Années de plomb au Maroc

Années de plomb au Maroc
Histoire du Maroc
Coat of arms of Morocco.svg
Antiquité
AtlantesPhéniciensCarthaginois
RomainsVandalesByzantins
Conquête arabo-musulmane (681789)
Califat omeyyade • Califat abbasside
Révoltes berbères
Fondation du Maroc
IdrissidesÉmirat de Sijilmassa
Émirat de NekorBarghwata
Suzerainetés cordouane et fatimide
Califat de CordoueCalifat fatimide
IfrénidesMeknassasMaghraouas
Dynasties berbères (10401554)
AlmoravidesAlmohades
MérinidesWattassides
Dynasties chérifiennes (depuis 1554)
SaadiensAlaouites
Protectorat européen (19121956)
Crise de TangerConférence d'Algésiras
Coup d'AgadirTraité de Fès
Protectorat françaisProtectorat espagnol
Guerre du rifBataille d'Anoual
Dahir berbèreManifeste de l'indépendance
Époque moderne (depuis 1956)
Grand MarocMohammed VHassan II
Guerre des sablesCoup d'État des aviateurs
Coup d'État de SkhiratAccords de Madrid
Marche verteConflit du Sahara occidental
Années de plombMohammed VI

Les années de plomb est un terme utilisé par les opposants du régime sous le règne du roi Hassan II pour décrire une période de l'histoire contemporaine du Maroc, qui s'étend de la fin des années 1960 jusqu'aux années 1980.

Ces années ont été marquées par une violence et une répression contre les opposants politiques et les activistes démocrates ; ainsi, jusqu’à la fin des années 1980, le Maroc vit une répression qui s'abat sur les opposants au régime.

Sommaire

La répression et ses victimes

Peu après l'accession au trône du roi Hassan II, l'étau se resserre autour des opposants et des mouvements de gauche. La répression commence en juillet 1963, par l'arrestation, pour « complot »[1], de militants de l'union nationale des forces populaires (UNFP) et de communistes. Elle se poursuivit par les évènements[Lesquels ?] de mars 1965 à Casablanca, la liquidation de Ben Barka, la mise hors jeu de l'union nationale des étudiants du Maroc (UNEM) et des organisations marxistes-léninistes (notamment le mouvement d’extrême-gauche Ila Al Amame d'Abraham Serfaty et Abdellatif Laâbi), la contre-guérilla dans le moyen Atlas, les procès[Lesquels ?] de Kénitra (notamment ceux de 1977) et la répression des émeutes de Casablanca en 1981.

Ces trois décennies qui cadrent les années de plomb sont dominées par le règne de Hassan II et la succession de deux personnages à la tête du ministère de l'intérieur : le général Mohamed Oufkir et l'ex-commissaire Driss Basri.

L'association marocaine des droits humains (AMDH), estime que ces années de répression ont fait des dizaines de milliers de victimes (tués, blessés, emprisonnés, disparus, exilés).

Sources

  • Le Maroc, Pierre Vermeren, éd. Le Cavalier bleu, 2007.
  • Histoire du Maroc depuis l'indépendance, Pierre Vermeren, éd. La découverte, 2009.

Voir aussi

Notes et références

  1. Complot de juillet, in Z. Daoud, Les années lamalif, Tarik Editions, Casablanca, 2007, p.108

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Années de plomb au Maroc de Wikipédia en français (auteurs)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»