Siege de Leningrad


Siege de Leningrad

Siège de Léningrad

Siège de Léningrad
Informations générales
Date 8 septembre 1941 -
18 janvier 1944
Lieu Saint-Pétersbourg, URSS
Issue Victoire soviétique
Belligérants
Flag of Germany 1933.svg Allemagne
Finlande Finlande[1]
Flag of Spain 1945 1977.svg Division Bleue
Flag of the Soviet Union.svg Union soviétique
Commandants
Flag of Germany 1933.svg Wilhelm Ritter von Leeb
Flag of Germany 1933.svg Georg von Küchler
Flag of Finland.svg Carl Gustaf Emil Mannerheim
Flag of the Soviet Union.svg Kliment Vorochilov
Flag of the Soviet Union.svg Gueorgui Joukov
Forces en présence
750 000 930 000
Pertes
200 000 Militaires:
350 000 morts,
111 000 disparus
Civiles:
16 470 civils tués par les bombardements
env. 1 000 000 morts de famine
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Seconde Guerre mondiale - Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Seconde bataille de Kharkov · Siège de Léningrad · Bataille de Moscou · Opération Fall Blau ·Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Opération Bagration · Insurrection de Varsovie · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Bataille de Seelow  · Bataille de Berlin (et prise du Reichstag) · Insurrection de Prague · Offensive de Prague


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique et du Moyen-Orient


Bataille de l’Atlantique


Campagnes de Méditerranée et d'Europe du Sud


Guerre en Asie et dans le Pacifique


Guerre sino-japonaise

Le siège de Léningrad désigne le siège de la métropole russe, aujourd'hui connue sous le nom Saint-Pétersbourg, par les Allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale. L'opération allemande avait pour nom de code Opération Nordlicht (Aurore boréale). Le siège, d'une durée de 872 jours, débute le 8 septembre 1941 pour se terminer définitivement le 27 janvier 1944.

Les troupes allemandes arrivent devant les premières lignes de défense de Léningrad, au début du mois de septembre. La prise de la ville, dont la défense est organisée par Joukov, se révèle vite impossible. Les Allemands renonçant à un assaut direct, décident de l'investir progressivement pour l'affamer, avec l'aide des Finlandais. Malgré des pertes humaines colossales, la ville résistera jusqu'à son dégagement en 1944, au cours du siège le plus long de l'histoire moderne.

L'encerclement de Léningrad par les troupes allemandes et finlandaises n'a été que partiel et précaire. En effet, du ravitaillement parvenait aux Russes chaque hiver, en passant sur le lac Ladoga gelé, par la route de la vie, ce qui leur a permis de tenir mais un million de civils sont morts de faim pendant le siège.

Sommaire

L'attaque allemande

En juillet-septembre 1941, les troupes allemandes du groupe d'armées Nord, ayant vaincu la résistance des troupes soviétiques, foncèrent vers les faubourgs de Léningrad et le lac Ladoga, coupant la ville de l'arrière du pays. Le 4 septembre, les bombes commencèrent à tomber sur Léningrad. Le 8, la ville était presque entièrement encerclée. Aucun camion ne pouvant atteindre la ville, les ravitaillements durent se faire par la voie des airs et par le lac Ladoga. Mais le 9 novembre, la "chaussée" Moscou-Leningrad, nom donné au pont aérien qui reliait les deux cités, fut stoppée par les Allemands à Tikhvine. Il était vital pour les Soviétiques de trouver un moyen de ravitailler Léningrad. Aussi, le 6 décembre, de nouvelles routes de ravitaillement passant par Zaborie, Novaïa Ladoga et par le lac Ladoga (alors gelé) entrèrent en service.

Après des mois de préparation, les Soviétiques lancèrent une contre-offensive en février 1942. Elle fut arrêtée par la Wehrmacht. Hitler envoya von Kleist en Crimée avec son état-major et cinq divisions blindées, croyant que le reste de ses forces à Léningrad suffiraient amplement à conquérir la ville. À ce moment de la bataille, les Russes manquaient de tout : munitions, armes, vivres et matériel en tout genre. La famine fit son apparition chez les civils comme chez les soldats soviétiques, forçant les autorités à produire des ersatz.

L'enlisement

L'opération Nordlicht, supervisée par Hitler en personne, avait pour but d'enfoncer les défenses soviétiques de Léningrad. Mais celle-ci fut annulée car l'armée de Mannerheim ne put atteindre la ville à temps, retenue plus au nord. En août et en septembre 1942, le groupe d'armées du front de Volkhov tenta d'effectuer une jonction avec la IIIe armée, mais toutes ses tentatives échouèrent. La contre-attaque soviétique de janvier 1943 échoua également. Hitler changea plusieurs fois le commandement de ses forces à Léningrad, beaucoup de ses généraux condamnaient cela mais n'intervinrent pas. Plusieurs officiers haut gradés furent également rappelés en Allemagne dans les mois qui suivirent.

La contre-attaque soviétique

Le siège s'éternisait et Léningrad devenait une ville fantôme. À la fin de 1943, les Russes reçurent d'importantes quantités d'armes provenant des nouvelles usines de l'ouest de l'Oural ainsi que des T-34 qui leur permirent de lutter contre les Panzer III et IV allemands. Ils reçurent également des camions surmontés de lance-roquettes, appelés « Orgues de Staline » par les Allemands et Katiouchas par les Russes. Avec ce nouveau matériel, une offensive était maintenant envisageable pour les Soviétiques. Une ultime réunion de préparation se tint à Smolny le 11 janvier. Le début de l'opération était prévu pour le 14 à partir du secteur d'Oranienbaum, l'attaque à partir de Poulkovo devant être lancée le 15. Le 14 janvier 1944, quatre armées russes réparties entre le lac Ilmen et le lac Ladoga (soit un front de 18 km) attaquèrent les positions allemandes. La résistance fut vive mais les généraux Meretskov (commandant de l'armée de Volkhov) et Govorov (commandant de l'armée de Léningrad) effectuèrent leur jonction le 25 janvier.

Le siège prit définitivement fin le 27 janvier 1944. En mars, les troupes allemandes étaient à 250 km de Léningrad. Ce blocus, qui fut le plus long de la guerre avec ses 31 mois (plus de 900 jours), coûta aux Soviétiques 1 800 000 hommes (dont plus d'un million de civils). Quant aux forces de l'Axe, elles déploraient la perte de 200 000 de leur soldats.

Bibliographie

  • Harrison E. Salisbury, Les 900 jours, le siège de Léningrad, Albin Michel, 1970.

Notes

Commons-logo.svg

  1. Wykes, Alan (1972), The Siege of Leningrad, Ballantines Illustrated History of WWII, p.9-11
    Brinkley, Douglas & Mickael E. Haskey (2004), The World War II. Desk Reference, Grand Central Press, p.210
  • Portail de la Russie Portail de la Russie
  • Portail de l’URSS Portail de l’URSS
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « Si%C3%A8ge de L%C3%A9ningrad ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Siege de Leningrad de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Siege of Leningrad — Part of the Eastern Front of World War II Diorama of the Siege of Le …   Wikipedia

  • Siège de Léningrad — Diorama du siège de Léningrad, figurant au musée de la Grande Guerre patriotique de Moscou Informations générales Date 8 septembre 1941 18 ja …   Wikipédia en Français

  • Siège de Leningrad — Siège de Léningrad Siège de Léningrad Informations générales Date 8 septembre 1941 18 janvier 1944 Lieu Saint Pétersbourg, URSS Issue Victoire soviétique Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Siège de leningrad — Siège de Léningrad Siège de Léningrad Informations générales Date 8 septembre 1941 18 janvier 1944 Lieu Saint Pétersbourg, URSS Issue Victoire soviétique Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Effect of the Siege of Leningrad on the city — Timeline of the Siege of Leningrad 1941 *June 22: Operation Barbarossa begins. *June 29: Evacuation of children and women from Leningrad starts. *June–July: Over 300 thousand civilian refugees from Pskov and Novgorod manage to escape from the… …   Wikipedia

  • siege — [si:dʒ] n [U and C] [Date: 1100 1200; : Old French; Origin: sege seat, siege , from Vulgar Latin sedicum, from Latin sedere to sit ] 1.) a situation in which an army or the police surround a place and try to gain control of it or force someone to …   Dictionary of contemporary English

  • Siège de Breslau — Troupes allemandes à Breslau, 2 février 1945 Informations générales Date 13 février 1945 6 mai 1945 …   Wikipédia en Français

  • Léningrad — Saint Pétersbourg Pour les articles homonymes, voir Saint Pétersbourg (homonymie). Saint Pétersbourg Санкт Петербург …   Wikipédia en Français

  • Leningrad Front — Infobox Military Unit unit name=Leningrad Front caption=Head of the Leningrad front and Marshal of the Soviet Union Leonid Govorov (left) with head of Leningrad s defense Andrei Zhdanov (right). dates=1941 1945 country=Soviet Union allegiance=… …   Wikipedia

  • Leningrad Affair — The Leningrad Affair, or Leningrad case ( Ленинградское дело in Russian, or Leningradskoye delo), was a series of criminal cases fabricated in the late 1940s ndash;early 1950s in order to accuse a number of prominent members of the Communist… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.