Autorails

Autorail

Un autorail moderne (ici un X 73900) de la SNCF (France)

Un autorail est un véhicule ou un ensemble de véhicules ferroviaires automoteur à traction thermique destiné au transport de voyageurs. En France on le distingue de l'automotrice qui remplit la même fonction mais est uniquement propulsée par un moteur électrique alimenté par caténaire ou troisième rail.

Sommaire

Historique

Autorail type X 2400 (France)
Autorail De Dion-Bouton type JM4 de l'AMTUIR ex Chemins de fer des Côtes-du-Nord en cours de tournage : ce matériel n'avait pas besoin d'un plaque tournante pour changer de sens à son terminus, car il était équipé d'un pivot permettant à son équipe de conduite de lui faire faire un demi-tour en pleine voie.

Les premiers autorails ont été conçus avant la Première Guerre mondiale sur la base de véhicules routiers, afin d'assurer une exploitation plus rapide et plus économique que les rames tractées par des locomotives à vapeur. Ils ont constitué une réponse à l'augmentation des coûts d'exploitation des lignes secondaires durant l'entre deux guerres, et d'importants constructeurs, tels que De Dion-Bouton, Decauville, Renault ou Billard ont réalisés des autorails dont certains subsistent aujourd'hui encore sur des réseaux touristiques.

Dans les années 1930, la société Michelin construisit des Michelines, autorails rapides équipés de roues spéciales munies de pneus brevetés : le pneurail. Bugatti réalisa également de tels véhicules de luxe.

Par la suite le terme de micheline a été abusivement utilisé pour parler d'autorail.

Définition et éléments techniques

Un autorail peut généralement circuler en convoi, attelé à une ou plusieurs remorques selon les spécifications techniques, ou accouplé avec un ou plusieurs autres autorails en unité multiple (UM) ou en jumelage pour les plus anciennes séries. L'unité multiple permet à un conducteur de commander les véhicules en même temps (cas par exemple des X 73500) alors que le jumelage obligeait la présence d'un conducteur dans chaque véhicule et une bonne compréhension entre eux car le seul moyen de communiquer était le klaxon !

Sur le plan technique, un autorail est généralement propulsé par un (ou plusieurs) moteurs diesel monté sous le plancher ou dans la caisse. La transmission peut être des types suivants :

  • mécanique, avec une boîte de vitesses comme sur un autocar ou un camion ;
  • électrique, avec une génératrice accouplée au moteur diesel, et moteurs électriques entraînant l'essieu moteur ;
  • ou hydraulique (par exemple, boîte Mekydro hydrodynamique sur les autorails X 2700 RGP1, X 2800).

Il existe aujourd'hui des séries d'autorails dits "hybride" possédant les deux modes de propulsion : diesel et électrique. En France il s'agit des Autorails à Grande Capacité (AGC) bimodes B 81500 et B 82500.

D'autres techniques de propulsion ont existé par le passé mais ont aujourd'hui disparu dans les réseaux modernes : autorail propulsé par un moteur à vapeur, à essence ou une turbine à gaz .

Autorail et automotrice (France)

L'autorail ne doit pas être confondu avec l'automotrice qui est un engin remplissant la même fonction mais dont le mode de propulsion est uniquement électrique. En France la confusion est parfois présente car à l'époque antérieure à la nationalisation des chemins de fer, seul le terme automotrice était employé. En France, la SNCF fera appliquer lors de sa création le terme automotrice aux véhicules à moteur électrique, donc ayant une source d'énergie externe, et le terme autorail aux véhicules à moteur thermique, donc ayant une source d'énergie interne. À la SNCF, les autorails ont un matricule commençant par X, les automotrices par Z.

Utilisation

Les autorails sont utilisés sur les lignes non électrifiées lorsque le trafic ne justifie pas l'utilisation d'une rame de voitures voyageurs tractée par une locomotive. La capacité limitée de l'autorail et son coût d'exploitation plus restreint sont alors parfaitement adaptés : c'est la situation qui se présente en particulier sur les lignes desservant des régions à faible densité comme en France le Massif Central. Les autorails modernes permettent aujourd'hui d'offrir une prestation de qualité (vitesse, accélération, confort) sans avoir recours à l'électrification toujours très coûteuse de la ligne.

Les autorails en France

Depuis longtemps, les autorails ont été très utilisés en France et ce depuis les anciennes compagnies comme le Nord ou le PLM. Parmi les anciens autorails de la SNCF les plus réputés, on note ceux des séries X 3000, X 42000, X 42500, X 52000, X 52100, X 3600, X 3800, X 2400, X 2700, X 2770, X 4200, X 2800, X 4300, X 4500, X 4900, etc. Ils ont inspirés la réalisation des turbotrains ETG et RTG.

Un autorail bimode de la série B 81500 (SNCF, France)

Aujourd'hui, les autorails les plus utilisés pour la SNCF sont les X 73500 (appelés également "ATER") qui opèrent aux quatre coins de la France. Il subsiste toutefois encore des modèles plus anciens comme les X 2800, X 2100, X 2200 ou la grande famille des "Caravelles" représentée par les EAD (Éléments Automoteurs Diesel doubles ou triples).

Chemins de fer et transport automobile (CFTA) utilise sur ses deux lignes de Bretagne des autorails légers, à deux essieux : les trois A2E fabriqués par Soulé, complétés par des autorails « classiques » rachetés ou loués à la SNCF.

Les autorails en Belgique

En Belgique, les seuls autorails encore utilisés par la SNCB sont ceux de la série 41.

Autorails célèbres

Voir aussi

Articles connexes

Liens et documents externes

Site Internet présentant la série des Autorails X2800

Notes et références de l'article

Bibliographie

  • Jacques Defrance, le Matériel moteur de la SNCF, Éditions N.M., Paris 1969.
  • Alain Blot, les X 2800, Presses et éditions ferroviaires, Grenoble 2005, ISBN 2-905447-21-4
  • Daniel Vauvillier, « Le Concept « autorail » - 1930 / 1950 », dans Ferrovissime, Mars 2008 (N°3) 
  • Daniel Vauvillier, « 1968 : Le Début de la fin des vieux autorails », dans Ferrovissime, mai 2008 (N°5) 
  • Portail du chemin de fer Portail du chemin de fer
Ce document provient de « Autorail ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Autorails de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Autorails De Dion-Bouton — Vue de l autorail B201 ou B202, en gare de Théligny …   Wikipédia en Français

  • Autorails FNC — X 5600 Rame automotrice thermique X 5600 Série X 5600 Entreprise ferroviaire SNCF Constructeur Billard CGC SNAV Numérotation X 5601 5660 Année de construction 1947 1953 Effectif en service 62 Vitesse maximale …   Wikipédia en Français

  • Immatriculation des autorails français — de l origine à aujourd hui. Sommaire 1 Les grands réseaux français (avant 1938) 1.1 Compagnie de l EST 1.2 Réseau AL 1.3 Compagnie du …   Wikipédia en Français

  • Liste des automotrices et autorails protégés aux monuments historiques — Cet article recense les autorails et automotrices de chemin de fer de France classés ou inscrits aux monuments historiques. Sommaire 1 Méthodologie 2 Autorails et automotrices 2.1 Autorails …   Wikipédia en Français

  • Ligne des Alpes — Ligne de Grenoble à Veynes via le col de la Croix Haute Carte de la ligne Pays …   Wikipédia en Français

  • Ligne Des Alpes — Ligne de Grenoble à Veynes via le col de la Croix Haute Carte de la ligne …   Wikipédia en Français

  • Ligne Grenoble - Chambéry — Ligne Grenoble Montmélian Ligne du « Sillon alpin Sud » Grenoble Montmélian Carte de la ligne …   Wikipédia en Français

  • Ligne Grenoble - Montmelian — Ligne Grenoble Montmélian Ligne du « Sillon alpin Sud » Grenoble Montmélian Carte de la ligne …   Wikipédia en Français

  • Ligne Grenoble - Montmélian — Ligne du « Sillon alpin Sud » Grenoble Montmélian Carte de la ligne …   Wikipédia en Français

  • Ligne Lyon - Grenoble — Ligne n° 705000 Lyon Grenoble Carte de la ligne Pays  France Villes desser …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”