Dune (Film)


Dune (Film)

Dune (film, 1984)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dune (homonymie).
Dune
Réalisation David Lynch
Acteurs principaux Francesca Annis
Kyle MacLachlan
Sting
Max von Sydow
José Ferrer
Scénario Frank Herbert (roman)
David Lynch
Musique Toto
Brian Eno (Prophecy Theme)
Marty Paich (musique)
Photographie Freddie Francis
Production Dino De Laurentiis
Société de distribution Universal Pictures
Budget 40 000 000 $
Durée 137 min.
Sortie 14 décembre 1984 (première)
Langue(s) originale(s) anglais
Pays d’origine États-Unis

Dune est un film américain de science-fiction réalisé par David Lynch, sorti en 1984, d’après Dune, premier roman d’une série écrite par Frank Herbert.

Sommaire

Synopsis

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

En l’an 10191 AG (Après la Guilde), une seule substance permet de voyager dans l’espace : l’Épice. Cette substance, la plus convoitée de l’univers, ne se trouve que sur la seule planète Arrakis, aussi appelée Dune, planète aride et hostile, couverte de sable. Le Duc Leto Atréides remplace ses ennemis, les Harkonnen, à la tête du fief d’Arrakis, et part s’y installer avec sa concubine Jessica et son fils Paul. Les membres de la Maison Atréides pressentent un piège, tendu par le baron Harkonnen, mais ils doivent obéir à la volonté de l’Empereur. Peu après leur installation sur Dune, les Atréides sont trahis par le médecin personnel du Duc Leto et décimés par une attaque conjointe des forces Harkonnen et des troupes de l’Empereur. Paul et sa mère parviennent à fuir et se retrouvent seuls survivants de la famille Atréides. Perdus en plein désert, ils y rencontrent les Fremen, peuple indigène d’Arrakis et véritable maîtres du désert. Les Fremen attendent la venue d’un Messie qui les délivrera. Se pourrait-il que ce soit Paul ?

Voir : le roman Dune

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Premières tentatives d'adaptation

Au cours des années 1970, une première tentative d’adaptation cinématographique[1] avait été envisagée par Alejandro Jodorowsky avec, entre autres, les participations de Salvador Dalí (l’Empereur Padishah), Orson Welles (le baron Vladimir Harkonnen), Jean Giraud “Moebius” (3 000 dessins préparatoires), Christopher Foss (les vaisseaux spatiaux) ainsi que Giger (le décor de Giedi Prime, le siège de la Maison Harkonnen) pour la conception graphique, Dan O'Bannon pour les effets spéciaux, le groupe Pink Floyd pour la musique. Le projet ne se concrétisera pas pour cause de financement insuffisant (il faut dire que le film était prévu pour durer plus de six heures).

Une grande partie du matériel graphique composé par Moebius et Giger sera recyclé dans d’autres films tels Blade Runner ou Alien.

Vers 1980, le producteur Dino de Laurentiis rachète les droits du roman et commence une adaptation confiée à Ridley Scott, mais une incompatibilité d'humeur avec la production oblige ce dernier à abandonner le projet. David Lynch prend alors sa place.

Le film de Lynch

Lynch voulait, à l’origine, réaliser un film beaucoup plus long, sa première ébauche durant cinq heures. Le tournage eut lieu au Mexique, où les coûts étaient bien moindres qu’à Hollywood. Mais néanmoins, lorsqu’en cours de tournage, l’argent vint à manquer, les producteurs exigèrent un format plus court et une grande partie du scénario original fut coupée et remplacée par une narration en voix off.

Lynch réutilisa un certain nombre d'éléments de ses films antérieurs comme, par exemple, le personnage du navigateur de la Guilde qui provient vraisemblablement du bébé alien de son premier film, Eraserhead, et du personnage d'Elephant Man. Un autre procédé est l'utilisation de ronflements graves qui créent un malaise chez le spectateur lorsqu’ils sont utilisés sur de longues périodes.

La difficulté majeure pour profiter du spectacle est qu'il faut être introduit à l’univers de Dune. Le scénario reste complexe et mystérieux pour ceux qui ne connaissent pas cet univers. Malgré la beauté des images, le film a un grave défaut : il exige du spectateur une tension permanente et ne comporte aucune séquence de détente lui permettant de souffler ; aussi arrive t-on fatigué à la fin et quelque peu assourdi par un fond musical toujours fort. En termes financiers, le film fut un désastre (il ruina Dino de Laurentiis) et les contraintes imposées par la production firent que Lynch désavoua ce film, sans toutefois avoir fait retirer son nom du générique comme il l’avait envisagé (ce qu’il fera cependant sur la version longue diffusée à la télévision, signée Alan Smithee). Malgré son peu de succès, le film conserve un certain nombre de fans car c’est une œuvre qui sort incontestablement de l’ordinaire.[réf. nécessaire]

Les différents montages

Bien que Lynch ait enfin réussi à faire admettre que la “bonne” version était celle signée par lui au générique, et que cette version semble un très juste équilibre entre des besoins de producteur et des envies de réalisateur, il existe trois versions avec les images tournées par Lynch :

  • Version A : la version d’Hollywood, Universal, que l'on peut considérer comme la version “producteur”. Diffusée à l'origine sous forme de téléfilm à la télévision américaine (à ne pas confondre avec la mini série Dune), et également par certaines chaînes françaises, cette version dure à peu près une heure cinquante (1h50). Elle ne met l'accent que sur l'action, la guerre armée et les conflits d'intérêts. Cette version est apparemment désavouée par Lynch et est fortement décriée par tous les fans du livre.
  • Version B : la version de David Lynch (au générique), la version "auteur". Elle est reconnaissable à la séquence du début ou l’on voit Irulan, la fille de l’empereur, narratrice au début, introduire l’histoire (disparition, apparition en fondu enchaîné sur fond étoilé). Cette version dure 2h15 (135'). Elle propose un juste équilibre entre les différentes dimensions du livre : astro-politique et éveil de l’esprit (conquête de l’esprit libre, de l'eau sur Arrakis) ; et les démarches artistiques de Lynch (le monde est dans un voile, il est obscurci). Cette version tout à fait honorable, mérite bien d'être reconnue car elle met le doigt sur la dimension spirituelle du film de Lynch et permet de comprendre pourquoi la musique et l'histoire ont à ce point marqué le monde de l'underground techno à ses débuts avec des messages clairs repris à tue-tête : « le dormeur doit se réveiller » (« the sleeper must be awaken »).
  • Version C : la version « retravaillée », sorte de version longue, recadrée au format TV (4/3), en deux parties, elles aussi pour une diffusion télévisée américaine (signé Alan Smithee au générique, pseudonyme utilise dans l'industrie cinématographique américaine pour signer un film auquel aucun réalisateur ne veut associer son nom). Sa durée est de 188' (environ 3h). Cette version comporte la voix-off d’un homme, dont, de temps à autre, des illustrations viennent imager les propos pendant le prologue (prologue tentant pauvrement et à grands renforts d'erreurs (par exemple, le narrateur explique que l'action se situe en 10.192 alors qu'en fait il s'agit de 10.191, sans parler de la date erronée où le narrateur situe le Jihad Butlérien) d'expliquer le Jihad Butlérien et les forces en présence). La seule scène majeure qui y est présente est celle du bain des vers pour leur faire recracher “l’eau de vie”. Le montage est très maladroit et des séquences identiques se retrouvent à plusieurs endroits, de plus le bleu caractéristique des yeux des Fremens est souvent absent. Cette version est trop touffue, trop détaillée, explicative, et l'on a du mal a suivre les différentes histoires compilées dans la version de Lynch. On comprend que Lynch n'ait pas non plus reconnu cette version, préférant plus de zones d’ombres et plus d’ellipses.
  • Version D : la version hypothétique initialement envisagée de cinq heures. L’argent devait de toute façon manquer pour en tourner toutes les images.

C'est ainsi que Dune rejoint d'autres films ayant eu plusieurs vies :

  • Metropolis de Fritz Lang et ses versions remasterisées, restaurées ainsi que la version initiale définitivement perdue (quelques scènes manquantes).
  • La Guerre des étoiles et ses versions avec ou sans scènes ajoutées.
  • Blade Runner avec sa version producteur américaine et sa version producteur européenne (1982), sa version réalisateur corrigée pour le cinéma (1992), sa version réalisateur (2007) et sa version réalisateur dite « ultime » (fin 2007).
  • Napoléon ou Bonaparte et la Révolution, d’Abel Gance.

Récompenses et nominations

Voir aussi

Liens externes

(fr+en) Dune sur l’Internet Movie Database

Notes

  • Portail de la science-fiction Portail de la science-fiction
  • Portail du cinéma Portail du cinéma
Ce document provient de « Dune (film, 1984) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dune (Film) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dune (film) — Dune (film, 1984) Pour les articles homonymes, voir Dune (homonymie). Dune Réalisation David Lynch Acteurs principaux Francesca Annis Kyle MacLachlan Sting Max von Sydow José Ferrer …   Wikipédia en Français

  • Dune (film) — This article is about the 1984 film. For other related films, see Dune (franchise)#Film and television adaptations. Dune Promotional film poster for Dune Directed by …   Wikipedia

  • Dune (film, 2010) — Une nouvelle adaptation du roman Dune est en cours de réalisation par Peter Berg. Il devrait sortir en 2010 Date sujette à modification. Ce roman avait auparavant été adapté au cinéma par David Lynch en 1984. Lien externe (fr+en) Dune sur… …   Wikipédia en Français

  • Dune (film, 1984) — Pour les articles homonymes, voir Dune (homonymie). Dune Données clés Réalisation David Lynch Scénario Frank Herbert (roman) David Lynch Acteurs principa …   Wikipédia en Français

  • La Maison dans la dune (film, 1934) — Pour les articles homonymes, voir La Maison dans la dune (homonymie). La Maison dans la dune est un film français réalisé par Pierre Billon, sorti en 1934. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique …   Wikipédia en Français

  • La Maison dans la dune (film, 1952) — Pour les articles homonymes, voir La Maison dans la dune (homonymie). La Maison dans la dune est un film français réalisé par Georges Lampin en 1952. Fiche technique Réalisation : Georges Lampin Scénario : Jean Paul Le Chanois et… …   Wikipédia en Français

  • La Maison dans la dune (film, 1988) — Pour les articles homonymes, voir La Maison dans la dune (homonymie). La Maison dans la dune est un film belge réalisé par Michel Mees en 1988. Fiche technique Réalisation : Michel Mees Scénario : d après La Maison dans la dune de… …   Wikipédia en Français

  • Dune (novel) — Dune   First e …   Wikipedia

  • Dune (franchise) — Dune Creator Frank Herbert Original work Dune (1965) Print publications …   Wikipedia

  • Dune — Saltar a navegación, búsqueda Dune Autor …   Wikipedia Español


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.