Armée révolutionnaire (1793)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir armée révolutionnaire.

Les armées révolutionnaires sont des unités créées dans un contexte de défense révolutionnaire intérieure à partir de l'été 1793 et dans le contexte des insurrections fédéralistes.

Créées spontanément en province dans le Nord, l'Alsace, le Midi, le Lyonnais et la vallée de la Loire, elles sont le fait, dans 47 cas sur 76, de sociétés populaires locales, pour le reste de représentants en mission. Selon Richard Cobb, 56 armées virent ainsi le jour en province, dans deux tiers des départements, pour un effectif total de 30 000 hommes; le Lot disposait de 3 200 hommes, le Bas-Rhin et la Loire, d'environ 1 000. À Nantes, où elle ne comptait que 60 hommes, elle prit le nom de Compagnie Marat[1].

En mettant la Terreur à l'ordre du jour, Bertrand Barère de Vieuzac au nom du Comité de salut public, fit voter par la Convention la création d'une armée professionnelle qui mettait l'ensemble des institutions et des corps constitués sous la dépendance militaires des partisans de l'exagération révolutionnaire.

Le 5 septembre 1793, un décret de la Convention nationale créait à son tour une armée révolutionnaire parisienne qui fut le bras armé des partisans de l'exagération révolutionnaire: « Il y aura à Paris une force armée soldée par le Trésor public, composée de 6000 hommes et de 1 200 cannonniers destinée à comprimer les contre-révolutionnaires, à exécuter partout où besoin sera les lois révolutionnaires et les mesures de salut public qui seront décrétées par la Convention nationale et à protéger les subsistances. »

Les comités révolutionnaires des sections de Paris furent appelés à dresser les listes des soldats et la composition de l'état-major de cette armée, inspirée par Jean-Nicolas Pache et donc entièrement vouée à l'exagération révolutionnaire[2]. L'infanterie était composée de sans-culottes (artisans et boutiquiers) payés 40 sous par jour et l'artillerie des compagnies des sections, détachées à l'armée révolutionnaire[1].

Le premier nommé fut Charles Philippe Ronsin, général de division à l'armée de l'Ouest, qui occupa avec son épouse un vaste appartement dans les locaux affectés à l'armée révolutionnaire, c'est-à-dire l'hôtel de La Massais situé, à l'angle de la rue de choiseul et du boulevard Montmartre[3]. Boulanger, général de brigade à l'armée des côtes de Cherbourg; Parcin, général de brigade à l'armée de l'Ouest; Mazuel, adjudant-général chef de brigade; Houssaye, adjudant général, chef de bataillon, complétèrent l'état-major[4].

Cette armée fut chargée d'assurer le ravitaillement des villes et des armées, en liaison avec les représentants en mission, les commissaires du pouvoir exécutif et les commissaires civils, réquisitionnant les grains et assurant leur transport[1].

Utilisées en Vendée et à Lyon, les armées révolutionnaires jouèrent également un rôle dans le mouvement déchristianisateur[1].

L'état-major ainsi composé fut donc installé à l'ancien hôtel de La Massais; cette armée qui menaçait directement la Convention disparut avec la défaite des Hébertistes ou Exagérés. L'exécution de Ronsin amena, le 24 mars 1794, la dissolution de l'armée révolutionnaire parisienne, par le décret du 7 germinal an II (27 mars 1794).

Notes et références

  1. a, b, c et d Raymonde Monnier, « Armées révolutionnaires », Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989 (rééd. Quadrige, 2005, pp. 41-42.
  2. Alphonse Aulard, La société des Jacobins, tome V.
  3. Issu de Anne-Catherine Douet, veuve de Henri Gabriel Amproux de La Massais qui le louait au citoyen Rainville, l'ami de dumouriez (bail du 18 mai 1793).
  4. Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public, Paris, impr. nat. 1893, tome VI, p. 536.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armée révolutionnaire (1793) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Armée révolutionnaire — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Armée révolutionnaire peut désigner : Sommaire 1 En France 2 En Asie …   Wikipédia en Français

  • Armée révolutionnaire française — Pour les articles homonymes, voir armée révolutionnaire et forces armées françaises. Fusilier de ligne français de la Révolution Quand la …   Wikipédia en Français

  • révolutionnaire — [ revɔlysjɔnɛr ] adj. et n. • 1789 au sens 2; de révolution 1 ♦ Qui a le caractère d une révolution (II, 2 o); de la révolution. Mouvement révolutionnaire. Guerre révolutionnaire, subversive. ♢ Institué ou établi par la révolution. Gouvernement,… …   Encyclopédie Universelle

  • ARMÉE (typologie historique) — Le terme «armée» provient du bas latin armata . À l’origine, il signifie l’armement des navires, d’où le nom espagnol armada : flotte, armée de mer. Par analogie et dérogation, on a désigné, sous le vocable d’armée, l’armée de terre; la marine… …   Encyclopédie Universelle

  • Armee des emigres — Armée des émigrés Armée des émigrés Armée des émigrés à Quiberon. Période 1792 – 1814 Pays …   Wikipédia en Français

  • Armée Des Émigrés — Armée des émigrés à Quiberon. Période 1792 – 1814 Pays …   Wikipédia en Français

  • Armée de Condé — Armée des émigrés Armée des émigrés Armée des émigrés à Quiberon. Période 1792 – 1814 Pays …   Wikipédia en Français

  • Armée des Princes — Armée des émigrés Armée des émigrés Armée des émigrés à Quiberon. Période 1792 – 1814 Pays …   Wikipédia en Français

  • Armée des princes — Armée des émigrés Armée des émigrés Armée des émigrés à Quiberon. Période 1792 – 1814 Pays …   Wikipédia en Français

  • Armée des émigrés — à Quiberon. Période 1792 – 1814 Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”