Robert Scipion


Robert Scipion

Robert Scipion, né à Bougival (Yvelines) en 1921, est un journaliste et verbicruciste français.

Il est élevé dans une famille bourgeoise ne cachant pas ses sympathies pour les Croix de Feu. Dès sa sortie de l’adolescence, il baigne dans le milieu surréaliste autour des créations théâtrales du groupe Octobre et des frères Prévert. Pierre le cinéaste, le prend comme assistant sur Adieu Léonard (1943), film où il est figurant avec son ami Jacques-Laurent Bost. Intime de Sartre, celui-ci l’amène à fréquenter assidûment le Café de Flore pendant l’occupation. Il intègre alors la “bande” de Sartre tout en découvrant l'existentialisme qui soude la garde rapprochée du philosophe (Alexandre Astruc, Jean Cau, Jacques-Francis Rolland, Jean Pouillon). Il n’en partage pourtant pas le goût pour les discussions de nature philosophique ou politique et apparaît un peu comme « l'Aramis de ces Mousquetaires de l'engagement » auquel il oppose « non sans courage une morale du détachement, du droit au calembour, à la poésie, à la paresse »[1].

Lancé dans le journalisme en 1944, il fait la connaissance d’Ernest Hemingway qui, apprenant son nom lui répond lors de leur présentation : “I am not Hannibal[2]”. À cette occasion, il entre en contact avec son secrétaire, Marcel Duhamel, et un an plus tard, publie Prête-moi ta plume (Gallimard, 1945), un roman policier pastiche dont chaque chapitre est écrit à la manière d’un écrivain. Il mène ensuite une carrière de reporter à l’étranger. En 1945, il est ainsi envoyé par Libération à Berlin où il rencontre Henri de Turenne, Claude Roy et Edgar Morin. Il part aussi pour la Hongrie, puis la Yougoslavie où il passe un mois en prison pour avoir suscité la méfiance des autorités. Fin 1946, il s’embarque avec ses amis (Jacques-Francis Rolland, Jacques Gall et Jean Chesneaux) pour un long voyage qui le fera aller d’Égypte en Inde avant de s’achever en Indochine.

Rentré en France, il écrit sous pseudonyme des romans policiers pour la “Série noire” tout en effectuant du rewriting pour différents journaux. Il travaille aussi à l’adaptation télévisée de deux séries cultes : la Poupée sanglante, de Gaston Leroux, et l’Île aux trente cercueils, de Maurice Leblanc. Il écrit ses premiers mots croisés afin de tromper son ennui lors d’un reportage dans les mers du Nord sur les baleines. Venant à les proposer à son ami Serge Lafaurie, ils sont alors publiés dans Le Nouvel Observateur avant de l’être à Paris Match et au Canard enchaîné. Innovant par un style de définitions où les astuces, l’humour et les doubles sens dominent, il acquiert une notoriété avec des définitions du genre “tube de rouge" en 14 lettres (Internationale) ou “feu rouge" en sept lettres (Staline).

En 1997, il revient à l’adaptation cinématographique pour les Mémoires de deux jeunes mariées, réalisées par Marcel Cravenne. S’il perd l’usage de sa vue à la fin des années 1990, il n’en conserve pas moins la passion de bibliophile qui le lie d’amitié au dessinateur Wiaz. Il meurt le 3 décembre 2001.

Notes

  1. Pierre Bénichou, “Scipion les mots”, Le Nouvel Observateur, n°1935 – 6 décembre 2001.
  2. Cité par Régine Deforges in “Scipion, le Parisien”, L’Humanité du 5 décembre 2001.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Robert Scipion de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Scipion — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pièce de monnaie à l effigie de Scipion Émilien Patronymes Plusieurs personnages célèbres ont porté le nom de Scipion …   Wikipédia en Français

  • Scipion Sardini — Scipion Sardini, imaginé par Gustave Doré pour l édition de 1855 des Contes drolatiques de Balzac …   Wikipédia en Français

  • Louis Henri Scipion du Roure — Louis Philippe Henri Scipion de Grimoard de Beauvoir, comte du Roure, né à Marseille le 1er mars 1763 et mort en décembre 1823 à Londres, est un aventurier et homme politique français. Avec Jean Nicolas Pache, il fut, pendant la… …   Wikipédia en Français

  • Square Scipion — Entrée du square Scipion, rue du Fer à Moulin. Géographie Pays France Ville Paris …   Wikipédia en Français

  • Le Scipion — est un navire de guerre français (1798 1805), puis britannique (1805 1819). C est un vaisseau de 74 canons de la classe Téméraire. Sommaire 1 Historique 1.1 Construction 1.2 Déb …   Wikipédia en Français

  • Metellus Scipion — Quintus Caecilius Metellus Pius Scipio Nasica Pour les articles homonymes, voir Caecilii Metelli. Quintus Caecilius Metellus Pius Scipio Nasica (Q.Caecilius, Q.f.Metellus Pius scipio), dit Metellus Scipion était un homme politique romain, mort en …   Wikipédia en Français

  • Métellus Scipion — Quintus Caecilius Metellus Pius Scipio Nasica Pour les articles homonymes, voir Caecilii Metelli. Quintus Caecilius Metellus Pius Scipio Nasica (Q.Caecilius, Q.f.Metellus Pius scipio), dit Metellus Scipion était un homme politique romain, mort en …   Wikipédia en Français

  • Square Robert-Montagne — Entrée du square Robert Montagne, rue Georges Desplas. Géographie Pays France Ville …   Wikipédia en Français

  • Saison 1 des Cinq Dernières Minutes — Cet article présente le guide des épisodes de la première série[1] du feuilleton télévisé Les Cinq Dernières Minutes, c est à dire les 56 épisodes diffusés entre 1958 et 1973 et interprétés par Raymond Souplex. Sommaire 1 Épisode 1 : La Clé… …   Wikipédia en Français

  • Manifesto of the 121 — The Manifesto of the 121 (French: Manifeste des 121, full title: Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie or Declaration on the right of unsubordination in the Algerian War) was an open letter signed by 121 intellectuals …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.