Vassal


Vassal

Vassalité

Héritière de la recommandation du Haut Moyen Âge, la vassalité est la situation de dépendance d’un homme libre (vassal, du latin vassus) envers son seigneur par la cérémonie de l’hommage. Le système féodo-vassalique s’est développé à cause de l’affaiblissement de l’autorité publique après l’effondrement de l’empire carolingien (Xe - XIe siècle) : l’empereur, les rois et bientôt les princes territoriaux étaient incapables de faire régner l’ordre et d’imposer leur pouvoir aux seigneurs locaux. Un réseau de relations d’homme à homme s’impose donc, donnant des droits et des devoirs pour chacun d’entre eux, une pyramide sociale allant théoriquement du roi au grand seigneur (grand feudataire), seigneur, vassal et arrière-vassal ( Vavasseur ) mais dont l'effectivité dépend de l'autorité du supérieur.

Hommage à Arthur, enluminure du XIVe siècle

Sommaire

Des obligations réciproques

Même si la vassalité allie deux hommes libres, il est cependant évident que ces hommes ne sont pas égaux : le seigneur a davantage de pouvoir que le vassal. En effet, il dispose du droit de ban, c'est-à-dire le droit de punir, contraindre et juger. Le vassal se met sous la protection d'un plus puissant. Néanmoins cette puissance doit beaucoup au nombre, à la loyauté et la puissance relative de ses vassaux, d'où la réciprocité. On parle donc de contrat synallagmatique car il engage les deux parties à l'acte qui ont des obligations l'une envers l'autre.

Les devoirs du vassal envers son seigneur

Le contrat peut se résumer à l'auxilium, c'est-à-dire l'aide, et au consilium, le conseil (et non "concilium").

Les devoirs du vassal envers son seigneur sont d'abord des interdictions : le vassal ne doit pas nuire à son seigneur, à sa famille et à ses biens. Obligations somme toute assez vagues.

Le vassal doit l'aide militaire à son seigneur : lorsque celui-ci est attaqué, le vassal doit venir avec ses armes pour le défendre. Le vassal est aussi chargé de la garde du château (estage) et de l'escorte de son seigneur. Quand le seigneur attaque un autre, le service militaire (ost)ou (host) est limité à 40 jours. Mais le vassal reste évidemment aux côtés de son seigneur si le conflit dépasse cette durée. Il sera dédommagé en argent au-delà de 40 jours de combat.

Le vassal doit aussi assurer une aide financière : l'aide aux 4 cas (en France et Angleterre) ; le vassal doit donner de l'argent ou des cadeaux à son seigneur lorsqu'il marie sa fille aînée, lorsqu'il adoube son fils aîné, lorsqu'il part à la croisade et lorsqu'il est fait prisonnier et qu'il doit une rançon.

Enfin, le vassal est astreint à fournir des conseils à la demande de son seigneur : il doit participer aux assemblées féodales, aux cours de justice du seigneur ainsi qu'aux fêtes liturgiques. L'ensemble des vassaux d'un seigneur est ainsi soudé par ces temps forts.

Les devoirs du seigneur envers son vassal

Les dépenses du vassal sont donc considérables : il doit acheter et entretenir un cheval et des armes ; il doit pouvoir se nourrir et assurer un certain genre de vie. C'est pour répondre à ces exigences que le seigneur doit donner un fief à son vassal. Ce fief est en général une terre qui rapporte des revenus au vassal (redevances). Le fief est pris sur les terres ou les revenus du seigneur.

Le seigneur doit également protéger son vassal contre ses ennemis et lui rendre bonne justice.

Le problème du fief

Propriété éminente et propriété utile, le concept de propriété au Moyen-âge

Plus exactement il s'agit de la conception féodale de la propriété immobilière. Ainsi on parle de propriété éminente pour le seigneur suzerain qui est directement le propriétaire des terres concédées au vassal (qu'il soit seigneur ou roturier). Et on parle de propriété utile pour le vassal, c’est-à-dire le droit d’exploiter le fief pour son propre compte. Si un seigneur possède directement des terres et qu’il les exploite pour son propre compte ou par un tenancier (ou vassal) celui-ci n’est pas lui-même vassal d’un autre. En général, le suzerain (ou seigneur concédant) n’aliénait qu’une partie de son domaine et exerçait la propriété utile d’une autre partie du domaine. Ainsi les rois francs exerçaient la propriété utile sur les terres parisiennes, mais n’exerçaient qu’une propriété éminente pour les autres domaines. Cette conception est proche du démembrement de la propriété plus moderne qu'est l'usufruit. L'usufruitier pourrait être ainsi assimilé au tenancier, et le nue-propriétaire au concédant.

Ainsi, l’hommage rendu ne suffit pas pour déterminer si un seigneur ou un roturier est le vassal d’un autre. Il faut savoir s’il possède ou non la propriété éminente de son fief. Si la réponse est positive et bien que rendant l’hommage, il ne peut pas être qualifié de vassal, et le seigneur à qui il rend l’hommage n’a aucun droit sur les terres de celui-ci.

Nature du fief

Le principe de donner un bien foncier en échange de services, notamment militaires, remonte à l'Antiquité tardive. À l'époque carolingienne, cette terre s'appelle bénéfice ; au Moyen Âge central, il est nommé fief dans les sources. Le mot fief a donné ensuite l'adjectif féodal.

Le fief peut être de plusieurs natures :

  • Le plus souvent, c'est une terre avec les revenus qui y sont attachés ; entre le XIe siècle et le XIIIe siècle, l'argent est rare et circule encore difficilement. Le seigneur remet donc une terre à son vassal, avec ses paysans.
  • Le fief est plus rarement une fonction, un droit de ban, des péages, des dîmes (impôt ecclésiastique).
  • À la fin du Moyen Âge, le fief est de plus en plus une rente.
  • Le fief peut également être une fonction politique ou militaire.

Évolution du statut du fief

Le fief entre progressivement dans l'héritage des vassaux ; au début, le fief était accordé par le seigneur à son vassal à titre viager. Le seigneur organisait donc une nouvelle cérémonie d'hommage pour l'héritier. Mais de plus en plus, le fief devient transmissible, moyennant une somme d'argent (droit de relief). Peu à peu, le but de l'hommage n'est plus le service et les devoirs réciproques mais bien le fief. Les vassaux multiplient donc les hommages pour accumuler les fiefs. Le problème vient quand deux seigneurs ayant un vassal en commun entrent en guerre. On pensa d'abord à la solution de la réserve de fidélité puis à l'hommage lige (ou hommage préférentiel). (NB : si plusieurs hommages liges alors le plus ancien prime)

La cérémonie d’entrée en vassalité

Caractéristiques de la cérémonie

Par la cérémonie de l'hommage (à ne pas confondre avec celle de l'adoubement qui fait d'un homme un chevalier), le vassal devient l’homme d’un seigneur. Les documents qui décrivent cette cérémonie sont abondants, aussi bien les textes que les sources iconographiques.

L'hommage est une cérémonie publique qui se déroule en général au château du seigneur, devant témoins. Il n'y a donc pas besoin de contrat écrit. Les rites et les gestes de cette cérémonie sont importants ; mais l'ordre de ces gestes sont différents selon les régions.

Est félon le vassal qui rompt le contrat de vassalité.Le seigneur peut alors proclamer la saisie de son fief rarement mise en œuvre jusque 1220 lorsque Philippe Auguste proclame la saisie à Jean Sans Terre, saisie qu'il appliquera pour montrer l'exemple. Cependant, rien ne mentionne dans les textes que le seigneur soit puni si c'est lui qui manque à ses engagements envers son vassal.

Changements dans le fonctionnement des relations vassaliques

À partir de la deuxième moitié du XIIe siècle, le roi de France augmente son pouvoir en utilisant le système féodo-vassalique. Il se place de lui-même au sommet d’une pyramide d’hommages :

  • il fait prêter serment de fidélité à ses arrière-vassaux ;
  • il acquiert des territoires par la guerre (Normandie par exemple) ;
  • il acquiert des territoires en proposant des rentes en échange de fiefs (fief de bourse) ;
  • il augmente son prestige et son autorité en jugeant en appel tout jugement.

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « vassalité » sur le Wiktionnaire.

  • Portail du droit Portail du droit
Ce document provient de « Vassalit%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vassal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • vassal — vassal, ale, aux [ vasal, o ] n. • 1283; « homme vaillant et brave » 1080; lat. médiév. vassallus, du gaul. vassus → valet ♦ Au Moyen Âge, Homme lié personnellement à un seigneur, un suzerain qui lui concédait la possession effective d un fief. ⇒ …   Encyclopédie Universelle

  • vassal — vassal, ale (va sal, sa l ) s. m. et f. 1°   Celui, celle qui relève d un seigneur à cause d un fief. •   L obligation de tout vassal envers son seigneur fut de porter les armes et de juger ses pairs dans sa cour, MONTESQ. Esp. XXX, 17. •   Dans… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Vassal — Freguesia de Portugal …   Wikipedia Español

  • vassal — Vassal, qui tient quelque chose d aucun à foy et hommage, Cliens, Posþsessor fundi inferioris, Beneficiarius, Possessor praedij clienteþlaris. B. És anciens Romans il se prent pour le contraire du souldoyer, d autant que cestuy ci prent souldée,… …   Thresor de la langue françoyse

  • Vassal — Vas sal, n. [F., fr. LL. vassallus, vassus; of Celtic origin; cf. W. & Corn. gwas a youth, page, servant, Arm. gwaz a man, a male. Cf. {Valet}, {Varlet}, {Vavasor}.] [1913 Webster] 1. (Feud. Law) The grantee of a fief, feud, or fee; one who holds …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Vassal — Vas sal, a. Resembling a vassal; slavish; servile. [1913 Webster] The sun and every vassal star. Keble. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • vassal — (n.) mid 15c. (c.1200 as a surname) tenant who pledges fealty to a lord, from O.Fr. vassal, from M.L. vassallus manservant, domestic, retainer, from vassus servant, from O.Celt. *wasso young man, squire (Cf. Welsh gwas youth, servant, Bret. goaz… …   Etymology dictionary

  • vassal — VASSAL. s. m. Celuy qui releve d un Seigneur superieur à cause d un fief. Il est son vassal. c est mon vassal …   Dictionnaire de l'Académie française

  • vassal — [vas′əl] n. [OFr < ML vassalus, manservant, extension of vassus, servant < Celt: for IE base see VALET] 1. in the Middle Ages, a person who held land under the feudal system, doing homage and pledging fealty to an overlord, and performing… …   English World dictionary

  • Vassal — Vas sal, v. t. To treat as a vassal; to subject to control; to enslave. [Obs.] Beau. & Fl. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • vassal — index dependent Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.