Solon


Solon
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solon (homonymie).
Solon

Solon (en grec ancien Σόλων), né à Athènes vers 640 av. J.-C. et mort sur l'île de Chypre vers 558 av. J.-C., est un homme d'État, législateur et poète athénien.

Sommaire

Biographie

Souvent considéré comme ayant instauré la démocratie, il fait partie des Dix-sept Sages de la Grèce. Il naît à Athènes dans une famille eupatride. Il se rend populaire lors d’une guerre contre la cité voisine de Mégare, gagnée sur ses conseils. Il joue ensuite un rôle politique important, étant à l'origine d'une série de réformes accroissant considérablement le rôle de la classe populaire dans la politique athénienne.

Œuvre politique

Il est d’abord négociant, commerçant, ce qui l'amène à beaucoup voyager. Sa fortune et son savoir le placent au rang des premiers citoyens de la ville. En son absence, Mégare reprend Salamine aux Athéniens. À Athènes, on vote un décret qui interdit, sous peine de mort, que l’on en reparle[1]. Dans le milieu des années 590 av. J.-C., il milite pourtant pour une nouvelle guerre contre Mégare, au cours de laquelle il conseille de s’emparer de l’île de Salamine. Pisistrate le soutient, et ils obtiennent l'abrogation du décret, et le déclenchement de la guerre pour Salamine[1]. Solon est nommé chef de l'expédition, qui est un succès : Salamine est reprise[2]. C'était sur ses conseils que la guerre avait été gagnée et il devint très populaire, si l'on en juge par les évènements ultérieurs.

Pour les historiens grecs postérieurs, ses poèmes étaient la principale source d'informations sur la crise économique et sociale à laquelle il tenta de remédier. Il est élu archonte pour 594593 av. J.-C. et l'on attend de lui qu'il remédie aux conflits dans la cité d'Athènes[3]. L’esclavage pour dettes réduisait fortement le nombre d’hommes libres, et alimentait les conflits.

Ainsi, il abolit l'esclavage pour dettes[4], et affranchit ceux qui étaient tombés en servitude pour cette raison[5]. Il fit une réduction de dettes privées et publiques [6], et affranchit les terres des hectémores de redevances [7]. Cependant, il ne fit pas de réforme agraire [8], autrement dit, il ne redistribua pas la propriété des terres, bien que les pauvres l'attendaient[9].

Concernant les réformes politiques, il mit en place le tribunal du peuple, l'Héliée[10]. Tous les citoyens eurent accès aux jurys [11], ce qui est à noter. Les jurys étaient constitués par tirage au sort [12]. Les sources ne disent pas si l'on tirait au sort parmi les volontaires, mais on peut le supposer. Le tribunal est principalement une cour d'appel [13]. Aristote considère qu'il était déjà le lieu du contrôle des magistrats par le peuple [14]. Solon fit une autre réforme d'importance : il étendit du droit de défense et d'accusation [15] à n'importe quel citoyen. Solon a aussi écrit un nouveau code de lois, qui concernent ce que les catégories modernes nomment droit privé, droit criminel et procédure légale[16]. Les lois de Dracon sont abandonnées, à l'exception de celle sur le meurtre [17]. Les lois de Solon ont été gravées sur des kybris, qui auraient été placés au Portique royal [18].

Ce qu'on appelle généralement « classes soloniennes » existaient avant Solon [19]. Cependant, selon M.Hansen, Solon aurait peut-être ajouté aux thètes, zeugites, cavaliers, la classe de cens le plus élevé, les pentacosiomédimnes [20]. Mais ces classes sont maintenant définies par un critère de richesse [21]:

  • les Pentakosiomedimnoi sont ceux qui peuvent tirer de leur richesse plus de 500 (pentacosio) mesures (métra) de produits secs ou liquides (blé, vin ou olive) par an [22];
  • les hippeis, ou cavaliers, sont ceux qui pouvaient tirer de leur richesse plus de 300 mesures par an. Aristote discute du nom de cette classe: pour être membre de cette classe, il aurait peut-être fallu être en mesure d'élever des chevaux. Il estime cependant qu'à l'instar des autres classes, le critère devait bien être un critère de richesse[23];
  • les zeugitai, sont ceux qui pouvaient tirer de leur richesse plus de 200 mesures par an;
  • les thètes sont ceux qui ne pouvaient pas tirer de leur richesse plus de 200 mesures par an. Thète signifiait un employé sans propriété, ou un journalier

Le critère pour être éligible est maintenant fondé sur la fortune produite (pas directement sur le capital), et non plus sur la naissance[19]. Seules les trois premières classes, autrement dit les plus riches, peuvent accéder aux magistratures [24]. Par contre, toutes les classes ont accès à l'assemblée du peuple et au tribunal [25]. L'élection des magistrats ayant probablement lieu à l'Assemblée du Peuple [26], l'on peut considérer que dès Solon, le suffrage était universalisé parmi les citoyens, et c'est un point important pour comprendre la genèse de la démocratie à Athènes. La procédure d'accès à l'archontat semble combiner élection préalable puis tirage au sort [27]. Mais pour l'ensemble des magistratures, c'est bien l'élection qui semble avoir la prépondérance [28].

Par ailleurs, Solon aurait créé le conseil des 400[29]. Son existence est controversée : voir ce qu'en dit M. Hansen[20]. E. Will pour sa part ne croit pas à l'existence de ce conseil[30]. Dans l’Athenaion politeia, qui date d'entre 335 et 322[31], Aristote ne fait que le mentionner, et ne dit rien de sa procédure de formation et de ses attributions. De plus, toujours dans l’Athenaion Politeia, au paragraphe 31.1, est cité un texte décrivant le régime oligarchique des « quatre cents », en -411. Si l'on tient ce texte pour authentique[32], il serait la plus ancienne source (de -411, cité dans une source de 335-322) mentionnant l'existence du conseil hypothétiquement institué par Solon. Du coup, l'on peut le suspecter d'être une invention. Les oligarques ont pu être tenté, pour légitimer leurs réformes, d'inventer un passé : ils réalisaient ainsi le retour à la « constitution des anciens ». Il faut attendre Plutarque pour avoir des renseignements sur ses attributions[33]. Ce conseil aurait eu des fonctions probouleumatiques, autrement dit il aurait été chargé d'introduire les débats à l'assemblée du peuple, exactement comme le conseil des cinq cents que créa Clisthène.

Concernant l'Aréopage, Plutarque attribue sa création à Solon[34], tout en nuançant lui-même son propos. Quant à Aristote, il pense que l'Aréopage existait avant Solon [35].

Voici deux jugements d'Aristote sur les réformes de Solon:

« Solon, semble-t-il, tout en se gardant d'abolir les institutions qui existaient auparavant, telles que le Conseil [de l'Aréopage] et l'élection des magistrats, a réellement fondé la démocratie en composant les tribunaux de juges pris parmi tous les citoyens. Aussi lui adresse-t-on parfois de vives critiques, comme ayant détruit l'élément non démocratique du gouvernement, en attribuant l'autorité suprême aux tribunaux dont les membres sont tirés au sort »

— Ar. Pol. 1274a

et plus loin,

« Solon lui-même n'a vraisemblablement attribué au peuple que le pouvoir strictement nécessaire, celui d'élire les magistrats et de vérifier leur gestion (car si le peuple ne possède même pas sur ce point un contrôle absolu, il ne peut être qu'esclave et ennemi de la chose publique) »

— Ar. Pol. 1274a15

Il modifie aussi le calendrier [36] et le système des poids et mesures [37].

Voyages

Après avoir fait ces réformes, Solon quitte Athènes. Selon les écrivains grecs postérieurs, il voyage dix ans à Chypre, où il vit à la cour du roi de l'endroit, Philocyre, en Égypte, en Lydie[réf. nécessaire].

Âgé de plus de quatre-vingts ans, il revient à Athènes vers (non vérifiable) 560 avant J.-C. Solon s'opposa à Pisistrate, qu’Aristote décrit comme « très favorable au peuple » [38], lors de sa prise de pouvoir [39]. Lorsque Pisistrate instaure une tyrannie à Athènes, Solon aurait quitté à nouveau sa cité, parcourt la Méditerranée et l'Asie, revient lors de la deuxième tyrannie de Pisistrate, retrouve son exil chez Philocyre et meurt peu après son retour [réf. nécessaire].

Citations

« Au peuple j’ai donné autant de puissance qu’il suffit, sans rien retrancher ni ajouter à ses droits. Pour ceux qui avaient la force et en imposaient par la richesse, pour ceux-là aussi je me suis appliqué à ce qu’ils ne subissent rien d’indigne. Je suis resté debout, couvrant les deux partis d’un fort bouclier, et je n’en ai laissé aucun vaincre injustement. » (Aristote, Constitution d’Athènes. XII, 1)
« Oui, le but pour lequel j’ai réuni le peuple, me suis-je arrêté avant de l’avoir atteint ? Elle peut mieux que tout autre m’en rendre témoignage au tribunal du temps, la vénérable mère des Olympiens, la Terre noire, dont j’ai alors arraché les bornes enfoncées en tout lieu ; esclave autrefois, maintenant elle est libre. » (Aristote, Constitution d'Athènes, XII, 4)
« J'ai rédigé des lois égales pour les nobles et les roturiers, fixant pour chacun une justice droite. »[réf. nécessaire]
« Si tout est incertain, pourquoi craindre quelque chose ? »[réf. nécessaire]
« Je deviens vieux en apprenant toujours. »[réf. nécessaire]
« N'appelons personne heureux avant sa mort. »[réf. nécessaire]

Postérité

Solon était un législateur vénéré de Platon et d'Aristote.

Solon et l'Atlantide

Au cours des voyages que Solon effectua, d'après Hérodote, en Libye et en Égypte, il entendit, parler du mythe de l'Atlantide de la bouche de prêtres de Saïs, gardiens d'une colonne gravée de hiéroglyphes contant l'histoire [réf. nécessaire].

Il projeta à son retour à Athènes de rédiger un poème sur le sujet, mais abandonna à cause de l'ampleur de la tâche. L'histoire fut néanmoins transmise dans sa famille par l'intermédiaire de Dropides et de Critias, jusqu'à Platon[réf. nécessaire].

Annexes

Articles connexes


Notes et références

Ar : Aristote - Ath. : Athenaion Politeia / constitution des Athéniens - Plut. : Plutarque - Pol : Politique

  1. a et b Plut. Solon IX
  2. Plut. Solon X, XI; D.L. Solon 46
  3. Ar. Ath. 5.1
  4. Ar. Ath 6.1, 9.1
  5. Ar. Ath 6.1, 12.4
  6. Ar. Ath 6.1, 10.1, 12.4
  7. M.Hansen p.54
  8. Ar. Ath. 11.1, 12.3
  9. Ar. Ath. 11.2
  10. Ar. Ath.7.3, 9.1
  11. Ar. Ath. 9.1, Ar. Pol. 1274a
  12. Ar. Pol. 1273b40 : c'est ce que signifie Aristote quand il dit que les tribunaux étaient organisés démocratiquement; mention plus explicite en 1274a
  13. Ar. Ath. 9.1
  14. Ar. Pol. 1274a15
  15. Ar. Ath. 9.1; Plut. Solon 204
  16. Plut. Solon 205-209; M.Hansen p.55
  17. Ar. Ath. 6.1, 7.1, 9.2; Hansen p55
  18. Ar. Ath. 7.1. Voir la note 2 p.70, dans la traduction de M.Sève
  19. a et b Ar. Ath. 7.3
  20. a et b M. Hansen p.55
  21. Ar. Ath. 7.4-7.5; voir aussi M. Hansen pp.67-70
  22. M.Hansen p.67
  23. Ar. Ath. 7.4-7.5
  24. Ar. Ath. 7.3, 7.4; Ar. Pol. 1274a15
  25. Ar. Ath. 7.3, 9.1 pour le tribunal; Ar. Pol. 1274a
  26. M.Hansen p.54
  27. Ar. Ath. 8.1
  28. Ar. Pol. 1273b40
  29. Ar. Ath. 8.4, Plut. Solon, XXIV
  30. E. Will Le monde grec... Ve siècle p.?
  31. M. Sève, dans son introduction à Aristote, Constitution d'Athènes, p15
  32. Ce qui est controversé : voir la note 1 p.109 dans la traduction de M.Sève
  33. Plut. Solon XXIV
  34. Plut. Solon 204
  35. Ar. Pol. 1274a
  36. Plut. Solon XXXV
  37. Ar. Ath. 10.1-2
  38. Ar. Ath. 13.4
  39. Ar. Ath. 14.2-3

Bibliographie

Sources

Fragments

  • M. L. West, Iambi et elegi Graeci, t. I, Oxford, 2° éd. 1989.

Études

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jacques Dufresne, La démocratie athénienne, miroir de la nôtre., La bibliothèque de l'Agora, 1994 (ISBN 2980078921).
  • Yvon Garlan, Les Esclaves en Grèce ancienne, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », 1989 (ISBN 2-7071-2475-3).
  • Louis Gernet, « La loi de Solon sur le testament », Droit et société en Grèce ancienne, Publications de l'Institut de Droit romain de l'Université de Paris, 13, 1964 (2e édition).
  • Moses Finley :
    • « La servitude pour dette », Revue historique de droit français et étranger, série 4, XLIII (1965), p. 159–184 ;
    • « La terre, les dettes et le propriétaire foncier dans l'Athènes classique », Économie et société en Grèce ancienne, Seuil, coll. « Points », 1997 (ISBN 2-02-014644-4).
  • Mogens Hansen, La démocratie athénienne à l'époque de Démosthène, Les belles lettres, Paris, 1993.
  • Claude Mossé, « Comment s'élabore un mythe politique : Solon, “Père fondateur de la démocratie athénienne” », Annales, 54 (1979), p. 425–437.
  • Claude Orieux, Pauline Schimitt Pantel, Histoire grecque, Puf, 2005.
  • Pauline Schmitt-Pantel, La Cité au banquet : histoire des repas publics dans les cités grecques, École française de Rome, 2000.
  • Pierre Vidal-Naquet :
    • « Athènes et l'Atlantide », Le Chasseur noir. Formes de pensées et formes de société dans le monde grec, La Découverte, 2005 (ISBN 2-7071-4500-9),
    • L'Atlantide : Petite histoire d'un mythe platonicien, Belles Lettres, 2005 (ISBN 225138071X).
  • Edouard Will, Le monde grec et l'orient. Le Ve siècle, P.U.F, 1972.
  • Frammenti dell'opera poetica. Testo greco a fronte, BUR, 2001

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Solon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Solon — (ancient Greek: Polytonic|Σόλων, c. 638 BC ndash;558 BC) was an Athenian statesman, lawmaker, and Lyric poet. He is remembered particularly for his efforts to legislate against political, economic and moral decline in archaic Athens. His reforms… …   Wikipedia

  • Solón — Busto titulado Solon (Museo Nacional, Nápoles) Nombre completo Solón, Σόλων Nacimiento c. 638 a …   Wikipedia Español

  • Solon — (altgriechisch Σόλων; * wohl um 640 v. Chr. in Athen; † vermutlich um 560 v. Chr.) war ein griechischer Lyriker und athenischer Staatsmann. Mit seinem Namen verbinden sich vor allem die Reformen, die er in Athen durchführte. Er wird zu den sieben …   Deutsch Wikipedia

  • Solon AG — Solon SE Unternehmensform Societas Europaea ISIN …   Deutsch Wikipedia

  • Solon SE — Rechtsform Societas Europaea ISIN DE0007471195 Gründung 27. November 199 …   Deutsch Wikipedia

  • SOLON — (SOLON 640 env. apr. SOLON 560) Homme d’État, législateur et poète athénien. Né, selon la tradition, dans une famille de souche royale, Solon doit, pour reconstituer un patrimoine dilapidé par son père, s’adonner au commerce maritime et… …   Encyclopédie Universelle

  • Solon — Solon,   griechisch Sọlon, athenischer Gesetzgeber, * Athen um 640 v. Chr., ✝ ebenda nach 561 v. Chr.; aus dem athenischen Königsgeschlecht (?) der Medontiden. Solon rief im Krieg gegen Megara zur Befreiung der Insel Salamis auf. 594 wurde er… …   Universal-Lexikon

  • Solon —    Solon (640 560 B.C.), known as one of the wise men of Greece, was one of the most famous lawgivers of all times. A well educated Athenian who supported himself by foreign trade, he was elected archon of Athens and was given authority to change …   Dictionary of eponyms

  • Solon — Solon, OH U.S. city in Ohio Population (2000): 21802 Housing Units (2000): 7801 Land area (2000): 20.551672 sq. miles (53.228584 sq. km) Water area (2000): 0.042511 sq. miles (0.110104 sq. km) Total area (2000): 20.594183 sq. miles (53.338688 sq …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Solon AB — Solon von 1994 Solon ist ein ehemaliger schwedischer Hersteller von Automobilen. Inhaltsverzeichnis 1 Unternehmensgeschichte …   Deutsch Wikipedia

  • Solon AG — SOLON SE Тип Societas Europaea SOLON SE (FWB: SOOG) один из производителей солнечных батарей в Германии. Штаб квартира находится в городе Бе …   Википедия


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.