Theorie M


Theorie M

Théorie M

La théorie M est une théorie élaborée par Edward Witten qui a pour but d'unifier les cinq théories des cordes.

Sommaire

Introduction

Lorsque g_s\, augmente dans la théorie IIA, la corde fondamentale voit sa structure se compliquer et devient une membrane dont le volume d'univers est tridimensionnel.

On nomme théorie M une théorie physique élaborée par le professeur Edward Witten dans le but d'unifier les différentes théories des supercordes déjà existantes et reliées entre elles par des dualités. À ce jour, seule la limite classique de cette théorie est connue. C'est la théorie de supergravité maximale à 11 dimensions. L'espace-cible de la théorie M a donc une dimension spatiale de plus que la dimension critique des différentes supercordes.

D'un point de vue quantique, l'objet fondamental de cette théorie devrait être une brane (généralisation à N dimensions du concept de membrane) et non une corde, c'est-à-dire un objet dont le volume d'univers est étendu dans deux dimensions d'espace et une dimension de temps alors que le volume d'univers d'une corde est étendu dans une dimension d'espace et une de temps. Par compactification de la membrane autour de la dimension supplémentaire précédemment évoquée, on retrouve la corde fondamentale de la théorie IIA. Malheureusement, contrairement à la théorie des cordes dans laquelle l'action de Nambu-Goto peut être quantifiée grâce à la présence de la symétrie conforme, la théorie analogue dans le cas de la membrane ne possède pas cette symétrie, ce qui rend l'analyse directe bien plus difficile et jusqu'ici inachevée.

Le nom

Cette théorie a été énoncée pour la première fois en 1995 à l'université de Californie du sud lors d'une conférence annuelle sur la théorie des cordes.

Edward Witten professeur dans l'institut pour la recherche avancée de Princeton a réussi à prouver que les 5 théories des cordes déjà existantes n'étaient en réalité que 5 manières de regarder la même chose. Il a ainsi réussi à enfin unifier en une seule les théories des cordes déjà existantes.

Cette théorie n'a pas encore de nom définitif et répond provisoirement au nom de la seule lettre « M ».

Edward Witten a donné ce nom à sa théorie pour permettre de choisir ultérieurement un nom plus approprié selon que sa théorie s'avère juste ou fausse, le sens de la lettre "M" offrant en attendant plusieurs interprétations selon les goûts : initiale de magique, mystérieuse ou mystique selon son collaborateur. Certains y voient le « W » de Witten à l'envers. Une autre interprétation mnémotechnique est un M pour mère ou matrice puisque cette théorie unifie les différentes formulations mathématiques d'une même théorie. Des cyniques disent même que théorie M correspondrait davantage à théorie manquante, ou "murky" (trouble/boueuse).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


  • Portail de la physique Portail de la physique
Ce document provient de « Th%C3%A9orie M ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Theorie M de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • théorie — [ teɔri ] n. f. • 1496; « science de la contemplation » 1380; rare av. XVIIe; lat. ecclés. theoria, mot gr. « observation, contemplation », de theôrein « observer » I ♦ 1 ♦ Ensemble d idées, de concepts abstraits, plus ou moins organisés,… …   Encyclopédie Universelle

  • Theorie — Théorie La Science et les Sciences Généralités Connaissance · Théorie · Savoir Classification des sciences Science empirique · sciences exactes Sciences dures · sciences molles Science de la nature · …   Wikipédia en Français

  • théorie — 1. (té o rie) s. f. 1°   Spéculation ; connaissance qui s arrête à la simple spéculation, sans passes à la pratique. Cet homme a plus de théorie que de pratique. •   Ceux que vous rendez innocents dans la théorie, sont perdus dans la pratique… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • theorie — THEORIE. s. f. Connoissance qui s arreste à la simple speculation sans passer à la pratique. Ce que vous dites est beau dans la theorie, mais il ne reussit pas dans la pratique. la theorie en est belle, mais la pratique en est difficile. reduire… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Theorie — Sf std. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. theōria, dieses aus gr. theōría, eigentlich Anschauen, Betrachtung , zu gr. theōrós m. Zuschauer , besonders einer, der als Gesandter einer griechischen Stadt zum Tempel, Orakel oder Festspiel eines… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Theorie — (v. gr.), 1) überhaupt Betrachtung, Beschauung, erkennendes Denken im Gegensatz theils zu der erfahrungsmäßigen sinnlichen Auffassung (Empirie), theils zur thätigen Ausführung (Praxis). Im engeren Sinne 2) eine Verknüpfung u. Ableitung der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Theorīe — (griech.), eigentlich das Beschauen, Betrachten, auch das Zuschauen bei einem Schau und Festspiel und die Beteiligung an einer auswärtigen Festfeier seitens des Staates durch eine Festgesandtschaft, auch die Festgesandtschaft selbst. Solche… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Theorie — Theorīe (grch., eigentlich das Anschauen), Darstellung einer Wissenschaft in ihrem systematischen Zusammenhange, Herleitung einer Erscheinung aus dem ihr zugrunde liegenden Gesetz, im Gegensatze zur Erfahrung (Empirie), wie zur Praxis;… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Theorie — »abstrakte Betrachtungsweise; System wissenschaftlich begründeter Aussagen zur Erklärung bestimmter Erscheinungen o. Ä.«: Das seit dem 16. Jh. bezeugte Fremdwort, das gewöhnlich als Gegenwort zu ↑ Praxis gebraucht wird, ist aus griech. lat.… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Theorie — [Network (Rating 5600 9600)] …   Deutsch Wörterbuch