Duc de Morny


Duc de Morny

Charles de Morny

Charles de Morny

Charles Auguste Louis Joseph Demorny, dit "comte de Morny", devenu duc de Morny, est un financier et homme politique français, né à Saint-Maurice (Suisse) le 17 septembre 1811 (sa naissance fut déclarée le 22 octobre suivant à Paris sous le nom de Demorny) et mort à Paris le 10 mars 1865. Il est le demi-frère de Napoléon III.

Sommaire

Bâtard royal et frère de l'Empereur

Son prénom, Charles, est également celui d’un autre personnage célèbre du XIXe siècle, Charles-Maurice de Talleyrand Périgord, prince de Bénévent, évêque d'Autun, qui était probablement son grand-père naturel.

Il convient en effet d'évoquer l'ascendance du duc de Morny, qu’il se plaisait à définir avec humour : « Dans ma lignée, nous sommes bâtards de mère en fils depuis trois générations. Je suis arrière-petit-fils de roi, petit-fils d’évêque, fils de reine et frère d’empereur. »

Son acte de naissance officiel le fait naître à Paris le 21 octobre 1811, d'un père obscur. Il semblerait plutôt qu'il soit né à Saint-Maurice-en-Valais (Suisse), le 15 septembre 1811.

Sa mère était la reine Hortense (épouse de Louis Bonaparte) dont Louis-Napoléon Bonaparte, le futur Napoléon III, était le troisième fils et Morny le quatrième.

Morny n’était pas le fils de Louis-Bonaparte mais du général Charles de Flahaut, ce qui explique que la reine Hortense ait préféré accoucher discrètement en Suisse plutôt qu’à Paris. Le sieur Demorny, intermédiaire qui accepta de donner son nom au bébé, s’éclipsa rapidement après avoir probablement monnayé son patronyme. Voilà donc Demorny, frère, bientôt "de Morny", ou plus précisément demi-frère d'empereur et fils de reine.

Son père n’était pas lui-même le fils du général-comte de Flahaut de La Billarderie de trente-sept ans plus âgé que son épouse Adélaïde Filleul, maîtresse affichée de Talleyrand.

La mère d'Adélaïde, Marie Catherine Irène Louise du Buisson de Longpré, avait été une des maîtresses de Louis XV, dont elle eut une fille naturelle, Marie Françoise Julie Constance, épouse d'Abel Poisson, frère unique de Jeanne Poisson, devenue marquise de Pompadour, qui le fit titrer marquis de Vandières et de Marigny et surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures du Roi.

C'était assez pour permettre à Adélaïde de se dire fille de Louis XV, ce qui est improbable; elle n'était d'ailleurs pas la fille de Charles François Filleul, secrétaire du Roi, mais plutôt du richissime Étienne Bouret, fermier général.

Officier, industriel et député de la République

Duc de Morny par Pierson

Élevé par sa grand-mère paternelle, Adélaïde de Flahaut, remariée à don José Maria de Souza Botelho, diplomate au service du roi du Portugal, Morny débute sa carrière sous la Monarchie de Juillet comme brillant officier engagé dans la conquête de l’Algérie.

Rapidement lassé de la vie militaire, il se lance dans la fabrication de sucre de betterave en rachetant une entreprise clermontoise qui lui sert simultanément de marche-pied pour s’engager politiquement en se faisant élire le 9 juillet 1842 député du Puy-de-Dôme. Il est aussi fondateur de la Compagnie du chemin de fer du Grand Central

Réélu en 1849, il entre en contact avec Louis Napoléon Bonaparte, récemment élu Président de la IIe République dit alors "Le Prince-Président".

Morny présidera le Conseil Général du Puy-de-Dôme de 1852 à sa mort (1865).

Prise du pouvoir avec son demi-frère

Le courant passe d'abord mal entre les deux demi-frères, mais le Président apprécie néanmoins le dynamisme du député qui le pousse à élargir ses pouvoirs en jouant de sa popularité. De fait, Morny va être la cheville ouvrière du coup d'État du 2 décembre 1851. Singulier parallèle : son grand-père avait été l’un des instigateurs du 18 brumaire (9 novembre) 1799. Son demi-frère lui confie le poste de confiance de Ministre de l'Intérieur (2 décembre 1851- 22 janvier 1852) qu’il abandonne cependant rapidement.

Ami des princes d'Orléans, il ne veut pas prendre la responsabilité de la mainmise sur leurs biens, qualifiée par le président de l'Assemblée nationale Dupin de « premier vol de l’Aigle ».

On prête à Napoléon III cette boutade : « Comment voulez-vous que je gouverne ? L’Impératrice est légitimiste, Morny est orléaniste, le Prince Napoléon est républicain et je suis moi-même socialiste...il n’y a qu'un bonapartiste dans mon entourage, c'est Persigny, et il est fou !... »

Sous le Second Empire

Président du Corps Législatif dont il neutralise habilement le pouvoir, il reste le conseiller écouté de son demi-frère et bénéficie de son inépuisable indulgence. Il en profite jusqu'à la limite de la légalité. Le simple fait que son nom apparaisse dans une affaire ("Morny en est") paraît suffire à drainer les capitaux.

Devenu le porte-parole des raffineurs de sucre auvergnats, il investit d'importants capitaux avec sa maitresse attitrée, Fanny Le Hon - qui contribue aussi à financer son ascension politique -, dans le sucrerie de Bourdon à Aulnat, qui est la plus ancienne de France à fonctionner (et la seule au Sud de la Loire).

Elu du Puy-de-Dôme, il y acquit en 1854 le château de Nades (vers Lalizolle dans l'Allier), qui fut au XVIIe s. la villégiature de Madame de La Fayette, qu'il fit reconstruire, dote d'une ferme-modèle - qui subsiste dans l'actuel "parc de Nades" - et où il reçut fastueusement Jacques Offenbach, Ludovic Halévy, Alphonse Daudet qui fut son secrétaire et à qui il inspira le personnage du duc de Mora dans son roman Le Nabab (1877) - qui séjournèrent et chassèrent sur les 2000 hectares du domaine.

Pendant les travaux il logea au château de Veauce (propriété privée) appartenant à son ami le baron de Cadier de Veauce, qui abrite encore une grande table à gibier qui a été offerte par Napoléon III venu y chasser, et un grand miroir provenant de Nades.

Il crée avec son médecin personnel le docteur Oliffe Deauville, Le Vésinet, lance Sarah Bernhardt, et prend sous sa coupe Alphonse Daudet en lui confiant le secrétariat de ses affaires.

Mécène éclairé et collectionneur, il soutient la création de la Société Nationale des Beaux-Arts et Président du Corps Législatif, il fit créer en 1860 au Palais-Bourbon par Jules de Joly la "galerie des Tapisseries", encore garnie de pièces de Gobelins et de Beauvais.

Une table marquetée lui ayant appartenu et acquise par le comte Moise de Camondo (1860-1935), est conservée au musée Nissim-de-Camondo à Paris (P. Assouline, Le dernier des Camondo, N.R.F./Gallimard, 1997, p.54).


Morny inspira également à Émile Zola le personnage du comte de Marsy dans le roman Son Excellence Eugène Rougon (1871).

Principales spéculations

Naturellement informé avant tous les autres spéculateurs, il achète immeubles et terrains où vont passer les boulevards tracés par le baron Haussmann et les revend ensuite très cher aux pouvoirs publics. C'est lui qui entraîne aussi l'empereur dans la désastreuse expédition du Mexique pour y récupérer ses investissements.

Sa disparition prématurée, le 7 mars 1865 dans la magnifique résidence de l'ancien hôtel de Lassay (1722-1728), depuis 1832 siège de la Présidence de l'Assemblée Nationale, lui évitera à tout le moins d’être le témoin de la désastreuse expédition militaire du Mexique et du déclin, puis de l’effondrement de ce Second Empire à la création duquel il avait participé avantageusement. Il fut enterré au Cimetière du Père-Lachaise, le 13 mars, avec les pompes de l'Empire.

Sa collection de tableaux et son écurie de chevaux de course furent vendus avec la majeure partie de ses biens par sa jeune veuve, remariée avec le duc de Sesto, grand d'Espagne, ancien soupirant d'Eugénie de Montijo, future impératrice des Français.

Elle conserva le domaine auvergnat pour les vacances de ses enfants, mais le comte Benedetti, nommé tuteur légal, finit par le vendre "pour une bouchée de pain".(R.Christophe, op.cit.). Après l'incendie qui le détruisit, certains des ses matériaux furent réemployés dans le manoir de Chouvigny, perché au-dessus des célèbres Gorges de la Sioule.

Mariage et descendance

Il se marie à Saint-Pétersbourg le 7 janvier 1857 à Sophie princesse Troubetzkoy (fille de Serge prince Troubetzkoy et de Catherine Moussine-Pouchkine).

  • Quatre enfants naîtront de cette union :
  1. Charlotte (1858-1883), mariée en 1877 à José Osorio et Heredia, comte de la Corzana, dont un fils;
  2. Auguste, duc de Morny (1859-1920,) marié en 1886 à Carlotta Guzman et Ybarra, dont trois enfants;
  3. Serge (1861-1922), officier, sans alliance;
  4. Mathilde (1863-1944), épouse de 1881 à 1903 de Jacques Godart, marquis de Belbeuf dont elle divorça, sans postérité, dite "Missy", ou "Oncle Max" ou encore "Monsieur le Marquis" dans le milieu parisien de la fin du XIXe siècle; lesbienne et amie de Liane de Pougy et de l'écrivain Colette.

Parmi la descendance de sa fille Charlotte, on compte notamment Michel Poniatowski, ancien ministre de l'intérieur des gouvernements de Jacques Chirac et de Raymond Barre, et ses fils Ladislas Poniatowski (1946), et Axel Poniatowski (1951), hommes politiques français, ainsi que leur lointaine cousine Sarah Poniatowska, épouse du chanteur Marc Lavoine.

  • De sa liaison avec Fanny Mosselmann, fille d'un richisme banquier anversois - qui fut amant de la célèbre "Présidente Sabatier" qui inspira Baudelaire - épouse du comte Le Hon, ambassadeur de Belgique en France, Morny eut une fille naturelle, Léopoldine (1838-1931), mariée en 1858 à Stanislas Auguste Frédéric Poniatowski, dont elle eut trois enfants.
  • On lui attribue aussi la paternité de Sarah Bernhardt qui sera sa protégée, ainsi que sa mère.
  • Une rumeur lui prête également la paternité de Georges Feydeau. La liaison de sa mère Léocadia Zelewska avec le duc qui s'était prolongée même après son mariage avec Ernest Feydeau était de notoriété publique.

La malice parisienne appela le petit hôtel particulier que la comtesse Le Hon se fit bâtir à côté de la maison de Morny aux Champs-Élysées "la Niche à Fidèle"...

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris (54ème division) aux côtés de son épouse la princesse Sophie Troubestskoy, née en 1838, décédée en 1896, devenue après la mort de son mari duchesse de Sesto.

Voir aussi

Bibliographie

  • Duc de Morny (ouvrage posthume de son fils Auguste ?), Le Duc de Morny (1930)
  • Marcel Boulenger, Le Duc de Morny (1925, 1926, 1930)
  • Robert Christophe, Le Duc de Morny (Hachette, 1951)
  • Gerda Grothe, Le Duc de Morny (Fayard, 1966)
  • Michel Carmona, Morny, le vice-empereur (Fayard, 2005)
  • Paul Pierre, Le Duc de Morny (1958)
  • Augustin Thierry, Son Élégance le duc de Morny (1950)
  • Jean-Marie Rouart, Morny, un voluptueux au pouvoir (Gallimard, 1995).
  • Dictionnaire Historique du cimetière du Père-Lachaise XVIIIème et XIXème siècles - Domenico Gabrielli - Ed. de l'Amateur - 2002

Articles connexes

  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de « Charles de Morny ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Duc de Morny de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles, Duc De Morny — Charles de Morny Charles de Morny Charles Auguste Louis Joseph Demorny, dit comte de Morny , devenu duc de Morny, est un financier et homme politique français, né à Saint Maurice (Suisse) le 17 septembre 1811 (sa naissance fut déclarée… …   Wikipédia en Français

  • Charles, duc de Morny — Charles de Morny Charles de Morny Charles Auguste Louis Joseph Demorny, dit comte de Morny , devenu duc de Morny, est un financier et homme politique français, né à Saint Maurice (Suisse) le 17 septembre 1811 (sa naissance fut déclarée… …   Wikipédia en Français

  • Charles, duc de morny — Charles de Morny Charles de Morny Charles Auguste Louis Joseph Demorny, dit comte de Morny , devenu duc de Morny, est un financier et homme politique français, né à Saint Maurice (Suisse) le 17 septembre 1811 (sa naissance fut déclarée… …   Wikipédia en Français

  • Charles Auguste Louis Joseph, duc de Morny — Charles Auguste Louis Joseph Demorny/de Morny, 1st Duc de Morny (September 15 16 1811 in Switzerland ndash; March 10 1865 in Paris) was a French statesman. He was the natural son of Hortense de Beauharnais (wife of Louis Bonaparte, and queen of… …   Wikipedia

  • Charles Auguste, Duc de Morny — Charles Auguste Louis Joseph, Herzog von Morny (französisch duc de Morny) (* 15. September 1811; † 10. März 1865) war ein französischer Unternehmer, Politiker und Kunstsammler. Er war ein Halbbruder Kaiser Napoléons III. und der Vater von… …   Deutsch Wikipedia

  • MORNY (C. A. de) — MORNY CHARLES AUGUSTE duc de (1811 1865) Fils naturel de la reine Hortense et du comte de Flahaut, demi frère du futur Napoléon III, Morny a une illustre origine, qui l’a sans doute moins servi que son intelligence et son cynisme. Sa carrière… …   Encyclopédie Universelle

  • Morny — Charles de Morny Charles de Morny Charles Auguste Louis Joseph Demorny, dit comte de Morny , devenu duc de Morny, est un financier et homme politique français, né à Saint Maurice (Suisse) le 17 septembre 1811 (sa naissance fut déclarée… …   Wikipédia en Français

  • Morny — Charles Auguste Louis Joseph, Herzog von Morny (französisch duc de Morny) (* 15. September 1811; † 10. März 1865) war ein französischer Unternehmer, Politiker und Kunstsammler. Er war ein Halbbruder Kaiser Napoléons III. und der Vater von… …   Deutsch Wikipedia

  • Duc de Persigny — Victor de Persigny Le duc de Persigny Jean Gilbert Victor Fialin, duc de Persigny, est un homme d État du Second Empire, né à Saint Germain Lespinasse (Loire) le 11 janvier 1808, mort à Nice le 12 janvier 1872 et enterré à Saint Germain Le …   Wikipédia en Français

  • Morny, Charles-Auguste-Louis-Joseph, duc de — ▪ French politician born Oct. 21, 1811, Paris died March 10, 1865, Paris       French political and social leader during the Second Empire who played an important part in the coup d état of Dec. 12, 1851, which eventually led to the establishment …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.