Maladie De Parkinson

Maladie de Parkinson

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parkinson.
Maladie de Parkinson
CIM-10 : G20

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central responsable de troubles essentiellement moteurs d'évolution progressive.

Ses causes sont mal connues. Le tableau clinique est la conséquence de la perte de neurones du locus niger (ou « substance noire ») et d'une atteinte des faisceaux nigro-striés. La maladie débute habituellement entre 45 et 70 ans. C'est la deuxième maladie neuro-dégénérative, après la maladie d'Alzheimer. La maladie de Parkinson se distingue des syndromes parkinsoniens qui sont généralement d'origines diverses, plus sévères et répondent peu au traitement.

Sommaire

Historique

James Parkinson en fait la première description en 1817[1].

Épidémiologie

Sa prévalence dans les pays occidentaux augmente avec l’âge. Elle est de 1 à 2 pour 1000 dans la population générale. Elle est rare avant 40 ans. L’âge habituel de début est autour de 60 ans.Elle se déclare chez le plus souvent chez les hommes ayant plus de 40 ans. Elle est plus importante chez les sujets âgés, dépassant 4% chez les personnes de plus de 85 ans[2]. Cependant, les études épidémiologiques dans cette tranche d'âge ne distinguent pas la maladie de Parkinson des syndromes parkinsoniens. Les hommes seraient plus souvent atteints que les femmes mais les études ne sont pas unanimes[3].
C'est une cause importante de handicap moteur chez les sujets âgés avec les accidents vasculaires cérébraux.[4]

Les non-fumeurs auraient un risque plus important de développer la maladie[5]. De même, la consommation de café pourrait avoir un rôle protecteur, du moins chez l'homme[6].

Physiopathologie

Le dérèglement du système dopaminergique est une caractéristique importante de cette maladie. Il existe dans certaines structures du cerveau un déficit de dopamine (un neurotransmetteur, molécule servant de messager chimique entre deux neurones, synthétisée dans une terminaison axonale ; le neurotransmetteur est libéré dans la fente synaptique en réponse à un influx nerveux). Les altérations cérébrales ne se limitent pas seulement à la sphère dopaminergique et de nombreux systèmes de neurotransmetteurs (sérotoninergiques,cholinergiques, glutamatergiques, adénosinergiques ou encore adrénergiques) sont également atteints.

Il y a eu de très nombreux progrès dans la physiopathologie de la maladie à la suite de la découverte de nombreux gènes impliqués dans des formes rares de la maladie. Plusieurs structures cérébrales sont atteintes au cours de la maladie. Les tubercules olfactifs et le locus cœruleus sont affectés en premier rendant compte des troubles de l'olfaction et du sommeil (agitation nocturne et cauchemars) initiaux. Ensuite, des structures impliquées dans la régulation motrice (substance noire) situées dans la partie haute du tronc cérébral vont être atteintes et entrainer les signes moteurs caractéristiques de la maladie. Enfin après plusieurs décennies d'évolution, des structures corticales peuvent être touchées.

Les processus biologiques suspectées pouvant entraîner cette perte neuronale sont variés : stress oxydant, dysfonctionnement mitochondrial, apoptose, accumulation de protéines......

Causes

La cause de cette affection n'est pas encore déterminée. Elle pourrait être la conséquence de l'interaction entre une prédisposition génétique et des co-facteurs environnementaux. On suspecte depuis de nombreuses années des toxiques environnementaux, métaux lourds et pesticides notamment, mais il n'y a pas de preuves d'une cause unique.

L'exposition aux pesticides augmenterait le risque de maladie de Parkinson de près de 70% : 5% des personnes exposées aux pesticides risqueraient de développer la maladie contre 3% pour la population générale[7]. Cette maladie est effectivement plus fréquente en milieu rural qu'urbain. Les organochlorés seraient les premiers responsables (risque jusqu'à 2,4 fois plus élevé que la normale alors qu'en moyenne le risque serait doublé pour l'exposition aux pesticides selon l'Inserm et l'université Pierre-et-Marie-Curie. En France, la Sécurité sociale a reconnu en 2006 un cas de maladie de Parkinson comme maladie professionnelle pour un ancien salarié agricole[8].

Le rôle d'un traumatisme crânien peut être suspecté, ce dernier étant plus fréquemment retrouvé dans les antécédents des parkinsoniens[9].

En France, cette pathologie ne figure pas dans le tableau des maladies professionnelles, malgré quelques exceptions[10]. En réaction, la Fédération CFE-CGC de la Chimie a souhaité, en septembre 2006, vouloir attirer «l'attention des employeurs sur les attitudes préventives à faire adopter aux salariés en cas de manipulation des pesticides», car les protections individuelles complètes (bottes, gants, masque et combinaison) sont encore rarement utilisées.

Plusieurs gènes ont été identifiés dans des familles de parkinsoniens, dont des mutations sur le gène LRRK-2, notamment dans certaines populations où les formes familiales sont plus fréquentes[11]. L'atteinte d'autres gènes a été décrites mais est sensiblement plus rare. C'est le cas, en particulier, de la maladie de Gaucher.

Diagnostic

Le diagnostic doit être évoqué devant la constatation de symptômes bien particuliers :

  • Hypertonie musculaire extrapyramidale que l'on appelle « plastique » par opposition à l'hypertonie spastique, c’est-à-dire qu'on a la sensation de « tuyau de plomb » lors de la mobilisation passive du membre. Cette rigidité peut céder par à-coups (aspect de roue dentée). L'attitude générale est en flexion (Cyphose dorsale, membres semi-fléchis) et donne un aspect penché en avant. Elle est augmentée par la manœuvre de Froment, persiste en décubitus (signe de l'oreiller).
  • Tremblement de repos des extrémités notamment du pouce :  le patient semble compter sa monnaie, ou rouler de la mie de pain. Il est lent et régulier, pouvant plus rarement persister dans l'attitude. Classiquement, il disparait lors des mouvements volontaires et du sommeil, est augmenté par les efforts de concentration tels que le calcul mental, et respecte le cou et le chef mais peut toucher le menton.
  • Akinésie : elle consiste en une rareté et une lenteur des mouvements (bradykynésie). Elle se manifeste aussi par une perturbation de la mimique et des mouvements automatiques comme ceux de la marche. C'est le signe le plus important de la maladie. Le patient a un visage impassible, la bouche entrouverte, clignant rarement des yeux. La marche est lente à petits pas, parfois entrecoupée d'arrêts avec piétinement. Elle est parfois rapide (festination), le malade penché en avant paraissant courir après son centre de gravité. Il y a toujours perte du ballant des bras. Les mouvements alternatifs rapides des membres (épreuve des marionnettes) sont mal réalisés.

le diagnostic est parfois difficile, les symptômes pouvant donner l'aspect d'une dépression ou avoir une allure rhumatismale.

D'autres symptômes peuvent être rencontrés plus ou moins tardivement: dépression, chutes, hypersalivation, réflexe oculo-palpébral inépuisable, une micrographie (la calligraphie diminue en amplitude), troubles du comportement en sommeil paradoxal, hypotension orthostatique, troubles urinaires... L'altération de l'odorat est l'un des premiers signes même si elle est difficile à évaluer[12]. Des troubles cognitifs voire une démence peuvent survenir chez le patient âgé.

Le diagnostic de maladie de Parkinson est habituellement clinique. Il repose sur la mise en évidence d'une akinésie associée à un autre symptôme (rigidité, tremblement de repos, ou trouble postural). Il existe un certain nombre d'affections neurologiques avec des symptômes semblables mais qui souvent répondent peu au traitement. Ces affections sont regroupées sous le terme de syndromes parkinsoniens (paralysie supranucléaire progressive, atrophie multisystématisée, etc.). En théorie, la certitude du diagnostic n'est obtenue que par l'étude histologique du cerveau mais les critères diagnostiques actuellement définis permettent de faire le diagnostic sans trop de difficultés. Dans certains cas, on peut avoir recours à la réalisation d'une scintigraphie cérébrale (DATscan) qui permet de montrer l'atteinte du striatum. Le scanner cérébral et l'imagerie par résonance magnétique sont normaux mais permettent d'éliminer d'autres maladies pouvant avoir des signes proches.

Sous l'influence des traitements, les symptômes vont se modifier. On voit apparaitre des mouvements anormaux dyskinésies pouvant être parfois très impressionnants. Ce sont des mouvements parasites très variés des mouvements volontaires (ouverture-fermeture des yeux, grimace, mouvements de langue, de rotation de la tête, d'ascension d'une épaule, d'enroulement du bras ou de la jambe...)

Diagnostic différentiel

Autres syndromes parkinsoniens

  • Syndrome parkinsonien postneuroleptiques (butyrophénones, phénothiazines) mais aussi neuroleptiques atypiques et neuroleptiques cachés(ex: Primpéran: Métoclopramide). Il a également été décrit après l'emploi de certaines herbes ( dont le kava[13])
  • Maladie à corps de Lewy: syndrome parkinsonien débutant chez le sujet âgé rapidement associé à des troubles cognitifs, des troubles attentionnels, du sommeil et des hallucinations visuelles.

et exceptionnellement :

  • Maladie de Wilson : Diagnostic à évoquer chez un sujet jeune avec des antécédents familiaux
  • Paralysie supranucléaire progressive (P.S.P.) ou maladie de Steele-Richardson.
  • Atrophie multi-systematisée: signes extrapyramidaux associés plus ou moins à des signes pyramidaux, dysautonomiques (hypotension orthostatique, impuissance) ou cérébelleux (troubles de l'équilibre)
  • Dégénérescence cortico-basale: affection rare se traduisant par une apraxie, des signes extrapyramidaux unilatéraux.
  • Rares intoxications:MPTP (toxicomanie), pesticides,..
  • Parkinson vasculaire: accidents vasculaires touchant les noyaux gris centraux.
  • hydrocéphalie à pression normale.

Tremblements non-parkinsoniens

Il existe plus d'une vingtaine d'autres causes de tremblements, notamment la plus fréquente, le tremblement essentiel, qui est un tremblement lors des mouvements (ou dans le maintien d'attitude : tremblement postural), et non de repos, comme le tremblement parkinsonien. Seul un diagnostic posé par un neurologue permet de confirmer l'existence d'une pathologie précise.

Prise en charge

Traitement médicamenteux

Actuellement, aucun médicament n'a démontré d'efficacité sur la progression de la maladie : il n'existe pas de traitement curatif de la maladie. Les traitements médicamenteux restent donc aujourd'hui encore purement symptomatique (agissant sur les symptômes).

La L-DOPA est le traitement le plus utilisé car le plus actif. Ce médicament va être transformé en dopamine et utilisé par l’organisme. La transformation se passe dans le système nerveux central mais aussi dans tout l’organisme par la DOPA décarboxylase au niveau sanguin. Pour cette raison, ce traitement est couplé à un inhibiteur de la décarboxylase périphérique ou de la catheco-O-méthyl transférase qui permet de diminuer la transformation périphériquee et ainsi de diminuer les effets secondaires tout en multipliant par 10 la disponibilité au niveau du système nerveux central. Les effets secondaires comme des nausées ou des vomissements sont devenus rares lorsque l'on augmente les doses progressivement. La L-DOPA a une demi vie (temps au bout duquel la molécule est à moitié éliminée de l'organisme) comprise entre 1h30 et 3h. Les prises du médicament seront donc répétées et régulières tout au long de la journée afin de maintenir un taux sanguin stable, et donc un effet clinique permanent. L'effet des médicaments va se modifier au cours du temps en raison d'une augmentation de la sensibilité des récepteurs cérébraux à la L-DOPA et de la diminution de la durée d'action de chaque prise de médicaments. Ces deux particularités vont respectivement entraîner des fluctuations d'effet et des dyskinésies (mouvements involontaires). Les fluctuations motrices peuvent être précoces. Le malade présentent des états de blocage au cours de la journée imposant des modifications d'horaires et l'utilisation de formes à libération prolongée. Les dyskinésies surviennent le plus souvent au moment où les taux de L-DOPA sont le plus importants dans le sang. Elles peuvent être retardées par la prise d'agonistes dopaminergiques. Lorsque celles-ci surviennent, il est nécessaire de diminuer la dose de la prise unitaire de L-DOPA.

La deuxième grande catégorie de traitement médicamenteux est la classe des agonistes dopaminergiques, par inhibition de la monoamine oxidase, entraînant une augmentation de la dopamine produite par le cerveau par baisse de son catabolisme. Les deux molécules utilisées dans ce but sont la selegiline et la rasagiline. Ceux-ci peuvent remplacer la L-dopa au début de la maladie. Ils sont utilisés en première intention surtout chez les patients les plus jeunes afin d'économiser la L-dopa, ou sont associés à la L-DOPA à un stade plus évolué, permettant de préserver son efficacité à plus long terme.

D'autres traitements médicamenteux existent en particulier pour optimiser l'efficacité de la L-DOPA. En cas d'échec de ce dernier, l'utilisation de tolcapone peut être proposée[14].

L'importance de l'effet placebo est à noter dans cette maladie, avec une amélioration de près de 15% des cas[15].

Le traitement de la maladie de Parkinson a fait l'objet d'un consensus repris dans les recommandations de la Haute Autorité de Santé.[16]

Mesures diététiques

Une alimentation riche en protéines pourrait réduire l'efficacité de la levodopa par compétition au niveau de son absorbtion intestinale. Mais les études n'ont pas confirmé l'intérêt d'une diète en protéines. La prise du médicament en début de repas est parfois conseillée.

Exercices physiques

La pratique régulière d'exercices, (éventuellement dans le cadre d'activités physiques adaptées) est essentielle pour maintenir mobilité, flexibilité, équilibre et pour combattre les effets et symptômes secondaires. De plus, la pratique régulière d'un sport permet d'augmenter la sécrétion naturelle de dopamine[réf. nécessaire]. Les résultats concrets des effets de la réadaptation physique sur la maladie de Parkinson montre une amélioration fonctionnelle notable[17].

Traitements chirurgicaux

Un traitement chirurgical des symptômes par implantation d'électrodes de stimulation est disponible depuis 1998 en Europe, 2000 aux États-Unis. Il a été développé chez l'homme par Alim-Louis Benabid et Pierre Pollak à Grenoble en 1993, suite a des études menées sur le primate par Abdelhamid Benazzouz à Bordeaux. Cette technique de stimulation cérébrale profonde réduit fortement les trois symptômes moteurs de la maladie. Une électrode est implantée dans le noyau subthalamique, et un neuro-stimulateur y envoie des impulsions électriques, ce qui semble rétablir le fonctionnement normal du système. Ce traitement ne concerne qu'environ 10% des patients, du fait de la lourdeur de l'opération et de critères d'inclusion très stricts (stade de la maladie, sensibilité à la L-DOPA, âge...). Cette technique ne doit être réalisée que par des équipes expertes. Elle permet d'obtenir de manière continue des effets similaires à ceux de la L-DOPA et de limiter les dyskinésies et fluctuations motrices. La greffe des cellules fœtales est une technique qui consiste à injecter par voie stéréotaxique des cellules issues de produits d'avortement dans le striatum des patients. La difficulté d'obtention des cellules, la lourdeur de la méthode et la nécessité d'immunosuppression ont limité le développement de cette technique au profit de la stimulation intracérébrale chronique

Un autre traitement par stimulation électrique du cortex moteur est à l'étude depuis 2004 et avait donné des premiers résultats encourageants. Ce traitement étant moins lourd que le précédent, les chercheurs espéraient ainsi pouvoir en faire bénéficier un plus grand nombre de patients.[18] Mais ces premiers résultats n'ont pas été confirmés et cette piste est quasiment abandonnée.

Perspectives thérapeutiques

Thérapie génique

Cette technique consiste à injecter dans certains zones du système nerveux central des vecteurs viraux porteurs de certains gènes. Ces gènes vont être intégrés dans le génome des cellules hôtes et secréter des substances neuroprotectrices ou des enzymes intervenant dans la synthèse de neuromédiateurs. Des études préliminaires ont montré des premiers résultats positifs en ce qui concerne la tolérance chez l'homme, mais l'efficacité clinique reste à démontrer[19].

Cellules souches

Il s'agit d'une piste thérapeutique majeure qui consiste à transplanter des cellules souches dans le systême nerveux. Ces cellules sont totipotentes et peuvent en théorie se transformer en cellules neurales. Il existe encore de nombreux obstacles, en particulier liés au risque de cancérisation, avant d'envisager une utilisation thérapeutique chez l'homme. Les résultats restent inconstants, avec une amélioration plus visible chez les jeunes patients[20].

Autres

Un traitement par stimulation électrique de la moelle épinière est également à l'étude et vient de donner (en mars 2009) des résultats très prometteurs lors des premiers tests sur des souris et des rats[21],[22] .

Pronostic

Le risque de mortalité est à peu près doublé par apport à une population non parkinsonnienne, la cause la plus fréquente étant probablement les infections pulmonaires[14].

Les chutes sont une complication fréquente de la maladie[14].

Anecdotes

Personnes célèbres atteintes d'une maladie de Parkinson :

Liens externes

Commons-logo.svg

Liens internes

L'article sur le corossol (neurotoxicité des fruits de la famille des annonacées)

Références

  1. Parkinson J, An Essay on the Shaking Palsy, London: Sherwood, Neely and Jones, 1817
  2. de Rijk MC, Breteler MM, Graveland GA et als. Prevalence of Parkinson's disease in the elderly: the Rotterdam Study, Neurology, 1995;45:2143-2146
  3. Twelves D, Perkins KS, Counsell C, Systematic review of incidence studies of Parkinson's disease, Mov Disord 2003;18:19-31
  4. Extrait du dossier santé "Maladie de Parkinson" de http://www.gsk.fr
  5. Allam MF, Campbell MJ, Hofman A, Del Castillo AS, Navajas R Fernández-Crehuet, Smoking and Parkinson's disease: systematic review of prospective studies, Mov Disord, 2004;19:614-621
  6. Hernán MA, Takkouche B, Caamaño-Isoma F et als. A meta-analysis of coffee drinking, cigarette smoking, and risk of Parkinson’s disease, Ann Neurol, 2002;52:276–84
  7. (en)Pesticide exposure and risk for Parkinson's disease, A Ascherio, H Chen, M Weisskopf, E O'Reilly, M McCullough, E Calle, M Schwarzschild, M Thun, Annals of Neurology, 2006;60;197-203
  8. Brève de l'AFP reprise par le Journal Le monde (2009/06/16)
  9. Rugbjerg K, Ritz B, Korbo L, Martinussen N, Olsen JH, Risk of Parkinson’s disease after hospital contact for head injury: population based case-control study, BMJ, 2008;337:a2494
  10. Le 12 mai 2006, pour la première fois, un tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) (celui de de Bourges, Département du Cher) a reconnu comme maladie professionnelle la maladie de Parkinson dont souffrait un ancien salarié agricole, M. V., 52 ans ayant développé les symptômes de cette maladie à 44 ans (en 1998) alors qu'il devait manipuler de grandes quantités de produits phytosanitaires au cours de sa vie professionnelle.
  11. Healy DG, Falchi M, O-Sullivan SS et als. Phenotype, genotype, and worldwide genetic penetrance of LRRK2-associated Parkinson's disease: a case-control study, Lancet Neurol, 2008;7: 583-590
  12. Doty RL, Bromley SM, Stern MB, Olfactory testing as an aid in the diagnosis of Parkinson's disease: development of optimal discrimination criteria, Neurodegeneration, 1995;4:93-97
  13. Meseguer E, Taboara R, Sánchez V, Mena MA, Campos V, De Yébenes J García, Life-threatening Parkinsonism induced by kava kava, Mov Disord, 2002;17:193-196
  14. a , b  et c Lees AJ, Hardy J, Revesz T, Parkinson's disease, Lancet, 2009;373:2055-2066
  15. Goetz CG, Wuu J, McDermott MP et als. Placebo response in Parkinson's disease: comparisons among 11 trials covering medical and surgical interventions, Mov Disord, 2008;23:690-699
  16. has-sante.fr
  17. Keus SH, Bloem BR, Hendriks EJ et als. Evidence-based analysis of physical therapy in Parkinson's disease with recommendations for practice and research, Mov Disord, 2007;22:451-460
  18. CEA Direction des sciences du vivant : Stimulation du cortex moteur dans le traitement de la forme évoluée de la maladie de Parkinson
  19. Marks WJ, Ostrem JL, Verhagen L et als. Safety and tolerability of intraputaminal delivery of CERE-120 (adeno-associated virus serotype 2-neurturin) to patients with idiopathic Parkinson's disease: an open-label, phase I trial, Lancet Neurol, 2008;7:400-408
  20. Freed CR, Greene PE, Breeze RE et als. Transplantation of embryonic dopamine neurons for severe Parkinson's disease, N Engl J Med, 2001;344:710-719
  21. Fuentes R, Petersson P, Siesser WB, Caron MG, Nicolelis MA, Spinal cord stimulation restores locomotion in animal models of Parkinson's disease, Science, 2009;323:1578-1582 sciencemag.org]
  22. Un simulateur de la moelle épinière offre un nouvel espoir contre Parkinson
  23. Adolf Hitler's Parkinson's disease and an attempt to analyse his personality structure, Franz Gerstenbrand, Elisabeth Karamat, Ludwig Boltzmann lnstitut für Restaurafive Neurologie, Neurologisches Krankenhaus Maria Theresien Schlössl, Hofzeile 18–20, A-1190 Wien, Austria b A-2020 Oberfellabrunn 72, Austria
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Maladie de Parkinson ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maladie De Parkinson de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Maladie de parkinson — Pour les articles homonymes, voir Parkinson. Maladie de Parkinson CIM 10 : G20 La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central responsable de troubles essentiellement moteurs d évolution… …   Wikipédia en Français

  • Maladie de Parkinson — Pour les articles homonymes, voir Parkinson. Maladie de Parkinson Classification et ressources externes …   Wikipédia en Français

  • Maladie de Parkinson juvénile — Maladie de Parkinson Pour les articles homonymes, voir Parkinson. Maladie de Parkinson CIM 10 : G20 La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central responsable de troubles essentiellement… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la maladie de Parkinson — Page de garde du traité de James Parkinson : Essay on the Shaking Palsy (1817) L histoire de la maladie de Parkinson (MP) retrace l évolution au cours du temps des connaissances concernant cette affection neurologique dégénérative… …   Wikipédia en Français

  • parkinson — [ parkinsɔn ] n. m. • 1974; de maladie de Parkinson 1876, du nom d un médecin angl. (1755 1824) ♦ Méd. Maladie dégénérative de certains noyaux gris centraux du cerveau, caractérisée par des tremblements lents (surtout des mains) et une raideur… …   Encyclopédie Universelle

  • Maladie d'Alzheimer — Classification et ressources externes Comparaison d un cerveau normal âgé (gauche) et du cerveau d un patient atteint d une maladie d Alzheimer (droite). CIM …   Wikipédia en Français

  • Maladie d’Alzheimer — Maladie d Alzheimer Maladie d Alzheimer Classification et ressources externes CIM 10 G30 CIM 9 331.9 …   Wikipédia en Français

  • maladie — [ maladi ] n. f. • 1150; de malade I ♦ 1 ♦ Altération organique ou fonctionnelle considérée dans son évolution, et comme une entité définissable. (Chez l homme) Maladie bénigne. ⇒ indisposition, malaise. Maladie grave, incurable, inguérissable,… …   Encyclopédie Universelle

  • Maladie de Lyme — Classification et ressources externes Une tique Ixodes scapularis pouvant transmettre les bactéries Borrelia responsable de la maladie de Lyme …   Wikipédia en Français

  • Maladie de lyme — Classification et ressources externes CIM 10 A69.2 (ou A69.2+ pour Méningite (basilaire) (cérébrale) (spinale) (à) au cours de maladie de Lyme) CIM 9 088.81 La maladie de Lyme est une maladie parasitaire. Elle est multiviscérale (pouvant affecter …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”