Treve de Bruges


Treve de Bruges

Trêve de Bruges

La trêve de Bruges est signée le 27 juin 1375 pour un an, puis prorogée le 12 mars 1376[1] au 24 juin 1377[2]. Le roi Charles V de France conserve les territoires conquis lors de ses diverses opérations militaires. Le duché de Bretagne est rendu à la France, à l'exception de Brest, Auray et Berval qui demeurent les possessions de Jean IV de Bretagne.

Sommaire

Contexte

Jean de Gand, duc de Lancastre
Philippe II, dit le Hardi

La deuxième phase de la guerre de Cent Ans tourne à l'avantage des Français. Au total, entre 1369 et 1375, le roi de France Charles V reprend la quasi-totalité des concessions faites et des terres possédées par les Anglais avant même le début de la guerre, exceptions faites de Calais, Cherbourg, Brest, Bordeaux, Bayonne, et de quelques forteresses dans le Massif central. Mais parvenu à ce point, Charles V sait ne pouvoir reprendre plus de terrain, les Bordelais étant trop anglophiles du fait des liens commerciaux (ils exportent massivement leur vin vers l’Angleterre). Toute sa stratégie étant basée sur la reconquête des cœurs avant celle des territoires, il ne souhaite pas s’encombrer d’une ville prête à se rebeller à la première occasion[3]. Tout est ouvert pour finalement négocier, à Bruges, un traité mettant fin à la guerre en reconnaissant la souveraineté des Français sur les territoires reconquis.

Le théâtre

Bruges et son industrie drapière dépendant des importations de laine d'outre-Manche, est une ville proanglaise en territoire français. Sa facilité d'accès pour les Anglais en fait un terrain neutre propice aux négociations. Gendre et héritier du comte de Flandre Louis de Male, le duc Philippe II de Bourgogne est le négociateur tout désigné pour les Français. Il est secondé par une équipe de conseillers de Charles V : Jean de La Grange, Hue de Châtillon, le comte de Tancarville, le comte de Sarrebruck, Arnaud de Corbie (le premier président du Parlement), Bureau de La Rivière et Nicolas du Bosc. Coté Anglais, c'est le duc de Lancastre Jean de Gand qui représente Édouard III[4].

Les négociations

Philippe de Bourgogne offre des banquets fastueux et des joutes, puis la première session de négociations débute le 25 mars 1375 dans l'église saint-Donatien de Bruges[5]. Elle aboutit à deux plans de partage de la Guyenne, qui, après avis de son conseil, les rejette au motif que ces plans de partage aboutiraient à reconnaître la souveraineté de l'Angleterre sur une partie de son territoire[5]. Sous l'influence de Grégoire XI, les belligérants signent le 1er juillet 1375 une trêve qui dure jusqu'en juin 1377.

La deuxième session se tient toujours à Bruges entre fin décembre 1375 et fin mars 1376. Les légats, afin de contourner cet épineux problème de souveraineté, proposent une trêve de 40 ans, refusée par les deux partis : les Anglais car la Bretagne est occupée par les troupes de Charles V et les Français car ils veulent y inclure la Castille pour protéger le trône du roi Henri II des prétentions de Jean de Gand[6] [7].

La troisième session s'ouvre en juillet 1376, conduite cette fois par des conseillers des rois. Charles V propose de reconnaître la souveraineté d'Édouard III sur les terres de Guyenne situées au sud de la Dordogne, de lui rendre l'Agenais, la Bigorre, le Quercy, le Bazadais et de lui verser les 1 200 000 francs toujours dus de la rançon de Jean le Bon en échange de Calais et à la condition que ce nouveau duché de Guyenne reste dans le territoire du royaume de France (il ne consent à aucun abandon de souveraineté)[7]. Ceci sous-entend qu'Édouard III, ou le duc de Guyenne, doit lui rendre hommage, que toutes les décisions juridiques puissent être remises en cause par la Cour de Paris et que le duché puisse être éventuellement confisqué. Édouard III refuse, et meurt le 21 juin 1377. Les hostilités reprennent.

Notes et références

  1. Chroniques de Froissart, 1824
  2. Histoire des Français, par Jean-Charles-Léonard Simonde de Sismondi publié par Wouters, frères, 1847
  3. Jean Favier, La guerre de Cent Ans, Fayard 1980, p. 358
  4. Françoise Autrand, Charles V, Fayard 1994, p. 616-617
  5. a  et b Françoise Autrand, Charles V, Fayard 1994, p. 617
  6. Époux de Constance de Castille, fille de Pierre le Cruel, il a des vues sur le royaume, qu'il essaiera de conquérir de force avec l'aide du Portugal
  7. a  et b Françoise Autrand, Charles V, Fayard 1994, p. 618

Sources

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail du Moyen Âge Portail du Moyen Âge
Ce document provient de « Tr%C3%AAve de Bruges ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Treve de Bruges de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Trêve de bruges — La trêve de Bruges est signée le 27 juin 1375 pour un an, puis prorogée le 12 mars 1376[1] au 24 juin 1377[2]. Le roi Charles V de France conserve les territoires conquis lors de ses diverses opérations militaires.… …   Wikipédia en Français

  • Trêve de Bruges — La trêve de Bruges est signée le 27 juin 1375 pour un an, puis prorogée le 12 mars 1376[1] au 24 juin 1377[2]. Le roi Charles V de France conserve les territoires conquis lors de ses diverses opérations militaires.… …   Wikipédia en Français

  • Philippe II de Bourgogne — Pour les articles homonymes, voir Philippe de Bourgogne et Philippe le Hardi. Philippe II de Bourgogne Philippe II, dit le Hardi …   Wikipédia en Français

  • Philippe II de Flandre — Philippe II de Bourgogne Pour les articles homonymes, voir Philippe de Bourgogne et Philippe le Hardi. Philippe II de Bourgogne dit Philippe le Hardi[1] (1342 1404), est le fils du roi Jean II de France, dit Jean le Bon, et de Bonne de Luxembourg …   Wikipédia en Français

  • Philippe ii de bourgogne — Pour les articles homonymes, voir Philippe de Bourgogne et Philippe le Hardi. Philippe II de Bourgogne dit Philippe le Hardi[1] (1342 1404), est le fils du roi Jean II de France, dit Jean le Bon, et de Bonne de Luxembourg. Né à Pontoise le 17… …   Wikipédia en Français

  • Charles V De France — Pour les articles homonymes, voir Charles V. Charles V …   Wikipédia en Français

  • Charles V de France — Pour les articles homonymes, voir Charles V. Charles V Titre …   Wikipédia en Français

  • Charles V le Sage — Charles V de France Pour les articles homonymes, voir Charles V. Charles V …   Wikipédia en Français

  • Charles v de france — Pour les articles homonymes, voir Charles V. Charles V …   Wikipédia en Français

  • Chronologie De La Guerre De Cent Ans — Sommaire 1 Année 1337 2 Année 1338 3 Année 1339 4 Année 1340 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.