Materialisme

Matérialisme

Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre le matérialisme (pensée philosophique), avec l'attitude matérialiste
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir matérialisme (homonymie).

Le matérialisme est une philosophie qui affirme que la substance du monde est de nature matérielle (voir Démocrite).

Sommaire

Définition

Le matérialisme considère que la matière construit toute réalité et s'oppose au spiritualisme pour lequel l'esprit domine la matière. Matérialisme et spiritualisme sont des philosophies sur la nature de l'être. Leur opposition ne doit pas se confondre avec celle de l'idéalisme et du réalisme, qui sont des doctrines sur l'origine de la connaissance. D'une façon générale, le matérialisme rejette l'existence de l'âme, de l'esprit, de la vie éternelle, ou de Dieu. Il considère que la conscience, la pensée et les émotions sont les conséquences de mécanismes matériels. Pour le matérialisme, la mort du corps matériel entraine la disparition de la conscience et de la sensation d'exister. Le matérialisme considère que le monde résulte de mécanismes matériels, sans but et sans signification et que l'esprit est une illusion. Matérialisme et spiritualisme ne sont pas des doctrines du courant réaliste, leurs philosophies respectives reposent sur une représentation mentale de la réalité (idéalisme).

Histoire

Sanzio 01 cropped.png
Histoire de la
Philosophie

Origines de la philosophie (article)

Philosophie occidentale :
Philosophie présocratique
Philosophie antique
Philosophie médiévale
Philosophie de la Renaissance
XVIIe: Rationalisme - Empirisme
XVIIIe: -Philosophie des Lumières
-Matérialisme
XIXe: -Idéalisme allemand
-Positivisme
-Libéralisme
-Philosophie sociale
XXe: -Philosophie analytique
-Phénoménologie
-Philosophie postmoderne

Philosophies orientales :
Philosophie chinoise
Philosophie indienne
Philosophie bouddhiste
Philosophie islamique
Philosophie japonaise
Philosophie juive

Le terme est inventé par Leibniz en 1702, et revendiqué pour la première fois par La Mettrie vers 1748[réf. nécessaire]. Pourtant et donc rétrospectivement, les premiers matérialistes, dits mécanistes, sont des philosophes de l'Antiquité : Héraclite, Démocrite, Leucippe, Diogène, Épicure, Lucrèce. La philosophie classique a longtemps réduit le matérialisme des philosophes de l'Antiquité à des questions de physique sur la continuité de la matière (y a-t-il des grains de matière ? Les atomes évoluent-ils dans le vide ? etc.). Toutefois, en consultant Diogène Laërce, on constate que les ouvrages écrits par les penseurs matérialistes de l'Antiquité sont pour la plupart des ouvrages d'éthique. Ainsi, dès l'Antiquité, les matérialistes prônent l'utilisation de la matière et du réel comme base fondamentale pour expliquer les phénomènes, philosopher et produire le savoir. Pour les matérialistes, il n'y a que de la matière et le fonctionnement du monde ne peut être compris qu'en partant de ce qui est observable ou le sera. C'est donc le principe fondamental du développement des connaissances en sciences (au sens large) que l'on retrouve au cœur du matérialisme. En cela, l'opposition est radicale avec Parménide, Platon, les stoïciens, puis les pères de l'Église chrétienne, et enfin l'idéalisme allemand, avec Kant et Hegel, pour lesquels le monde véritable et parfait existe en dehors de toute matière et de toute réalité observable. La vérité du monde ne peut être atteinte que par la pensée, la réalité du monde et sa matière n'étant qu'une représentation et une approximation imparfaite de la vérité. Cette différence fondamentale qui existe depuis l'antiquité peut être prise comme la distinction irréductible entre le courant idéaliste et le courant matérialiste.

Acceptions possibles

Il existe plusieurs acceptions au terme matérialisme suivant les contextes.

Le matérialisme éthique

Il désigne une disposition de pensée qui consiste à se ramener au réel sur les questions de la morale. Aucune valeur morale n'est transcendante ou universelle puisqu'elles sont toutes issues des cultures humaines et des caractères innés de l'espèce. Une valeur morale est donc un phénomène que l'on peut étudier comme on étudie une molécule en physique ou un langage en philologie. La valeur morale est une conséquence humaine dépendant des contextes, des histoires individuelles et collectives, etc. Elle n'a pas d'existence "en soi". Il n'y a donc pas d'universalisme en matière de morale. Sur ce terrain, des penseurs comme Spinoza ou Nietzsche travailleront à échapper au relativisme en matière de valeurs en cherchant des moyens de distinguer les valeurs morales qui sont propices ou néfastes à la vie. Pour les matérialistes, l'homme en tant qu'individu est "au-dessus" de ses valeurs morales, il en est le créateur. Cette pensée s'oppose directement à la pensée idéaliste pour laquelle les valeurs morales existent de toute éternité dans le fonctionnement de l'Univers, l'humanité n'ayant qu'à appliquer ces règles de vie. La fracture avec l'idéalisme se fait sur ce point. Historiquement, l'enjeu de cette différence a été et demeure colossal : les régimes politiques ont toujours favorisé l'orientation idéaliste puisqu'elle incline l'individu à suivre simplement des règles édictées. À l'inverse, l'orientation matérialiste ramène l'individu à sa responsabilité personnelle quant à ses choix et sa façon de vivre quotidiennement. « Responsabilité personnelle » n’étant pas à confondre avec « libre arbitre » antinomique du déterminisme matérialiste.

Le matérialisme scientifique

Pour le matérialisme scientifique, la pensée se ramène à des faits purement matériels ou en constitue un épiphénomène. La constitution du savoir scientifique repose toujours sur la comparaison: théorie-expérience ou théorie-observation, c'est cette comparaison qui valide ou invalide une théorie. En ce sens, l'idée du monde est soumise à ce qu'est réellement le monde, d'où l'orientation matérialiste qui est le fondement de tout savoir. C'est cette condition qui permet de rejeter toute forme de savoir fondé sur l'imagination détachée de toute réalité.

À l'inverse, le conte, le mythe, le dogme ou la science fiction ne s'occupe pas de savoir si les idées proposées sont en concordance avec la réalité.

La conception matérialiste de l'histoire

Article détaillé : Matérialisme historique.

La conception matérialiste de l'histoire (parfois appelée matérialisme historique ou nouveau matérialisme) est une vision d'origine marxiste d'analyse de l'histoire, des luttes sociales et des évolutions économiques et politiques fondée sur leurs causes matérielles : l'histoire des classes sociales, de leurs rapports, et de leur évolution. Elle a été définie et mise en œuvre notamment par Karl Marx et Friedrich Engels (Les Luttes de classe en France, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, Le Capital, Le Manifeste du Parti communiste, L'idéologie allemande), Rosa Luxemburg (Grève de masse, partis et syndicats, La Révolution russe) et Anton Pannekoek (Le Matérialisme historique).

Les historiens matérialistes attachent par contre beaucoup moins d'importance aux dynasties ou aux religions par exemple, considérés comme des produits de leur époque et de leurs rapports sociaux et non comme des évènements influant profondément sur le cours de l'histoire. Le sociologue Max Weber travaillera beaucoup sur ces aspects. De même Pierre Bourdieu qui prolongera la notion de capital pour la rendre plus apte à rendre compte des rapports sociaux et luttes entre groupes sociaux. Leurs travaux montrent que si le matérialisme historique d'origine marxiste est une grille d'analyse puissante et demeure incontestablement une avancée spectaculaire dans l'étude économique et sociale, il demeure incomplet car négligeant tout facteur ne relevant pas directement de la possession de capital économique. C'est ce qui amènera Pierre Bourdieu à qualifier le matérialisme marxiste de matérialisme "court" ou "réducteur".

Principe

Le matérialisme est une hypothèse de travail, un postulat de fonctionnement pour la constitution du savoir. Tout savoir se constitue à partir de l'observation ou de l'expérimentation du réel. L'être humain a toujours constaté des phénomènes (et des épiphénomènes) autour de lui et proposé des explications dans le but de comprendre le fonctionnement de son environnement et du monde observable en général (tout ceci dans le but de faciliter et favoriser son existence). Le matérialisme propose deux fondements pour la constitution du savoir :

  • il faut tâcher d'expliquer les phénomènes avec le minimum d'hypothèses extérieures possible, d'où l'option de toujours réduire les explications à des phénomènes ayant pour origine la matière (par exemple, la conscience est un phénomène ayant pour origine le fonctionnement du cerveau humain). On appelle souvent théorie les explications proposées lorsqu'elles proposent un cadre et des concepts pour expliquer les phénomènes.
  • toute hypothèse explicative formulée (ou théorie) doit être vérifiée et validée par confrontation avec l'observation ou l'expérience.

Constitution du savoir (ou de la science) dans le cadre du matérialisme

Pour certains il existe une controverse entre matérialisme et réalisme, mais d'autres voient dans le matérialisme une forme de réalisme[1]. Pour le matérialisme la confrontation entre :

est un point fondamental. Confronter les théories avec le réel est un point crucial de la progression de toute forme de savoir sur le fonctionnement du monde (désigné aussi par science). On appelle souvent cette confrontation : validation.

Expliquer un phénomène a pour but de proposer un savoir solide et valable. C’est-à-dire un savoir que l'on puisse transposer et utiliser par la suite dans d'autres situations de même type, voire dans d'autres domaines si cela est possible. L'idée est qu'une explication qui n'est pas vérifiée ne sert à rien au sens où elle n'est qu'une conjecture possible parmi des milliers d'autres que tout un chacun peut imaginer et inventer. Si elle n'est pas validée, une théorie ne sert à rien (notamment, elle ne peut pas servir à faire progresser le savoir ou la science) ; on ne peut pas se fier à elle pour expliquer davantage de choses simplement parce que l'on n'est pas sûr qu'elle rende effectivement compte des phénomènes observés et du fonctionnement de la réalité. Elle peut n'être qu'une proposition farfelue que seule la validation permet de consolider.

  • Exemple : on a cru pendant très longtemps que le cœur créait le sang, qu'il était une machine divine qui produisait le sang à l'infini. Cette supposition est à la base des techniques de saignées dans la médecine ancienne en occident : le sang mauvais et malade était éliminé par saignées pour faciliter la production de sang sain par le cœur. Pour des raisons qui ne concernent pas le sujet présent, il a été longtemps interdit de vérifier si oui ou non cette hypothèse du cœur créateur du sang était valide. Lorsque l'on a enfin pu observer le corps humain pour regarder comment l'organisme fonctionne réellement, il a été possible de dire que l'explication du cœur créateur de sang était fausse. Le cœur est une pompe. La confrontation avec l'observation du fonctionnement du corps a permis d'infirmer une hypothèse et de confirmer le cœur comme pompe.
  • Exemple : les Égyptiens connaissaient déjà le diamètre de notre planète (en pas de chameaux !). Dans le haut Moyen Âge, l'occident se représentait la Terre comme plate. Cette représentation n'avait pas d'impact direct sur l'organisation sociale, à cette époque où la culture était le fait des monastères chrétiens. Cependant, avec cette hypothèse, les techniques de localisation des navires ne pouvaient pas progresser. Dans le Bas Moyen Âge, le développement de la navigation à partir du XIIe siècle a nécessité de passer à l'hypothèse de la rotondité. La représentation d'une Terre ronde chez Ptolémée et Aristote, qui était adoptée par les géographes et les astronomes islamiques, s'accordait avec les relevés géographiques des navigateurs qui se sont lancés dans les grandes découvertes de la Renaissance. Aussi, parmi toutes les explications possibles d'un phénomène, la science moderne propose de ne garder que celles que l'on peut vérifier par l'expérience et/ou l'observation humaines. Si une théorie est validée, les explications qu'elle fournit s'avèrent en principe capables d'expliquer d'autres phénomènes et de révéler de nouvelles modalités de fonctionnement qui sont à même d'aider la compréhension de nouveaux phénomènes, et ainsi de suite. On peut donc s'en servir pour faire progresser le savoir. Le savoir permet quant à lui de soigner, de lancer des fusées, de construire des voitures, de protéger l'environnement, de construire des maisons, etc. Une théorie qui n'est pas validée est une hypothèse qu'il faudra vérifier. Une théorie qui n'est pas validée parce qu'elle n'est pas en accord avec la réalité (expérience ou observation) doit être modifiée pour tenir compte de ce qu'elle ne prend pas en compte. C'est le processus de progression du savoir.

Ce mode de constitution du savoir est celui qui a été retenu pour définir ce qui est une science : une science moderne est un domaine où les hypothèses se confrontent avec la réalité, pour constituer le fondement des connaissances (sciences dites dures, sciences humaines, sciences du vivant, etc.).

Les derniers développements des sciences et des techniques ont montré que la validation d'une théorie est un processus très complexe, dans lequel l'obtention d'une certitude scientifique est devenue plus difficile à saisir. En effet, compte tenu du fond chrétien dans la pensée occidentale, on a longtemps considéré comme évidentes l'unicité et l'universalité de la description scientifique d'un phénomène (le mouvement scientiste à la fin du XIXe siècle sera par bien des égards l'apogée de cette pensée fausse). Heureusement, les révolutions scientifiques du début du XXe siècle ont apporté la notion de domaine de validité d'une théorie scientifique qui explique qu'une théorie scientifique n'est valide que dans certaines conditions qui indiquent dans quels cas il est possible d'utiliser telle ou telle théorie. Sorti de ces conditions d'utilisation, les résultats d'une théorie n'ont aucun rapport avec le réel puisque la théorie est employée n'importe comment. On n'aura pas idée de faire la cuisine avec une perceuse, c'est la même chose en science : un outil scientifique (une théorie est un outil scientifique) doit être utilisée dans son cadre d'application. Par exemple :

  • On a longtemps cru à l'universalité de la mécanique de Newton (Newton l'a 'modestement' baptisé : "Loi Universelle de la Gravitation"), mais les résultats ont mis en évidence qu'elle n'est valide qu'a de faibles vitesses et pour des masses peu importantes. C’est-à-dire que sous ces conditions, les prédictions qu'elle permet d'obtenir sont en bon accord avec les résultats des observations (on peut l'utiliser pour des voitures, des chutes de corps sur Terre, etc.). Mais à de grandes vitesses et pour des masses très importantes, les résultats et les observations commencent à être différents (on le constate lorsque l'on étudie le mouvement des planètes dans le système solaire). Lorsque l'on étudie des phénomènes avec des masses énormes (étoile à neutrons par exemple) ou des vitesses supérieures à 1/10e de la vitesse de la lumière, les prédictions données par la théorie de Newton n'ont alors plus rien à voir avec les résultats des observations : on est sorti du domaine de validité de la mécanique de Newton.
  • Certains modèles de turbulence en thermohydraulique sont des théories valables dans certaines conditions (sur les fluides considérés, les températures, les pressions, etc.).
  • La lumière peut être décrite par une théorie ondulatoire mais aussi par une théorie corpusculaire. Les deux sont valides et l'emploi de l'une ou l'autre des deux théories va dépendre des phénomènes étudiés, donc du domaine de validité qu'il faut considérer.

La règle est simple : Si on ne respecte pas le domaine de validité d'une théorie scientifique, on peut lui faire dire n'importe quoi. Typiquement, l'apparition de la statistique en physique moderne avec la mécanique quantique pour décrire le comportement atomique et sub-atomique de la matière a permis à nombre de personnes ignorantes de dire que le "hasard" revenait dans la vie de tous les jours. Sauf qu'il ne s'agit pas de "hasard" puisque la mécanique quantique calcule très précisément des probabilités d'interaction (et que la validité de ces résultats est très bien vérifiée) et que cette théorie scientifique ne fonctionne qu'à l'échelle microscopique (atomique et sub-atomique), et qu'elle est complètement inutilisable à l'échelle macroscopique (autrement dit : à notre échelle).

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Guillaume Lecointre, "Il est vrai que le matérialisme scientifique est réaliste, d'un réalisme qui postule que l'univers autour de nous existe vraiment indépendamment de nous, et qui postule en plus que cet univers est matériel", à propos de "J. Dubessy, G. Lecointre, M. Silberstein (ss la dir.) (2004) Les matérialismes (et leurs détracteurs), Syllepse, Paris, 788 p."
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de « Mat%C3%A9rialisme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Materialisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MATÉRIALISME — Le mot matérialisme désigne une attitude philosophique caractérisée par le recours exclusif à la notion de matière pour expliquer la totalité des phénomènes du monde physique et du monde moral. Cette conception est attestée dès le moment où se… …   Encyclopédie Universelle

  • materialisme — n. phil. : matérialisme > Lo materialisme istoric : le matérialisme historique …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • matérialisme — MATÉRIALISME: Prononcer ce mot avec horreur en appuyant chaque syllabe …   Dictionnaire des idées reçues

  • Matérialisme —  Ne pas confondre le matérialisme (pensée philosophique), avec l attitude matérialiste Pour les articles homonymes, voir matérialisme (homonymie). Le matérialisme englobe toutes les philosophies dites matérialistes qui affirment que la… …   Wikipédia en Français

  • matérialisme — (ma té ri a li sm ) s. m. 1°   Terme de philosophie. Système de ceux qui pensent que tout est matière, et qu il n y a point de substance immatérielle. •   Il me paraît qu en général il y a beaucoup d injustice et bien peu de philosophie à taxer… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MATÉRIALISME — s. m. Système de ceux qui pensent que tout est matière …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MATÉRIALISME — n. m. Doctrine philosophique qui ramène tout à la matière …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • materialisme — ma|te|ri|a|lis|me Mot Pla Nom masculí …   Diccionari Català-Català

  • materialisme — ma|te|ri|a|lis|me sb., n (livsholdning som lægger vægt på materielle goder; en filosofisk retning) …   Dansk ordbog

  • matérialisme — nm. MATÉRYALISMO (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”