Cremation


Cremation

Crémation

Procession de crémation à Bali en Indonésie

La crémation est une technique funéraire visant à brûler et réduire en cendres le corps d'un être humain mort. Les cendres peuvent ensuite faire l'objet d'un rituel, comme être conservées dans une urne ou dispersées dans un lieu, qui est parfois symbolique comme dans l'océan pour des marins.

La crémation a été institutionnalisée en Asie par le bouddhisme et l'hindouisme et est avec l'enterrement l'une des techniques les plus communément utilisées par l'Homme. L'embaumement ou la thanatopraxie étant plus rarement utilisées, pouvant d'ailleurs précéder une crémation.

Sommaire

Étymologie

Le terme que l'on retrouve dans le Trésor de la langue française informatisé est crémation qui est l'action de crémer, autrement dit de brûler un cadavre. Le terme d'incinération est à proscrire car il fait référence à la destruction de déchêts. Crémer est un terme existant dans la langue française depuis le XIIe siècle [1] et crémation depuis le XIIIe siècle [2], mais ils sont peu usités jusqu'au XIXe siècle.

On retrouve dans divers documents des termes comme "crématiser" et "crématiste", mais ils reste marginaux et sont à l'heure actuelle des néologismes.

Crématoriums

En occident et dans les pays occidentalisés, la crémation se réalise dans un crématorium. Le corps est placé dans un cercueil et celui-ci dans un four chauffé à 850 °C. C'est la chaleur et non les flammes qui réduit en cendres le cercueil et le corps. La crémation dure environ 1h30.

En Israël, l'usage des crématoriums est très mal vu car cela rappelle les fours des camps d'extermination utilisés lors de la Shoah [3].

Position de l'Église catholique

L'Église catholique tolère la crémation depuis 1963.

La logique des funérailles chrétiennes repose sur trois principes : le corps, l'imitation du Christ et le deuil.

La brutalité de la crémation met en cause le processus d'acceptation progressive, nécessaire au deuil, et rendu plus difficile en l'absence de traces concrètes. C'est pour cela que l'Église, si elle ne refuse pas la crémation, demande qu'elle soit précédée par la célébration des funérailles, avec le cercueil, à l'église [4].

Cendres

Les cendres résultant de la crémation sont la partie calcaire des os. Dans la pratique, la crémation se déroule à une température de 850 ° dans un appareil soumis à un fort apport d'air frais permettant la combustion. Le bois du cercueil, les vêtements, les chairs, tout est transformé en gaz ou en poussières qui s'envolent dans les fumées. Pour les adultes, ce que l'on retrouve dans l'appareil est constitué des restes calcinés des os qui se présentent sous forme de fragments plus ou moins importants mais reconnaissables : on peut ainsi bien distinguer les différents os. Ce sont ces derniers qui étaient disposés dans des urnes cinéraires dans la tradition grecque ou latine et même à l'époque moderne au début du XXe siècle.

Pour faciliter la dispersion, la réglementation française prévoit maintenant la pulvérisation des os afin de les reduire en grains. Elle ne se justifie pas lorsque l'on pratique l'inhumation des cendres ou le dépôt en cases de columbarium. Elle est même pénalisante pour les populations issues du Sud-est asiatique qui souhaitent pouvoir garder certains os intacts.

En France

L'usage de la crémation en France est autorisé depuis la loi du 15 novembre 1887 (paru au Journal officiel le 18 novembre) sur la liberté des funérailles.

Depuis les années 1990, la crémation est de plus en plus utilisée. C'est ainsi qu'en 1980, cette technique n'était utilisée que par 0,9% des familles, en 1994 par 10,5% et en 2004 par 24,95% selon les chiffres annoncés par les crématistes.

En 2006 selon l'Association française d'information funéraire (AFIF), la France compte 119 crématoriums.

En 2005, la crémation elle-même coûte environ 400 €, sans compter les différentes prestations supplémentaires (urne, personnel, convoi, etc.). Au total, des obsèques avec crémation sont facturées de 1 400 € à 2 200 €, soit 30 à 40% moins cher qu'une inhumation. Ceci sans compter les frais liés à la conservation des restes de la personne disparue (concession dans le cimetière, tombe, case de columbarium, etc…)

Les cendres résultant d'une crémation sont remises à la famille. Avant avril 2007, la famille pouvait en faire presque ce que bon lui semble, comme les disperser. La dispersion des cendres a cependant quelques limites : interdiction de les mettre sur la voie publique, dans une rivière, ou dans la mer lorsque l'on est à moins de 300 mètres du rivage. Selon l'AFIF, 21% des urnes sont placés dans un columbarium ou dans un caveau familial au cimetière, 8% sont dispersés dans un Jardin du souvenir et 71% sont remis à la famille sans que l'on sache ce qu'elle en fait. Certaines de ces urnes sont retrouvées dans des endroits quelque peu insolites : « L'urne est d'abord déposée sur la cheminée du salon, puis on déménage, on divorce ou on décède sans héritier. On la retrouve alors à la braderie, dans des consignes de gare, parfois même dans le métro… » déclare Xavier Labbée, avocat et professeur d'éthique à l'Université de Lille II. Il faut cependant être critique face à des rumeurs véhiculées dans l'intention de favoriser des stratégies financières (coût moindre de la dépense pour des obsèques avec crémation) ou des principes religieux tournés vers l'inhumation du cadavre en cimetière.

Cela pose le problème du statut juridique des cendres. Certains voudraient que les cendres ne soient pas remises à la famille et qu'elles soient placées dans un cimetière public et d'autres voudraient seulement effectuer une sorte de traçabilité, en obligeant la famille à déclarer chaque déplacement de l'urne à la mairie (lors d'un déménagement ou d'une séparation par exemple). Cette traçabilité a été instituée depuis le décret du 12 mars 2007 [5], la famille doit déclarer à la mairie : la dispersion en pleine nature, la conservation au domicile d'un particulier ou l'inhumation de l'urne cinéraire en terrain privé.

Dans le monde

La crémation est fortement pratiquée au Japon (99,8% des décès) ainsi qu'à Hong Kong (86 %). Aux USA, la proportion est de 32 %. Dans plusieurs pays européens, le taux est très élevé: Suisse (78,8 %). République tchèque (78,4 %), Danemark (73,8 %). Dans les pays catholiques, elle est nettement plus basse: Italie (8,5%), Espagne (19,3 %) mais elle gagne du terrain en Belgique (42,23 %). Dans les pays confessionnellement partagés, elle oscille autour de 50 % (Pays-Bas 51,7 %). En Norvège, ce taux est de 34 % et en Finlande de 33,7 %[6].

Aspects socio-psychologiques

Il est possible que l'Homme contemporain, beaucoup plus technicisé, mobile et à la famille plus éclatée que ses ancêtres, trouve dans la quasi élimination physique du corps mort que permet la crémation (il ne reste que des cendres inertes) une solution psychiquement plus satisfaisante, que de vivre avec la présence durable et fixée dans un cimetière du parent ou de l'ami défunt. Outre qu'il n'est plus nécessaire d'entretenir une tombe et une concession, l'urne peut être facilement transportée. Pour ceux qui le souhaitent, des cérémonies de dispersion des cendres (dans le vent, dans la mer, et peut-être bientôt dans l'espace circumterrestre, moyennant finances) éliminent toute trace physique du mort, ce qui semble une autre manière d'en faire le deuil.

Eugène Peru, délégué régional de l'Association des crématistes du Pas-de-Calais n'expliquait-il pas que « l'appartenance à l'association est une volonté généreuse et humaniste pour garder la Terre aux vivants », « garder la terre au vivant », est-ce la refuser aux morts, ou une autre manière de refuser la mort ?… [7] la mort que la technique médicale n'a pas pu repousser autant qu'on l'aurait souhaité… Comme s'il fallait refuser le cycle immémiorial du Vivant qui passe naturellement par la décomposition de la nécromasse, comme d'ailleurs on refuse de voir mourir le bétail, les chevaux, les volailles ou les arbres de leur mort naturelle. C'est encore un lieu et des outils techniques (abattoir, sylviculture…) qui ici devancent la mort. Il semble que la société technique et commerciale veuille cacher ce qu'elle vit comme un échec face à la mort et au vieillissement. Après avoir éloigné et parfois caché les personnes âgées dans les maisons de retraite, faut-il faire disparaître les cadavres.

Les services funéraires ont une utilité sociale incontestable, mais la publicité commerciale qui cible la préparation à la mort montre que des aspects commerciaux sont également en jeu. Le traditionnel croque-mort cède la place à des entreprises commerciales opérant parfois sur plusieurs régions et pays.

Dans les cultures où la crémation est traditionnelle, elle est parfois un moyen d'envoyer le mort au ciel (littéralement et symboliquement).

Certaines tribus amérindiennes mangeaient les cendres du mort, ce qui semblait être un moyen de réintégrer l'esprit et les qualités du mort.

Des cendres au diamant

Du carbone purifié peut être extrait du carbone résiduel des cendres humaines (ou animales). Une première entreprise a proposé de transformer ce carbone en diamants synthétiques. Plusieurs entreprises offrent (avril 2006) ce service. Le diamant est symbole de pureté, de dureté et de durabilité extrêmes. Il appelle aussi l'idée d'une grande valeur pécuniaire.

Comme le diamant fascine, l'idée fascine ; les nombreux articles qui ont suivi l'annonce de ce nouveau service en témoignent. Faut-il voir là un nouveau moyen (payant) de se fabriquer une éternité illusoire mais parfaitement maîtrisée ? Est-ce un nouveau refus (technicisé) de la mort naturelle (celle qui passe par une décomposition (gratuite) et spontanée (c’est-à-dire non maîtrisée) des corps) ?…

L'entreprise propose de produire à partir des cendres du mort un diamant bleu et unique, par une « machine extrêmement puissante qui exerce une pression allant de 50 000 à 60 000 kilobars et des températures montant de 1 500 à 1 700 degrés ».

Disposer des cendres

Mort d'un bébé

Lors de la crémation d'un bébé, les cendres, s'il y en a, ne sont pas les siennes, car son corps est alors composé à plus de 90% d'eau, la calcification n'est pas complète, il n'y a donc pas de résidus. Les cendres peuvent alors être celles du cercueil.

Lieu de recueillement

Si le fait de se rendre sur la tombe d'un défunt pour s'y recueillir semble une tradition moins répandue de nos jours, elle reste néanmoins très suivie, certaines personnes éprouvant le besoin, pour faire leur deuil, d'associer un endroit précis à la mémoire de la personne disparue. Aussi, l'absence de lieu de recueillement qu'implique la crémation quand les cendres sont dispersées est-elle parfois psychologiquement mal supportée. Avec l'augmentation du nombres des crémations en France ces dernières années, les cimetières ont du faire face à une augmentation brutale des demandes d'accueil d'urnes cinéraires et construire de nouveaux columbariums. Depuis, de nouveaux types de sépultures, adaptés à la pratique de la crémation, ont vu le jour. Outre les columbariums, les cimetières possèdent parfois des jardins du souvenir ou les cendres sont dispersées. Une entreprise propose également l'enterrement des cendres dans un jardin de mémoire où l'on plante un arbre en souvenir du défunt, le cimetière devenant ici une forêt.

Crémation et environnement

Les crématoriums sont souvent présentés comme des solutions écologiques en ce sens qu'ils permettent d'économiser de la place, et limiteraient les problèmes de pathogènes, ou de contamination de nappes ou d'occupation de l'espace… Ces arguments sont recevables, mais le crématisme pose encore quelques problèmes importants :

  • la crémation consomme des quantités non négligeables de carburant (gaz naturel, fuel, ou bois dans les pays où le bois est utilisé), ce qui contribue à une production de dioxyde de carbone et d'autres gaz ou particules dont les impacts n'ont pas été mesurés. Le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre moins puissant, mais bien plus durable que le méthane issu de la décomposition naturelle des corps.
  • certains cercueils peuvent être traités avec des produits toxiques (vernis, teintures, peintures biocides, plomb…). Qu'advient-il de ces toxiques lorsqu'ils brûlent ?.
* les cadavres si on arrive presque à leur redonner l'apparence de la vie par les moyens de la thanatopraxie, ont été ou sont encore parfois embaumés ou « traités » avec des produits très toxiques, contenant des pesticides ou des biocides tels que formaldéhyde et paraformaldéhyde, produits très toxiques déshydratants et raffermissant des chairs, fongicides, bactéricides, virucides… Le logo « tête de mort » qui rappelle la dangerosité de ces produits figure d'ailleurs sur presque tous les bidons de produits destinés à être injectés à la place des « fluides corporels » dans les cadavres lors des opérations de thanatopraxie. Dans certains pays on a utilisé le mercurochrome rouge pour la thanatopraxie. C'est un poison qui empêche la décomposition des corps, en restant toxique dans le temps. (Le mercurochrome médical ne contient désormais plus de mercure, mais il reste toxique)

[réf. nécessaire]

Ces produits visent à tuer les microbes, bloquer le processus naturel de décomposition et redonner au corps du défunt une apparence de sérénité et de sommeil.

Nombre de ces produits répondent à la définition de biocides ou de pesticides des directives européennes, mais ne sont pas recherchés dans les analyses environnementales classiques. Les thanathopraxistes indépendants ne sont par ailleurs pas soumis aux visites médicales, ni ne font l'objet d'un suivi épidémiologique ou de la médecine du travail. Ce qui concerne la mort et le traitement des cadavres est encore très tabou, mais quelques indices laissent penser que la fréquence de cancers et certaines allergies ou pathologies est anormalement élevée chez les opérateurs qui manipulent ces produits, et une étude de risque de 2004, basé sur une extrapolation à partir des données disponibles a montré que la thanatopraxie expose environ dans un cas sur deux l'opérateur à des taux de vapeurs toxiques jusqu'à deux fois supérieurs aux seuils acceptables.

Selon certaines études (conduites en Amérique du Nord notamment), les amalgames dentaires (riches en mercure et métaux toxiques) ou des organomercuriels ou du mercurochrome ou d'autres toxiques qui ont pu être utilisé pour l'embaumement ou la thanatopraxie seraient à l'origine d'une pollution non négligeable de l'environnement.

Les sédiments des Grands Lacs en Amérique du Nord contiennent du mercure sous forme d'éthyl-mercure, particulièrement toxique et bioassimilable, dont une bonne part proviendrait de la crémation des morts et de leurs dents « plombées » en particulier.

En France, un rapport[8] présenté par le sénateur Gérard Miquel a porté sur plomb/cadmium/mercure, insistant sur le problème des plombages, mais sans évoquer le fait que via la crémation, ils pouvaient continuer à polluer longtemps après la mort. En effet le mercure est sublimé à relativement basse température, et les crématoriums ne sont pas équipés de filtres appropriés au mercure très volatil ni d'ailleurs au plomb ou à certains autres toxiques potentiellement présents dans les vapeurs (⇒ volatilisation dans l'atmosphère, pollution des pluies et de l'air, retombées au sol et concentration dans les sédiments et la chaîne alimentaire). Début 2009, en France, sur 140 incinérateurs crémateurs ; 135 n'étaient toujours pas pas aux normes en termes d'équipements pour filtrer le mercure issu d'amalgame dentaire (5 à 10 par personnes incinérée), d'autres métaux toxiques ou les dioxines et furanes qui peuvent se former par combinaison des molécules de chlore issues des sels (chlorure de sodium, chlorure de magnésium, acide chlorhydrique de la bile.. naturellement contenus dans nos corps)[9] etc.

Un certain nombre de personnes ont été exposées durant leur vie au plomb (de l'essence, des usines type Metaleurop). Elles sont souvent victimes d'un saturnisme chronique discret. Autour des sites très pollués par le plomb, il est probable que la totalité de la population résidente ait des quantités significatives de plomb stocké dans les os, en particulier les hommes qui en accumulent plus que les femmes (un rapport rédigé pour le ministère de Brice Lalonde estimait que les os d'un Français des années 1980 contiennent environ 80 fois plus de plomb que ceux des hommes préhistoriques). 80 % du plomb absorbé et stocké dans le corps l'est dans les os, et le reste essentiellement dans le foie et les reins. Lorsqu'il est chauffé à 900 °C, ce plomb passe directement dans l'air en vapeur de plomb. Les teneurs en plomb et autres métaux (les victimes les plus graves de Tchernobyl ont été enterrés dans des cercueils plombés et sous un béton spécial enrichi en plomb en raison du fait que les radionucléides bioaccumulés pourraient repartir dans l'air).

En cas de nécessité, les techniques d'analyse isotopique permettent de qualifier et tracer l'origine de certains polluants comme le plomb (ex pour faire la différence entre le plomb de chasse et issu des batteries ou des carburants), mais pas utilisée à ce jour et à ma connaissance pour le mercure issu des plombages. (Il y a quelques années, le Français moyen, au moment de sa mort avait plus de 7 plombages dans la bouche, il semble que ce chiffre soit en augmentation, à vérifier avec un médecin légiste).

Certains appareils de radiographie ou scanners peuvent être programmés pour mesurer la teneur en plomb des os. Ils peuvent être utilisés sur des morts car nécessitant un temps d'exposition plus long. Des analyses faites lors des autopsies permettraient de tracer un profil moyen de la population et d'estimer les risques liés au plomb dans les os à l'heure de la mort.

  • En Inde on estime à 8,5 millions le nombre de crémations par an ce qui libérerait 8 millions de tonnes de CO2 par an.

Solutions

Un nombre croissant de gens meurent l'organisme fortement chargé de médicaments, ayant des propriétés toxiques ou antibiotiques éventuellement susceptibles de poser problème pour l'environnement et la santé humaine (soit via les fumées et vapeur, soit via la décomposition des corps ou la contribution de résistances aux antibiotiques. Il conviendrait idéalement d'inciter les testamentaires et les familles à demander lors de l'embaumement ou de la préparation des corps que l'on ôte les plombages (que les dentistes doivent maintenant aussi récupérer), et/ou que les crématoriums soient équipés de filtres adaptés, performants et entretenus.

Pour la crémation, les bois de cercueils ne devraient pas être traités par des vernis ou pesticides ou produits dangereux pour l'environnement.Il existe par ailleurs des cercueils écologiques réalisés à partir de papier, carton, fibres multicouche recyclés, des couches résistant à l'eau ainsi que des couches de renforcement.

Remarque : étant donné les tabous liés à la mort, ces questions ne sont que rarement abordées, y compris par le législateur.

Pour pallier ce problème écologique, un nouveau procédé a été mis au point en Suède, la promession, où le corps est refroidi dans de l'azote liquide et les restes enterrés dans des urnes biodégradables.

Recherche et Développement (R&D)

2007. La société Mokshda Green Cremation (MGC) propose des bûchers de crémation ayant une consommation de bois divisée par quatre (voir environnement). Ce procédé réduirait les émissions de 60% par an.

Notes et références

  1. (fr) Trésor de la langue française informatisé, « Crémer - Trésor de la langue française », Centre national de ressources textuelles et lexicales. Consulté le 16 avril 2009
  2. (fr) Trésor de la langue française informatisé, « Crémation - Trésor de la langue française », Centre national de ressources textuelles et lexicales. Consulté le 16 avril 2009
  3. (en) Israel's first crematorium opens, 9 juin 2005, BBC. Consulté le 22 décembre 2007
  4. (fr) Que ferons-nous des cendres ?, Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle. Consulté le 22 décembre 2007
  5. (fr) Décret n°2007-328 du 12 mars 2007 relatif à la protection des cendres funéraires
  6. chiffres 2005 publiés sur le site de l'Union Suisse de Crémation.
  7. interview par le journal la Voix du Nord (mardi 27 mars 2001)
  8. (fr) Effet des métaux lours sur l'environnement et la santé, rapport parlementaire français sur les effets négatifs du plomb, du mercure et du cadmium
  9. source : le toxicologue André Picot, s'exprimant lors de l'émission de radio "Terre à terre" sur France-Culture, intitulée « Fuyant métal lourd », le 4 avril 2009 [1]

Voir aussi

  • Portail de la sociologie Portail de la sociologie
Ce document provient de « Cr%C3%A9mation ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cremation de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cremation — • The custom of burning the bodies of the dead Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Cremation     Cremation     † …   Catholic encyclopedia

  • crémation — [ kremasjɔ̃ ] n. f. • XIIIe, rare av. 1823; lat. crematio, de cremare « brûler » ♦ Action de brûler le corps des morts. ⇒ incinération; crématorium. ● crémation nom féminin (latin crematio, onis, de cremare, brûler) Incinération, destruction des… …   Encyclopédie Universelle

  • Cremation — Cre*ma tion (kr? m? sh?n), n. [L. crematio.] A burning; esp., the act or practice of cremating the dead. [1913 Webster] Without cremation . . . of their bodies. Sir T. Browne. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • cremation — 1620s, from L. cremationem (nom. crematio), noun of action from pp. stem of cremare to burn, consume by fire (also used of the dead), from PIE *krem , extended form of root *ker heat, fire (see CARBON (Cf. carbon)) …   Etymology dictionary

  • Cremation — A Hindu Cremation in India P …   Wikipedia

  • Crémation — Tour de crémation rituelle balinaise (Wadah) de Goesti Djilantik régent de Karangasem (Indonésie), en 1926 …   Wikipédia en Français

  • cremation — See cremate. * * * Disposing of a corpse by burning. In the ancient world cremation took place on an open pyre. It was practiced by the Greeks (who considered it suitable for heroes and war dead) and the Romans (among whom it became a status… …   Universalium

  • CREMATION — Disposal of the dead body by burning is not a Jewish custom and inhumation is considered by traditional Jews to be obligatory and a religious commandment. The passage in Deuteronomy (21:23) his body shall not remain all night upon the tree, but… …   Encyclopedia of Judaism

  • CREMATION —    The dominant mode of funerary rite in central Italy during the Bronze Age and early Iron Age, where the body was burned on a funerary pyre. A number of sophisticated studies have been able to separate this ceremony into a series of phases of… …   Historical Dictionary of the Etruscans

  • cremation —    This word (from the Latin cremare, meaning to burn ) refers to the disposal of a human body by burning it to ashes; some world religions cremate corpses as a matter of belief and practice; the Roman Catholic Church permits cremation as long as …   Glossary of theological terms


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.