Kick Boxing


Kick Boxing

Kick boxing

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kick boxing japonais et Kick boxing américain.
KICKBOXING
WKA.jpg ISKA.jpg Wako.jpg
Kickboxing kick to the midsection.jpg
Définition Boxe pieds-poings moderne américaine et japonaise
Disciplines proches Boxe birmane, Boxe thaïe, Full-contact
Pays USA États-Unis - 1962
Japon Japon - 1964
Pionniers États-Unis : Comte Dante, Ray Scarica, Maung Gyi
Japon : Osamu Noguchi
Légendes Canada : Pete Cunningham ; États-Unis : Benny Urquidez ; Japon : Toshio Fujiwara ; Pays-Bas : Fred Royers, Rob Kaman, Peter Aerts, Ernesto Hoost, Remy Bonjasky
Sport olympique Non
Site internet Antenne WKA-FRANCE
Antenne ISKA-FRANCE
Absorb low2.jpg

Le kick-boxing désigne à la fois l'ensemble des disciplines de combat utilisant les coups de pied et de coups de poing et particulièrement une des boxes pieds-poings (BPP) développée au début des années 1960 par les Américains, ou kick-boxing américain avec coup de pied en ligne basse et parallèlement à la même époque par les Japonais, appelé kick-boxing japonais (depuis les années 1990 la forme la plus médiatique est le K-1 style).

Un combattant de kick-boxing se nomme "kick-boxeur" (au féminin "kick-boxeuse"). À ne pas confondre avec le terme,"kickeur" qui à contrario de "boxeur" est un combattant qui utilise essentiellement des techniques de jambe. Le terme "kick-boxeur" désigne également les compétiteurs de boxes pieds-poings : boxe birmane, boxe thaïlandaise et full-contact (kick-boxing sans coup de pied en ligne basse).

Sommaire

Historique

Nombreux sont ceux qui pensent que le kick-boxing est un sport originaire de Thaïlande [1] ou bien d'une autre contrée du Sud-est asiatique mais il n’en est rien.[2] Au Japon, dans les années 1950 et années 1960, des experts de karaté et d'autres arts martiaux (bando et boxe birmane notamment en la personne du birman Maung Gyi) organisent des rencontres de plein-contact sur tapis et sur ring, ainsi naissait le kick-boxing japonais. À la même époque aux États-Unis, de nombreuses écoles d'arts martiaux organisent des rencontres de plein impact notamment des disciplines comme le bando (opens sur ring, dès 1962), le taekwondo, le kenpō, etc.[3] Puis une sorte de révolution s'opère dès le début des années 1970. De nombreux pratiquants de karaté et de points-fighting (semi-contact) évoluant dans les compétitions se sentirent frustrés par les réglementations en vigueur privilégiant le contrôle des touches. Alors, ils cherchèrent alors un sport dans lequel on utilise la puissance des coups de pied et de coups de poing, plutôt qu'en les arrêtant avant de toucher l'adversaire. Le full-contact karaté et le kick-boxing américain étaient nés.
Le promoteur du kick-boxing japonais dans les années 1960 est Osamu Noguchi. Et les pionniers du kick-boxing aux États-Unis dans les années 1960 et 1970, sont trois personnalités du monde des arts martiaux américains, le comte Dante, Ray Scarica et Maung Gyi (Bando et boxe birmane).[4]

Kick boxing, un terme générique[5]

Le terme "kick" signifie « coup de pied » en anglais, les anglophones ont tendance à appeler « kick-boxing » toutes les disciplines associant des coups de pied à des coups de poing. Ce terme est l'équivalent de l'appellation française « boxe pieds-poings ».

Le full-contact est appelé dans de nombreux pays « kick-boxing sans low-kick » (car les coups aux jambes sont interdits dans la forme moderne pratiquée dans les fédérations internationales). Egalement, on a longtemps appelé par erreur « kick-boxing », la boxe thaïlandaise (muay-thaï). Ce qui n’est pas une erreur, car par définition elle est une forme de « kick-boxing » au même titre que les boxes du Sud-est asiatique (Ex. : boxe birmane, boxe khmère ou boxe cambodgienne), boxe laotienne et boxe vietnamienne). Depuis 2008, en France la Fédération Française de Full-contact (FFFCDA) a relancé de « full-contact avec low-kick » des années 1960 aux Etats-Unis, pratique originelle du kick-boxing avec pantalon d’art martial et protections de jambes et de pieds.

Le kick-boxing américain

C’est la forme de rencontre sportive de type boxe sportive créée aux États-Unis au début des années 1960. Le terme kick-boxing désigne ce que l'on appelle en France une boxe pieds-poings dans laquelle tout type de coup de pied est autorisé au dessus de la ceinture ; et pour les cibles en dessous du bassin, exclusivement les coups de pied circulaires sur le membre inférieur et tout type de balayages « uniquement sur le pied »). Aux États-Unis, le terme kick-boxing est une appellation « générique » désignant les rencontres de boxe dans lesquelles les protagonistes portent des coups de pied et désigne certaines pratiques martiales d'origines asiatiques (telle le bando-kickboxing ou boxe birmane, la boxe thaïlandaise...). Il faut savoir de nombreuses écoles d'arts martiaux aux États-Unis, en plus de promouvoir leurs propres disciplines, participent très souvent à des opens dits de « kick-boxing » pour se confronter à d’autres styles. Ce qui n’est pas toujours le cas des clubs dit de « kick-boxing » en Europe notamment. Outre le cas de la France où il existe une fédération nationale regroupant les clubs dits de kick-boxing, dans la plupart des pays, le kick-boxing ne se présente pas en sport à par entière, mais en discipline de compétition (c’est-à-dire en règlement de rencontre) réunissant différents styles de sports de combat et d’arts martiaux. Ainsi les combattants sont polyvalents et évoluent durant leur carrière dans différentes disciplines de contact.

D'après les écrits de champions américains les premiers combats sportifs sur ring et sur tatamis, dateraient de 1962 (notamment les tournois sur ring de bando-kickboxing) [6], développés par des styles variés comme le bando, le karaté, le taekwondo, le kenpō, etc. Mais c'est en 1976 que naissait officiellement le kick-boxing américain suite à la mise en place d'une fédération de champions professionnels de karaté full-contact, la World Kickboxing Association (WKA). Ceux-ci, souhaitaient rencontrer les combattants asiatiques dans une forme de rencontre avec percussion dans le membre inférieur pour monter leur supériorité (de type Boxe complète, associant les techniques de poing (boxe anglaise) et de pied (karaté, taekwondo, boxe birmane, muaythaï, etc.). Pour des raisons de différentiation d'activité, en Europe comme sur le continent américain, on distingue deux types de rencontre de kick-boxing : la version avec « coup de pied circulaire dans les jambes » et le « kick boxing sans coup de pied dans les jambes» appelé en Europe full-contact (ou boxe américaine). Cette dernière, est gérée en France par la Fédération Française de Full Contact (FFFCDA) alors qu'un autre organisme, la Fédération (Française) de « Boxe Américaine » (FBADA) a également rassemblé de nombreux pratiquants jusqu’en 2008 dans cette discipline (malgré l’obtention de la délégation de pouvoirs ministérielle en 2007 par la FFFCDA). En début de saison 2008, la FBADA rejoint une nouvelle structure, la Fédération Française de Sports de Contact (FFSCDA) dans le « Comité Français de K-1-rules[7]».

Un crochet du droit

Le kick-boxing japonais

Forme japonaise du muay-thaï et de la boxe birmane développée après les Jeux olympiques de 1964 et dans laquelle le règlement permettait de frapper à coup de pied, de poing, de genou et de coude, agrémenté de projections de Judo. Depuis 1993, le kick boxing japonais a pris des ailes grâce au grand tournoi annuel du K-1 World Grand Prix et du K-1 World MAX depuis 2003. La forme de rencontre a changé depuis ses origines et aujourd’hui le règlement autorise seulement : les coups de pied, les coups de poing, les coups de genou directs et les saisies partielles de jambe et de corps-à-corps durant cinq secondes au maximum.

Ratings

L’élaboration d’un classement indépendant (rating, inventé pat Paul Maslak) aida à y voir plus clair dès l’année 1979. Cela permit aux combattants de tous les styles pieds-poings de pouvoir se situer en dehors de tout « star-system », une cohérence émergeait enfin. Désormais les organisateurs devaient respecter un véritable classement mondial. Seuls les vrais champions et leur challenger pouvaient monter sur le ring, titre en jeu.

Développement international

Dans la plupart des pays, un seul organisme associe les différentes disciplines de combat et d'arts martiaux notamment les boxes pieds-poings (full-contact, kick boxing et thaï-boxing), ce qui n'est pas le cas de la France où les dirigeants des différentes fédérations de boxes pieds-poings ont du mal à s'entendre pour mutualiser les moyens. Les fédérations internationales de kick-boxing les plus représentées dans le monde sont : la World Kickboxing Association (WKA) (la plus ancienne et née en 1976 aux États-Unis), l’International Sport Kickboxing Association (ISKA) (née en 1986 lors de la régression de la Professional Karate Association (PKA) (structure initiale du kickboxing américain) et enfin la World Association of KickBoxing Organizations (WAKO) née à la fin des années 1970 en Allemagne.

Développement en Europe

Début des années 1980, les premières organisations eurent lieu en Hollande et firent rentrer l’Europe dans le grand cercle mondial du Kick-boxing. Les Pays-Bas, berceau européen du kick-boxing, brillèrent avec leurs grands champions tels : Lucien Carbin, André Brilleman, Yvan Hypolyte et surtout les désormais légendaires Fred Royers surnommé « le gladiateur » (superstar des rings avec plusieurs titres mondiaux dans différentes boxes pieds-poings) et Rob Kaman (à l’efficacité et à la longévité exceptionnelle).

En France

Fin des années 1970, pour l’arrivée en France du kick-boxing, on retient le chef de file de la discipline, Richard Dieux. Le développement de cette pratique, malgré la multitude de sports de contact qui existe déjà, est possible grâce à ses règles se situant au carrefour d’un style dur comme la boxe thaïe et d’autres styles moins rudes tels que le full-contact et la savate boxe française.
Dès le départ du kick-boxing « made in U.S.A. » en 1976, la plupart des pays européens reconnaissent la WKA comme structure originelle. Ensuite les responsables de grandes fédérations mondiales proposent des titres dans l’ensemble des disciplines pieds-poings (full-contact, muay-thaï, et kick-boxing) ce qui a pour effet, à côté des fédérations internationales d’origine (PKA, WKA, WAKO) de faire éclore rapidement de nouvelles structures dites « mondiales » pour s’emparer du marché !? Ce qui complique les choses pour donner du crédit aux titres internationaux délivrés.
Durant les années 1980 et 1990, de nombreuses péripéties propres à la mise en place de ces nouveaux sports frappent les boxes pieds-poings. Tout d’abord le rejet, à leur arrivée dans l’Hexagone, par certaines fédérations d’arts martiaux, puis la création de deux fédérations de boxe américaine (ou full-contact) en 1982 : Fédération Française de Boxe Américaine (FFBADA) et Fédération Nationale de Boxe Américaine (FNBA). Au milieu des années 1980, le kick-boxing est géré par la « WKA-France » (ou nommé IFO[8] suivant les périodes) sous la houlette de Jean-Paul Maillet. Puis en 1990, elle devient la FKB/WKA.[9], présidée par Eric Muller puis par Pascal Tifreau.
En 1987, le premier essai de regroupement des « boxes américaines[10]» s’effectuera au sein de la FFUBADA (Fédération Française Unifiée de Boxe Américaine et Disciplines Assimilées). Puis l’ambition des uns, le mercantilisme des autres, et les fédérations pseudo-mondiales, ont eu raison de ce beau projet. Il faut attendre la constitution de la FFKBFCDA (Fédération Française de Kick-Boxing, Full-Contact et Disciplines Associées) en 1994 pour rassembler réellement les trois boxes pieds-poings.
Rapidement naissent des divergences de vue. Le kick-boxing n’est pas autonome au sein de la FFKBFCDA et un certain fonctionnement antidémocratique provoque une scission de la discipline. Ainsi une partie des dirigeants du kick-boxing, de la boxe américaine (full-contact), et de la boxe thaïlandaise (muay-thaï), se regroupent en septembre 1996 au sein de la FFBADA (Fédération Française de Boxe Américaine et disciplines Associées), structure bénéficiant de l’agrément ministériel. Durant trois saisons deux comités nationaux de kick-boxing distincts (La Commission Nationale de Kick-Boxing de la FFBADA présidé par Joël Goncalvés et le Comité National de Kick-Boxing de la FFKBFCDA présidé par Ludovic Brion – aidé par Yves Stefen responsable World Association of KickBoxing Organizations (WAKO)) géreront la discipline.
Un agrément ministériel provisoire fut accordé aux deux fédérations (FFKBFCDA et FFBADA) jusqu’en août 1998. À l’issue de cette échéance, et durant la saison 1998-1999, le ministère chargé des sports, après un audit dans chacune des structures, demanda à la Commission Nationale de Kick-Boxing de la FFBADA de proposer un regroupement, afin d’accueillir en son sein le Comité National de Kick-Boxing de la FFKBFCDA. Cette unification donna naissance à la FKBDA (Fédération de Kick-Boxing et Disciplines Associées) créée en juin 1999 - agrément ministériel du 3 mai 2000. Elle deviendra FFKBDA (Fédération « Française » de Kick-Boxing et Disciplines Associées) à l’obtention de la délégation de pouvoirs du ministère en charge des sports en 2002. L’agrément séparé pour chacune des activités (full-contact, muaythaï et kick-boxing) a d’après les dires du ministère pour but un auto-assainissement des structures. D’autre part, l’interdiction[11] du ministère d’organiser des titres internationaux sur le territoire français dans l’intention d’éloigner un éventuel profit de certains dirigeants au détriment des licenciés, handicapera les combattants « élites », les obligeant à disputer des titres à l’étranger !? En 2005, une reprise d’organisation de titres « élites » revoit le jour dans l’Hexagone sans qu’une quelconque autorisation soit formulée par le ministère chargé des sports !?
Suite à la décision ministérielle d’interdire l’organisation de titres internationaux sur le territoire français, la structure ayant promu le kick-boxing au début des années 1980, la « WKA-France », se met en suspend jusqu’à ce que Thierry Muccini, en 2002, relance la dynamique ce cette antenne française en amenant une sélecttion française à des événements internationaux. Au regard du succès rencontré par l’équipe française aux championnats du Monde WKA, Alain Delmas et Thierry Muccini, redonnenent aux deux antennes françaises WKA et ISKA de fédérations les plus représentatives au Monde. L’été 2006, ils relancent la WKA-France et en janvier 2007 l’ISKA-France. Ainsi, ils vont redonner à la France la représentativité internationale qui lui manquait depuis la fin des années 1990.
En début de saison 2008-2009, suite à la « crise sportive » qui traverse les boxes pieds-poings avec l’arrivée d’une nouvelle structure imposée par le ministère, ces deux organes, la WKA-France et l’ISKA-France, rejoignent la Fédération Française de Full-contact (FFFCDA).
Durant le printemps 2008, à l’annonce de la naissance d’une nouvelle structure, la Fédération Française de Sports de Contact (FFSCDA), un vent de panique traverse le « paysage du pieds-poings français ». En effet, cette « nouvelle fédération » obtient de l’Etat l’agrément ministériel en mai 2008, avant même sa mise en activité et surpasse ainsi les « fédérations en place » !? Dès la rentrée sportive, il s’opère un « mouvement de population » vers cette nouvelle structure pour les disciplines suivantes : kick-boxing, muaythaï, kung-fu de contact (wushu), boxe américaine, pancrase, bando et quelques sports de combat mineurs. En décembre 2008, la délégation de pouvoirs vient renforcer le projet implicite de regrouper dans une même entité les disciplines de contact afin de mutualiser les moyens (D’ailleurs, ce projet ne fera l’objet d’aucun communiqué de presse de la part du ministère chargé des sports !? Ainsi, une grande majorité de pratiquants feront comprendre leur désapprobation).
Par conséquent, les trois « fédérations en place » depuis des décennies, Fédération Française de Full-contact (FFFCDA), Fédération Française de Muaythaï (FFMDA) et Fédération Française de Wushu (FFWaemc), a qui l’Etat avait accordé jusqu’alors sa confiance, se retrouvent exclues des aides de l’Etat (subventions de fonctionnement et cadres techniques à disposition).
Rebondissement en juin 2009, l’agrément ministériel est retiré par le Conseil d’Etat à la Fédération Française de Sports de Contact (FFSCDA) pour constitution associative non-conforme. Par voie de conséquence, les « fédérations en place » retrouvent leurs statuts légitimes sur la scène des pieds-poings.

Blocage d’un high-kick)

Pratique

Les techniques de bras (coups de poing) sont reprises de la boxe anglaise, pour les techniques de jambe (coups de pied) elles sont identiques à celles des arts martiaux et peuvent être portés sur l'ensemble du corps (tête, buste et cuisses). Également pour le kick-boxing japonais les coups de genou sont portés sur le tronc et la face.

Technique de poing

Coups de poing usuels

Article détaillé: coup de poing

  • Direct (straight-punch en anglais) : coup de poing direct
    • Coup de poing direct « long » : le jab (coup de poing direct du bras avant) et cross (coup de poing direct du bras arrière)
    • Coup de poing direct « court » (short straight-punch en Anglais) utilisé à distance rapprochée.
  • Crochet (hook-punch en anglais) : coup de poing circulaire et le swing (appelé également stick-punch en anglais) : coup de poing circulaire large.
  • Uppercut (ou undercut en anglais).

Coups de poing moins usuels

  • Overhand (ou overcut ou drop) : coup de poing descendant
  • Cross-counter : se présente comme un contre qui croise le bras adverse
  • Back-fist (ou reverse en anglais) : coup de poing en revers
  • Spinning back-fist (ou turning back-fist) : coup de poing en revers retourné
  • Jump-punch (ou superman-punch) : coup de poing en sautant.

(*) Autorisé chez les professionnels mais pas dans tous les pays

Coups de poing hybrides

  • Bolo-punch: coup de poing circulaire (mi-crochet/mi-uppercut)
  • Half-hook : semi-crochet en Français, coup de poing circulaire à mi-chemin entre un direct et un crochet
  • Semi-uppercut : coup de poing rectiligne à mi-chemin entre un direct et un uppercut
  • Half-swing : semi-swing en Français, coup de poing circulaire à mi-chemin entre un crochet et un swing.

Techniques de jambe

Article détaillé: coup de pied

Coups de pied usuels

  • Front-kick : coup de pied direct. Il est de forme "pistonnée", push-kick (pushing-kick) ou de forme « fouettée » (front snap-kick).
  • Side-kick : coup de pied de côté
  • Semi-circular-kick : coup de pied en diagonale
  • Roundhouse-kick : coup de pied circulaire. Trois hauteurs de frappe : coup de pied bas circulaire - en ligne basse (low-kick), coup de pied médian (middle-kick) et coup de pied haut (high-kick) ;
  • Hook-kick : coup de pied crocheté
  • Back-kick : coup de pied en arrière
  • Sweeping (ou footsweep en anglais) : coup de pied de balayage.

Et LowKick: Coups de pieds sur les cuisses de l'adversaires

  MidlleKick: Coups de Pieds dans les cottes ou l'épaule
  HightKick: Coups de pied à la tete
  FrontKick coups depied puissant dans le ventre

Coups de pied moins usuels

Catégorie des coups de pied dit « en bâton » (stick kick) :

  • Crescent-kick : coup de pied en croissant (hanches de face).
  • Hammer kick : coup de pied retombant porté avec le talon – coup de pied dit en "marteau" ou axe-kick).

Coups de pied retournés et volants

  • Spinning hook-kick (ou turning hook-kick): coup de pied crocheté et retourné
  • Spinning side-kick : coup de pied latéral et retourné
  • Spinning back-kick (ou turning back-kick) : coup de pied en arrière et retourné
  • Jumping front-kick (ou flying-kick) : coup de pied frontal et sauté
  • Jumping roundhouse-kick : coup de pied circulaire sauté
  • Jumping side-kick : coup de pied latéral et sauté
  • Jumping back-kick : coup de pied en arrière sauté.

(*) Certaines techniques peuvent retournées et sautées à la fois

Techniques de genou

Coups de genou usuels

Article détaillé: coup de genou

  • Rising Knee-strike (ou knee-bomb) : coup de genou remontant au corps à corps.
  • Straight knee-thrust : coup de genou direct.
  • Long-range knee-kick (ou diagonal knee-strike) : coup de genou oblique remontant.

Coups de genou sautés et doubles

  • Jumping knee-kick ou "Flying knee kick" : coup de genou sauté.
  • Double knee-kick : coup simultané des deux genoux (en sautant bien entendu).

(3) Ces techniques peuvent être données les hanches de face ou de profil, et emprunter différentes trajectoires (directe, remontante, piquante et circulaire). Elles peuvent être retournées et sautées à la fois.

Défense

Article détaillé: défense

La défense en boxe se résume par un ensemble d’actions destiné à faire échec à l’offensive adverse, comprenant les blocages de coups, les déviations de coups, les esquives de coups, les déplacements (mobilité pour ne pas être atteint) et les actions de neutralisation.

Se garantir contre les attaques adverses se présente comme un des trois objectifs principaux à atteindre dans les sports de combat de percussion à côté d’attaquer les cible adverses et d’utiliser l’action adverse à son propre avantage.

On distingue plusieurs objectifs de défense :

  • La simple mise en sécurité de ses propres cibles, quelquefois réalisée en urgence (dite défense passive : couverture neutre, blocage neutre, encaissement, etc.),
  • La réalisation d’actions destinées à utiliser l’activité adverse à son avantage (appelée par certains auteurs, défense active : le blocage déviant ou la « parade chassée » dans le but de déséquilibrer, le blocage absorbant, l’esquive (pour ces trois formes liés à des ripostes simultanées), puis le coup d'arrêt suivi également d’une riposte.
  • La mise en difficulté de réalisations offensives adverses (par le raccourcissement ou l’augmentation de la distance, par le verrouillage des armes adverses, par une déstabilisation à base de techniques de menace, de leurre, de battement, etc.).

Ces deux derniers objectifs nécessitent des qualités d’initiative, d’anticipation et d’à-propos. Pour dépasser le cliché suivant, "la meilleure défense, c'est l'attaque", on dira : Le but à atteindre serait d’être capable de défendre et de contre-attaquer (riposter) dans toutes les positions avec le moindre risque.

On distingue trois catégories de défense :

  • La défense dite « classique » ayant pour but d’annihiler l’action adverse (ex. : « couverture », parade bloquée, parade opposition...),
  • La défense dite « active » favorisant l’utilisation de l’action adverse (ex. : absorption de choc, coup d'arrêt, dégagement),
  • Et la neutralisation ou activité d’anticipation ayant pour but d’empêcher le déclenchement de l’offensive adverse (verrouillage des armes adverses, avancée au contact…).

Attitude, garde et style

Kickboxeur photographié par l'artiste Peter Klashorst

Article détaillé: posture en sport de combat

L’attitude désigne deux notions principales. D'abord la façon de se tenir en situation d'opposition (Façon d’être positionné, de se tenir, de s’orienter, d’être protégé ou en garde, etc., dans le combat - posture, garde, positionnement...) et d'autre part, la façon de se comporter en termes de comportement d'opposition (style utilisé, stratégie globale employée...). Ex. : on recense différentes attitudes de combat en boxe : garde de trois-quarts de face, garde de profil, garde en « crouch » (ramassée), garde basse, garde le poids sur jambe avant, garde le poids sur jambe arrière, garde en appuis très écartés, etc. Quelquefois, la position du corps peut indiquer les intentions d’un combattant à l’égard de son adversaire. Ex. : une attitude de profil peut être le signe d’un travail d’esquive et riposte du bras avant ainsi que de contre.

Les anglophones parlent plutôt de « position » que de « garde » à proprement parler (ex : « sidestep » pour la garde latérale). La garde pour ces premiers c’est le haut du corps et également les appuis au sol, ainsi ils utilisent le terme « upright stance » pour une position verticale de buste et « full crouch » pour une attitude recroquevillée. Pour nous, on utilise l’expression d’attitude de combat lorsqu’on désigne l’ensemble. Donc lorsqu’on parle de « garde » dans l’école française, on pense souvent à la position des bras pour se protéger. Mais bien plus que cela, elle désigne une organisation corporelle permettant au combattant de se préparer à défendre et d’autre part à passer à l’offensive, cela dans une configuration qui lui offre un maximum de sécurité et d’efficacité. Différentes positions permettent de faire face à un adversaire avant et pendant l’engagement et sont appelées à défaut « garde ». Comme son nom l’indique, « être sur ses gardes » c’est se mettre en alerte permanente et adopter une position favorable pour réagir. De nombreuses attitudes de garde existent : garde trois-quarts de face, de profil, garde inversée, garde haute, garde basse, garde avancée, garde ramassée, etc. Certes, il très important « d’être gardé » (hermétique), mais il faut également adopter une attitude qui permettre d’agir et de réagir rapidement et avec efficacité (donc adopter une posture efficace). A contrario un boxeur n’adoptant pas d’attitude définie où ayant les bras « en bas » est dit « non gardé ». D’ailleurs, certains boxeurs font ce choix dans la perspective de construire leur jeu sur la base de contre-informations (tromperies).

Le style représente la manière de faire propre à chaque individu et que l’on peut rapporter à des classes de « comportement-type ». Elle est propre à son tempérament, à son potentiel physique ou à ce qui lui a été enseigné par son école de boxe. Ainsi, on distingue : l’attentiste du fonceur et le technicien du frappeur, mais ce classement ne s’arrête pas là. On recense différents caractères variables pour chaque « typologie ». Par exemple, chez les styles « techniques » : boxer en coups longs, en coups d’arrêt, en coup de contre. Chez les styles « physiques » : faire le forcing, boxer en crochets puissants « à la godille », chercher le corps-à-corps, chercher le coup dur. Lorsqu’un combattant utilise sa façon habituelle de boxer (son style habituel), on dit qu’il est sur son « registre » ; cela à la manière d’un musicien qui répète ses gammes préférées. D’autre part, ce qui est appréciable dans un combat c’est l’opposition de styles. On a pour exemple le combat des années 1980, Sugar Ray Léonard contre Marvin Hagler. Le premier, utilise une boxe à reculons, faite de larges pas de côté, d’esquives de buste et de contre-attaque précises. Alors que le second, use d’une boxe en progression avant, d’une attitude compacte le buste en avant et de coups très puissants.

Tenue et équipements de protection

Depuis la fin des années 1980, le port du short de boxe pour les principales fédérations mondiales est d'usage : World Kickboxing Association (WKA), International Sport Kickboxing Association (ISKA) et World Association of KickBoxing Organizations (WAKO). Les élites (professionnels et semi-professionnels) combattent les pieds nus voire avec des chevillières (obligatoire pour une seule fédération en France). Les jeunes et amateurs de tous âges, portent des protections de boxe (casque, jambières et chaussons de boxe américaine).

Comme pour la plupart des boxes pieds-poings, la compétition se déroule sur un ring. Les combattant portent des coups de poing, des coups de pied et des coups de genou pour le kick-boxing japonais (oriental kick-boxing ou « K-1-rules »). Il existe différentes formes de rencontres : le light-contact (kick-boxing light) c’est-à-dire dans une forme contrôlée des techniques notamment pour les jeunes et les débutants et pour les pratiquants majeurs et expérimentés, le plein-contact.

De nombreuses disciplines sont dérivées de la pratique du kick boxing et même certaines sont très prisées :

  • Le cardio-kickboxing, activité de mise en forme de type cardio-training et sa version de compétition, l’aéro-kick, discipline privilégiant la démonstration technique en musique,
  • Le kick boxing défense, discipline dédiée à la défense personnelle.

Grands noms

Combattants mythiques des années 1970-1980

Grandes figures internationales des années 1980, 1990 et 2000

Grands champions français depuis le début des années 1980

Années 1980-1990

  • Pascal Leplat (également grand champion de Full-contact)
  • Richard Sylla (également grand champion de Savate)
  • Khalid El Quandili (également grand champion d’autres boxes pieds-poings)
  • Abdel El Quandili (également grand champion d’autres boxes pieds-poings)
  • Pascal Ducros (également grand champion de Savate)
  • André Panza (également grand champion de Savate)
  • Valérie Henin (également grande championne d’autres boxes pieds-poings)
  • Virginie Ducros (également grande championne de Savate)
  • Kamel Chouaref (également grand champion d’autres boxes pieds-poings)
  • François Pennachio (également grand champion de Savate)
  • Pascal Speter - (également vise champion de france Muay thaï)
  • Jean-Claude Félicie (également grand champion de Savate)
  • Nancy Joseph (également grande championne de Savate et Muay thaï)
  • Dida Diafat (également grand champion de Muay thaï)
  • Sébastien Farina (également grand champion de Savate)

Années 1990-2000

Grands champions du circuit K-1 World Grand Prix depuis son démarrage en 1993 au Japon

  • Branko Cikatić (Branimir) - Croatie - vainqueur en 1993
  • Peter Aerts - Pays-Bas - vainqueur en 1994, 1995, 1998; finaliste en 2006
  • Andy Hug - Suisse - vainqueur en 1996; finaliste en 1997,1998
  • Ernesto Hoost - Pays-Bas - vainqueur en 1997, 1999, 2000, 2002; finaliste en 1993
  • Mark Hunt - Nouvelle-Zélande - vainqueur en 2001
  • Remy Bonjasky - Pays-Bas - vainqueur en 2003, 2004, 2008
  • Semmy Schilt - Pays-Bas - vainqueur en 2005, 2006, 2007

Grands champions du circuit K-1 World MAX depuis son démarrage en 2003 au Japon

Autres grands champions étrangers depuis les années 1980

Années 1980-1990

  • Lucien Carbin – Pays-Bas
  • Ivan Hippolyte – Pays-Bas
  • Glaube Feitosa – Brésil
  • Ramon Dekkers – Pays-Bas

Années 1990-2000

Sources

  • Delmas Alain, 1. Lexique de la boxe et des autres boxes, document de formation BPP, 1981-2005 – 2. Lexique de combatique, document de formation BPP, Ligue Midi-Pyrénées de BF.S, 1975-1980 – 3. Définition du Kick-boxing, FFKBDA, 1999
  • Delmas Alain, Callière Jean-Roger, Histoire du Kick-boxing, FFKBDA, 1998 – La ceinture noire du 1er au 6e degré, FFKBDA, 1998
  • Lombardo Patrick, Encyclopédie mondiale des arts martiaux, Éditions E.M., Paris, 1997.

Notes et références

  1. Alain Delmas, Jean-Roger Callière, Origines du kick-boxing, Site Internet Boxes pieds-poings, 2000
  2. Mike Miles, A History of Kickboxing - North America's surprisingly taboo 'kickboxing' history! (mikemiles.com) Part 1
  3. Mike Miles, An interview with Joe Lewis, site www.mikemiles.com, 1998
  4. Mike Miles, A History of Kickboxing - North America's surprisingly taboo 'kickboxing' history! (mikemiles.com) Part 4
  5. Alain Delmas, Définition du kick-boxing, Site Internet Boxes pieds-poings, 2000
  6. Mike Miles, A History of Kickboxing - North America's surprisingly taboo 'kickboxing' history! (mikemiles.com) Part 2
  7. K-1-rules « à la française » : activité créée de toutes pièces en 2008 pour désigner une discipline s’apparentant au full-contact avec des coups de genou directs uniquement en sortie de corps-à-corps. Le combattant porte un collant de type athlétisme à la manière du champion hollandais Andy Souwer. Cette activité a permis de rassembler les pratiquants issus du groupement FBADA, en marge de la Fédération Française de Full Contact (FFFCDA) depuis la fin des années 1990
  8. I.F.O.: International Fighters Organisation
  9. F.K.B.-W.K.A. : Fédération de Kick-Boxing WKA
  10. Boxes américaines : pour désigner les disciplines nées outre-atlantique, c’est-à-dire le full-contact et le kick-boxing américain
  11. Politique ministérielle : la France du point de vue du sport est un pays à part. L’Etat français aide une fédération qu’elle reconnaît et par conséquent lui attribue des moyens (subventions et cadres d’Etat). En contrepartie, il impose un cahier des charges à partir d’une « convention d’objectifs quadriennale ». La gestion de la fédération est par conséquent assujettie à Loi du Sport Français qui détermine les contraintes pour l’ensemble des structures agréées et délégataires.

Voir aussi

Liens internes

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Almeria, J., Benny Urquidez “the jet“, in magazine Budo international, 1999.
  • Bonomelli, R., Dimarino, S., Thaï boxing. Éditions De Vecchi, Milan, 1998.
  • Budo International, Mike Anderson, père du karaté sportif et du kick-boxing, in magazine Budo International, 2000 – Benny The Jet Urquidez, le pouvoir de la connaissance, in magazine Budo International, 2000
  • Delmas, A., Cahiers du moniteur, document de formation BPP, Ligue de Picardie, Amiens, 1981 – L’acte d’opposition, document de formation BPP, Ligue de Picardie, Amiens, 1981 – Les comportements d’opposition, Mémoire de BEES 2 °, Evry, 1978 – Lexique de combatique, document de formation BPP, Ligue Midi-Pyrénées, Toulouse, 1975-1980 – Technoboxe : fiches techniques de la boxe et des autres boxes, document de formation BPP, Ligue PACA, Aix-en-Provence, 1981-2005
  • Dimarino, S., Les secrets des arts martiaux, Éditions De Vecchi, Milan, 1998.
  • Dimarino, S., Leçons de kickboxing, Éditions De Vecchi, Paris, 2000.
  • Falsoni, E., Cours de Full-contact, Éditions De Vecchi, Milan, 1995.
  • Frederic, L., Dictionnaire des arts martiaux, Editions du Félin, 1988.
  • Hoffer, B., Le grand livre des arts martiaux, Éditions De Vecchi, Paris, 1999.
  • I.F.O., Historique du Kick-boxing, in Dossier de l’entraîneur, Paris, 1988
  • Lombardo, P., Dictionnaire encyclopédique des arts martiaux, Éditions S.E.M., Paris, 1993, deux tomes – Encyclopédie mondiale des arts martiaux, Éditions E.M., Paris, 1997.
  • Lima, A., Benny “the jet“ Urquidez, in magazine Budo International, 1997.
  • Gyi, M., Burmese Bando boxing, U.S.A., 1987.
  • Miles, M., An interview with Joe Lewis, site www.mikemiles.com, 1998
  • Paschy, R., Kick-boxing « Muay thaï », Éditions Sedirep, Paris, 1982.
  • Royers, F., Kick-boxing, Éditions Sedirep, Paris, 1987.
  • Salvini, S., La grande épopée des sports de combat et arts martiaux, in magazine Karaté, 1985.
  • Savodelli, J., Do-Tuong, A., La boxe thaï, Éditions Amphora, Paris, 1989.
  • W.K.A. Head office, History, Royaume Uni, 2000.
  • Portail des arts martiaux et sports de combat Portail des arts martiaux et sports de combat
Ce document provient de « Kick boxing ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Kick Boxing de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Kick-boxing — Pour les articles homonymes, voir Kick boxing japonais et Kick boxing américain. KICKBOXING …   Wikipédia en Français

  • kick-boxing — ► NOUN ▪ a form of martial art which combines boxing with elements of karate, in particular kicking with bare feet …   English terms dictionary

  • kick boxing — (ingl.; pronunc. [quíc bóxin]) m. Técnica de lucha cuerpo a cuerpo que se practica como deporte, en la que además de boxear con guantes se permite golpear con los pies desnudos. ⇒ *Artes marciales …   Enciclopedia Universal

  • kick boxing — (izg. kȉk bȍksing) m DEFINICIJA sport 1. skupni naziv za sve vrste borbi u kojima je dopušteno udaranje nogama 2. borilačka disciplina koja se od 1970. razvija u svijetu pod utjecajem raznih istočnjačkih vještina ETIMOLOGIJA engl …   Hrvatski jezični portal

  • kick-boxing — {{/stl 13}}{{stl 7}}[wym. kikboksing] {{/stl 7}}{{stl 8}}rz. mnż IIa, D. u, blm {{/stl 8}}{{stl 7}} walka sportowa przypominająca boks, w której ciosy zadaje się nie tylko pięściami, lecz również nogami <ang.> {{/stl 7}} …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • Kick boxing — Pour les articles homonymes, voir Kick boxing japonais et Kick boxing américain. Kick boxing …   Wikipédia en Français

  • Kick boxing — Kickboxing キックボクシング Peter Belmar pateando al lado izquierdo. Otros nombres kick País de origen …   Wikipedia Español

  • Kick-Boxing 13 — Le Kick Boxing 13 sans frontière est un club de boxes pieds poings français et basé à Marseille. Il pratique, avant tout, le full contact et le kick boxing mais également la boxe thaïe. Sparring dans le ring du KB 13 Sommaire …   Wikipédia en Français

  • kick boxing — a form of boxing in which the gloved combatants may also kick with bare feet. * * * kick boxing noun A martial art in which the combatants kick with bare feet and punch with gloved fists • • • Main Entry: ↑kick …   Useful english dictionary

  • kick boxing — also kickboxing N UNCOUNT Kick boxing is a type of boxing in which the opponents are allowed to kick as well as punch each other …   English dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.