Atride

Atrides

Les Atrides (en grec ancien οἱ Ἀτρείδαι / hoi Atreídai) sont les descendants d'Atrée, dans la mythologie grecque.

Cette maison était maudite par les dieux car fondée dans le sang du frère jumeau d'Atrée, Thyeste. Le destin des Atrides fut marqué par le meurtre, le parricide, l'infanticide et l'inceste. Seul Apollon interrompra le cycle de la violence en faisant juger Oreste, le matricide, sur la colline de l'Aréopage, par le premier tribunal criminel de la cité d'Athènes.

Sommaire

Le mythe

Atrée et Thyeste, deux frères, fils de Pélops et d’Hippodamie, furent animés l’un contre l’autre d’une haine inexpiable. Après avoir assassiné leur demi-frère, ils durent s’enfuir à Mycènes chez le roi. Les deux frères se disputèrent le pouvoir, la succession au trône ayant été ouverte. Chacun imagina les barbaries les plus lâches pour éliminer l’autre. Ainsi Thyeste, aidé par sa belle-sœur Aéropé, vola la toison d’or à Atrée et demanda que celui qui la posséderait fût choisi comme roi.

Atrée, ignorant le larcin et sûr de sa victoire, accepta la proposition. Mais il fut averti par le dieu Hermès dans un rêve ; il suivit son conseil et déclara que si le soleil renversait sa course il serait proclamé roi. Alors le soleil se coucha à l’est et Atrée devint roi de Mycènes.

Il imagina alors les persécutions les plus cruelles contre son frère. Il invita Thyeste à un banquet et après avoir massacré ses neveux il les lui servit comme plat au cours du repas. Il amena Égisthe à le tuer mais celui-ci s’aperçut que Thyeste était son père ; il l’ignorait car il avait été élevé par Atrée. Sur la foi d’un oracle Thyeste pourrait se venger de son frère s’il avait un fils né de sa propre fille, Pélopia. Egisthe était donc ce fils. Egisthe finit par tuer Atrée avec l’aide de son père.

Il régna donc avec lui. Mais après le meurtre d’Atrée , les deux fils de ce dernier, Agamemnon et Ménélas s’exilèrent à Sparte. Ils y levèrent une armée. Agamemnon épousa Clytemnestre après avoir tué le premier mari de celle-ci, Tantale, fils de Thyeste. Elle lui donna trois filles et un fils.

Lorsqu’on enleva Hélène, la femme de son frère Ménélas, Agamemnon résolut de venger Ménélas. Il fut choisi pour diriger l’expédition contre Troie. Il se vanta d’avoir tué une biche avec une si grande adresse que même la déesse de la chasse, Artémis n’aurait pu l’égaler. Pour se venger, la déesse interdit le vent de souffler sur le navire grec et empêcha de ce fait l’expédition. Un devin déclara que seul le sacrifice d’Iphigénie pourrait apaiser Artémis. Agamemnon fut contraint de conduire sa fille au sacrifice, mais celle-ci, sauvée par Artémis, devint grande prêtresse de cette déesse. Cassandre, après la guerre de Troie, fut la captive et l’amante d’Agamemnon. Elle le supplia de ne pas retourner dans sa patrie car elle prévoyait les funestes desseins de Clytemnestre ; mais Cassandre était condamnée par un sortilège divin à ne jamais être crue. Et donc Agamemnon ne la crut pas. Clytemnestre prit alors Egisthe pour amant et prépara avec lui le complot qui devait mettre fin aux jours d’Agamemnon. Celui-ci rentra chez lui et eut un accueil hypocritement bienveillant de la part d’Égisthe et de Clytemnestre ; ils lui préparèrent un bain et le tuèrent quand il se trouva sans armes. Cassandre et ses deux nouveau-nés, fils d’Agamemnon, subirent le même sort.

Oreste, le fils d’Agamemnon n’était qu’un enfant quand son père fut assassiné ; il se réfugia chez un oncle. Parvenu à l’âge adulte il voulut venger son père. Il se rendit en secret à Mycènes et massacra Egisthe et Clytemnestre, avec l’aide de sa sœur Électre. Ces meurtres frappèrent d’horreur les dieux qui tourmentèrent Oreste jusqu’à la folie. Il se réfugia donc à Athènes où il fut acquitté de son meurtre grâce à Athéna. Puis il se purifia à Delphes et la Pythie lui dit qu’il serait définitivement guéri en allant chercher la statue d’Artémis en Tauride. Là, sur le point d’être sacrifié comme étranger, il fut reconnu par Iphigénie. Celle-ci s’enfuit avec lui en lui livrant la statue. De retour à Mycènes, il prit possession du royaume de son père Agamemnon puis enleva et épousa Hermione. Il mourut paisiblement à un âge avancé.

Voir aussi

Article connexe

Lien externe

  • Portail de la mythologie grecque Portail de la mythologie grecque
Ce document provient de « Atrides ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Atride de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • atride — …   Useful english dictionary

  • Electre (Atride) — Électre (Atride) Pour les articles homonymes, voir Électre. Oreste, Électre et Hermès devant la tombe d …   Wikipédia en Français

  • Laodice (Atride) — Laodicé (Atride) Pour les articles homonymes, voir Laodicé. Laodicé serait Électre elle même dont le nom aurait changé au fil de l histoire. Portail de la mythologie grecque …   Wikipédia en Français

  • Laodicé (Atride) — Pour les articles homonymes, voir Laodicé. Laodicé serait Électre elle même dont le nom aurait changé au fil de l histoire. Portail de la mythologie grecque …   Wikipédia en Français

  • Électre (Atride) — Pour les articles homonymes, voir Électre. Oreste, Électre et Hermès devant la tombe d Agamemnon, péliké …   Wikipédia en Français

  • Anaxibie (Atride) — Pour les articles homonymes, voir Anaxibie. Dans la mythologie grecque, Anaxibie (en grec ancien Ἀναξίβια / Anaxíbia) est une des Atrides. Ce nom est citée à deux reprises dans le Catalogue des femmes : comme « Anaxibie aux bras de… …   Wikipédia en Français

  • atridenti — tr, atritinti: Kubilą atridenk iš gryčiukės, vandenio įpilk, paskui miežių, ir bus salyklas Pc. Tik darykit [alų], aš ir katilą atridenaũ Slm. Rapolas atrideno tris storas kalades, visas tris iškapotais viršais J.Balt. | refl. tr.: Atsiridenk… …   Dictionary of the Lithuanian Language

  • Electra — Électre Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Électre, Electra ou Elektra est un prénom féminin d origine grecque. Sommaire 1 Personnages de fiction 1.1 …   Wikipédia en Français

  • Electre — Électre Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Électre, Electra ou Elektra est un prénom féminin d origine grecque. Sommaire 1 Personnages de fiction 1.1 …   Wikipédia en Français

  • Elektra — Électre Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Électre, Electra ou Elektra est un prénom féminin d origine grecque. Sommaire 1 Personnages de fiction 1.1 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”