Apollon (Papillon)

Apollon (papillon)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apollon (homonymie).


Comment lire une taxobox
Apollon
 Parnassius apollo
Parnassius apollo
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Hexapoda
Classe Insecta
Sous-classe Pterygota
Infra-classe Neoptera
Ordre Lepidoptera
Sous-ordre Macrolepidoptera
Super-famille Papilionoidea
Famille Papilionidae
Sous-famille Parnassiinae
Genre Parnassius
Nom binominal
Parnassius apollo
(Linnaeus, 1758)
Statut de conservation IUCN :

VU A1cde : Vulnérable
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

Statut CITES : Cites II.svg Annexe II ,
Révision du 04-02-1977
Parnassius apollo
Statut CITES : Cites II.svg Annexe II ,
Révision du 01-07-1975
Parnassius apollo ssp. apollo

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

L’Apollon (Parnassius apollo Linnaeus, 1758) est un papillon appartenant à la famille des Papilionidae. Il porte le nom du dieu Grec de la lumière et des arts. Dans les temps anciens, Apollon était aussi considéré comme le dieu protecteur des troupeaux.

Sommaire

Description

Robuste et de grande taille (70mm d’envergure en moyenne). Les ailes possèdent plusieurs taches noires sur fond blanc. Leur extrémité, dépourvue d’écailles, paraît translucide. Les ailes postérieures présentent deux ocelles rouges cernés de noir et pupillés de blanc. La coloration rouge est plus marquée en face ventrale, surtout dans la partie basale.

Répartition

L’Apollon est inféodé aux climats de montagne ou continentaux d'Europe continentale et d'Asie centrale.

Voir pour la répartition française : Les Carnets du Lépidoptériste français (fr)

Pour la distribution suisse, voir le serveur cartographique du Centre suisse de cartographie de la faune

Distribution

Distribution de l'Apollon

L'Apollon peuple, entre 400 m et 2 500 m, la plupart des massifs montagneux d'Europe, de l'Espagne au sud de la Fennoscandie jusqu'aux Balkans et en Grèce, dont le nord-ouest du Péloponnèse.

En France, on le rencontre principalement entre 1 000 et 2 000 m, jusqu'à 2 300 m dans les Alpes du Sud, mais des populations dites "abyssales" vivent vers 400-600 m. dans le Vaucluse. Il est une « relique glaciaire », c'est-à-dire une espèce répartie en Europe occidentale durant les périodes glaciaires et se retirant sous l'effet du réchauffement soit vers le nord, soit en altitude.

Cette espèce a besoin de conditions climatiques précises (froid l'hiver, ensoleillé l'été). Elle exige aussi des espaces grandement ouverts (dont le recouvrement arbustif est inférieur à 5%) et dont la surface de pelouse est important (50% au moins). La présence des plantes grasses nourricières des chenilles demeure un élément déterminant.

Espèce protégée en France, l'Apollon est en régression partout dans les localités les plus basses. Cette régression peut être expliquée par l'abandon des pratiques pastorales et la fermeture des milieux.

Espèce montagnarde, le réchauffement climatique peut également devenir un facteur de disparition des populations qui ne pourraient trouver de refuge plus en altitude telle que les populations, en France, du Jura ou du Massif central.

L'Apollon a ainsi déjà disparu des Vosges où des tentatives de réintroduction ont échoué, ainsi que dans le Forez et la Sainte-Baume. De semblables efforts dans le Puy de Dôme ont par contre connu le succès.

L'Apollon est également éteint ou est en voie de disparaître en Allemagne, Finlande, Norvège, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Suède et Tchéquie. Il est absent des îles Britanniques et des îles méditerranéennes mais vole en Sicile.

Biologie

Les œufs sont généralement déposés sur les plantes-hôtes, essentiellement Sedum sp., Sempervivum sp. et Saxifraga sp.. Les chenilles hivernent à l’état juvénile dans l’œuf et éclosent au début du printemps (mars). Elles se nourrissent à découvert sur les feuilles. À la fin du dernier stade larvaire, elles tissent un cocon lâche légèrement enterré ou placé sous les herbes sèches (mai-juin). La nymphose (transformation en papillon adulte) dure de dix jours à plusieurs semaines.

L’éclosion des mâles précède généralement celle des femelles. La période de vol varie en fonction des régions et de l’altitude. Elle s’étend de juin, parfois mai, à août, parfois septembre dans les localités les plus hautes.

Les papillons adultes ne volent que par temps nettement ensoleillé. Ils préfèrent le nectar des fleurs violacées dans les champs (centaurées et chardons divers, scabieuses …), mais peuvent également se nourrir d’autres fleurs des pelouses.

Les sous-espèces

La variabilité de l'Apollon a conduit à en multiplier les sous-espèces.

Pour la France Helmut Glabl, en 2005, en distingue vingt-cinq : une pour les Vosges, une pour le Jura, douze pour les Alpes, six pour le Massif central et cinq pour les Pyrénées.

Roger Verity, en 1952, n'en dénombrait que dix-neuf : une pour les Vosges, deux pour le Jura, huit pour les Alpes, cinq pour le Massif central et trois pour les Pyrénées.

Une liste réduite de seize sous-espèces était proposée en 1978-1980 par Capdeville : une pour les Vosges, une pour le Jura, huit pour les Alpes (dont deux originaires d'Italie pouvant voler en France), quatre pour le Massif central et deux pour les Pyrénées.

Lerault, en 1997, réduisait ce nombre à dix : une pour les Vosges, deux pour le Jura, trois pour les Alpes, trois pour le Massif central et une pour les Pyrénées.

Une autre réduction, à huit sous-espèces, était opérée par J.-C. Weiss en 2005 : une pour le Jura (P. apollo nivatus Fruhstorfer, 1906), quatre pour les Alpes (P. apollo venaissinus Fruhstorfer, 1921; P. apollo provincialis Kheil, 1905; P. apollo leovigildus Fruhstorfer, 1909; P. apollo geminus Stichel, 1899), deux pour le Massif central (P. apollo lioranus Fruhstorfer, 1921; P. apollo lozerae Pagenstecher, 1909) et une pour les Pyrénées (P. apollo pyrenaicus Harcourt-Bath, 1896).

Dans cette logique Xavier Mérit et Véronique Mérit, en 2006, poursuivent plus loin dans les regroupements, la liste qu'ils proposent se limitant à 5 sous-espèces : P. apollo nivatus Frushtorfer, 1906 (Vosges et Jura), P. apollo geminus Stichel, 1899 et P. Apollo provincialis Kheil, 1905 (Alpes), P. apollo lioranus Frushstorfer, 1921 (Massif central), P. apollo pyrenaicus H Harcourt-Bath, 1896 (Pyrénées).

Espèce ressemblante

Littérature

Illustration de l'Apollon par le zoologiste allemand Jacob Hübner

L'écrivain et philosophe français Roger Caillois, particulièrement intéressé par la variabilité de l'Apollon, l'a évoqué dans ses études sur l'esthétique. L'Apollon, selon lui, « démontre avec éclat que la nature n'est jamais un moule, qu'elle ne saurait connaître la reproduction mécanique, qu'elle ne se répète pas ». Poursuivant sa rêverie, il se demande « si le caractère variable d'un papillon, quand ce caractère est aussi marqué qu'il est chez le Parnassius, n'est pas une preuve actuelle de l'existence d'une pareille et plus grande plasticité aux jeunes époques du monde. (…) Ensuite seulement vint l'ordre, c'est-à-dire la fixité des espèces (…) » (Un papillon variable, dans Opus international n°5, Paris, février 1968, pp. 19-22; repris en volume).

Bibliographie sélective

  • Lionel G. Higgins / Norman D. Riley, Guide des papillons d'Europe (Rhopalocères), Delachaux et Niestlé, Neuchâtel, 1971.
  • T. Tolman et R. Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, Lausanne/Paris, 1999 (ISBN 2603011413).
  • Bernard Turlin et Luc Manil, Étude synoptique et répartition mondiale des espèces du genre "Parnassius" Latreille 1804 ("Lepidoptera Papilionidae"), Lépidoptéristes parisiens et Luc Manil, Paris, 2005 (ISBN 295254400X) [80 pages, cartes des répartitions, 14 planches de photographies].
  • Les Parnassius de France, textes de Xavier Mérit-Véronique Mérit et Henri Descimon, cartes de répartition, planches, et photos en nature de Luc Manil, Xavier Mérit et Bernard Turlin, bibliographies, Bulletin des Lépidoptéristes parisiens, Volume 15 (2006), n°33 (numéro thématique), Paris, septembre 2006 (56 pages).

Liens externes

  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie

Ce document provient de « Apollon (papillon) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Apollon (Papillon) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Apollon (papillon) — Pour les articles homonymes, voir Apollon (homonymie). Apollon …   Wikipédia en Français

  • apollon — [ apɔlɔ̃ ] n. m. • 1800; de Apollon, lat. Apollo, nom d un dieu 1 ♦ Zool. Beau papillon diurne des montagnes d Europe et d Asie. ⇒ parnassien. 2 ♦ (1842 ; ce dieu étant toujours représenté par une figure humaine d une beauté parfaite) Fam. Homme… …   Encyclopédie Universelle

  • papillon — [ papijɔ̃ ] n. m. • 1275; lat. papilio → parpaillot, pavillon 1 ♦ Insecte lépidoptère sous la forme adulte, ailée. Principaux papillons : alucite, apollon, argus, bombyx, cossus, danaïde, liparis, machaon, mars, morio, noctuelle, paon, parnassien …   Encyclopédie Universelle

  • Apollon (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Cet article possède un paronyme, voir : Apollo. Dans la mythologie grecque, Apollo …   Wikipédia en Français

  • Apollon (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Cet article possède un paronyme, voir : Apollo. Dans la mythologie grecque, Apollon e …   Wikipédia en Français

  • apollon — (a po llon) s. m. Nom prop. Terme de mythologie. Le Dieu des beaux arts et de la poésie. Les favoris d Apollon, les poëtes. ÉTYMOLOGIE    Terme grec. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE    APOLLON. Ajoutez : 2°   Nom d un papillon. •   L apollon est… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Petit apollon — Pour les articles homonymes, voir Phoebus et Phébus. Petit apollon ou phoebus …   Wikipédia en Français

  • Semi-Apollon — Semi Apollon …   Wikipédia en Français

  • Archon (Papillon) — Pour les articles homonymes, voir Archon …   Wikipédia en Français

  • Archon (papillon) — Pour les articles homonymes, voir Archon …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”