Homme lige


Homme lige

Hommage lige

La banalisation du serment d'allégeance, source d'ambiguïté.

L’hommage lige est une forme d'hommage particulière, qui oblige le vassal qui le prête plus étroitement vis-à-vis du suzerain que l'hommage ordinaire, notamment au regard du service d’ost [1].

Cet hommage s’oppose à l’hommage dit « simple » (ou « plan »), crée pour le vassal comme pour le seigneur une double obligation : se conseiller (consilium) et s'aider (auxilium) mutuellement.

Sommaire

Étymologie

« Lige » vient de l’Allemand « all ledig » (libre = ledichman, plus tard ledigmann).

Présentation du cadre : la société féodale

Il est difficile de définir ce qu'est la "féodalité", telle que nous la dénommons en français.

Le mieux, pour comprendre le phénomène à l'échelon de toute une société, est de le ramener, en première analyse, à la situation individuelle d'une personne qui, sans emploi et sans ressources, s'adresse à une personne plus haut située dans l'échelle sociale: elle lui offre ses services, dans le cadre de ses compétences - ou des tâches qui lui sont assignées -; en échange, on lui donne une rémunération (un salaire, dans la terminologie française actuelle), ou des avantages en nature : l'habitation, les repas, etc. Les relations, entre le « patron » et le salarié (ou l'employé) sont des relations personnelles. Au plan juridique, elles sont qualifiées de contrat, c'est-à-dire d'un engagement des deux parties, engagement qui comporte, pour chacune d'elle, des avantages réciproques : on dit que le contrat est synallagmatique.

La société féodale, si l'on veut être simple, est ce même phénomène, mais à l'échelon de tout un groupe social, voire d'une société: dans la mesure ou il n'existe pas d’État central capable de faire des lois applicables à tous, de les faire respecter, de faire régner l'ordre, etc, un autre "système" d'existence et de coexistence des individus et des groupes humains se met en place. Le plus humble se met au service d'un plus puissant dans les termes ci-dessus, en contrepartie des avantages qu'on lui accorde; celui-ci se met au service d'un plus puissant que lui, et ainsi de suite. L'ensemble - a-t-on dit, mais ce n'est qu'une image, au demeurant assez explicite - crée une sorte d'édifice pyramidal : au sommet le plus puissant (avec des titres ou des appellations diverses, selon les lieux, les pays..) ; au bas de l'échelle, le moins puissant (paysan, serf, esclave...) ; entre les deux, toute une série de personnages intermédiaires, figurant une "hiérarchie" sociale, de plus en plus puissante au fur et mesure que l'on approche du sommet de la pyramide. En France, cette hiérarchie - si l'on ne considère que l'ordre de la noblesse, qui n'est que l'un des trois ordres de la société -, la hiérarchie descendante, est la suivante : le roi ; les princes ; les ducs ; les marquis ; les comtes ; les vicomtes ; les barons ; les chevaliers.

La société féodale fonctionne sur le mode évoqué plus haut. Le suzerain concède un fief à son vassal, en échange de services ou prestations définies lors de l'opération. Juridiquement, il s'agit de relations contractuelles, dans les termes ci-dessus.

Les dysfonctionnements de la société féodales

  • La société féodale est une société contentieuse. Tout est matière à conflit dans cette société.
  • La société féodale est une société d'arbitraire. À la fin du Xe siècle, les vassaux prêtaient de plus en plus souvent hommage à différents seigneurs essentiellement pour accumuler les fiefs. Le problème était le suivant : en cas de conflit entre deux seigneurs, lequel soutenir ?

Fulbert de Chartres (960-1028) rédige un écrit sur la vassalité : en cas de plurivassalité, il faut intégrer une réserve de fidélité à l'hommage vassalique qui primera sur les autres.

L'hommage lige était oral, et le même problème apparut à travers la multiplication des hommages lige à plusieurs seigneurs. On faisait alors prévaloir l'antériorité et hiérarchie des obligations (la guerre étant par exemple plus importante que le dot). Le roi Philippe Auguste a eu la volonté de hiérarchiser les liens féodo-vassaliques avec au sommet de la pyramide le roi; les vassaux de ses vassaux sont aussi devenus ses vassaux. Il n'avait donc pas besoin de multiplier les hommages qu'il ne faisait prêter qu'aux grands seigneurs. Mais en cas de conflit, cela posait problème sans compter que même les hommages liges se multipliaient. C'est pourquoi, tous les vassaux du roi de France devaient une réserve de fidélité au roi, une sorte d'hommage lige prioritaire.

À Montpellier, on parlait de « meilleur homme », et en Catalogne « d'homme solide ».

Évolution de l’hommage lige

Dans la tradition franque, on ne pouvait, en principe, servir deux maîtres. Aussi un homme s'engageant pour un autre, ne peut se mettre sous la dépendance d'un autre que son seigneur.

Toutefois, suivant les alliances et enjeux, certains vassaux puissants ont prêté hommage lige successivement à plusieurs suzerains. C'est le cas de Jean IV de Bretagne, qui chercha dans un premier temps le soutien de l'Angleterre en faisant l'hommage lige au roi d'Angleterre puis au roi de France pour s'en rapprocher et s'affranchir d'une tutelle anglaise trop présente [2].

Citations et analyses des différents auteurs

L'hommage lige vu par un texte écrit au Moyen Âge : « Un homme peut prêter plusieurs hommages à différents seigneurs pour les différents fiefs tenus de ces seigneurs ; mais il doit y avoir un hommage principal et cet hommage doit être prêté au seigneur de qui l'on tient son principal fief. La foi au seigneur roi et à ses héritiers doit toujours être mise à part. » [3]

Fr. Olivier-Martin (réf. ci-dessous) définit ainsi l'hommage lige:

« Dès le 9ème siècle, certains vassaux reçoivent des bénéfices de deux seigneurs, et leur prêtent également hommage. L'incompatibilité apparaît seulement quand les deux seigneurs d'un même vassal se font la guerre. On essaie d'y échapper en distinguant deux sortes d'hommages: l'hommage lige, sans restriction aucune, qui oblige le vassal à servir son seigneur envers et contre tous, et l'hommage simple (dit "plan", ou planus),qui est prêté sous la réserve des hommages antérieurement prêtés à d'autres seigneurs. La distinction apparaît en France dès le 11 ème siècle. mais bientôt, certains vassaux, grands amateurs de fiefs, prêtent un second hommage lige, qu'ils espèrent pouvoir concilier avec le premier. »

Achille Luchaire, le définit de la sorte : « L'hommage lige implique un renforcement de l'hommage ordinaire; l'homme lige est tenu à tous les devoirs, positifs et négatifs, qu'entraine l'hommage ordinaire; mais la ligéité implique un lien encore plus étroit. le vassal lige est tenu de servir à ses dépens le suzerain, tant que dure la guerre que celui-ci soutient contre ses ennemis [...] La ligence est une véritable ligue offensive et défensive entre le suzerain et son vassal. »[4].

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « lige » sur le Wiktionnaire.

  • Fr. Olivier-Martin. Histoire du droit français. CNRS Editions, Paris, 1992, 1995, 2005, page 261.

Sources

  1. Nouveau Larousse Universel
  2. Joël Cornette, Histoire de la Bretagne et des Bretons. Tome I, Septembre 2005, Éditions Seuil.
  3. Traité des lois et des coutumes du royaume d'Angleterre, attribué à Glanvill, fin XIIe siècle, publié par Hachette, Manuel de la classe de 5e, 1997 : Doc.4 , p 85.
  4. Achille LUCHAIRE. Manuel des Institutions françaises, période des capétiens directs. Paris, 1892, Librairie Hachette et Cie. Réed. Genève 1979.


Moyen Âge
Art | Littérature | Poésie | Musique | Architecture | Science | Philosophie | Éducation | Armement | Fortifications | Artillerie | Escrime
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Hommage lige ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Homme lige de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Homme lige — ● Homme lige personne entièrement dévouée à quelqu un, un groupe, et comme inféodée à lui …   Encyclopédie Universelle

  • Homme-lige — Hommage lige La banalisation du serment d allégeance, source d ambiguïté. L’hommage lige est une forme d hommage particulière, qui oblige le vassal qui le prête plus étroitement vis à vis du suzerain que l hommage ordinaire, notamment au regard… …   Wikipédia en Français

  • LIGE — Un même homme peut au Moyen Âge se trouver vassal de plusieurs seigneurs: mais il doit à un seul d’entre eux, qu’il reconnaît comme son principal seigneur, l’hommage lige. Il en devient l’homme lige et doit lui rendre tous les services d’un… …   Encyclopédie Universelle

  • HOMME — «UNE CHOSE est certaine: l’homme n’est pas le plus vieux problème ni le plus constant qui se soit posé au savoir humain [...] L’homme est une invention dont l’archéologie de notre pensée montre aisément la date récente. Et peut être la fin… …   Encyclopédie Universelle

  • lige — Lige, m. penacut. Ne se dit pas sans adjection de l un de ces deux mots, asçavoir Hommage, ou Homme. Ainsi dit on, Tel Duc, Marquis, ou Comte est homme lige du Roy, c. Vassal au debvoir et service d homme lige, et, Il doibt faire hommage lige. On …   Thresor de la langue françoyse

  • lige — LIGE. s. m. Certain droit de relief que le Seigneur prend sur son vassal à cause du fief qu il tient de luy. Le vassal paye tant de plein lige. le Seigneur feodal exige tant pour le droit de lige. Il est aussi adj. de tout genre, & signifie qui… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • homme — HOMME. s. m. Animal raisonnable. En ce sens il comprend toute l espece humaine, & se dit de tous les deux sexes. La condition de l homme est bien malheureuse. l homme est sujet à beaucoup d infirmitez. tous les hommes sont sujets à la mort. tous… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Lige — Hommage lige La banalisation du serment d allégeance, source d ambiguïté. L’hommage lige est une forme d hommage particulière, qui oblige le vassal qui le prête plus étroitement vis à vis du suzerain que l hommage ordinaire, notamment au regard… …   Wikipédia en Français

  • lige — (li j ) adj. 1°   Terme de féodalité. Qui promet à son seigneur toute fidélité contre qui que ce soit, sans restriction ; ce qui signifiait que, si un homme était vassal de deux seigneurs et si la guerre éclatait entre les deux seigneurs, il… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • homme — (o m ) s. m. 1°   Animal raisonnable qui occupe le premier rang parmi les êtres organisés, et qui se distingue des plus élevés d entre eux par l étendue de son intelligence et par la faculté d avoir une histoire, c est à dire la faculté de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.