Kenpo


Kenpo

Kenpō

Le kenpō (拳法) est un mot japonais qui signifie « méthode du poing » (拳 ken = poing, 法 = méthode), parfois traduit à tort « loi du poing ».

Sommaire

Définition

Le terme « ken » dériverait du chinois « K'iuan » ou « Quan » , qui dans les textes anciens évoque la force autant que le poing.

C'est un terme généralement employé pour désigner les arts martiaux japonais d’origine chinoise. Les premiers échanges avec le Japon daterait du XIIIe siècle par le biais de moines bouddhistes de Shaolin.

Le shaolin quan fut diffusé sous différentes formes dans toute l’Asie, notamment au Japon et dans l'archipel des Ryūkyū, plus particulièrement à Okinawa, dont le kenpō le plus célèbre s’appellera karaté.

Il y a de nombreux styles de kenpō, les plus répandus sont les kenpō japonais, les kenpō okinawaïen et le kenpō américain lui-même issu en grande partie du kenpō hawaïen. Le kenpō fut également surnommé le kung fu japonais. Depuis quelques années, notamment depuis l'ouverture de l'ancien bloc soviétique, le kenpo bulgare se diffuse lui aussi en particulier grâce aux démonstrations lors du festival des arts martiaux de Bercy.

La transcription « kempo » renvoie à la branche japonaise, et la transcription « kenpo » à la branche hawaïenne. Ces commodités d'écriture permettent aux connaisseurs de classer ainsi la myriade de disciplines portant le même nom générique.

Il convient de noter qu'initialement, ce fut un terme générique pour un grand nombre de disciplines martiales issues de l'ile d'Okinawa.

Branche hawaïenne

Même si elle est particulièrement diversifiée en une multitude de disciplines, on retrouve malgré tout une identité propre et spécifique entre ces disciplines : cette empreinte s'étend d'ailleurs aux disciplines de la branche américaine donc les racines profondes demeurent hawaïennes.

Shin Gi Tai Kempo (du maitre Daniel hayen)

Le Shin Gi Tai Kempo est une évolution du Shin Gi Kempo. Cette évolution consiste en une restructuration complète et précise établie par le Shihan Daniel Hayen.

Son but principal fut de créer un style tout à fait logique qui serait utilisable par chacun quelles que soient les caractéristiques de l'exécutant (âge, morphologie, sexe,...)

Dans ce système, il travaille sur les différentes lignes de force(hauteur, largeur et profondeur) de son adversaire.

Le Shin Gi Tai Kempo cherche notamment à le déséquilibrer physiquement et mentalement afin qu'il soit complètement déstabilisé et qu'il ne puisse plus faire de "contre-attaque". Ainsi, par alternances de coups de poing, de coups de pieds, de frappes, de clés, on peut le déséquilibrer et/ou le neutraliser.

Ce système de défense se caractérise certainement par toutes ces techniques exécutées avec une très grande rapidité et plus spécialement par une succession rapide entre les différents mouvements effectués.

Il reprend les trois éléments: Le Shin, le Gi et le Tai ou le mental, la technicité et le corps.


Kosho Shorei-Ryu Kenpo du maitre James Mitose

On peut considérer le maitre Mitose James-Masayoshi, comme le véritable initiateur de la riche branche hawaïenne de kenpo.

Né à Hawaï en 1916, il retournera au Japon en 1920 avec sa famille (issu d'un clan féodal japonais). Il va pratiquer les arts familiaux, notamment le ken-jutsu (escrime au sabre), le kyu-jutsu (tir à l'arc), le ju-jutsu et une forme particulière de kenpo : le kosho-ryu kenpo (kenpo de l'école du vieux pin). Vers 1930, il devient le disciple du maitre Motobu Choki, (membre éloigné de sa famille). Celui-ci lui enseignera pendant six ans sa version du kosho-ryu kenpo. Dès 1936, le maitre Mitose, retourne vivre à Honolulu (Hawaï) où il va commencer l'enseignement de son kenpo sous le nom de « kenpo ju-jutsu ». Son système, combinaison de frappes, torsions et immobilisations, constitue la véritable racine de toute la grande famille des écoles actuelles de kenpo.

Il formera cinq ceintures noires qui entreront dans l'histoire :

  • Thomas Young qui, en 1953, devient son successeur à la tête de son club d'Hawaï ;
  • Paul Yamaguchi et Arthur Keawe ;
  • Edward « Bobby » Lowe qui va créer son école, puis basculer au karaté Kyokushinkai ;
  • Mitose Thomas Barro (fils du fondateur), aujourd'hui à la tête du kosho shorei-ryu kenpo ;
  • Bruce Juchnik, surnommé « le dernier disciple » : formé initialement par le maitre Ed Parker, il sera formé par Mitose durant le séjour de ce dernier en prison pour meurtre ; puis il créera à son décès la Worldwide kosho-ryu kenpo Association et la Sei kosho shorei kai ;
  • Gordon
  • le professeur William K.S Chow, sûrement le plus connu des disciples de Mitose, qui sera le fondateur du deuxième grand système de kenpo hawaïen, et formera des grands noms du kenpo.

William K.S Chow et l'hawaiian Kenpo

Le kenpo hawaïen est créé par le professeur William K.S Chow, qui sera à l'origine du premier style de kenpo purement hawaïen sur l'ile.

Le professeur Chow, après avoir appris le système sous la direction du maitre James M Mitose (héritier et grand-maitre de la branche Kosho-Shorei-ryu kenpo qui l'introduit sur l'ile), va explorer d'autres disciplines tel que le karaté, le ju-jitsu, et va combiner ces apports à sa pratique familiale du kung fu wu shu de Shaolin. Puis, il va synthétiser l'ensemble de ses connaissances, et les enrichir de son expérience du combat de rue.

Le professeur William Chow, va former un certain nombre de pratiquant parmi lesquels, certains seront à l'origine d'autres systèmes de kenpo :

  • Ed Parker, le créateur de l'American kenpo ;
  • Adriano Emperado (Sonny) à l'origine du Kajukenbo ;
  • Ralph Castro, le créateur du Shaolin Kenpo.

Après son décès, l'un de ses élèves, Sam Alama Kuoha, devient son successeur à la tête du kenpo hawaïen devenu le Kara-Ho kenpo.

Le kara ho kenpo

Le kara ho kenpo tel qu'il existe est une évolution du système du professeur Chow, modifié et enrichi par son élève et successeur légitime Sam Alama Kuoha.

Il va découvrir le kenpo sous la houlette de son oncle Charles Kuuihana, un ancien disciple de William Chow. Puis, il ira plus tard apprendre directement avec le professeur Chow, devenant son principal assistant. Les deux vont travailler ensemble à une restructuration du kenpo hawaïen, créant notamment de nouvelle formes, fondées sur le principe des « douze techniques linéaires » du kosho Shorei ryu kenpo que le professeur Chow avait appris auprès du maitre Mitose.

D'autre part, ils vont restructurer la discipline à l'international, regroupant l'ensemble des pratiquants de la branche hawaïenne traditionnelle.

Au décès de William Chow en 1987, Kuoha devient le nouveau grand-maitre du Kara-Ho Kenpo. Il va ancrer encore plus le système dans ses aspects traditionnels pour le distinguer des différents systèmes américains.

Le Kajukenbo

Le kajukenbo, est une synthèse martiale de plusieurs systèmes de combat, effectuée sous la direction de Adriano Emperado.

Structure technique

Le kajukenbo se compose d'un programme de techniques de self-défense par niveau de ceintures. À chaque niveau de ceinture, sont enseignées des techniques de défense contre frappes mais aussi saisies et attaques armées.

Le système ayant connu de nombreuses évolutions dans le temps, de nombreuses tendances se sont progressivement dégagées.

On a ainsi une branche dite « dure », restée rattachée à Emperado, et notamment représentée par l'espagnol Angel Garcia Soldado (qui a particulièrement enrichi le système), et une branche dite « souple », qui a exploré l'aspect rond et fluide : c'est notamment le cas du maitre Al Dacascos, et le who hop kien, qui est dorénavant un style de kung fu. Ces évolutions se déclinent sous des noms différents tels que le kenkabo.

D'un point de vue pratique, le kajukenbo est réputé être un système dur par ses formes de travail plein contact. Mais, il s'agit d'une caractéristique propre à la plupart des kenpo issus de la branche hawaïenne.

Branche américaine

L'american kenpo

L'american kenpo est dans son sens littéral un terme générique désignant un ensemble de systèmes de combat d'origine hawaïenne qui se sont développés aux États-Unis.

Cependant, ce terme désigne souvent, de manière spécifique, le système de combat créé par le grand-maître Ed Parker aux États-Unis dès le milieu des années cinquante.

Ce système est souvent désigné sous divers termes tels que American kenpo, Ed Parker Kenpo, Kenpo Karaté, Ed Parker American Kenpo Karaté (E.P.A.K). En France, les termes souvent utilisés pour sa désignation sont : American kenpo ou Kenpo Américain. Ce système, est né d’une lente élaboration entamée dans le début des années 1950 aux États-Unis par le grand-maitre Ed Parker, dans sa volonté d’adapter son art aux situations variées d’agression pouvant survenir dans les rues des villes modernes.

Article détaillé : American kenpo.

Shaolin kenpo

Ce système de kenpo a été créé par Ralph Castro, qui fut un élève de William K.S Chow, puis plus tard d'Ed Parker. À la demande de William Chow, Ralph Castro qui enseignait son art sous la dénomination de kenpo-karaté, va créer un nouveau système auquel il donnera le nom de Shaolin kenpo, ceci pour distinguer son système de celui d'Ed Parker alors en plein « boom ».

Le système du maitre Castro est techniquement très proche de celui du professeur Chow, et fidèle à l'influence chinoise : on trouve des frappes circulaires amples, enchaînées.

Cependant, au niveau des techniques de self-défense, ce système est très proche sur de nombreux aspects de celui d'Ed Parker.

Le système de Castro est assez développé aux États-Unis, avec quelques écoles en Europe, notamment en Espagne.

Nick cerio kenpo

Il s'agit d'un système de combat élaboré par Nick Cerio, ancien compétiteur et élève de William Chow (des mains duquel il reçoit le cinquième degré, - à noter que le maitre Ed Parker lui attribuera plus tard le neuvième degré -).

Son système a une double orientation : l'autodéfense et compétition sportive. Le système mis en place en 1974 et remanié en 1981 est issu d'une combinaison de l'Hawaiian kenpo, du karaté (Shorin-ryu), du ju-jitsu et de la boxe anglaise. Ce système est très répandu sur le continent américain.

Tracy kenpo

Le Tracy kenpo est un système de combat structuré par les frères Tracy, initialement élèves du maitre Parker. Leur système a une double orientation: autodéfense et compétition sportive.

Lima Lama

Il s'agit d'un système de combat structuré par le maitre Tino Tinosuiga, à partir de sa pratique du kenpo d'Ed Parker, de la boxe anglaise et de disciplines polynésiennes spécifiques.

De nombreux autres systèmes de kenpo existent sur le continent américain, et certains ne sont que des variations de l'American kenpo du maitre Ed Parker.

D'autres par contre s'éloignent de la filiation avec l'American kenpo : parmi ceux-ci, on trouve notamment l'Issin kenpo de Scott Russel.

Kenpo japonais

Au Japon, dans sa partie continentale, on trouve un certain nombre d'écoles de kenpo ayant des racines lointaines et communes avec certaines écoles de Ju-jutsu traditionnel. Certaines écoles modernes conservent d'ailleurs cet attachement en nommant leur école kenpo-ju-jitsu.

Cependant, des écoles spécifiquement japonaises se sont structurées avec une identité « kenpo » permettant de les classer dans la grande famille du kenpo/kempo.

Kenpo japonais moderne

Nihon kenpo du maitre Tanaka Taiji

Cette école est issue d'une structuration et synthèse des diverses pratiques de son fondateur. Celui-ci pratique successivement le judo, le kendo, puis le kung fu pai hao (style du héron), et le tai chi chuan. À cette pratique, il faut intégrer son étude du karaté, des armes du kobudo et le Goshin ju-jutsu. La rencontre déterminante avec le maitre chinois Li Wang sera à l'origine de l'élaboration d'une synthèse martiale entre des techniques chinoises et japonaises : le Nihon kenpo.

On trouve d'autre styles de kenpo japonais qui sont le Aiki kenpo (de Fukuda Susumu), le Ju-kenpo (de Nakamura Hisashi), le Byakuren-kai kenpo.

Nihon shorin-ji kenpo

Ce système de kenpo a été créé par le maitre Nakano Michiomi (alias So Doshin). Il est issu d'une famille membre de l'organisation secrète des dragons noirs. Ayant séjourné un certain nombre d'années en Mandchourie (Chine), il va y étudier plusieurs styles de kung fu (Chuan Fa).

Il s'initie et étudie également plusieurs courants religieux (bouddhisme, Taoïsme, confucianisme). Il fera ensuite la rencontre du maitre chinois Wen Lao-Cho qui est supposé lui avoir donné le titre de successeur et grand maitre de son école de boxe de Shaolin. Il lui donnera également le nom de So Doshin. Il crée en 1947,le Shorin-ji kenpo (lecture japonaise de méthode de boxe du monastère de la jeune foret) qui deviendra plus tard, la Nihon den sei-to Shorin-ji kenpo.

Kenpo Okinawaien

Le maitre okinawaien Motobu Choki est considéré par de nombreux historiens comme l'initiateur de la branche okinawaienne de kenpo.

Personnalité controversée du monde des arts martiaux, il apprendra le kenpo au sein du cercle familial. Le maitre Motobu est en effet issu d'une famille noble au sein de laquelle furent formés des experts réputés en arts martiaux.

Il apprendra également le karaté Shorin-ryu d'Okinawa auprès de grands maitres tels Matsumura Sokon, Itosu Yasutsune. Il étudiera aussi le Nahaté (version ancienne et nouvelle). Mais il va surtout se former au combat de rue et deviendra un combattant réputé. Il se rendra au japon en 1921 puis à Hawaï : lors de ces deux périples, il répondra à des défis, pour montrer la supériorité de son système.

Il n'aura pas de successeur désigné, mais va former des experts de renom donc les plus connus sont, en karaté :

  • Les maitres Robert Trias, (fondateur de l'école Shuri-ryu) ;
  • Otsuka Hironori (fondateur du Wado-ryu), Shimabuku Tatsuo (fondateur de l'Isshin-ryu karaté).

Il formera aussi en kenpo les maitres Nakamura de l'Okinawa kenpo et le maitre Mitose James-Masayoshi du Kosho ryu kenpo.

Okinawa Kenpo

Ce système de kenpo a été développé par le maitre Nakamura Shigeru, qui fut un disciple du maitre Motobu. Il étudiera avec un grand nombre de maitres réputés parmi lesquels Higaonna Kanryo, Itosu Yasutsune.

Parmi ses disciples, on trouve :

  • Oyata Seiyu, Odo Seikichi, qui vont développer à leur tour des systèmes de kenpo.
  • Odo Seikichi : formé en Okinawa kenpo, il va y intégrer les armes du kobudo, ainsi que des katas issus du Shuri-ryu kenpo du maitre américain Robert Trias.

Ryu-kyu kenpo

Ce terme peut etre traduit par « méthode de boxe des ryu-kyu ». Il désigne le système de kenpo crée par le maitre Oyata Seiyu. Ce dernier fut disciple de Nakamura Shigeru, le fondateur de l'Okinawa kenpo. Il fut le maitre des experts américains Joe Lexis et George Dillman.

Shito ryu kenpo

Il a été créé en 1948 par le maitre Uechi Kanei (à distinguer de celui du Uechi ryu).

Voir aussi

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail des arts martiaux et sports de combat Portail des arts martiaux et sports de combat
Ce document provient de « Kenp%C5%8D ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Kenpo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Kenpō — Autres noms Kempo, ryukyu kempo, quanfa Domaine percussion et grappling debout Pays d’origine …   Wikipédia en Français

  • Kenpo — Saltar a navegación, búsqueda El Kenpō (拳法) es el nombre de algunas artes marciales. La palabra kenpō es la traducción en idioma japonés de la palabra en idioma chino quánfǎ y significa arte marcial de origen chino. El termino kenpo es usado para …   Wikipedia Español

  • Kenpō — Este artículo o sección sobre deporte necesita ser wikificado con un formato acorde a las convenciones de estilo. Por favor, edítalo para que las cumpla. Mientras tanto, no elimines este aviso puesto el 18 de abril de 2008. También puedes ayudar… …   Wikipedia Español

  • Kenpō — Infobox martial art logo = logocaption = logosize = imagecaption = imagesize = name = Kenpō aka = Chinese Martial Arts, Kempo, Quan fa, Ryukyu Kempo hardness = focus = Empty handed striking and stand up grappling country =… …   Wikipedia

  • Kenpo — El kenpo, kempo o kenpo kai (拳法, literalmente método de lucha ) es una categoría de artes marciales mezcladas basadas en el karate, que incorpora kung fu shaolín y/o kickboxing para obtener una técnica más completa. Se cree que el kenpo sigue… …   Enciclopedia Universal

  • Kenpo Kai — Kenpō kai Le kenpō kai (拳法會) est un art martial japonais d origine chinoise imprégné des deux cultures. Kenpō kai signifie « réunion des méthodes du poing » (拳 ken = poing, 法 pō = méthode, 會 kai = réunion). Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Kenpo Kaï — Kenpō kai Le kenpō kai (拳法會) est un art martial japonais d origine chinoise imprégné des deux cultures. Kenpō kai signifie « réunion des méthodes du poing » (拳 ken = poing, 法 pō = méthode, 會 kai = réunion). Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Kenpo kai — Kenpō kai Le kenpō kai (拳法會) est un art martial japonais d origine chinoise imprégné des deux cultures. Kenpō kai signifie « réunion des méthodes du poing » (拳 ken = poing, 法 pō = méthode, 會 kai = réunion). Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Kenpō Kai — Le kenpō kai (拳法會) est un art martial japonais d origine chinoise imprégné des deux cultures. Kenpō kai signifie « réunion des méthodes du poing » (拳 ken = poing, 法 pō = méthode, 會 kai = réunion). Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Kenpō kai — Le kenpō kai (拳法會) est un art martial japonais d origine chinoise imprégné des deux cultures. Kenpō kai signifie « réunion des méthodes du poing » (拳 ken = poing, 法 pō = méthode, 會 kai = réunion). Sommaire 1 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.