Roger Caillois
Roger Caillois
Naissance 3 mars 1913
Reims
Décès 21 décembre 1978 (à 65 ans)
Kremlin-Bicêtre
Nationalité Française
Profession Écrivain, sociologue, essayiste
Autres activités Membre de l'Académie française

Roger Caillois, né le 3 mars 1913 à Reims et mort le 21 décembre 1978 au Kremlin-Bicêtre, est un écrivain, sociologue et critique littéraire français.

Sommaire

Biographie

Roger Caillois fait toutes ses études secondaires à Reims, habitant pendant sa jeunesse au 75 de la rue Hincmar, en face de la maison de Roger Gilbert-Lecomte. Il ne tarde pas à entrer en contact avec les membres de la revue Le Grand Jeu, soumettant ses premiers textes à Roger Gilbert-Lecomte et à René Daumal.

Venu à Paris en 1929 pour y préparer le concours de l'École normale supérieure (ENS), il suit une classe d'hypokhâgne, puis de khâgne, au Lycée Louis-le-Grand ; il est reçu à l'ENS de la rue d'Ulm en 1933 ; il y passe son agrégation de grammaire.
Durant cette période, il entre en contact avec André Breton, suite à sa réponse à une enquête sur la littérature. Il prend part aux activités du groupe, se liant d'amitié avec notamment Salvador Dali, Paul Éluard, Max Ernst.
Caillois rompt avec le surréalisme en 1935 en publiant sa lettre ouverte à André Breton, pour se rapprocher d'anciens surréalistes comme Tzara et Aragon autour de la revue Inquisitions. La revue entend mener une étude scientifique et rigoureuse des phénomènes humains, en se plaçant sous le signe d'un nouveau rationalisme inspiré par Gaston Bachelard. Au surréalisme succède donc le « surrationalisme ».

Cofondateur, avec Georges Bataille et Michel Leiris, du Collège de sociologie, Caillois fait, en 1938, la rencontre de la femme de lettres, éditrice et mécène argentine Victoria Ocampo, qui l'invitera à séjourner chez elle, en Argentine, durant la Seconde Guerre mondiale. Il dirige, pendant ces années-là, l'Institut français de Buenos Aires, et lance la revue Les Lettres françaises, à laquelle il travaille aidé de son épouse, Yvette[1], venue le rejoindre en Argentine en 1940.

Caillois divorce de son épouse Yvette[2] peu de temps après leur retour de Buenos-Aires, en 1945.

De retour en France, il anime chez Gallimard la collection « La Croix du Sud », spécialisée dans la littérature sud-américaine, et traduit les nouvelles fantastiques de Jorge Luis Borges. On retrouve également dans cette collection les écrits de Neruda ou d'Asturias.

Caillois est nommé haut fonctionnaire à l'Unesco dès 1948, où il occupe la direction de la division des lettres, puis du développement culturel.

En 1955, il publie dans La Nouvelle Revue française un article intitulé « Illusions à rebours »[3], dans lequel il expose ses réticences à la lecture de Race et Histoire de Claude Lévi-Strauss. Ce dernier lui répond dans l'article « Diogène couché », paru dans le numéro de mars des Temps modernes[4].

En 1957, il épouse en secondes noces Alena Vichr (de nationalité tchèque), rencontrée à l'Unesco et mère d'un garçon, Jan, qu'il élèvera.

Roger Caillois meurt en 1978 ; il repose au cimetière du Montparnasse.

Distinctions

Thèmes de son œuvre

Roger Caillois s'est, entre autres choses, interrogé sur la sympathie qui paraît régner entre les formes complexes du monde minéral et les figures de l'imaginaire humain. Le Fleuve Alphée et L'Écriture des pierres, notamment, explorent cette relation.

Œuvres

  • 1938 : Le Mythe et l'Homme
  • 1939 : L'Homme et le Sacré
  • 1942 : Puissances du roman
  • 1944 : La Communion des forts : études sociologiques
  • 1945 : Les Impostures de la poésie
  • 1946 :
    • Le Rocher de Sisyphe
    • Vocabulaire esthétique
  • 1948 : Babel, orgueil, confusion et ruine de la littérature
  • 1951 : Quatre Essais de sociologie contemporaine
  • 1956 : L'Incertitude qui vient des rêves
  • 1957 : Les Jeux et les Hommes
  • 1958 :
    • Art poétique. Commentaires. Préface aux poésies. L'Énigme et l'Image ; suivi de traductions de la Vajasameyi Samhita (XXIII, 45-62) par Louis Renou, du Heidreksmal et de Sonatorrek, par Pierre Renauld
    • Les Jeux et les hommes : le masque et le vertige
  • 1960 : Méduse et Cie
  • 1961 : Ponce Pilate, récit
  • 1962 : Esthétique généralisée
  • 1963 :
    • Bellone ou la pente de la guerre
    • Le Mimétisme animal
  • 1964 : Instincts et société, essais de sociologie contemporaine
  • 1965 : Au cœur du fantastique
  • 1966 : Pierres
  • 1970 : L'Écriture des pierres
  • 1973 :
    • La Dissymétrie
    • La Pieuvre : essai sur la logique de l'imaginaire
  • 1977 : Mise au net, traduction de poèmes d'Octavio Paz (Pasado en claro, 1975) ; avec la collab. de l'auteur et d'Yvette Cottier
  • 1978 :
    • Approches de la poésie : les impostures de la poésie, aventure de la poésie moderne, art poétique, reconnaissance à Saint-John Perse, résumé sur la poésie, ouverture
    • Le Champ des signes : récurrences dérobées, aperçu sur l'unité et la continuité du monde physique, intellectuel et imaginaire, ou premiers éléments d'une poétique généralisée
    • Le Fleuve Alphée, prix Marcel Proust, prix européen de l'essai Charles Veillon
  • 1979 : Approches de l'imaginaire
  • 1991 : Les Démons de midi (tiré d'un mémoire d'études de 1936[5])
  • 2007 : Images du labyrinthe
  • 2009 : Jorge Luis Borges

Éditions illustrées

Bibliographie

  • Odile Felgine, Roger Caillois (biographie), Éditions Stock, 1994
  • Stéphane Massonet, Les Labyrinthes de l'imaginaire dans l'œuvre de Roger Caillois, L'Harmattan, 1998
  • (de) Stephan Moebius, Die Zauberlehrlinge, Soziologiegeschichte des Collège de Sociologie, Konstanz, 2006
  • Lionel Moutot, Biographie de la revue Diogène, L'Harmattan, 2006

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Yvette Caillois, née Billod, rencontrée à Paris à l'époque de ses années à Louis-le-Grand, et mère de leur fille Catherine Rizea-Caillois.
  2. Yvette épousera l'un de ses camarades normaliens, Jean Cottier.
  3. Roger Caillois, « Illusions à rebours », dans Nouvelle Revue Française, no 24 et 25, décembre 1954 et janvier 1955 .
  4. Roger Caillois, Œuvres, Gallimard, coll. « Quarto », 2008, 1189 p., p. 62 
  5. Ce texte, d'abord publié dans la Revue de l'histoire des religions (CXVI, 2-3, 1937), a paru pour la première fois en volume en 1988 dans sa version italienne à l'initiative de Carlo Ossola (I demoni meridiani, trad. it. d'Alberto Pellissero, Turin, Bollati Boringhieri , 1988), précédant de peu la publication française, par les éditions Fata Morgana, en 1991.


Précédé par
Jérôme Carcopino
Fauteuil 3 de l’Académie française
1971-1978
Suivi par
Marguerite Yourcenar

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Roger Caillois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Roger Caillois — Saltar a navegación, búsqueda Roger Caillois (Reims, 3 de marzo de 1913 Le Kremlin Bicêtre, 21 de diciembre de 1978) fue un escritor, sociólogo y crítico literario francés. Contenido 1 Biografía 2 Te …   Wikipedia Español

  • Roger Caillois — (3 March 1913 21 December 1978), was a French intellectual whose idiosyncratic work brought together literary criticism, sociology, and philosophy by focusing on subjects as diverse as gems, play and the sacred. He was also instrumental in… …   Wikipedia

  • Roger Caillois — (* 3. März 1913 in Reims; † 21. Dezember 1978 in Paris) war ein französischer Soziologe, Literaturkritiker und Philosoph. Inhaltsverzeichnis 1 Leben und Werk 2 Werke 3 Literatur …   Deutsch Wikipedia

  • Prix Roger-Caillois — Le Prix Roger Caillois est un prix remis annuellement, créé en 1991 en partenariat avec le Pen Club de France et la Maison de l Amérique Latine ainsi que la Société des Lecteurs et Amis de Roger Caillois, récompensant un auteur latino américain… …   Wikipédia en Français

  • Prix Roger Caillois — Le prix Roger Caillois est un prix remis annuellement, créé en 1991 en partenariat avec le Pen Club de France et la Maison de l Amérique latine ainsi que la Société des lecteurs et amis de Roger Caillois, récompensant un auteur latino américain… …   Wikipédia en Français

  • Roger Callois — Roger Caillois (* 3. März 1913 in Reims; † 21. Dezember 1978 in Paris) war ein französischer Soziologe, Literaturkritiker und Philosoph. Inhaltsverzeichnis 1 Leben und Werk 2 Werke 3 Literatur 4 …   Deutsch Wikipedia

  • Caillois — Roger Caillois (* 3. März 1913 in Reims; † 21. Dezember 1978 in Paris) war ein französischer Soziologe, Literaturkritiker und Philosoph. Inhaltsverzeichnis 1 Leben und Werk 2 Werke 3 Literatur 4 …   Deutsch Wikipedia

  • CAILLOIS (R.) — Comme les pierres qu’il aimait tant et dont il fut le poète, Roger Caillois présente plusieurs facettes au premier abord contradictoires. Cet ancien surréaliste, normalien agrégé de grammaire, qui fut haut fonctionnaire de l’U.N.E.S.C.O. et entra …   Encyclopédie Universelle

  • Caillois — Caillois, Roger …   Enciclopedia Universal

  • Caillois —   [kaj wa], Roger, französischer Schriftsteller, * Reims 3. 3. 1913, ✝ Paris 21. 12. 1978; 1967 71 Leiter der Abteilung für kulturelle Entwicklung bei der UNESCO; verfasste soziologische, philosophische und literarische Studien. Seine Konzeption… …   Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”