Beltis


Beltis

Ishtar

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ishtar (homonymie).

Cette déesse, appelée Inanna chez les Sumériens, Ishtar chez les Assyriens et Babyloniens, Isis chez les Égyptiens, Ashtoreth en Palestine, Astarté ou Athtart à Ougarit, Shaushka ou Shaushga chez les Hourrites, et Ashtart en langue punico-phénicienne, doit sa renommée à son activité culturelle et mythologique jamais égalée par une autre déesse du Moyen-Orient. À son apogée, elle était déesse de l’amour physique et de la guerre, régissait la vie et la mort. Elle semble avoir comme descendance Aphrodite en Grèce, Turan en Étrurie et Vénus à Rome. Elle a un aspect hermaphrodite (Ishtar barbata), comme beaucoup de déesses de ce type.

Sommaire

Version sumérienne

Inanna est considérée tantôt comme la fille du dieu-Lune Nanna, tantôt d’Ishkur (en akkadien Adad), dieu de la pluie.

Elle fait partie de la triade des dieux planétaires. Elle est la déesse de l’étoile Vénus et de l’amour, et est la déesse tutélaire D’Uruk (dans la bible, Erech). Le sanctuaire d’Inanna à Uruk s’appelle l’Eanna.

Remarque : elle apparaît dans certains textes comme présente à Carthage.

Les mythes

Inanna et Dumuzi

Inanna est la déesse tutélaire d’Uruk, épouse du berger Dumuzi qui deviendra souverain de la cité. Plusieurs récits sumériens racontent le mariage de ces deux divinités. Les textes témoignent d’un grand amour, mais il y règne aussi un pressentiment d’un malheur à venir. Dans certains de ces textes, la mort de Dumuzi est due au simple fait qu’il s’est uni à une déesse.

Inanna ou « la bien-aimée d'Anou » fut la jumelle de Shamash.

Il existe plusieurs versions de cet épisode, dont une où Dumuzi le berger est mis en concurrence avec un fermier, symbolisant la lutte entre les deux classes.

La descente d'Inanna aux Enfers

Ce mythe sumérien est le plus fameux récit mettant en scène Inanna.

Inanna, souveraine du « Grand Royaume d’En Haut », décide de descendre aux enfers pour supplanter sa sœur aînée Ereshkigal, souveraine du Monde Inférieur. Elle entre dans le palais d’Ereshkigal, traverse les Sept Portes et arrive nue, dénuée de tout pouvoir, devant sa sœur et les Sept Juges des Enfers (Anunnaki), qui la tuent. Les dieux sont informés, mais la récusent pour son acte. Enki façonne et envoie cependant deux messagers asexués en enfer, qui raniment Inanna avec le « breuvage de vie » et la « nourriture de vie ».

Obéissant à la loi selon laquelle quiconque pénètre en Enfer ne peut revenir sur Terre, les Anunnaki ne la laissent pas partir. Inanna doit fournir un remplaçant. Elle revient sur terre accompagnée de démons et cherche un remplaçant.

Après diverses recherches, elle trouve Dumuzi confortablement installé sur le trône de la cité et le désigne, par colère. Explication bien « humaine » qui cache un mystère de la mort rituelle du roi pour assurer la fertilité universelle.

Dans la version akkadienne, Ishtar et Tammuz sont les personnages du mythe. Il y semble qu'Ishtar aille en enfer, après la mort de Tammuz, pour ramener celui-ci. L’absence d’Ishtar stoppe toute reproduction, ce qui panique les dieux et les poussent à la libérer.

Rite du mariage sacré

Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles. Ce fut sûrement tout d’abord un rite propre à Uruk, qui s’est ensuite généralisé vers la fin du IIIe millénaire.

Le roi remplace le dieu Dumuzi du mythe, et l’union avec la prêtresse, représentante de la déesse, a lieu dans l’Eanna. Les festivités étaient très joyeuses et se déroulaient dans l’allégresse.

Ces hymnes de mariage sacré ont pu influencer le Cantique des cantiques, qui présente de nombreux traits similaires.

Voir aussi

  • Portail des mythes et légendes Portail des mythes et légendes
  • Portail du monde antique Portail du monde antique
  • Portail du Proche-Orient ancien Portail du Proche-Orient ancien
Ce document provient de « Ishtar ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Beltis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • BELTIS — vox memorata in Synodo Celichytensi A. C. 816. c. 10. de Episcoporum exsequiis celebrandis, Singult servorum Dei diem ieiunent et 30. diebus canonicis horis expleto Synaxeos et septem beltidum Pater noster, pro eo cantetur et hôc expletô item die …   Hofmann J. Lexicon universale

  • BAALTIS sive BELTIS — BAALTIS, sive BELTIS Phoenicum Dea, eadem cum Dione ac Venere vel Luna: Vel si diversa est, fuerit Lucifer. Diversas facere videtur Sanchuniathon sive ex eo Philo Byblius, apud Eusebium Praep. Euangel. l. 1. ubi memoratur Astartem et Baaltidem… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Belteshazzar —    Beltis protect the king!, the Chaldee name given to Daniel by Nebuchadnezzar (Dan. 1:7) …   Easton's Bible Dictionary

  • Historique du Rosaire — Saint Pierre et Saint Paul avec le Christ, catacombes de Rome Saint Pierre et Marcellin . Des roses, boutons de roses et couronnes de roses forment le fond ... . Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Beltidum — Jean Grancolas attribue à Bède l invention du chapelet. Avant l invention du Rosaire dominicain, des méthodes existaient déjà pour compter et grouper les prières. Les récits les plus anciens font allusion au Beltidum des saxons. Les louanges du… …   Wikipédia en Français

  • Assyrien [2] — Assyrien (Ant.). Die Assyrischen Antiquitäten sind erst im Laufe der letzten Decennien in Folge der Untersuchungen u. Ausgrabungen, welche zuerst (1820) von dem Engländer Rich, später von Botta, dem französischen Consul zu Mosul (1843), ferner in …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Istar — Istar, bei den Babyloniern Assyrern die Göttin des Venussterns, des Morgen und Abendsterns; als Göttin des Abendsterns auch unter dem Namen Belit (oder Belit ilani, »Herrin der Götter«), d. i. griech. Mylitta, verehrt. Als Göttin des Morgensterns …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bêlit — is a form of the Akkadian language word beltu or beltum (meaning lady, mistress ) as used in noun compounds; it appears in titles of goddesses, such as bêlit ili lady of the gods , an Akkadian title of Ninhursag. The word bêlit appears in Greek… …   Wikipedia

  • Sarpanit — In Babylonian mythology, Sarpanit (alternately Zarpanit, Zarpandit, Zerpanitum, Zerbanitu, or Zirbanit) is a mother goddess and the consort of the chief god, Marduk. Their marriage was celebrated annually at New Year in Babylon. She was… …   Wikipedia

  • Baal — Saltar a navegación, búsqueda Baal de Ugarit, Louvre. Baal (semítico cananeo: Baʕal [ …   Wikipedia Español