He Yan


He Yan

He Yan (ou Ho Yan, Ho Yen, 何晏), également appelé Pingshu (平叔), originaire des environs de l’actuelle Nanyang (南陽) au Henan, lettré et fonctionnaire (? - 249) du royaume de Wei, est considéré avec Wang Bi comme le fondateur du courant philosophique Xuanxue (玄學). On lui attribue parfois la création du courant Qingtan (清談).

Petit-fils du général Han He Jin (何進), Cao Cao fit de lui son fils adoptif après avoir épousé sa mère, née Yin (尹氏). Leurs liens familiaux furent resserrés par son mariage avec la princesse Jingxiang (金鄉公主), fille ou nièce de Cao Cao.

Sommaire

Biographie

Si sa place dans l’histoire de la philosophie et de la littérature est clairement reconnue, son personnage social et politique est très controversé et son image plutôt négative. Il était réputé pour sa belle apparence, mais aussi pour sa vanité. Selon les Nouvelles Histoires de notre époque[1], l’empereur Mingdi des Wei (qui régna de 226 à 239), curieux de savoir si son teint laiteux était ou non artificiel, lui offrit une soupe chaude pour le faire transpirer. Il se trahit en laissant des traces de poudre sur le tissu rouge avec lequel il s'était essuyé. Il passait, dit-on, beaucoup de temps en distractions futiles. On attribue à son arrogance le fait que Wendi, fils de Cao Cao et premier souverain régnant des Wei, le détestait et le chassa du palais. Il dut attendre la mort de l'empereur Mingdi en 239 pour entrer dans l'administration grâce à Cao Shuang (曹爽), corégent de l'héritier du trône avec Sima Yi (司馬懿), général de talent et grand-père de Sima Yan (司馬炎) qui renversera les Wei. Les avis des historiens sur la politique menée par l'équipe de Cao Shuang divergent, mais la mauvaise réputation de He Yan persiste : népotisme, transformation des lois à son gré, détournement de fonds publics. Il sera mis à mort par Sima Yi en même temps que Cao Shuang et ses partisans, victime de la rivalité entre les corégents.

Sa pensée

He Yan était un lettré brillant au talent précoce, lecteur du Dao De Jing et du Zhuang Zi autant que des classiques confucéens.

Il est essentiellement connu comme le fondateur, avec son cadet Wang Bi, du courant philosophique du mystère, Xuanxue (où xuan, mystère, équivaut au dao). Pour lui, le dao est intangible (bùkětǐ 不可體), il est wu (無), absence de tout ce qui existe (wúsǔoyǒu 無所有), parole, nom, forme ou son (wúyǔ 無語, wúmíng 無名, wúxíng 無形, wúsheng 無聲). C’est un concept à valeur ontologique, interprétation reprise et développée par Wang Bi. Ceux qui partagent leur notion d’une origine, d'un principe primordial fondamentalement vides constituent le « parti du vide » (gùiwúpài 貴無派). Certains membres du courant Xuanxue, comme Guo Xiang, remettrons partiellement cette proposition en cause. On a souvent proposé un effet du bouddhisme, dont l'influence avait pénétré à la cour des Cao, sur le Xuanxue. Selon Wang Xiaoyi (王曉毅) de l'Université du Shandong (département d'histoire), la notion bouddhique du vide aurait indéniablement inspiré He Yan, mais sans qu'il la comprenne réellement.

Comme Wang Bi, il met la philosophie tirée des textes taoïstes au service du système social et politique confucéen qu’elle permet de justifier.

Malgré son image d'aristocrate superficiel, He Yan se préoccupe de l'application politique de la philosophie, différant en cela de beaucoup de ses partenaires des séances de pure conversation (清議), lettrés entièrement détachés du pouvoir se consacrant exclusivement à la philosophie spéculative, à l’alchimie et aux activités artistiques, qui ont marqué l'image du Xuanxue et du Qingtan.

Son œuvre

Il a laissé essentiellement des essais sur la philosophie et la politique : Discours du sans-nom (wúmínglùn 無名論), Discours du dao (dàolùn 道論), Discours du non-agir (wúwéilùn 無為論), Discours de Hanbai (hánbáilùn 韓白論), Discours de Yizhou (yìzhoulùn 冀州論). Il est aussi l'auteur d'un poème du genre fu ( 賦) : Poème du palais Jingfu (jǐndfúdiànfù 景福殿賦) commandé par Mingdi à l'occasion de la construction du palais de Xuchang (xǔchang 許昌) au Henan. On prétend que He Yan abandonna le commentaire du Dao De Jing qu'il avait entamé devant la qualité de celui de Wang Bi et que c'est la raison pour laquelle il n'aurait laissé que des essais. Son nom est néanmoins associé au Commentaires réunis des Analectes de Confucius, (lùnyǔjíjǐe 論語集解) œuvre rédigée en commun avec quatre autres lettrés.

Autres influences

Il lança la mode du « mélange des cinq pierres » (wǔshísàn 五石散), fortifiant attribué au célèbre médecin Zhang Zhongjing, dont les effets secondaires étaient si puissants que peu nombreux étaient en fait ceux qui pouvaient le supporter. Il l'aurait modifié pour l'adapter à sa constitution fragile. Sa consommation deviendra un trait culturel des adeptes du courant Xuanxue, en même temps qu'un symbole de prestige social du fait du coût élevé des ingrédients.

Références

  1. Shìshuoxinyǔ (世說新語), de Liu Yiqing (劉義慶) des Song ; il rassemble plus de mille textes très courts, commentaires sur des personnalités des Trois royaumes et des dynasties du Nord et du Sud ; c’est une source de documentation sur le mode de vie et les mentalités de l’aristocratie.

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article He Yan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Yan Xishan — 阎锡山 Primer Ministro de la República de China 3 de junio de 1949 – 7 de marzo de 1950 Predecesor …   Wikipedia Español

  • Yan Zhenqing — (zh stpw|s=颜真卿 |t=顏真卿 |p=Yán Zhēnqīng|w=Yen Chench ing, 709–785) was a leading Chinese calligrapher and a loyal governor of the Tang Dynasty. His artistic accomplishment in Chinese calligraphy parallels the greatest master calligraphers… …   Wikipedia

  • Yan Zhitui — (zh cpw|c=顏之推|p=Yán Zhītuī|w=Yen2 Chih1 T ui1, 531–591) was a Chinese scholar, calligrapher, painter, musician, and government official who served four different Chinese states during the late Southern and Northern Dynasties: the Liang Dynasty in …   Wikipedia

  • Yan (state) — Yan (zh cp|c=燕|p=yān) was a state during the Western Zhou, Spring and Autumn and Warring States Periods in China. Its capital was Ji (nowadays Beijing, also known as Yanjing, capital of Yan ). During the first years of the Zhou Dynasty, the Yan… …   Wikipedia

  • Yan' Dargent — Yan Dargent, Les Lavandières de la nuit, 1861, huile sur toile, 75 x 150 cm Jean Édouard Dargent dit Yan Dargent[1] (Saint Servais, 15 octobre 1824 – Paris, 1 …   Wikipédia en Français

  • Yan Liben — (zh tpw|t=閻立本|p=Yán Lìběn|w=Yen Li pen) ( c. 600 November 14, 673 [ [http://www.sinica.edu.tw/ftms bin/kiwi1/luso.sh?lstype=2 dyna=%AD%F0 king=%B0%AA%A9v reign=%ABw%A6%EB yy=4 ycanzi= mm=10 dd= dcanzi=%A4%D0%A4%C8 兩千年中西曆轉換 ] ] ), formally Baron… …   Wikipedia

  • Yan et les abeilles — est un groupe de rock français réuni autour de Jacky Vitet, dit Yan. C est le principal représentant de la CRAC (Chanson Rock Acoustique Crunchy), terminologie que le groupe a lui même définie. Parcours Jacky Vitet naît en 1958. Adolescent, il ne …   Wikipédia en Français

  • Yan — puede referirse a: Emperador Yan (炎帝, emperador de la llama); gobernante de China a comienzos del II milenio a. C.. Estado Yan, uno de los Reinos Combatientes (China, siglo IV a. C. al siglo II a. C.). No debe… …   Wikipedia Español

  • Yan Liben — Yan Leben Naissance 600 Décès 673 Nationalité Chinois Activité(s) Peinture …   Wikipédia en Français

  • Yan Tan Tethera — was a traditional numeric jargon used by shepherds to count sheep in northern England and southern Scotland. Until the Industrial Revolution, the use of specialised traditional number systems was common among shepherds, especially in the dales of …   Wikipedia

  • Yan Junqi — (Chinese: 严隽琪; born August 1946 ) is currently the vice chairwoman of standing committee of the National People s Congress of China, [ [http://news.xinhuanet.com/english/2008 03/15/content 7793911.htm Yan Junqi Vice chairwoman of NPC Standing… …   Wikipedia