Revolution conservatrice (sens moderne)


Revolution conservatrice (sens moderne)

Révolution conservatrice (sens moderne)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Révolution conservatrice.

L'expression révolution conservatrice (au sens moderne) est utilisée le plus souvent pour caractériser la période des années 1980 au cours de laquelle des chefs d'État hostiles au socialisme et souhaitant réduire l'ingérence de l'État dans la société sont élus. Elle se manifeste en particulier par l'arrivée au pouvoir de Ronald Reagan aux États-Unis, de Margaret Thatcher au Royaume-Uni[1] et au sens plus large, de Brian Mulroney au Canada On emploie parfois le terme de « révolution libérale »[2].

Sommaire

Manifestations

On pourrait résumer rapidement la révolution conservatrice des années 1980 aux États-Unis principalement et au Royaume-Uni en un certain libéralisme économique mâtiné, surtout aux États-Unis, de conservatisme sociétal[1]. L'arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher en est une illustration. La situation américaine fut analysée par Guy Sorman en 1983 dans La Révolution conservatrice américaine. Dans son ouvrage il relate ses rencontres avec 70 Américains pour mieux comprendre le bouleversement alors à l'œuvre dans la société américaine. Il la résume ainsi : « La jeunesse repousse la contestation, les femmes luttent contre le féminisme, les contribuables contre l'impôt, les Églises les plus conservatrices rallient en masse de nouveaux fidèles, les intellectuels défendent le capitalisme, les syndicats ouvriers s'effondrent, les Noirs dénoncent la politique des droits civils. »

Et Theodore Lowi, politologue américain de gauche[réf. nécessaire], de déclarer alors, « Être conservateur, c'est être à la mode » ou « la gauche américaine est intellectuellement aujourd'hui en faillite »[3].

Au Royaume-Uni, émergent des figures comme celles de Keith Joseph ou de Margaret Thatcher, influencées directement par des penseurs comme Milton Friedman et surtout Friedrich Hayek. Révélateur du basculement qui s'opère alors, Keith Joseph déclare en 1974 : « je ne suis devenu conservateur que récemment »[4], il appelle aussi à mettre fin à trente ans de socialisme, incluant donc dans celui-ci les précédents gouvernements conservateurs. Avec l'arrivée à la tête du parti conservateur de Margaret Thatcher, le programme du parti s'oppose progressivement au socialisme du Labour qu'il avait en partie intégré auparavant jusqu'à la rupture libérale permise par l'hiver du mécontentement, quand la politique socialiste de contrôle des salaires s'écroule en hiver 1979.

Économie

La fin des années 1970 et les années 1980 voient l'avènement de l'École de Chicago de Milton Friedman. Les idées libérales gagnent les politiques américains en rupture avec la politique de protection sociale du New Deal. En 1978, la Californie vote dans un référendum d'initiative populaire la Proposition 13 qui limite l'impôt sur les biens immobiliers. Dans son discours d'investiture en 1981, Ronald Reagan déclare que « le gouvernement n’est pas la solution, il est le problème ». Néanmoins ce libéralisme reste nuancé par une réaffirmation de la puissance militaire des États-Unis (America is back) et une très forte hausse des dépenses militaires. En outre, le retrait de l'État de la sphère économique est limité, les prestations sociales ne baissent pas mais leur rythme cesse d'augmenter. Par contre, la dérégulation est importante dans certains secteurs économiques (télécommunications, compagnies aériennes) et permet une baisse du coût pour le consommateur [réf. nécessaire].

Société

Dans les années 1970, le scandale du Watergate, le bourbier vietnamien et la crise iranienne des otages plongent les États-Unis dans une décennie de doute. Par opposition, les années 1980 verront la remise en cause des idées libérales aux États-Unis : mise en question du droit à l'avortement, retour de la peine de mort, prière à l'école.

Figures

Les figures les plus notables de la révolution conservatrice sont :

Explications

Plusieurs facteurs ont été avancés pour expliquer la révolution conservatrice américaine, comme la multiplication des think tanks libéraux et conservateurs ou l'essor de mouvements religieux dans la Bible Belt. Il y a également un renouveau de la pensée libérale et libertarienne, en particulier sur les campus américains. Le parti libertarien est fondé en 1971, le Cato Institute en 1977. Des écoles comme celle de la théorie des choix publics ou l'école de Chicago se développent et des figures comme celles de Murray Rothbard ou de David Friedman émergent[5].

Pour l'économiste libéral Milton Friedman, elle tient davantage à la prise de conscience de l'échec du communisme et du socialisme qu'à la diffusion des idées des penseurs comme Friedrich Hayek ; il déclare ainsi dans la préface de l'édition de 1982 de Capitalisme et liberté[6] :

« Le changement dans l'opinion est le résultat de l'expérience et non de la théorie ou de la philosophie. La Russie ou la Chine, grands espoirs des intellectuels, avaient clairement échoué. Le Royaume-Uni dont le socialisme Fabien exerçait une influence dominante sur les intellectuels américains était dans de grands troubles »

— Milton Friedman, Capitalisme et liberté

Phénomène contemporain ?

Guy Sorman, qui avait analysé dans La Révolution conservatrice américaine le phénomène au début des années 1980, considérait alors que l'élection de Nicolas Sarkozy en mai 2007 procédait d'une logique proche et, qu'ainsi, « la France rattrape son époque », après avoir été l'exception socialisante dans les pays développés[7]. Il n'a cependant pas caché sa déception vis-à-vis de la politique effectivement menée par Nicolas Sarkozy depuis, au-delà des promesses.

Notes et références

  1. a  et b Philippe Chassaigne, La Grande Bretagne dans le monde de 1815 à nos jours, 2003, p. 283
  2. Éric Le Boucher, Économiquement incorrect, Grasset, 2005, p. 7.
  3. repris par Guy Sorman in La Révolution conservatrice américaine, 1983.
  4. Margaret Thatcher, 10 Downing Street, Mémoires, p. 23.
  5. Henri Lepage, Demain le capitalisme, 1980, Livre de poche
  6. Préface à l'édition de 1982 de Capitalisme et liberté, p. xiii de l'édition de 2002
  7. « La France rattrape son époque », Guy Sorman, 9 mai 2007

Voir aussi

Liens internes

Bibliographie

  • Guy Sorman, La révolution conservatrice américaine, Fayard, 1983, (ISBN 2213012962) - un extrait de La révolution conservatrice américaine sur Catallaxia.net
  • Jean-François Revel, Ni Marx, ni Jésus, Robert Laffont, 1970, (ISBN 2221098889) (Réédition 2002)
  • Nicolas Kessler, Le conservatisme américain, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 3364
  • Henri Lepage, Demain le capitalisme, Livre de poche, 1980
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du libéralisme Portail du libéralisme
Ce document provient de « R%C3%A9volution conservatrice (sens moderne) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Revolution conservatrice (sens moderne) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Révolution conservatrice (sens moderne) — Pour les articles homonymes, voir Révolution conservatrice. Margaret Thatcher et Ronald …   Wikipédia en Français

  • Révolution libérale — Révolution conservatrice (sens moderne) Pour les articles homonymes, voir Révolution conservatrice …   Wikipédia en Français

  • Révolution moderne — Révolution Pour les articles homonymes, voir Révolution (homonymie). Une révolution est, au sens politique ou social, un mouvement politique amenant, ou tentant d amener, un changement brusque et en profondeur dans la structure politique et… …   Wikipédia en Français

  • Revolution scientifique — Révolution scientifique Article de la série Histoire des sciences Chronologie Chronologie des sciences Chronologie de l astronomie …   Wikipédia en Français

  • Conservatrice — Conservatisme  Cet article concerne la philosophie politique. Pour les autres significations, voir Conservatisme (homonymie). Le conservatisme est une philosophie politique qui est en faveur des valeurs traditionnelles et qui s oppose au… …   Wikipédia en Français

  • Révolution nationale — Pour les articles homonymes, voir RN. La Révolution nationale (RN) est l idéologie officielle du régime de Vichy[1]. La volonté de « révolutionner » la société française et l État expliquent l intense activité législative du régime avec …   Wikipédia en Français

  • Révolution scientifique — La révolution scientifique est généralement considérée comme une discontinuité de la pensée scientifique à une époque donnée, cette rupture amenant un champ disciplinaire ou plusieurs à se réorganiser autour de principes et axiomes nouveaux.… …   Wikipédia en Français

  • ALLEMAGNE - Allemagne moderne et contemporaine — On ne saurait exagérer l’importance de la date de 1648 dans l’histoire de l’Allemagne. Non que les traités de Westphalie, en dépit d’une légende tenace, aient instauré un «nouvel ordre européen»: ils sont avant tout un règlement des questions… …   Encyclopédie Universelle

  • Idéologie conservatrice — Conservatisme  Cet article concerne la philosophie politique. Pour les autres significations, voir Conservatisme (homonymie). Le conservatisme est une philosophie politique qui est en faveur des valeurs traditionnelles et qui s oppose au… …   Wikipédia en Français

  • Philosophie conservatrice — Conservatisme  Cet article concerne la philosophie politique. Pour les autres significations, voir Conservatisme (homonymie). Le conservatisme est une philosophie politique qui est en faveur des valeurs traditionnelles et qui s oppose au… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.