Garde Saint-Ivy Pontivy


Garde Saint-Ivy Pontivy
GSI Pontivy
Logo du GSI Pontivy
Généralités
Nom complet Garde Saint-Ivy Pontivy
Surnom(s) GSI
Fondation 1909 (section football : 1935)
Couleurs vert et blanc
Stade(s) Stade Municipal du Faubourg de Verdun
(3 200 places)
Siège Pontivy
Championnat actuel CFA (Groupe D)
Président Philippe Le Mestre
Site web www.pontivy-football-gsi.com
Actualités
Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France amateur de football 2011-2012

La Garde Saint-Ivy Pontivy est un club français de gymnastique artistique et de football fondé en 1909 et basé à Pontivy (Morbihan, Bretagne).

Le club évolue en 2011-2012 en CFA, après avoir connu la relégation en CFA 2 en 2006-2007 et la remontée immédiate. La GSI s'est maintenue en CFA en 2008-2009 mais finie dernière du groupe D de CFA lors de la saison 2009-2010 ce qui lui vaut une descente en CFA 2 et une remontée immédiate en 2011.

Sommaire

Palmarès

Historique

1909 – 1960

La Garde Saint-Ivy est fondée en 1909 par l’Abbé Thoret et sa première branche sportive est la gymnastique sous les couleurs « vert et blanc » du patronage pontivyen. Elle n'est reconnue officiellement que le 20 juin 1914 lors de son affiliation à la fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF).

En 1934, le club acquiert le terrain de Toulboubou pour y construire les terrains de football en vue de créer la section football. En 1935, la première équipe de football du club est engagée en 3e division de district, plus bas niveau dans la hiérarchie française. La première subvention accordée au club date de 1940 pour la modique somme de 500 francs. En même temps, le club envisage l’emménagement de la plaine de jeu de Toulboubou en vue de la doter de tribunes et de vestiaires, ainsi que d’un terrain de tennis et d’une piscine (ces derniers ne verront jamais le jour).

Lors de la Seconde Guerre mondiale, trente cinq gésistes sont mobilisés, mais le club parvient encore à fonctionner : le football et l’athlétisme continuent mais les autres sections doivent s’arrêter. L’équipe première de football commence son ascension dans la hiérarchie du district et est même finaliste du championnat de Bretagne en 1939. Entre temps, après avoir tutoyé le sommet régional, elle revient au niveau du district du fait de la guerre. Du fait des événements, une partie des joueurs sont partis sous les drapeaux ou entrés en résistance. En 1953, l’équipe de football retrouve la DRH au terme d’une superbe saison et remporte le titre de champion de l’Ouest de promotion. Mais elle doit retourner en PH quatre ans plus tard en 1957.

1960 – 1999

Jusque dans les années 1980, la section football de la GSI continue son chassé-croisé entre le niveau régional (DRH) et le district (première division et promotion première division). Entre temps, en 1977, le football à 7 est introduit au club par Messieurs Hemono et Kerzehro, ce qui constitue les bases des futures formations des jeunes joueurs. La GSI se stabilise au niveau DRH (Division Régional d’Honneur) dans les années 1980-1985. En 1987, Michel Jarnigon arrive au club. Trois ans après, lors de la saison 1990-1991, le club gravit cinq échelons, de la DRH à la Nationale 2 (transformée depuis en CFA) pour ensuite s’installer durablement dans cette division, figurant toujours dans la première moitié de tableau. Cette dernière décennie sera ainsi été riche d’événements pour le club, avec une succession de montées mais aussi des épopées en coupe de France.

1999 à aujourd’hui

Néanmoins, la GSI connaît aussi une grosse désillusion : la montée refusée en National en 1999. Lorsque le Conseil d'Administration du FC Mulhouse, club de National, décide de déposer le bilan le 21 mai 1999 (déficit de 6 millions de francs), lequel est confirmé le 26 mai, la GSI Pontivy comprend alors que sa fin de saison est en train de prendre une toute autre tournure. La place de Mulhouse devenant vacante, la FFF va organiser un tournoi de barrage entre les quatre meilleures équipes classées deuxième de leur groupe de CFA afin de déterminer l’équipe qui remplacera le club alsacien. Pontivy, déjà assuré à ce moment-là d’être deuxième meilleur amateur du groupe D (derrière Evry mais devant Viry, St-Lô, St-Leu et Brest), peut déjà se préparer aux trois « matches de coupe » les plus importants de son histoire, alors que s’achève le championnat le 29 mai. L’équipe, forte de quelques joueurs ayant l’expérience de la Ligue 2 avec Guingamp, Saint-Brieuc ou Lorient (Watier) voire de la Ligue 1 (Duboscq avec Caen), est plus soudée que jamais. Tout commence ensuite le 4 juin à Limoges et la GSI s’y impose 1-0. Quatre jours plus tard, Beaucaire est défait 2-0 au stade du Faubourg de Verdun. Pontivy vire en tête et n’a maintenant plus besoin que d’un match nul à Reims pour monter.

Le Stade de Reims est grand favori. En mai 1992, il était en liquidation judiciaire, relégué en DH, après qu'un pseudo-acquéreur fit croire à la FFF, un an auparavant, qu'il pouvait s'assumer financièrement, ce qui permit au club de poursuivre artificiellement ses activités en 3e division nationale en 1991-92[1]. Sept ans après, le grand club français peut revenir sur le devant de la scène. Dans ce dernier match du 12 juin, véritable finale, les Rémois feront la course en tête jusqu’à ce que Christophe Duboscq n’égalise à cinq minutes de la fin (3-3) pour la GSI. Pontivy vient de décrocher le dernier billet pour le National ! Les Pontivyens de l’entraîneur Michel Jarnigon deviennent la cinquième meilleure équipe de Bretagne, derrière Nantes et Rennes (Ligue 1), Guingamp et Lorient (Ligue 2). Rapidement, pourtant, ce mois de juin d’anthologie va virer au cauchemar pour les Pontivyens. Le 24 juin, la direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) interdit en effet à la GSI de monter en National pour des raisons financières, c'est-à-dire un déficit prévisionnel de 180.000 FRF (soit 27.440,82 euros). L'expert comptable du club prétend alors que c'est la DNCG elle-même qui lui a conseillé de présenter son budget sous une forme mettant en avant cette prévision, laquelle est perçue comme une faiblesse rédhibitoire. La DNCG confirme sa décision en appel. Hasard ou pas, le remplaçant de Pontivy devrait s'appeler ... Reims[2].

Pontivy n’est pas encore vaincu. Il figure dans le calendrier de National, publié mi-juillet. La GSI ira à Besançon le 7 août et recevra Raon-l’Etape le 13 août. L’espoir pontivyen réside maintenant dans la décision souveraine du Conseil Fédéral de la FFF. Réuni le 23 juillet, celui-ci va, malgré la logique du terrain, confirmer la décision de la DNCG par 8 voix contre 7. Extrêmement serré, ce vote le fut sans doute à cause de ce déficit « ridicule et largement recouvrable dans le paysage actuel » selon un dirigeant de la GSI resté anonyme[2]. « Difficile de nier que le prestige du club champenois n’a pas influencé les « jurés » dans cette histoire et a sans doute fait pencher l’avis qui a fait la différence » écrit le journaliste Arnaud Tulipier dans France Football[3]. Le Stade de Reims est donc repêché sur « tapis vert », même si le président de la FFF, Claude Simonet, se refuse à valider la mesure sur le moment[2]. Des lettres de soutien envoyées par la majorité des clubs du National et la menace de boycott brandie par le président du FC Istres n’y changent rien[4].

« Notre club de campagne n’a pas pesé lourd face aux lobbies parisiens » tonna l’entraîneur Michel Jarnigon[4]. « C’est affligeant sur le plan de l’éthique. Tout un projet sportif mené à bien depuis une dizaine d’années (de la DRH au National), balayé d’un revers de main, alors que les conditions économiques étaient réunies » concluait Yannick Henriat, Président d’honneur de la GSI[4]. La sentence est pourtant tombée, Pontivy est condamné sur le « tapis vert ». Le 28 juillet, le remplacement devient officiel : la FFF informe le Stade de Reims de sa promotion en National, lequel club de Reims va engager le buteur normand de Pontivy, Duboscq. La mauvaise santé financière de plusieurs clubs de National aurait pu laisser un espoir aux dirigeants pontivyens. Il n’en fut rien. Pontivy allait devoir repartir avec une équipe recomposée à 70 %[5]. Son budget prévisionnel, prévu à hauteur de 4,2 millions de francs, descend à 2,7 millions de francs. Le 7 août 1999, c’est Joué-les-Tours que Pontivy accueille et bat, en CFA, pour que la dynamique s'entretienne, malgré tout. Mais le sentiment d’injustice des joueurs les décident à porter un brassard noir toute la saison pour protester[4]. Alors que Mulhouse avait été mis « hors-jeu » après un dépôt de bilan (- 900.000 euros), le sort de Pontivy (- 27.000 euros) est finalement, pour une écriture comptable et malgré ses comptes positifs, sportivement identique à celui du club qu’il fut censé remplacer.

Anciens Joueurs

Effectif de la saison 2011/12

  • Gardiens
    • Rumwald Le Guevel 29/03/1988 FRA Rennes (35)
    • Julien Le Metayer 20/09/1991 FRA Pontivy (56)
    • Boris Mahé 30/04/1991 FRA Lorient (56)
    • Antoine Petit 25/07/1991 FRA
  • Défenseurs
    • Eric Blocus 05/11/1980 FRA Pontivy (56)
    • Rudy Christophe 16/10/1980 FRA Dinan (22)
    • Clotaire Duclovel 29/03/1989 FRA Vannes (56)
    • Gaël Le Guerroué 24/04/1986 FRA Lorient (56)
    • Mickaël Le Guevel 27/11/1986 FRA Loudéac (22)
    • Pierre Yves Offredo 26/04/1990 FRA Longjumeau (91)
    • Florian Paillot 08/06/1983 FRA Lyon (69)
    • Maxime Randuineau 04/02/1989 FRA Juvisy-sur-Orge (91)
  • Milieux
    • Kerim Bas 18/01/1990 FRA Ploëmeur (56)
    • Fabien Boudarène 05/10/1978 FRA Saint-Etienne (42)
    • Dario Brulu 06/10/1983 FRA La Trinité
    • Tony Da Costa 24/02/1986 FRA Morlaix (29)
    • Benoît Debato 27/02/1992 FRA Nantes (44)
    • Edern Guyader 18/01/1979 FRA Quimper (29)
    • Romain Houdeline 24/02/1989 FRA Vannes (56)
    • Bilel Lakbir
    • Maxime Le Cocq 27/12/1987 FRA Guingamp (22)
    • Maxime Rault 02/03/1991 FRA Loudéac (22)
    • Mickaël Tison 12/08/1984 FRA Hennebont (56)
  • Attaquants
    • Romain Alazet 12/03/1989 FRA Brest (29)
    • Gilles Bray 22/12/1987 FRA Fort-de-France (972)
    • Jean Marie Eveno 13/03/1976 FRA Vannes (56)
    • Guenaël Havart 12/12/1980 FRA Malestroit (56)
    • Steve Le Lay 28/10/1985 FRA Loudéac (22)
  • Autres joueurs
    • Kévin Durand 05/02/1991 FRA Rennes (35)
    • David Rio 05/09/1992 FRA Vannes (56)
    • Mathieu Thomas 13/12/1992 FRA Guingamp (22)
  • Entraîneur Yannick SALOMON

Source http://www.stat2foot.com/

Supporters

  • Le club des supporters
  • Les Ultras Pondi, créés en 2006.
  • Les Ultras Diaboliks (DBKS), créés en 2008

Liens externes

Notes et références

  1. Le Stade de Reims n'est plus, article de France Football, 19 mai 1992, page 28.
  2. a, b et c Pontivy reste en CFA, article de François Verdenet dans France Football, 27 juillet 1999, page 39.
  3. Le Stade de Reims retrouve un destin National, article de Arnaud Tulipier dans France Football, 30 juillet 1999, page 28.
  4. a, b, c et d Pontivy a la rage, article de Jean-Yves Le Mentec dans France Football, 17 août 1999, page 29.
  5. Pontivy, duc de Bretagne, article de Jean-Yves Le Mentec dans France Football, 21 décembre 1999, page 34.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Garde Saint-Ivy Pontivy de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pontivy — 48° 04′ N 2° 59′ W / 48.07, 2.98 …   Wikipédia en Français

  • GSI Pontivy — Garde Saint Ivy Pontivy GSI Pontivy Club fondé en 1909 (1935) …   Wikipédia en Français

  • GSI Pontivy — Football club infobox clubname = GSI Pontivy fullname = Garde Saint Ivy Pontivy nickname = founded = 1909 (Gymnastics section) 1935 (football section) ground = Stade Municipal du Faubourg de Verdun Pontivy, France capacity = 3,140 chairman =… …   Wikipedia

  • Coupe de France 1999/00 — Der Wettbewerb um die Coupe de France in der Saison 1999/2000 war die 83. Ausspielung des französischen Fußballpokals für Männermannschaften. In dieser Spielzeit nahmen 6.096 Vereine aus Frankreich und seinen Übersee Départements bzw. territorien …   Deutsch Wikipedia

  • Coupe de France 1999/2000 — Der Wettbewerb um die Coupe de France in der Saison 1999/2000 war die 83. Ausspielung des französischen Fußballpokals für Männermannschaften. In dieser Spielzeit nahmen 6.096 Vereine aus Frankreich und seinen Übersee Départements bzw. territorien …   Deutsch Wikipedia

  • Liste d'articles sur la Bretagne — Projet:Bretagne/Index Cette page recense toutes les pages sur la Bretagne. Elle est mise à jour automatiquement par un robot. Sommaire Articles : 0 9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z …   Wikipédia en Français

  • Liste d'articles sur la Bretagne et les pays celtiques — Projet:Bretagne/Index Cette page recense toutes les pages sur la Bretagne. Elle est mise à jour automatiquement par un robot. Sommaire Articles : 0 9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z …   Wikipédia en Français

  • Coupe de France 2006/07 — Der Wettbewerb um die Coupe de France in der Saison 2006/07 war die 90. Ausspielung des französischen Fußballpokals für Männermannschaften. In diesem Jahr meldeten 6.581 Vereine – ein neuer Teilnahmerekord –, darunter auch solche aus den… …   Deutsch Wikipedia

  • Ahmed Sidibe — Pas d image ? Cliquez ici. Biographie Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Stéphane Auvray — Pour les articles homonymes, voir Auvray. Stéphane Auvray …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.