1870. Après un séjour en Tunisie, il est l'un des douze bataillons de chasseurs à pied choisis pour combattre dans les régions montagneuses.

Le 7e BCP devient alors le 7e bataillon alpin de chasseurs à pied. D'abord en garnison à Nice, il va à Antibes de 1900 à 1912, pour rejoindre Draguignan.

Le 7e BCA prend part à la campagne du Maroc de 1912 à 1913. En 1914, il quitte sa garnison de Draguignan et gagne les Vosges.

Première Guerre mondiale

Fourragère (Croix de guerre 1914-1918)

Il s'illustre également en 1915 lors de la prise du sommet de l'Hartmannswillerkopf au chant de la Sidi Brahim. Encerclés sur l'Hilsenfirst, les « diables bleus » de l'une de ses compagnies renouvellent l'exploit de la bataille de Sidi-Brahim.

Le 7e BCA va se battre ensuite sur la Somme, dans les Flandres, de nouveau en Alsace, au Chemin des Dames, en Italie, en Champagne, et termine la guerre sur le canal de la Sambre. le bataillon reçoit deux citations à l'ordre de l'armée puis une à l'ordre de la division, avec la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918.

Entre-deux-guerres

  • 1919 : Occupation de l’Allemagne (Rhénanie : Setterich et Julich ; Geilenkirchen)
  • 1919 : Haute-Silésie (Lublinitz, Olpen, Krappitz, Strehlitz, Ratibor, Ujest)
  • 1923 : Occupation de l’Allemagne (Ruhr : Mulheim, Oberhausen)
  • 1925 : Tunisie (camp « Sergent Henry »)

Seconde Guerre mondiale

En 1939, il forme avec les 27e et 47e BCA une demi-brigade.

  • 1939-1940 : Alsace (Schillersdorf, Lembach, Herrenhof)

En 1940, le bataillon, aux ordres du commandant Soutiras, fait Sidi-Brahim à la cote 154, près de Pinon. Il est décimé et son commandant abattu en tentant de s'évader.

Le Cdt Soutiras chef de corps durant la seconde guerre mondiale

Dissout en 1940, il se reforme dans la clandestinité autour d'Albertville, sous les ordre du capitaine Bulle, figure emblématique du bataillon qui a donné son nom au quartier actuel. En 1944, il participe à la campagne de Haute Tarentaise et entre vainqueur dans le Val d'Aoste en 1945.

De 1945 à nos jours

Après une période d'occupation en Autriche(1945-1953), il est à Bourg-saint-Maurice de 1953 à 1955. Il rejoint l'Algérie en 1955, où il mène des opérations de pacification en Kabylie. La marraine actuelle du bataillon est la princesse Marie de France, princesse de Liechtenstein, nièce de la marraine de l'Amicale du 7 BCA princesse Hélène de France, sœur du sous-lieutenant François d'Orléans, mort au combat lors de ces opérations. Depuis 1962, le 7e BCA est stationné à Bourg-Saint-Maurice en Haute-Tarentaise, où il comptait en juillet 2008, 1128 militaires. En 2012, il sera transféré à Varces déjà garnison du 93e régiment d'artillerie de montagne[2]

Traditions

Insigne

insigne du 7e BCA

L'insigne du 7e BCA se compose d’un cor, symbole des chasseurs et d’un diable. Les origines du diable remontent à la bataille de l’Hartmannswillerkopf pendant la 1re Guerre Mondiale. Impressionnés par la détermination des chasseurs, les allemands les surnommèrent les "diables bleus".

Devise

  • Emules de Sidi-Brahim
  • Duc in altum (Par les sommets)

Drapeau

Comme tous les autres bataillons et groupes de chasseurs, le 7e BCA ne dispose pas d'un drapeau propre. (Voir le Drapeau des chasseurs).

Décorations

Le bataillon porte la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918.

  • Médaille Britannique de Crimée
  • Médaille Commémorative du Mexique
  • Médaille Commémorative 1870
  • Médaille coloniale "Tunisie" "Maroc"
  • La Croix de Guerre 1914-1918 trois palmes, une étoile d'argent
  • Médaille Interalliée de la Victoire
  • Médaille commémorative de Haute-Silésie
  • Croix de Guerre 1939-1945

Chant

Bataillon, Bataillon, Bataillon de fer, Bataillon, Bataillon, Bataillon d'acier.

Chefs de corps

  • 1840: chef de bataillon REPOND
  • 1845: chef de bataillon FOLTZ
  • 1848: chef de bataillon de SAINT POL
  • 1851: chef de bataillon PISSONNET DE BELLEFONDS
  • 1854: chef de bataillon MAURICE
  • 1858: chef de bataillon COLLAVIER D'ALBICI
  • 1863: chef de bataillon BREART
  • 1867: chef de bataillon COSTE
  • 1870: chef de bataillon RIGAUD
  • 1870: chef de bataillon GALLIMARD
  • 1871: chef de bataillon DUBOIS
  • 1875: chef de bataillon DIMOFF
  • 1877: chef de bataillon JEANNEROD
  • 1881: chef de bataillon PAQUIE
  • 1885: chef de bataillon SANTELLI
  • 1889: chef de bataillon LADOUX
  • 1895: chef de bataillon DE CARBONNIER DE MARSAC
  • 1905: chef de bataillon DAPOIGNY
  • 1908: chef de bataillon DEMARET
  • 1910: chef de bataillon NELTIER
  • 1913: chef de bataillon GOUBEAU
  • 1914: chef de bataillon HELLE
  • 1915: chef de bataillon LARDANT
  • 1917: chef de bataillon CLEMENT-GRANCOURT
  • 1917: chef de bataillon ROZE DES ORDONS
  • 1918: chef de bataillon BARBEYRAC DE SAINT MAURICE
  • 1918: chef de bataillon BURTAIRE
  • 1919: chef de bataillon TISSOT
  • 1925: chef de bataillon CHAPOUILLY
  • 1928: chef de bataillon BARTHELEMY
  • 1930: chef de bataillon HUMBERT
  • 1932: chef de bataillon BLANC
  • 1934: chef de bataillon PUECH
  • 1936: chef de bataillon FRANCOU
  • 1938: chef de bataillon SOUTIRAS
  • 1944: chef de bataillon BULLE
  • 1944: chef de bataillon LORIN
  • 1945: chef de bataillon DE BUTTET
  • 1948: chef de bataillon DELCROS
  • 1950 : chef de bataillon GAMBOTTI
  • 1952 : chef de bataillon KLEIN
  • 1954 : chef de bataillon Philippe DAMEZ-FONTAINE
  • 1956 : chef de bataillon Philippe GRANOTIER
  • 1958 : chef de bataillon Philippe GALLAIS
  • 1959 : chef de bataillon Philippe TRANNOY
  • 1961 : chef de bataillon LEUBA
  • 1963 : chef de bataillon BRUN
  • 1963 : lieutenant-colonel LE GALL
  • 1965 : chef de bataillon LEPAGE
  • 1966 : lieutenant-colonel TABOUIS
  • 1968 : chef de bataillon LESTIEN
  • 1970 : chef de bataillon ROUBAUD
  • 1972 : chef de bataillon MONICAT
  • 1974 : lieutenant-colonel TURBET-DELOF
  • 1976 : lieutenant-colonel GIRAUD
  • 1978 : lieutenant-colonel RUAULT
  • 1980 : lieutenant-colonel DUVAL
  • 1982 : colonel ANDRE
  • 1984 : colonel MEYER
  • 1986 : colonel Alfred MOREL
  • 1988 : colonel Jean Pierre QUENAULT
  • 1990 : colonel SOMMERER
  • 1993 : colonel DELAWARDE
  • 1995 : colonel BLEVARQUE
  • 1997 : colonel Jean-luc FRIEDLING
  • 1999 : colonel Marc FOUCAUD
  • 2001 : colonel Thierry CORBET
  • 2003 : colonel Hervé BIZEUL
  • 2005 : colonel Dominique BESSE
  • 2007 : colonel Laurent MICHON
  • 2009 : colonel Bruno GARDY
  • 2011 : colonel Alain DIDIER

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillon

En 1940, le bataillon, aux ordres du commandant Soutiras, fait Sidi-Brahim à la cote 154, près de Pinon. Il est décimé et son commandant abattu en tentant de s'évader.

Personnalités ayant servi au sein du bataillon

- SLtn François D'ORLEANS

Le bataillon aujourd'hui

Subordinations

Le 7e Bataillon de Chasseurs Alpins fait partie de la 27e Brigade d'Infanterie de Montagne (27e BIM) dont l'État-Major se trouve à VARCES, à une dizaine de kilomètres de GRENOBLE

Organisation

  • 4 compagnies de combat
  • 1 compagnie d'intervention de réserve,
  • 1 compagnie d'éclairage et d'appui,
  • 1 compagnie de commandement et de logistique,

Matériels et armement

Véhicule de l'avant blindé, VMB, PVP, TRM 2000 et GBC 180, mortiers de 81 LLR, MILAN, ERIX, Minimi, FAMAS.

Stationnement

Le 7e Bataillon de Chasseurs Alpins est stationné au quartier Bulle, au cœur de Bourg-Saint-Maurice. Il fait partie de la 27e Brigade d'Infanterie de Montagne (27e BIM) dont l'État-Major se trouve à VARCES, à une dizaine de kilomètres de GRENOBLE.

En 2012, le bataillon sera transféré également à VARCES, rejoignant l’état-major de la brigade et le 93e RAM

Opérations extérieures depuis 2000

Le général David H. Petraeus avec des hommes du 7e bataillon de chasseurs alpins devant un Caesar employé par les forces françaises en Afghanistan en avril 2011.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sources et bibliographie

Notes et références

  1. Par la loi du 24 décembre 1888, publiée au journal officiel le 27 décembre 1888.
  2. anciens Quartiers du 6°BCA.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 7e bataillon de chasseurs alpins de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”