Shanghaien


Shanghaien

Shanghaïen

Le shanghaïen ( ; hanyu pinyin : shànghǎihuà ; shanghaïen : zanhererau /zɑ̃.'he.ɦɛ.ɦʊ ˨˦˨˩/), parfois appelé dialecte de Shanghai, est une forme dialectale du wu parlé dans la ville de Shanghai. Au sein du groupe linguistique wu, il représente la forme septentrionale. Avec quatorze millions de locuteurs, c'est la forme la plus répandue au sein de ce groupe linguistique.

Le shanghaïen est aussi une langue écrite et bien identifiée, avec seulement deux contrastes tonaux (haut et bas), à la différence du mandarin (quatre tons) et du cantonais (neuf tons)[1].

Sommaire

Le dilemme shanghaïen-mandarin

L'emploi du shanghaïen n'est pas encouragé dans les écoles, les journaux et les radios. Des pancartes des universités shanghaïennes rappellent : « Parlez le mandarin ! » Toutefois, on entend souvent du shanghaïen à la radio, ainsi qu'épisodiquement à la télévision - une série appelée Nie Zhai (« la dette du diable ») était jouée en dialecte. Les sous-titres en mandarin sont alors préférés à un doublage. En 2004, une version shanghaïenne de Tom et Jerry a été interdite de diffusion.

En août 2005, des dépêches ont indiqué que le shanghaïen serait enseigné dans les lycées, donnant lieu à une grande controverse. Les partisans de cette réforme plaidaient pour un bénéfice culturel, ses opposants arguant que la réforme encouragerait des discriminations sur les origines des élèves : les Shanghaïens ont une réputation de fierté caricaturale et parfois hautaine de leur propre identité, regardant de haut les Chinois issus d'autres provinces.

En septembre 2005, le gouvernement municipal de Shanghai a lancé un programme d'encouragement du mandarin parlé à Shanghai. Les travailleurs des industries de services seront obligés de répondre exclusivement en mandarin à leurs clients et de passer un test de niveau en mandarin en 2010. Ceux qui auront un mauvais niveau de mandarin ou un accent trop prononcé devront participer à des cours de remise à niveau.

Phonétique-alphabet shanghaïen ( la méthode phonétique latine de Shanghaïen , Fawu)

Ce système est ouvert à tout le monde. (la déclation c.f.《上海吳語手冊》)

Les consonnes initiales :

  • 1, b, d, g, dj, dz, z, v, m, l, s, f, se prononcent comme en français ou en anglais. Mais « g » est toujours dur, jamais comme j, « s » est toujours sourd, jamais comme z. C'est-à-dire «ge» se prononce «guè», «gue» se pronce «gwè», «lese» se prononce comme «lessè».
  • 2, p, t, k, sont des consonnes sourdes non aspirées comme en français, ce qui est différent de l'anglais ou de l'allemand.
  • 3, Ci, comme « tchi », non aspirée. c'est une façon italienne.
  • 4, h est aspiré comme en anglais ou en allemand.
  • Lorsque le h suit p, t, k, c, (les occlusives), le h indique des consonnes sourdes aspirées. Par exemple : ph, th, kh, ch, correspondent à p, t, k, ch,anglais.
  • Lorsque le h suit les consonnes sonores non occlusives, le h indique des assourdies, il s'agit de l, m, n, v, z : lh, mh, nh, sont les assourdies de l, m, n. Les vh, zh, sont les consonnes spirantes ( approximantes ) et assourdies de v et z.
  • 5, R est la consonne sonore de h, elle ressemble au R français, mais en plus glottale.
  • 6, gn a même valeur qu'en français et italien, l'assourdie de "gn" est "kn".
  • 7, tz correspond à tz français non aspiré, ts est son homologue aspiré.
  • 8, x se prononce ch en français, comme x en basque, portugais et mandarin.
  • 9, w, y ( sauf y si elle suit s et z), sont considérés comme des consonnes sonores, c'est-à-dire: donyan (de même) se prononce don+yan, pas do+nya. Leurs homologues sourdes sont u et i. Les valeurs de Y et I sont différentes, elles correspondent à « j » et « i » hollandaise, de même que w et u.
  • 10, j se prononce selon la façon franco-portugaise. Par contre, dans les syllabes non accentuées, j est souvent mais pas toujours converti comme j en allemand et y en français.
  • 11, ng(Ŋ), égale «ng» en vietnamien, est une n vélaire.
  • 12, l'apostrophe «’» est utilisée pour séparer deux syllabes dans un mot où il existe de l'ambiguïté. Exemple: don'i (d'accord) se prononce don+i, pas do+ni; thi'ngu (cygne) se prononce thi+ngu, pas thin+gu.

Les voyelles :

  • 1, a, o, e, i, u, sont les 5 voyelles les plus fréquentes, elles correspondent aux voyelles espagnoles, japonaises, italiennes et roumaines, e est entre é et è plutôt è ouvert, (sauf e dans les syllabes fermées), o est toujours ouvert (comme «o» dans protocole ), u se prononce principalement comme ou en français, sauf s'il suit i, y, j, dj, ch, x, alors il se prononce comme u en français, (c.f. point 5).
  • 2, e se prononce e muet /ə/ dans les syllabes fermées (sauf avec r qui indique un ton).
  • 3, eu, au, comme en français : deux, peu, saut, taux. "au" ou transcrit en "oo" pour plaisir les anglophiles.
  • 4, oe, ressemble /œ/ française dans « œil » et oe allemande dans « goetze » , mais se prononce du fond de la gorge, comme oe en anglais dans «toe, hoe,» mais c'est une voyelle simple (monophtongue).
  • 5, ü(iu et yu) égale u français, mais il y a des difficultés à utiliser ü, car il n'y pas de moyen de lui mettre les accents pour indiquer les tons, alors normalement nous utilisons iu à la place. Dans le cas où iu suit : j, dj, x, ch, gn, y nous utilisons le u simple, car en shanghaïen : djou, jou, gnou, xou(chou), chou(tchou), you n'existent pas.
  • 6, -y est utilisé comme voyelle uniquement quand il suit : S ou Z (inclus tz, ts, dz), cela équivaut à «si» en mandarin, «su» en japonais, et ressemble un peu à l'y en polonais. La voyelle -y est presque silencieuse ou ressemble à Z répétée.

Les consonnes finales :

  • 1, -n a même valeur qu'en français, il indique les voyelles nasales, an, on se prononcent à la française, in comme in dans tchin-tchin, iun(ün) est ü+in. en est un e muet(/ə/) nasale qui ressemble au un français, mais bouche fermée.
  • 2, -q est un k glottal, ressemble aux q arabe, hébreux et mongol. Il indique les voyelles brèves anglaises. Aq, Iq sont a, i, brève, Iuq(Üq), Oq et Eq sont les voyelles brèves de U français, O ouvert, et E muet.
  • 3, -l final n'exite que dans le cas de : el(êl). Ce e est un e muet /ə/.

Les tons :

  • Le shanghaien a seulement deux contrastes tonals : bin et chî, car les tons shanghaiens sont déterminés par les conditions de consonnes sourdes ou sonores et voyelles longues et brèves.
  • Les syllabes avec les voyelles brèves (indiquées par -q) ont un ton qui s'appelle zaq (brève). Les autres sont : bin (naturel ou plat) ou chî (sifflé ou oblique).
  • Avec les consonnes sourdes (y compris les assourdies : lh, mh, nh, kn, nk, vh, zh), les tons sont plus hauts, classés comme les tons féminins (in), les contaires sont les tons masculins (yan).
  • L'importance du ton est limitée dans le shangaïen moderne, surtout dans les voyelles atones. On ne marque que les tons accentués.
  • L'accent ^ pour indiquer le ton chî. Avec une consonne sourde, l'inchî (le ton sifflé féminin), ce ton est un peu plus bas et long que son contraste, l'inbin (le ton naturel féminin); avec une consonne sonore, le yanchî ( le ton sifflé masculin), ce ton en langue moderne est déjà confondu avec son contraste : le yanbin (le ton naturel masculin).
  • L'accent aigu « ´ » pour les autres tons, bin ne se présente jamais avec une voyelle brève, zaq se présente toujours avec une voyelle brève(avec –q). Dans un mot avec une seule syllabe on ne marque pas l'accent aigu.
  • Quand il n'est pas possible d'utiliser l'accent (dans le clavier anglais), on emploie "–r" ou "-h" à la place de « ^ ». ( maintenant, le clavier espagnol peut marquer ý, ne peut pas faire ŷ, le clavier français-canadien fait le contraire) .

Fawu (la façon française) et la confusion des romanisations du Shanghaïen

Le Shanghaïen est un dialecte représentatif du Wu chinois. Le Wu chinois avec 80 millions de locuteurs, se parle largement dans le delta du Yangtsé du sud. Il était estimé comme 10e langue du monde par l'ONU en 1980. C'était aussi la plus grande langue non officielle dans le monde, avant le punjabi, et la 2e langue de la Chine, juste après le mandarin et avant le cantonnais.

Mais le shanghaïen (le Wu chinois) est toujours considéré comme un dialecte de mandarin par les experts chinois, parce qu'il partage la même littérature idéographique que le mandarin. On rappelle que les littératures classiques coréenne et vietnamienne bénéficiaient de ce système idéographique. Pour cette raison le shanghaïen n'est pas comme le tibétain, l'ouïgour, le mongol, protégé par la loi linguistique en Chine. A Hongkong ou Taiwan le dialecte Yue (catonnais) et le dialecte Min (parlé à Taiwan et Fujian), le dialecte Hokka (parlé à Taiwan, à Hongkong) bénéficient d'une situation politique particulière, ce qui n'est pas le cas pour la région shanghaïenne. Dans les régions moins développées, car le taux d'éducation est faible et il y a peu d'immigrés, ce qui fait que les dialectes Gan, Xiang restent stables. Au contraire, dans la région shanghaïenne, les locaux sont obligés de parler le mandarin avec de nombreux immigrés intérieurs.
En 1997, une série télévisée parlant en shanghaïen s'appelait Hexu Zaihuishou 《何须再回首》, elle a été interdite de diffusion et obligée d'adopter un doublage en Mandarin. Cet événement confirma un désavantage important pour le shanghaïen. Il n'y a plus d'enseignement du shanghaïen dans les écoles depuis déjà deux générations. Le shanghaïen était interdit dans les écoles maternelles et les jardins d'enfants pendant la deuxième partie des années quatre-vingt dix. Ce qui est le plus grave, c'est que le shanghaïen commence à être discriminé et abandonné par ses locuteurs.

En 2001, «上海閒話abc», l'auteur du « dialecte shanghaïen ABC », un fidèle de sa langue maternelle profitait d'internet pour mobiliser les shanghaïens, les locuteurs du Wu chinois et les communautés des autres dialectes chinois afin de défendre la langue maternelle. Pour la première fois, à partir de la valeur culturelle, est introduite une nécessité pour le shanghaïen d'exister et de continuer. Ce qui est tout de suite approuvé par de plus en plus de gens.

L'auteur du « dialecte shanghaïen ABC » (上海閒話abc) a aussi réalisé le premier dictionnaire de shanghaïen sur Internet. Pour faciliter l'enseignement du shanghaïen, il a proposé le projet d'un système de romanisation du shanghaïen. C'est le premier système de romanisation du shanghaïen moderne adapté des habitudes occidentales. Il a prétendu que le système de romanisation du shanghaïen doit adopter les conventions mondiales, pas celles du mandarin. Ce système est connu par le public comme « Fawu, la façon française du shanghaien», ( « Fawu » signifie aussi la Méthode), parce qu'il a emprunté des orthographes françaises, en fait c'est un système basé sur les orthographes des langues latines.

Au début, le nombre des abonnés du Fawu augmente rapidement, mais les bons moments ne durent pas. A partir de la deuxième partie de 2002, de plus en plus d'internautes commencent à inventer leurs propres systèmes en concurrence. Parmi les systèmes concurrents beaucoup sont des éditions modifiées du Fawu. Certaines personnes ont même réalisé plusieurs systèmes.
Les raisons pour lesquelles des internautes proposent des systèmes de romanisation sont très variées. En dehors de l'ambition personnelle, les causes principales sont :

1, Les gens ne respectent pas les habitudes mondiales.

  • Ils inventent énormement de nouvelles façons de transcription, par exemple : gn, rh, kn, pour « ng/ŋ/».

2, Les orthographes occidentales sont variées.

  • Pour décrire « gn » franco-italienne, ñ espagnole, nh portugaise, ny catalane, nj hollandaise, jn est proposé en plus.

3, Le français et les autres langues latines ne sont pas bien répandus en Chine.

  • Les gens utilisent naturellement une façon anglaise ou celle du mandarin. En plus la façon allemande ou hollandaise sont aussi proposées. Mais, le pinyin mandarin, l'anglais et l'allemand ne sont pas suffisants pour décrire les phonèmes shanghaïens. Ce problème se pose pour les phonèmes qui n'existent pas en anglais. Par exemple : zr, rz, zh, shj, zj, x, zs, jz sont donnés comme une orthographe anglaise pour prononcer le «J» franco-portugais. Pour la lettre J, certains opposants favorisent l'emploi de la prononciation «tj» à la façon du mandarin, «dj» à l'anglaise ou «y» à l'allemande.

4, Les influences de l'anglais et du Pinyin mandarin jouent un rôle important.

  • Le Fawu emploie b, p, ph comme des alphabets phonétiques internationaux (API). Cette façon correspond bien au français et aux autres langues latines, aussi elle est largement acceptée par des langues d'Asie du Sud. Mais elle se heurte à l'anglais et au mandarin. Pour adapter le Pinyin mandarin, il y a des systèmes qui emploient b pour « p » non aspirée et p pour « p » aspirée, bh pour la « b ». Il y a d'autres systèmes adaptés à l'anglais et à l'allemand : p pour « p » aspirée, pb, ph, pp, bp… pour la « p » non aspirée. En plus, ph en langues occidentales se prononce « f », alors « p', t' , k' , ch' » sont proposées pour les consonnes aspirées (dans les systèmes concurrents).

5, L'irrégularité anglaise complique la situation.

  • Au avec l'accent américain peut se prononcer « o » ouvert, avec l'accent australien ou anglais se prononce souvent « o » fermé. Dans un système proposé comme façon anglaise, la même lettre o décrit les différentes voyelles et la même voyelle « o » ouverte est transcrite en différentes lettres. On emploie la lettre o pour « o » fermé (« au » français), on pour « ən » comme dans amon en anglais, ong pour « an » en français comme dans long en anglais. En revanche l'orthographe oc pour «o» ouverte brève, « o » ouverte nasale («on» française) est transcrite en ung, «o» ouverte longue est transcrite en au comme « au » dans « auction » en anglais.

6, L'influence des Alphabets phonétiques internationaux (API).

  • Par exemple, pour définir « o » ouvert et « o » fermé, API utilise le O ouvert (c inverse) pour la voyelle O ouverte, le o fermé pour celle fermée. Donc, les concurrents persistent à utiliser l'o pour o fermé (au française). En fait, l'o fermé (au) est très peu employé en shanghaïen, la voyelle O ouverte est plus répandue dans le monde. Par exemple, l'o espagnol et l'o japonais sont des o entre l'o ouvert et l'o fermé, mais plutôt ouverts. Avec l'influence du mandarin, les concurrents préférent les orthographes au ou ao pour le « o » ouvert.

7, Les gens imaginent une façon plus occidentale.

  • Le -q est peu employé en anglais. Certains chinois croient qu'il est absolument inacceptables par les occidentaux. En shanghaïen, la consonne –q/?/ est une occlusive glottale proche du -q arabe, l'orthographe -q est largement utilisée pour les transcriptions de l'arabe, l'hébreu, le mongol. A la place de –q, les orthographes concurrentes sont –e, -ch, -ck, -c, -r, -y, -t, -h, -', double les lettres pour les voyelles ouvertes etc.

8, La communauté chinoise ne s'est ouverte aux langues occidentales que tardivement.

  • Par exemple, l'orthographe Ci pour tch non aspirée, une façon latine, a eu des difficultés importantes à être acceptée par les participants du mouvement de romanisation qui à l'origine n'habitaient pas la ville de Shanghaï. Les provinciaux préféraient employer ci pour « x » portugais et mandarin (ch français).

9, Une incompatibilité avec les autres dialectes de ce groupe.

  • Le Fawu emploie « deu » qui se prononce comme deux en français, « doe » pour une prononciation proche de doe en anglais. Mais, un internaute fait une invertion des deux orthographes. Il utilise eu pour indiquer "歐" en shanghaïen, cette prononciation ressemble à « oe » dans doe en anglais. Cet internaute mentionne l'orthographe eu qui peut parfaitement correspondre aux variantes de cette voyelle en différents accents. L'orthographe eu en gallois se prononce « é » qui correspond à "歐" en accent de Wuxi-Changzhou. L'orthographe « eu » peut aussi représenter "歐" sa valeur « ou »/u/ en ancien chinois. Mais il n'a pas donné la raison pour laquelle « eu » peut se prononcer « ou »/u/ et la valeur en shanghaïen moderne qui ressemble à « oe ». C'est pourquoi, le dialecte shanghaïen ABC a répondu l'orthographe "oe" en hollandais se prononce « ou »/u/, et dans les mots d'origine latine se prononce « é »/e/. De toute façon, la négociation est inutile, une nouvelle édition qui se dit d'un système plus compatible est mise en concurrence.

Aujourd'hui, le Fawu après quelles modifications proposées par les partenaires (Hisahara & Key etc.) est déjà développé définitivement dans « La méthode phonétique latine de shanghaïen », bien adaptée aux conventions mondiales. Jusqu'à aujourd'hui, il reste le système unique qui est pratique et adapté aux conventions mondiales pour le shanghaïen moderne. Malgré les difficultés de perturbation des concurrences, il a quand même réussi à être accepté par de nombreux partisans, plus que chaque système de ses concurrents, surtout chez les gens qui ont une conception du français, de l'espagnol, du portugais ou de l'italien (les langues latines). En 2003, le seul clavier d'input shanghaïen d'ordinateur est réalisé sur la base de Fawu « La méthode phonétique latine de shanghaïen » par Mr. ZXC, un partisan.
La méthode phonétique latine de shanghaïen cherche des soutiens internationaux.

Mots et phrases courants en shanghaien

traduction méthode latine Romanisation VT Lumazi Chicago IPA
Shanghaien: Zânhe rérau Zorn`hay ay`o Zanheireiwo Zånheiraeroo zɑ̃'hɛɦɛɦʊ
bonjour: nón hô non hor non ho non hau nɔ̃ hɔː
au revoir: tzêwe `tzayway tzéiwei tseiwei ˈtsɛwɛ
s'il te plaît: chîn tcin chin tshin ʧʰin
merci: jâja xa`xa zhazha ziaaziaa ʒaja ou ʒaʒa
désolé: têvecchi Tay`vettci teivechi teivechii tɛvəˑʧʰi
celui-ci: êtzaq `aytzaq éitza eitså ˈɛtsɐʔ
ici: êtaq `aytaq éitae eita ˈɛtɐʔ
là: êmitaq `aymitaq éimitae eimeeta ˈɛmitɐʔ
ici: géttaq gettaq getae geta gɐˑtɐʔ
où: râlitaq, sâdifan a`litaq, sa`diforn ralitae, sadifan raaliita, saadiifån a̤ɺitɐʔ, sadifɑ̃
lequel/laquelle: râlitzaq a`litzaq ralitza raaliitså a̤ɺitsɐʔ
quoi: sa sa saa sa
qui: sâgnin sa`jnin sanin saagnin sa ɲin
quand: sâzenkuan sa`zenkworn sazenkuan saazenkuån sazənkuɑ̃
comment: nânen, nâna, nânenka na`nen, na`na, na`nenka nanen, nana, nanenka naanen, naanaa, naanenkaa nanən, nana, nanənka
combien?: Cîdi? Txiti` a? Cidi a? Ciidee a? ʧidi
oui: ê ay éi ei ˈɛ
non: vézzy, mmeq, vio vez`zir, m`meq, vjor vezi, mme, vio vezi, umme, viau vəˑz1, m̩məʔ, viɔ
chez soi: Óllixian qol`lican Oelishan Oliixian oˑɺiʃɑ̃
Où sont les toilettes?: Tsŷsuke lella ralitaq? Tsir`sukay lella sa`teq? Tsisukei leila ralitae? Tshisoukae leila raaliita? tsʰ1sɯkɛ ɺɐˑɺɐʔ a̤ɺitɐʔ
Je ne sais pas: Ngû veq `xiôteq. Knu veq `corteq. Wo veshiote. Rou (Ngou) vexiaute. ŋɯ vəˑʃɔtə;ʔ
Anglais: Ínven `Inven Ínven Inven ˈinvən
Parlez-vous Anglais?: Nón Ínven wêteq kân vá? Non `Inven way`teq korn `va? Non Ínven weite kan va? Non Inven weite kån va? nɔ̃ ˈinvən wɛtəʔ kãː va
Je t'aime: Ngû ê nón. Knu qay `non. Wo ei non. Rou ei non. ŋɯ ɛː nɔ̃
Je t'adore: Ngû êmoq nón. Knu qay`moq non. Wo eimuo non. Rou eimou non. ŋɯ̤ ɛmoʔ nɔ̃
Je t'adore aussi: Ngû êmoq sáq nón! Knu qay`mossaq non! Wo eimuosae non! Rou eimousa non! ŋɯ ɛmoˑsɐʔ nɔ̃
Je t'aime beaucoup: Ngû lô hueúxi nón req! Knu lor `hwoyci non eq! Wo lo heushi non re! Rou lau huoexii non ge. ŋɯ ɺɔː ˈhɯøʃi nɔ̃ ɦəʔ

À la différence du mandarin, le shanghaien a un "oui" (ê/ay/éi/ei) direct comparable au français.

À propos des romanisations:

  • Romanisation VT: Hui LI, Center for Anthropological Studies, Université de Fudan (Shanghai)
  • Lumazi, Chicago: W.Z. Yin, Université de Chicago

Notes

  1. Pour plus d'informations sur le système tonal, voir http://www.zanhei.com/pitch.html

Liens externes

Ce document provient de « Shangha%C3%AFen ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Shanghaien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Shanghaïen — Le shanghaïen (上海話 ; hanyu pinyin : shànghǎihuà ; shanghaïen : zanhererau /zɑ̃. he.ɦɛ.ɦʊ ˨˦˨˩/), parfois appelé dialecte de Shanghai, est une forme diale …   Wikipédia en Français

  • Shanghaien — Schanghaien (auch Pressen) bezeichnet in der Seemannssprache das gewaltsame Rekrutieren von Seeleuten. Inhaltsverzeichnis 1 Verbreitung 2 Wortgeschichte 3 Siehe auch 4 Anmerkungen // …   Deutsch Wikipedia

  • shanghaien — shang|hai|en 〈V.〉 = schanghaien …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • shanghaien — shanghaientr ⇨schanghaien …   Wörterbuch der deutschen Umgangssprache

  • shanghaien — shang|hai|en [ʃ...] vgl. ↑schanghaien …   Das große Fremdwörterbuch

  • shanghaïen, enne —  adj. de shanghai (chine) …   Le dictionnaire des mots absents des autres dictionnaires

  • La méthode phonétique latine de Shanghaïen — Méthode phonétique latine de shanghaïen La méthode phonétique latine de Shanghaïen, en chinois 吳語拉丁式注音法 Phonétique alphabet Shanghaïen ( la méthode phonétique latine de Shanghaïen, Fawu) Ce système est ouvert à tout le monde. (la déclation… …   Wikipédia en Français

  • Methode phonetique latine de Shanghaien — Méthode phonétique latine de shanghaïen La méthode phonétique latine de Shanghaïen, en chinois 吳語拉丁式注音法 Phonétique alphabet Shanghaïen ( la méthode phonétique latine de Shanghaïen, Fawu) Ce système est ouvert à tout le monde. (la déclation… …   Wikipédia en Français

  • Méthode Phonétique Latine De Shanghaïen — La méthode phonétique latine de Shanghaïen, en chinois 吳語拉丁式注音法 Phonétique alphabet Shanghaïen ( la méthode phonétique latine de Shanghaïen, Fawu) Ce système est ouvert à tout le monde. (la déclation c.f.《上海吴语手册》) Ce systèmle est réalisé par l… …   Wikipédia en Français

  • Méthode phonétique latine de Shanghaïen — La méthode phonétique latine de Shanghaïen, en chinois 吳語拉丁式注音法 Phonétique alphabet Shanghaïen ( la méthode phonétique latine de Shanghaïen, Fawu) Ce système est ouvert à tout le monde. (la déclation c.f.《上海吴语手册》) Ce systèmle est réalisé par l… …   Wikipédia en Français