Santones


Santones

Santons

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santon.

Les Santons - latin Santones - étaient un peuple gaulois qui occupait un territoire couvrant la future province de Saintonge soit actuellement le département de la Charente-Maritime avec l'ouest du département de la Charente, le nord Gironde et les sud Vendée et Deux-Sèvres.

Sommaire

Époque celtique

Dès le VIIe siècle av. J.-C. [1], les Santons sont installés et leur chef-lieu aurait été l'oppidum de Pons. Ils font le commerce du sel qu'ils extraient en des sites côtiers maintenant loin dans les terres et Merpins près de Cognac était déjà un des entrepôts le long du fleuve. Selon d’autres hypothèses, ils auraient pu s’établir seulement à la fin du IIe siècle av. J.-C., venant du sud de l’Allemagne (Champs Décumates)[2].

De très nombreux objets ont été retrouvés sur tout le territoire. Le plus remarquable est le casque d'Agris (près de La Rochefoucauld) : recouvert de plaques d'or et incrusté de corail, il est visible au musée d'Angoulême.

La grotte des Perrats à Agris a livré des céramiques, les fouilles de Barzan des parures. Des armes datant du -Ve au Ier siècle av. J.-C. ont été retrouvées dans divers endroits, Agris, Saint-André-de-Lidon.

Des monuments marquaient les sépultures ou les lieux sacrés : des stèles en forme d'obélisques épointés ont été trouvées à L'Isle-d'Espagnac et Roullet-Saint-Estèphe[3].

Activités

Des outils agricoles sont retrouvés sur de nombreux sites, des meules à grain, des pesons de tisserand, des creusets de bronzier. Des augets à sel et des piliers de four marquent l'activité de saulniers.

Par voie fluviale, le commerce du sel est attesté ainsi que le commerce du vin avec des anses marquées aux sceaux de Barzan et de Courcoury[3].

Guerre des Gaules

En 60 av. J.-C. les Santons acceptent de recevoir l'ensemble du peuple des Helvètes qui sont sous la menace d'une invasion par les Germains, et projettent de les installer à l’embouchure de la Gironde, qu’ils dominent alors. César qui mesure le double danger de ce déplacement de population et du renforcement des Santons, les envahit et les annexe en 58 av. J.-C., sans rencontrer de résistance. Il réquisitionne des navires santons et pictons.

Les Santons répondent à l'appel de Vercingétorix, partent à 30 000, mais arrivent trop tard à Alésia. Leur territoire est probablement amputé en représailles de l’embouchure de la Gironde, où sont installés les Bituriges Vivisques, venant du centre de la Gaule[4]. Dès lors commence leur romanisation.

Époque gallo-romaine

Les constructions de villas sont nombreuses. Dès le règne d'Auguste, la ville de Saintes alors nommée Mediolanum Santonum joue un rôle important puisqu'elle devient dès le Ier siècle av. J.-C. la capitale de la civitas santonum (la cité des Santons, subdivision administrative romaine) et de la province de Gaule aquitaine.

Comme capitale de la plus grande province de Gaule, Saintes est dotée de nombreux monuments : l'amphithéâtre de Saintes, l'arc de Germanicus un arc votif qui était sur le pont sur la Charente et a été déplacé, les thermes de Saint-Saloine et un aqueduc[5].

La Charente romanisée est traversée par la via Agrippa Lyon-Saintes (début des années 30 av. J.-C.) mais aussi par une voie nord-sud qui la croise près du théâtre des Bouchauds. Ces routes et le fleuve, navigable de la mer jusqu'à Angoulême, permettaient un important commerce. Cognac et Jarnac étaient de grands ports avec des entrepôts à Merpins, Crouin et Chatenet.

Barzan (le site du Fâ) qui était déjà le port maritime des Santons est devenu une importante cité portuaire gallo-romaine avec ses bâtiments publics dont des thermes romains, ses entrepôts, ses temples, ses habitations.

Les implantations de légionnaires retraités sont nombreuses sur tout le territoire (tous les Coulonges et leur cadastre caractéristique). Les santons semblent alors être totalement romanisés.

Antiquité tardive

Les santons sont christianisés du IVe siècle au Ve siècle bien que suivant la légende Saint-Eutrope, évêque et martyr, aurait commencé à christianiser la région de Saintes avant.

Leur histoire se continue comme saintongeais

Notes et références de l'article

  1. Jean Combes..., La Charente de la préhistoire à nos jours, Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », 1986, 429 p. (ISBN 2-903504-21-0) [présentation en ligne], p. (José Gomez de Soto) 
  2. Laurence Tranoy, « Mediolanum Santonum, Saintes : de la fondation à l’époque julio-claudienne », Roma. La época de la expansión exterior de Roma. Cartago. Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2007, p 223-225
  3. a  et b Archéologia n°447 exposition Les gaulois entre Loire et Dordogne,
  4. Laurence Tranoy, « Mediolanum Santonum, Saintes : de la fondation à l’époque julio-claudienne », Roma. La época de la expansión exterior de Roma. Cartago. Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2007, p 226
  5. Saintes, société d'archéologie et d'histoire de Ccharente-Maritime 1980

Articles connexes

  • Portail de la Charente-Maritime Portail de la Charente-Maritime
  • Portail du monde celtique Portail du monde celtique
  • Portail de la Charente Portail de la Charente
Ce document provient de « Santons ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Santones de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Santŏnes — (Santōnes, Santŏni), Küstenvolk im Aquitanischen Gallien, an der Küste zwischen der Mündung der Sevre u. Gironde, im j. Sainton, Angoumois u. Annis; Hauptstadt Mediolanum (j. Saintes); der Santŏnum portus lag etwas nordwestlich von Mediolanum (j …   Pierer's Universal-Lexikon

  • santoñés — santoñés, sa. adj. Natural de Santoña. U. t. c. s. || 2. Perteneciente o relativo a esta villa de la provincia de Cantabria, en España …   Enciclopedia Universal

  • SANTONES — qui et SANTONAE populi et urbs Galliae Aquitanicae episcopalis sub Archiepiscopo Burdigalensi, quorum regio Xantonge et urbs Xainctes ad Carantonum fluv. inter Pictavos ad Boream, Aquitaniam veram seu Garumnam, qui hîc Gironda, ad Meridiem,… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • santoñés — santoñés, sa 1. adj. Natural de Santoña. U. t. c. s.) 2. Perteneciente o relativo a esta villa de la provincia de Cantabria, en España …   Diccionario de la lengua española

  • Santones — The Santones (Latin: santones , modern French: Santons ) were a tribe of ancient Gaul located in the modern region of Saintonge and around the city of Saintes, city to which they gave they name. The Romans occupied the territory of the Santones… …   Wikipedia

  • САНТОНЫ —    • Santŏnes, ni,          Σάντονες, ωνες, νοι, могущественный и многочисленный народ в аквитанской Галлии, живший на севере от Гарумны (Гаронна) между пиктонами и битуригами вифисками до Атлантического океана, с главным городом Медиоланом, н.… …   Реальный словарь классических древностей

  • santone — {{hw}}{{santone}}{{/hw}}s. m.  (f. a  nel sign. 2) Eremita, asceta che, in religioni non cristiane, è circondato di fama di santità …   Enciclopedia di italiano

  • Santoña — Saltar a navegación, búsqueda Santoña …   Wikipedia Español

  • Le Fâ — Site gallo romain de Barzan 45°32′08″N 0°52′46″O / 45.53556, 0.87944 …   Wikipédia en Français

  • Site gallo-romain de Barzan — Moulin du Fâ, Novioregum Moulin construit sur la base circulaire du temple Localisation …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.