Arc-boutant
Arcs-boutants de Notre-Dame de Paris

L'arc-boutant ou arcboutant est un élément typique de l'architecture gothique. C'est un étai formé d'un arc en maçonnerie qui contre-bute la poussée latérale des voûtes en croisée d'ogives et les achemine vers le pilier de culée. Ce dernier est le plus souvent couronné d'un pinacle, ce qui permet en constituant un poids important au-dessus de l'étai d'asseoir la poussée reçue vers le bas en allégeant visuellement l'arc.

Sommaire

Histoire

Inventés vers la fin de la période romane, et utilisés notamment en Normandie, ils sont alors dissimulés sous la toiture dans les combles par des murs-boutants, comme le chevet de l'église Saint-Martin-des-Champs à Paris. Le XIIe siècle constitue une période de tâtonnements[1] Mis en valeur lors de la construction de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges, ils deviennent courants pendant le XIIIe siècle. Ils reprennent la fonction des contreforts de l'architecture romane, en permettant (grâce à la croisée d'ogives) d'ouvrir de larges baies en partie haute des murs des églises, et d'éclairer abondamment l'intérieur à travers les vitraux.

Un contrebutement systématique est établi dans la nef de la Notre-Dame de Paris autour de 1180, mais c'est à la cathédrale de Chartres que l'arc-boutant s'intègre dès l'origine à la construction[2].

Chronologie en images :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Utilisations notables

Il n'est pas nécessaire de citer ici toutes les églises gothiques, en voici quelques-unes : cathédrales de Bourges, de Paris (Notre-Dame de Paris), de Strasbourg, ou de Cologne.

Le chœur de la cathédrale du Mans présente des arcs-boutants à triple volée, couplés en « Y », qui constituent une prouesse architecturale.

Un exemple d'utilisation de l'arc-boutant : l'abbatiale Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay.

Les voûte d'arêtes de la nef romane de l'abbatiale Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay (la construction de la nef actuelle s'achève en 1138) étaient, à l'origine, maintenues par des tirants à la naissance des voûtes (sur le croquis, en « A » la construction est figurée telle que l'architecte l'avait conçue), mais ces tirants ont rompu ; en « B », figurée telle que l'effort des voûtes hautes l'avait déformée). Un siècle et demi après la construction de la nef, les effets produits avaient déjà causé la chute de plusieurs voûtes. Des arcs-boutants ont été construits (en E et pointillés) pour prendre le relai des tirants et maintenir les voûtes[3]. Au {s-|XVI|e} malgré le déclin de l'architecture gothique, des réminiscences de ce type d'architecture se voient dans des bâtiments français, mélangées à de l'architecture de Renaissance et dans certains bâtiments de se siècle il y a encore maintient de l'arc-boutant, comme sur les bas-côtés de la cathédrale Notre-Dame du Havre, mais où l'architecture renaissance a influencé les arcs-boutants qui sont assez épais, contrairement aux arc-boutants gothique peu épais.

Le phare de Pointe-au-Père (Canada), construit en 1909, est l'une des neuf tours renforcées d'arcs-boutants érigées par William P. Anderson entre 1908 et 1910.

Au début du XXe siècle, la technique de l'arc-boutant a été reprise par le Canadien William P. Anderson, ingénieur en chef et superintendant des phares du Ministère canadien de la Marine et des Pêches entre 1908 et 1910 pour la construction de neuf phares jalonnant les côtes canadiennes, notamment celui de Pointe-au-Père[4].

Voir aussi

Notes et références

  1. Jean-Pierre Willesme, op. cité, p. 22
  2. Jean-Pierre Willesme, op. cité, p. 24
  3. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 4, « Construction -- Principes ».
  4. Russ Rowlett, « Canadian Flying Buttress Lighthouses », dans The Lighthouse Directory [en ligne], page mise en ligne le 15 janvier 2004, modifiée pour la dernière fois 7 juillet 2008, consultée le 19 avril 2009.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Jean-Pierre Willesme, L'Art gothique, in Grammaire des styles, Flammarion, Paris, 1982

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arc-boutant de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • arc-boutant — [ arkbutɑ̃ ] n. m. VAR. arcboutant • 1387; de arc et boutant, de bouter 1 ♦ Archit. Maçonnerie en forme d arc qui s appuie sur un contrefort (ou culée) pour soutenir de l extérieur un mur subissant la poussée d une voûte ou d un arc. Les arcs… …   Encyclopédie Universelle

  • Arc boutant — Arcs boutants de Notre Dame de Paris L arc boutant ou arcboutant est un élément typique de l architecture gothique. C est un étai formé d un arc en maçonnerie qui contre bute la poussée latérale des voûtes en croisée d ogives et les achem …   Wikipédia en Français

  • arc-boutant — Arc boutant. s. m. Arc ou demy arc qui soustient une muraille. Les Arc boutants d une Eglise. Il se dit de plusieurs autres choses qui servent soustenir & appuyer. Les Arcs boutants d un carrosse. On dit figur. qu Un homme est l arc boutant d une …   Dictionnaire de l'Académie française

  • arc-boutant — ARC BOUTANT. s. m. (Le C ne se prononce point.) Pilier qui finit en demi arc, et qui sert à soutenir une voûte. Un des arcs boutans de la voûte est tombé. En parlant d Un train de carrosse, on appelle Arcs boutans, Les verges qui servent à tenir… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • arc-boutant — arc bou tant ([aum]r b[ooma] t[aum]N), n. [F.] (Arch.) A buttress that stands apart from the main structure and connected to it by an arch; same as {flying buttress}. Gwilt. Syn: flying buttress [1913 Webster + WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • arc-boutant — (ar bou tan ; se prononce au pluriel comme au singulier) s. m. 1°   Terme d architecture. Construction extérieure qui se termine en forme de demi arc, et qui sert à soutenir un mur. 2°   Terme de charpentier. Pièces de bois qui servent de soutien …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ARC-BOUTANT — s. m. (On ne prononce point le C.) Pilier ou construction de maçonnerie qui finit en demi arc, et qui sert à soutenir par dehors une voûte, un mur, etc. Un des arcs boutants est tombé, et la voûte s est entr ouverte.   Il se dit également, en… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • arc-boutant — arc bou·tant …   English syllables

  • ARC-BOUTANT — n. m. T. d’Architecture Pilier ou construction de maçonnerie qui finit en demi arc et qui sert à soutenir par dehors une voûte, un mur, etc. Il signifie par extension, en termes de Charpenterie, Pièce de soutien. Des arcs boutants …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • arc-boutant — /annrddk booh tahonn /, n., pl. arcs boutants /annrddk booh tahonn /. French. See flying buttress. [lit., thrusting arch] * * * …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”