Philippe II de Macedoine

Philippe II de Macédoine

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippe de Macédoine.
Nikétérion à l'effigie de Philippe II, frappé au IIe siècle apr. J.-C., Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France

Philippe II de Macédoine (en grec ancien, ὁ Φίλιππος), né en 382 et mort en 336 av. J.-C., est un ancien roi de Macédoine de 359 à 336. Il est aussi le père d'Alexandre le Grand.

Sommaire

Biographie

Il est l'un des trois fils du roi Amyntas III et d'Eurydice. En 368, alors qu'il est âgé de 14 ans, on l'envoie en otage à Thèbes. Bien traité, il y aurait appris l'art de la guerre en observant Épaminondas. Il y reste jusqu'à l'âge de 17 ans, soit jusqu'en -365. De retour en Macédoine, il prend le pouvoir à la mort de son frère Perdiccas III en 359 : au cours de l'été 360, il est désigné comme tuteur de son neveu, le fils mineur de Perdiccas, Amyntas IV, qu'il écarte un peu plus tard en se faisant proclamer lui-même roi par l'assemblée du peuple macédonien.

Au moment où il prend les rênes du pouvoir, Philippe n'a que 23 ans. Il se trouve face à une situation difficile, puisque la survie du royaume de Macédoine est menacée par les Illyriens. En outre, les voisins de la Macédoine Péoniens, Odryses de Thrace et Athéniens ont tout avantage à un affaiblissement du royaume. Philippe commence par éliminer ses rivaux potentiels, dont le prétendant Argaios, soutenu par Athènes. Il doit ensuite se résoudre à accepter la suzeraineté de Bardylis, roi des Illyriens, dont il épouse la fille, Audata. Il conclut également un traité de paix avec Athènes, à qui il laisse les mains libres à Amphipolis.

Afin de renforcer la position macédonienne, Philippe lance une vaste réforme de l'armée. Il augmente le nombre de fantassins et crée un bataillon d'élite, les hypaspistes, calqué sur le Bataillon sacré de Thèbes. Il donne à son armée un entraînement strict et un armement repensé : le soldat macédonien reçoit un armement défensif (armure, cnémide, bouclier) plus léger que celui de l'hoplite, dont l'ensemble de l'équipement pèse environ 35 kg. En outre, Philippe dote le fantassin d'une longue pique, la sarisse, établissant ainsi les fondements de la phalange macédonienne.

Le royaume de Macédoine à la mort de Philippe II

Fort de sa nouvelle armée, Philippe affronte et vainc les Péoniens puis les Illyriens. Il se tourne ensuite vers Amphipolis, qu'il assiège lui-même en 357. Il semble probable qu'un traité secret ait lié Philippe à Athènes, comme l'affirme Théopompe, Philippe devant prendre la ville pour le compte des Athéniens — il y a là un renversement de rapport de force net par rapport à la situation de 359, et ce d'autant plus que Philippe ne tient pas sa promesse, et conserve la ville pour son compte.

Il intervient ensuite dans la Troisième Guerre sacrée, à l'appel de Thèbes et de la Ligue thessalienne. Il est battu à deux reprises par Onomarchos, stratège des Phocidiens. Philippe doit battre en retraite, bien décidé cependant à revenir. En effet, en 352, il investit la Thessalie et vainc Onomarchos au lieu-dit du Champ-de-Crocus. Il fait crucifier le cadavre du stratège vaincu et fait jeter à la mer plus de 3 000 prisonniers phocidiens, châtiment réservé aux sacrilèges. Dans la foulée, il s'empare de Phères et se fait élire à la tête de la Ligue thessalienne. Alors qu'il poursuit les Phocidiens, il est arrêté dans le défilé des Thermopyles par une coalition athénienne, spartiate et achéenne. Malgré cet échec, Philippe a marqué les cités grecques par sa puissance. Il les menace désormais directement.

Philippe se tourne ensuite vers la Thrace, divisée en trois royaumes à la mort de Cotys, roi des Odryses. À l'appel de l'un des rois, il assiège la forteresse d'Hèraion Teichos, au bord de la Propontide. Ce mouvement menace directement les intérêts athéniens, à la fois à cause de leurs clérouquies de Chersonèse, mais aussi à cause de leur approvisionnement en blé. Athènes vote d'abord l'envoi d'un contingent massif, mais la nouvelle exagérée d'une maladie de Philippe les dissuade de l'envoyer effectivement, à tort : Philippe prend Hèraion Teichos et livre la forteresse à la cité de Périnthe, qui avait également fait appel à lui.

Alors que les cités grecques l'avaient tenu pour quantité négligeable, elles le craignent désormais. C'est à ce moment que Démosthène compose sa première Philippique.

Épouses et descendance

Roi polygame, comme c'était la coutume en Macédoine, il n'aurait eu pas moins de sept épouses, d'après un fragment de son biographe Satyrus préservé par Athénée. Il s'agit dans l'ordre chronologique de :

Il trouve la mort alors qu'il projette de se lancer à la conquête de la Perse : il est assassiné alors qu'il s'apprêtait à rentrer dans le théâtre de Vergina où il célébrait ses victoires et l'alliance forcée imposée à la quasi-totalité des cités grecques par Pausanias, l'un de ses officiers, peut-être à l'instigation d'Olympias.

Bibliographie

  • Jean-Nicolas Corvisier Philippe II de Macédoine, éd Fayard, 2002
  • Arnaldo Momigliano, Philippe de Macédoine. Essai sur l'histoire grecque au IVe siècle, éd. Éclat, 1992 (1re édition 1934) ;
  • Pierre Carlier, Le IVe siècle grec jusqu’à la mort d’Alexandre, Seuil, coll. « Points Histoire / Nouvelle histoire de l'Antiquité », Paris, 1996 (ISBN 2-02-013129-3)  ;
  • (en) Kate Mortensen, The inter-relationship of Philip's wives, Ancient Macedonia VI, Thessalonique, 1999, 800.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique

Ce document provient de « Philippe II de Mac%C3%A9doine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Philippe II de Macedoine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Philippe ii de macédoine — Pour les articles homonymes, voir Philippe de Macédoine. Nikétérion à l effigie de Philippe II, frappé au …   Wikipédia en Français

  • Philippe II de Macédoine — Pour les articles homonymes, voir Philippe de Macédoine. Philippe II de Macédoine …   Wikipédia en Français

  • Tombe de Philippe II de Macedoine — Tombe de Philippe II de Macédoine La nécropole royale de la capitale macédonienne a révélé lors de ses fouilles les témoignages les plus précieux de la peinture pré hellénistique. Parmi les onze tombes dégagées, celle du roi Philippe II, père d… …   Wikipédia en Français

  • Tombe de philippe ii de macédoine — La nécropole royale de la capitale macédonienne a révélé lors de ses fouilles les témoignages les plus précieux de la peinture pré hellénistique. Parmi les onze tombes dégagées, celle du roi Philippe II, père d Alexandre le Grand, était restée… …   Wikipédia en Français

  • Tombe de Philippe II de Macédoine — La nécropole royale de Vergina, site grec correspondant à celui de l’antique Aigai, première capitale du royaume de Macédoine, a révélé lors de fouilles effectuées en 1977 sous la direction de Manólis Andrónikos les témoignages les plus précieux… …   Wikipédia en Français

  • Philippe III de Macédoine — Pour les articles homonymes, voir Philippe de Macédoine. Philippe III Arrhidée Titre Roi de Macédoine …   Wikipédia en Français

  • Philippe IV de Macédoine — Pour les articles homonymes, voir Philippe de Macédoine. Philippe IV de Macédoine Roi de Macédoine Règne Quatre mois en 297 Dynastie Antipatrides Prédécesseur …   Wikipédia en Français

  • Philippe III de Macedoine — Philippe III de Macédoine Pour les articles homonymes, voir Philippe de Macédoine. Philippe III de Macédoine, ou Philippe III Arrhidée (ca. 352 317) est, avec Alexandre IV le dernier roi argéade de Macédoine. Biographie Fils de Philippe II et de… …   Wikipédia en Français

  • Philippe iii de macédoine — Pour les articles homonymes, voir Philippe de Macédoine. Philippe III de Macédoine, ou Philippe III Arrhidée (ca. 352 317) est, avec Alexandre IV le dernier roi argéade de Macédoine. Biographie Fils de Philippe II et de la thessalienne Philinna,… …   Wikipédia en Français

  • Philippe V de Macedoine — Philippe V de Macédoine Pour les articles homonymes, voir Philippe V et Philippe de Macédoine. Philippe V de Macédoine, né en 238 av. J. C. et mort en 179 av. J. C., roi de Macédoine appartenant à la dynastie des Antigonides. En 229, à la mort de …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”