Bombarde (Musique)


Bombarde (Musique)

Bombarde (musique)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bombarde.
Bombarde
une bombarde chromatique en ébène.
une bombarde chromatique en ébène.

Classification Instrument à vent
Famille Bois
Instruments voisins Hautbois.
Œuvres principales folk, celtique.
Instrumentistes célèbres David Pasquet.
Principaux facteurs Hervieux et Glet, Le Coant, Léhart, Botuha, Ollivier.
Articles connexes biniou

La bombarde est un instrument de musique à vent à anche double de la famille des hautbois, employé dans la musique bretonne. En breton l'instrument s'appelle ar vombard ou an talabard. Un joueur de bombarde s'appelle un talabarder[1]. Aucun autre pays celtique ne possède ce type d'instrument pour accompagner la cornemuse (biniou).

Le son de la bombarde, très caractéristique, est particulièrement puissant ; l'instrument requiert du musicien un véritable effort physique qui l'astreint à des pauses fréquentes, aussi est-il rare que la bombarde joue seule. Elle est le plus souvent utilisé en couple avec le biniou kozh, ou bien forme un des pupitres des bagadoù bretons.

Sommaire

Histoire

La bombarde fait partie d'une vaste famille d'instruments à vent, celle des hautbois, qui a un ancêtre commun : la chalemie, elle-même originaire de l'Espagne musulmane. Comme il s'agit d'un instrument non tempéré, afin d'accorder une bombarde et un biniou ou deux bombardes entre elles, on considérait autrefois qu'il était nécessaire de les tailler dans le bois d'un même arbre, sinon leurs harmoniques différaient et l'ensemble ne sonnait pas juste[2].

Deux chalémies de la Renaissance

À partir de la Renaissance, fut standardisée la gamme du solfège en cherchant à obtenir des instruments respectant un compromis acceptable entre la capacité à transposer (écart régulier entre les notes), la justesse (par rapport à la gamme physique) et la jouabilité (pas trop de manières différentes de jouer une même note solfégique selon les différents contextes harmoniques). Le hautbois est l'instrument issu de la correction progressive des instruments à vent traditionnels afin d'obtenir un instrument tempéré (c’est-à-dire respectant le compromis entre les trois critères pré-cités). Les instruments à vent traditionnels furent encore utilisés parallèlement au hautbois avant de disparaître, à l'exception notable de la bombarde qui a survécu en Bretagne.

Dans la première partie du XXe siècle, le nombre de sonneurs de bombarde et de biniou kozh a diminué de façon importante. La pratique de ces duos d'instruments a connu une nouvelle vigueur dans les années 1970 lors du réveil culturel breton, grâce à l'action conjuguée du succès d'Alan Stivell et au développement de la pratique des festoù-noz et des concours de musique traditionnelle. Vers cette même époque, une intense activité de collectage d'airs, de mélodies, de marches et de danses a été engagée à l'initiative des associations SKV (Sonerien ha Kanerien Vreizh)[3] et Dastum[4], qui collecte et met en valeur la musique et le patrimoine culturel de Bretagne depuis 1972[5].

Facture

L'instrument se compose de trois parties :

  • le fût ou corps, légèrement conique, est percé de 6 ou 7 trous (ou plus avec l'ajout de clefs) en façade. Il est tourné dans un bois dur, le buis, le poirier, le gaïac, le palissandre ou l'ébène, et peut être ornementé de cerclages en étain, de corne, de bois différents, ou même d'ivoire.
  • le pavillon, taillé dans une autre pièce généralement du même bois, est de forme évasée, et reçoit l'extrémité inférieure du fût.
  • l'embouchure reçoit l'anche double (aujourd'hui en roseau, elle a pu être en buis, en écorce de ronce, voire même en os bouilli), qui sera pincée par les lèvres du talabarder.

Il se décline en plusieurs tailles et tonalités différentes. Sa tonalité est généralement en si bémol, sur deux octaves (diatoniques), la même tonalité que la cornemuse écossaise (binioù bras) telle qu'elle existe en Bretagne (la tonalité de la cornemuse en Écosse est en la, soit un demi-ton en-dessous). Il existe des bombardes dans plusieurs tonalités (Fa, Sol, Sol#, La, Si♭, Do, Ré), suivant le répertoire que l'on désire interpréter.

Prise en main de l'instrument

Comme presque tous les instruments à vent, la bombarde se tient avec la main gauche en haut du corps (plus près de la bouche) et la main droite en bas du corps. La bombarde est tenue en bouche et les bras avec un angle de 85° à 90° avec le corps du musicien.

Comme tous les instruments à trous, la note jouée est d'autant plus aiguë que le nombre de trous ouverts est grand et la note la plus grave est obtenue lorsque tous les trous sont bouchés. Pour un même registre, les doigtés des autres notes, s'obtiennent en ouvrant progressivement les trous de la main droite puis ceux de la main gauche.

L'anche double de roseau, sur laquelle viennent se poser directement les lèvres, est fragile et se "pratique". Une anche dite "dure" (c'est-à-dire demandant un effort plus considérable pour émettre le son) peut s'adoucir avec l'usage ; une anche déjà douce, bien que plus facile au premier abord, deviendra rapidement inutilisable si elle est malmenée par un sonneur peu consciencieux.

Jeu

L'instrument est à l'origine joué en couple (en duo avec le biniou kozh ou le biniou bras) pour accompagner les danses bretonnes[6].

Des anches de bombarde

C'est aussi un des principaux instruments d'un ensemble appelé bagad, composé de trois pupitres (bombardes / biniou bras / caisses claires et percussions) ; plus rarement on le trouve aussi accompagné par un orgue dans des représentations plus concertantes voire liturgique. Le duo traditionnel "biniou kozh / bombarde" inspire son jeu de la manière des chanteurs de kan ha diskan (chant à répons) dans lequel le chanteur principal (kaner) lance une phrase qui est répétée par le ou les autres chanteurs (diskaner). Dans ce type de morceau, la bombarde tient le rôle du chanteur principal alors que le biniou joue en permanence en accompagnant la bombarde. Le biniou kozh sonne une octave plus haut que la bombarde[7]. Dans le duo "biniou bras / bombarde", apparu plus récemment sous l'influence des bagadoù, les deux instruments jouent dans la même tessiture.

La bombarde exige beaucoup de souffle et un talabarder peut rarement jouer longtemps. C'est pourquoi les phrases musicales sont courtes et répétées : la bombarde joue une phrase musicale, puis l'instrumentiste se tait (temps de récupération) pendant que d'autres instruments répètent la phrase musicale. La bombarde a un son clair et puissant, qui porte loin.

La pratique des concours est très enracinée dans l'activité des sonneurs de couple. Chaque pays a instauré son propre concours, où les sonneurs se confrontent en trois épreuves: mélodie, marche et danse. Les meilleurs sonneurs de couple se retrouvent le premier dimanche de septembre à Gourin pour participer au Championnat de Bretagne. La première édition s'est tenue en 1955 à l'initiative de l'abbé Le Poulichet de Gourin, qui a pris contact avec l'association Bogadeg Ar Sonerion pour ajouter au traditionnel pardon de la Saint-Hervé une procession de sonneurs[8]. En 1957, Polig Montjarret[9] propose au maire de Gourin d'organiser chaque année autour du pardon un concours de sonneurs, auquel Bogadeg Ar Sonerion fournit un règlement et un jury. Depuis 1993, le championnat se déroule à Gourin sur le site de Tronjoly devant plusieurs milliers de connaisseurs y assistent.

Deux sonneurs, talabarder (à gauche) et biniaouer (à droite).

Quelques sonneurs :

  • André Le Meut
  • Jorj Botuha
  • Christophe Caron
  • Cyrille Bonneau
  • Daniel Le Féon
  • David Pasquet
  • Fabrice Lothodé
  • Éric Beaumin
  • Jean Baron
  • Mathieu Sérot
  • Ronan Keryell
  • Serge Riou
  • Yann Kermabon
  • Claude Le Baron
  • Youen Le Bihan
  • Ivonig Le Mestre


Quelques facteurs :

  • Hervieux & Glet
  • Jorj Bothua
  • Youenn Le Bihan
  • Dorig Le Voyer
  • Yvon Le Coant
  • Jil Lehart
  • Christian Besrechel
  • Jean Capitaine
  • Jean-Luc Ollivier
  • Rudy Le Doyen
  • Paul Larivain

Notes et références

Commons-logo.svg

  1. Prononcez "talabardeur".
  2. D'ailleurs, pour un musicien classique, même accordés, ces instruments ne sonnent pas juste (la distribution de leurs notes n'est pas tempérée mais juste dans leur tonalité).
  3. Musiciens et Chanteurs de Bretagne, fondée à Saint-Brieuc par Georges Epinette en 1979
  4. En breton dastum signifie « recueillir », « rassembler », « compiler ».
  5. De SKV à Dastum, revue Musique Bretonne, n°200, Janvier/Février 2007
  6. Musique Bretonne: Histoire des sonneurs de tradition, ouvrage collectif rédigé sous l'égide de la revue ArMen, Le Chasse-Marée / Armen, 1996, ISBN 2-903708-67-3
  7. Yves Castel, Sonerien daou ha daou (Méthode de biniou et de bombarde), Ed. Breizh Hor Bro, 1980
  8. Gourin, un demi-siècle de championnat, Revue Ar Soner, n°382, 4e trimestre 2006
  9. Polig Monjarret 1920-2003, numéro spécial de la revue Ar Soner, n°372, Janvier/Février 2004

Liens externes

  • Portail de la Bretagne Portail de la Bretagne
  • Portail des musiques du monde Portail des musiques du monde
Ce document provient de « Bombarde (musique) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bombarde (Musique) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bombarde (musique) — Pour les articles homonymes, voir Bombarde. Bombarde u …   Wikipédia en Français

  • BOMBARDE (musique) — BOMBARDE, musique Instrument à vent de la famille des chalumeaux (anche double). Il est construit en bois et fut répandu du XIVe au XVIIe siècle. Il assure la partie de basse, mais fut construit en différentes tessitures: contre basse (bombardone …   Encyclopédie Universelle

  • Musique Bretonne — La musique bretonne est l expression musicale de la Bretagne. La culture celtique a inspiré les musiciens bretons qui, surtout depuis 1972, trouvent du succès au delà des frontières de la Bretagne. Des influences de l étranger, notamment des… …   Wikipédia en Français

  • Musique traditionnelle bretonne — Musique bretonne La musique bretonne est l expression musicale de la Bretagne. La culture celtique a inspiré les musiciens bretons qui, surtout depuis 1972, trouvent du succès au delà des frontières de la Bretagne. Des influences de l étranger,… …   Wikipédia en Français

  • bombarde — [ bɔ̃bard ] n. f. • 1342 sens II; lat. bombus « bruit sourd » I ♦ (1363) Au Moyen Âge, Machine de guerre qui servait à lancer des boulets. II ♦ Mus. Ancien instrument à vent à anche double, ancêtre du basson. ♢ Sorte de hautbois court, à son… …   Encyclopédie Universelle

  • Musique Française — La musique française est née au Moyen Âge, avec le genre proche du plain chant grégorien, nommé organum. Elle s est ensuite développée sous l égide de l école de Notre Dame ou de l Ars antiqua avec le conduit, un chant de procession. Puis vinrent …   Wikipédia en Français

  • Musique francaise — Musique française La musique française est née au Moyen Âge, avec le genre proche du plain chant grégorien, nommé organum. Elle s est ensuite développée sous l égide de l école de Notre Dame ou de l Ars antiqua avec le conduit, un chant de… …   Wikipédia en Français

  • Musique Traditionnelle — Sommaire 1 Les musiques traditionnelles 1.1 En France 1.2 En Europe 1.3 Au Québec …   Wikipédia en Français

  • Bombarde (instrument) — Pour les articles homonymes, voir Bombarde. Bombarde Bombarde chromatique en ébène …   Wikipédia en Français

  • Bombarde (Musikinstrument) — Vorlage:Infobox Musikinstrument/Wartung/Parameter Tonumfang fehltVorlage:Infobox Musikinstrument/Wartung/Parameter Klangbeispiel fehlt Bretonische Bombarde frz. Bombarde bret. ar vombard, an talabard …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.