Séguéla (département)


Séguéla (département)

Séguéla

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Séguéla (homonymie).
Séguéla
Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Gentilé
Région région du Worodougou
Gouverneur
Langue Francais, Dioula
Superficie km²
Population estimée 54 000 hab.
()
Densité hab./km²
Maire Amadou Soumahoro
Administration
Localisation
Coted'Ivoire Worodougou.png
Villes de Côte d'IvoireRégions de la Côte d'Ivoire


Séguéla est le chef-lieu de la région du Worodougou, au nord-ouest de la Côte d'Ivoire.


Sommaire

Toponymie

La légende rapporte que le premier homme qui découvrit cette terre, après un très long voyage, s'exclama, exténué : hou séguéla, ce qui signifie en français "je suis fatigué" et donna ainsi à la ville son nom actuel.

Géographie

Rose des vents Boundiali Rose des vents
Biankouma N Mankono
O    Seguéla    E
S
Daloa
Enclave: {{{enclave}}}

Géographie de la ville

Séguéla est composée de divers quartiers qui portent des noms de famille traditionnelles comme Dosso, Soumahoro, Binaté, Keita, Diomandé, Bakayoko, Timité. Les Soumahoro sont traditionnellement issus des chefferies guerrières, les Diomandé des chef coutumiers, les Dosso chef-lieux de canton les Timité sont les médiateurs de la ville, et les Bakayoko sont les Almamys de la grande mosquée, c'est-à-dire qu'ils dirigent les prières communes.

Histoire

Histoire pré-coloniale

La ville a été fondée par les Binaté qui portaient le nom Keita dans le royaume de Sosso. Ces divers clans sont arrivés après l'explosion du Royaume de Sosso au Mali au XIIIe siècle.

XIXe siècle

Samory Touré

À la fin du XIXe siècle, toute la région sera sous la domination de l'Almamy Samory Touré[Note 1], fondateur de l'empire du Wassoulou vers 1881, empire qui s'étendait de Kankan à Dabakala et Kong, et résistant à la conquête coloniale jusqu'à sa capture en 1898 et sa déportation au Gabon. Ses troupes, qui auraient été armées de fusils britanniques, l'Angleterre occupant alors la Sierra Leone, massacrèrent les militaires français de la mission du capitaine Charles Ménard en 1892 dans les environs de Séguéla[1].

Administration

Une loi de 1978[2] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays.

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
1980 Soumahoro Gaoussou PDCI-RDA Homme politique élu
1985 Traoré Mamadou PDCI-RDA Homme politique élu
1990 Bakayoko Youssouf PDCI-RDA Homme politique élu
1995 Amadou Soumahoro RDR Homme politique élu
2001 Amadou Soumahoro[3] RDR Homme politique élu

Après les évènements de 2002, la ville, comme toutes les localités du nord du pays, a été placée sous l'administration du MPCI puis des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire[4] et se trouvait de fait sous l'autorité unique d'un « commandant de zone » ( « com-zone » ). Ce « commandant de zone » est désigné par le secrétaire général des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire, Guillaume Soro, comme pour chacun des 10 secteurs de la zone nord ivoirienne, Séguéla étant désignée depuis 2006 sous le terme de Zone no 4[5]. Depuis le 18 mai 2008, il s'agit de Issiaka Ouattara, dit Wattao, nommé après le limogeage de Zacharia Koné. Cette autorité existe toujours en 2008 et cohabite avec les fonctionnaires de l' état, préfet et sous-préfet, revenus dans la région.

Représentation politique

Députés de Séguéla
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
2001 Bakayoko Youssouf PDCI-RDA Homme politique élu

Le mandat de l’Assemblée nationale élue en 2001 s'achevait le 16 décembre 2005. Mais, en raison de la crise politico-militaire de 2002, les élections législatives n'ont pas eu lieu et l’Assemblée nationale en place est demeurée en fonction et a conservé ses pouvoirs.

Société

Démographie

Il est prévu d'organiser un nouveau recensement de la population du pays en 2008 [6].

Évolution démographique
1920 1946 1970 Recensement 1978 Recensement 1998 Estimation 2007
29 003 54 100
Nombre retenu à partir de 1920 : Population sans doubles comptes

Éducation

Article connexe : Éducation en Côte d'Ivoire.

Le département comporte 533 écoles primaires, 2 établissements secondaires et 2 établissements secondaires techniques.


Enseignement primaire
Public

  • École primaire publique

Enseignement secondaire
Lycée public

  • Lycée moderne

Collège public

  • Collège moderne

C'est à Elima, au sud du pays, que sera créée la première école officielle le 8 aout 1887 avec pour instituteur Fritz-Emile Jeand'heur venu d' Algérie. Elle comptait alors 33 élèves africains qui seront les premiers lecteurs en langue française. Elle fonctionnera pendant 3 ans avant d'être transférée en 1890 à Assinie par Marcel Treich-Laplène, le nouveau résident de France. Le premier mars 1904, il y avait 896 élèves en Cote d'Ivoire pour une population estimée un peu supérieure à 2 millions d'habitants. Séguéla accueillera l'une des 18 écoles de village créées en 1903. Elle comportait 40 élèves encadrés par un instituteur.

Langues

Article connexe : Langues de Côte d'Ivoire.

Depuis l'indépendance, la langue officielle dans toute la Côte d'Ivoire est le français. La langue véhiculaire, parlée et comprise par la majeure partie de la population, est le dioula mais la langue vernaculaire de la région est le . Le français effectivement parlé dans la région, comme à Abidjan, est communément appelé le français populaire ivoirien ou français de dago[Note 2] qui se distingue du français standard par la prononciation et qui le rend quasi inintelligible pour un francophone non ivoirien. Une autre forme de français parlé est le nouchi, un argot parlé surtout par les jeunes et qui est aussi la langue dans laquelle sont écrits 2 magazines satiriques, Gbich! et Y a fohi. Le département de Sassandra accueillant de nombreux ivoiriens issus de toutes les régions du pays, toutes les langues vernaculaires du pays, environ une soixantaine, y sont pratiquées.

Santé

Le département compte 1 centre hospitalier régional, 25 centres de santé et 7 officines de pharmacie.

Sports

La ville compte un club de football, le Siguilolo FC de Seguéla qui joue actuellement en Championnat de Cote d'Ivoire de football de 3 ème division.

Économie

Bien que l'extraction industrielle du diamant soit arrêtée en Cote d'Ivoire, une exploitation artisanale se poursuit à Séguéla et Tortiya, situés dans la zone contrôlée par la rébellion ivoirienne. Les résultats de cette exploitation artisanale restent assez controversés. Jugés maigres, voire dérisoires par certains[7], ces résultats sont évalués par d’autres au chiffre record de 300 000 carats et le revenu annuel du trafic lié à cette activité, estimé à plus de 40 milliards de FCFA[8]. En 2008, la Côte d'Ivoire reste toutefois le seul pays sous embargo de l'ONU pour l'exportation du diamant en raison de la crise que connaît ce pays[9],[10].

Notes et références

Notes
  1. L'ancien président de Guinée, Ahmed Sékou Touré, se disait descendant de Samory Touré
  2. Si, à Abidjan et dans le nord, on parle de français de Moussa, dans l'ouest du pays, on parle de français de Dago
Références
  1. Jean Noël Loucou, Côte d’Ivoire : les résistances à la conquête coloniale, Éditions CERAP, Abidjan, 2007, 150 p. (ISBN 2-915352-31-3) 
  2. Loi no 78-07 du 9 janvier 1978
  3. Amadou Soumahoro est ancien ministre du commerce.
  4. Le site officiel des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire
  5. Organisation des 10 secteurs du nord ivoirien sous la tutelle du MPCI
  6. Recensement de la population ivoirienne
  7. [(fr) Côte d’Ivoire : à la recherche du dernier diamant (page consultée le 23 août 2008)]
  8. [(fr) Côte d'Ivoire, les diamants de la guerre des Forces nouvelles (page consultée le 23 août 2008)]
  9. [(fr) Résolution 1643 (2005) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5327e séance, le 15 décembre 2005 (page consultée le 23 août 2008)]
  10. [(fr) Diamants de conflit et processus de paix en Côte d'Ivoire (page consultée le 23 août 2008)]



  • Portail de la Côte d’Ivoire Portail de la Côte d’Ivoire
Ce document provient de « S%C3%A9gu%C3%A9la ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Séguéla (département) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Seguela — Séguéla Pour les articles homonymes, voir Séguéla (homonymie). Séguéla  Côte d Ivoire …   Wikipédia en Français

  • Département de Bondoukou — Bondoukou ist eines der 58 Départements der Elfenbeinküste und liegt im Nordosten des Landes. Inhaltsverzeichnis 1 Struktur 2 Geographie …   Deutsch Wikipedia

  • Département de Boundiali — Pour les articles homonymes, voir Boundiali. Département de Boundiali   …   Wikipédia en Français

  • Séguéla — Pour les articles homonymes, voir Séguéla (homonymie). 7° 57′ 36″ N 6° 40′ 22″ W / …   Wikipédia en Français

  • Departement de Seguela — Admin ASC 2 Code Orig. name Département de Séguéla Country and Admin Code CI.91.2281867 CI …   World countries Adminstrative division ASC I-II

  • Département d’Agboville — Das ivorische Departement Agboville liegt in der Region Agnéby. Inhaltsverzeichnis 1 Struktur 1.1 bis 2001 2 Geographie 2.1 Bevölkerung …   Deutsch Wikipedia

  • Département de la Côte-d'Ivoire — Départements de la Côte d Ivoire Le territoire de la Côte d Ivoire est subdivisé en 80 départements et 2 districts : Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A …   Wikipédia en Français

  • Département d’Adzopé — Adzopé ist eines der 58 Départements der Elfenbeinküste in der Region Agnéby. In diesem Département befindet sich auch die gleichnamige Stadt Adzopé. Départements der Elfenbeinküste Abengourou | Abidjan | Aboisso | Adiaké |… …   Deutsch Wikipedia

  • Boundiali (département) — Département de Boundiali Pour les articles homonymes, voir Boundiali. Département de Boundiali   …   Wikipédia en Français

  • Boundialiv (département) — Département de Boundiali Pour les articles homonymes, voir Boundiali. Département de Boundiali   …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.