Policy mix


Policy mix

Policy-mix

En macroéconomie, le policy-mix (ou policy mix), expression anglaise imagée qui signifie « dosage des différentes politiques » désigne l’« art » de combiner de manière optimale, en fonction de la position dans le cycle économique, les principaux moyens d’action de la politique économique : la politique budgétaire et la politique monétaire.

La modélisation économique de cette relation a été développée par le modèle IS-LM. Elle est étudiée par la synthèse néoclassique, et fait intervenir des mécanismes keynésiens.

Deux règles majeures à portée normative éclairent le policy-mix :

  • Celle de Jan Tinbergen dite Règle de Tinbergen : il doit y avoir autant d'instruments de la politique économique qu'il y a d'objectifs (par exemple les objectifs du carré magique) ;
  • Celle de Robert Mundell dite Règle de Mundell : l'affectation d'un instrument à son objectif est fonction de son efficacité relative (principe d'efficacité comparative). Cela correspond à son « triangle des incompatibilités ».

Sommaire

Les objectifs de la politique économique

La politique économique s'efforce de poursuivre quatre objectifs principaux :

  1. niveau de croissance économique durablement élevé ;
  2. plein emploi ;
  3. stabilité des prix ;
  4. et dans certaines théories, équilibre de la balance des paiements.

Ces objectifs s’avèrent contradictoires (Carré magique de Kaldor). La recherche de la pleine utilisation de tous les facteurs capital et travail rentrent en conflit avec les objectifs de stabilité des prix et d'équilibre extérieur. Aussi les priorités peuvent être très différentes suivant les États et suivant les moments en fonction de l'objectif de bien commun assigné.

Par exemple, le dollar servant de monnaie de référence, les États-Unis ont moins de contrainte à maîtriser leur balance des paiements (« Our currency, your problem.»).

Les interactions entre politique monétaire et politique budgétaire

Les interactions entre les deux politiques sont :

  • fortes ;
  • et souvent contradictoires.

La politique budgétaire est avant tout :

  • une politique de la dépense ;
  • effectuée dans un cadre institutionnel (le budget annuel) qui privilégie le court terme.

À l'inverse, la politique monétaire est avant tout une politique de moyen ou long terme (mais n'est pas une politique structurelle), dont les moyens d'action ne se conçoivent que sur la durée (en Europe continentale, une hausse des taux d'intérêt du marché monétaire, par exemple, mettra plus d'un an pour que ses effets économiques soient observables[réf. nécessaire]) et dont les objectifs seront naturellement le maintien de grands équilibres sur longue période.

L’indépendance des banques centrales vis-à-vis du pouvoir politique a permis de prendre davantage en compte les impacts sur moyen et long termes, et permettent de se rapprocher du niveau de croissance maximal. Cela a accru les risques de discordances, voire de cacophonie, avec les hommes politiques aux logiques et aux horizons temporels si différents.

La différenciation des mandats doit permettre une plus grande efficacité des politiques budgétaire et monétaire prises séparément. Une politique budgétaire laxiste entraînera une hausse des prix et obligera la banque centrale à mener une politique monétaire plus restrictive.

Cas particulier de la zone euro

En zone euro, la situation est encore plus délicate puisque :

  • la Banque centrale européenne (BCE) exerce une politique monétaire commune aux quinze États de la zone, alors que les situations conjoncturelles peuvent être différentes entre ces pays ;
  • les politiques budgétaires restent décentralisées, du ressort des différents gouvernements nationaux ; l'instrument du taux d'intérêt ne peut plus servir la régulation de la conjoncture et des chocs économiques souvent asymétriques malgré l'interdépendance croissante des économies européennes du fait de l'intégration ;
  • le système, récent (existence de l'euro depuis le 1er janvier 1999), est encore en phase de rodage, chaque pouvoir cherchant encore ses marques par rapport à l'autre ; cela peut expliquer le certain « dogmatisme » de la Banque centrale européenne (BCE), car cette jeune institution a besoin de gagner en crédibilité ;
  • il existe un certain flou dans les traités quant au partage de certaines responsabilités (dont la valeur externe de l'euro).

La permanence du policy-mix aux États-Unis

Ce qui différencie les États-Unis de l'Europe au niveau de l'agencement optimal de l'outil budgétaire et monétaire, c'est l'indépendance moins prononcée de la Réserve fédérale américaine. Comme pour la BCE, les objectifs de la Fed ne se limitent pas à la lutte contre l'inflation, mais incorporent aussi la modération des taux d'intérêt à long terme pour favoriser l'investissement, le plein-emploi et la croissance.

Lorsque le gouvernement mène une politique « de rigueur », il y a une certaine convergence d'objectifs avec ceux de la banque centrale. Un exemple de cette convergence est celui de la période où Bill Clinton était président et Alan Greenspan dirigeait la Fed. Alors que Clinton s'était engagé à réduire le déficit budgétaire et à revenir à l'excédent (ce qu'il parvint à faire), Alan Greenspan modérait les taux d'intérêt pour que la restriction budgétaire ne pénalise pas la conjoncture. Autrement dit, pendant que Clinton déplaçait la courbe IS vers la gauche, Greenspan compensait par un déplacement de la courbe LM vers la droite (cf. modèle IS-LM), usant d'un accord tacite.

C'est donc la réactivité (qui peut s'appréhender à partir de la règle de Taylor) et la sensibilité de la banque centrale aux fluctuations de l'économie réelle qui caractérisent la politique monétaire américaine, qui peut être en adéquation avec la politique budgétaire.

Toutefois, le policy-mix réactif américain peut montrer ses limites dans des périodes de relance de l'économie. En effet, pour faire face à l'éclatement de la bulle des télécommunications en 2000-2001, la FED a volontairement placée les taux d'intérêts en dessous du taux d'inflation. En conséquence, l'économie a été stimulée par la conversion de l'épargne en consommation. Néanmoins, l'augmentation de la masse monétaire a fait naître une nouvelle bulle spéculative, celle de l'immobilier. En 2007, la bulle immobilière US a commencé à se dégonfler, provoquant un ralentissement de la croissance. Mais en parallèle, la croissance mondiale liée à la consommation US et à la forte croissance de l’Asie du Sud-Est, de la Chine et de l'Inde, à généré des tensions sur les prix, en particulier sur les matières premières. Les États-Unis se retrouvent ainsi dans une situation inconfortable ; doivent-ils augmenter les taux d'intérêts pour lutter contre l'inflation (en menaçant une catégorie d'emprunteurs à « haut risque ») ou doivent-ils baisser les taux d'intérêts pour soutenir l'économie et la consommation?

Bibliographie

Voir aussi


  • Portail de l’économie Portail de l’économie
  • Portail du droit Portail du droit
Ce document provient de « Policy-mix ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Policy mix de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Policy-Mix —   [ pɔləsɪ ; englisch »Mischung der Vorgehensweise«] das, / , abgestimmte Maßnahmen aus verschiedenen wirtschaftspolitischen Bereichen (u. a. Geld , Fiskal , Lohnpolitik), um vorgegebene gesamtwirtschaftliche Ziele (z. B. Vollbeschäftigung,… …   Universal-Lexikon

  • Policy-mix — En macroéconomie, l anglicisme policy mix (ou policy mix) ou le dosage macroéconomique[1] en français, désigne l’« art » de combiner de manière optimale, en fonction de la position dans le cycle économique, les principaux moyens… …   Wikipédia en Français

  • Policy mix — The policy mix is the combinaison of the monetary policy and the fiscal policy of a country. These two channels influence growth and employment, and are generally determined by the central bank and the government respectively.Ideally, the policy… …   Wikipedia

  • Policy Mix — A government s combined use of fiscal policy and monetary policy to attempt to manage the economy. Monetary and fiscal policies affect each other, and the right policy mix is supposed to achieve desirable macroeconomic outcomes such as price… …   Investment dictionary

  • Policy Mix — 1. Makroökonomik: Gleichzeitige Durchführung verschiedener Varianten der Wirtschaftspolitik, z.B. kombinierter Einsatz von Geld und Fiskalpolitik. So würde z.B. im Rahmen des IS LM Modells eine expansive Fiskalpolitik im Normalfall über eine… …   Lexikon der Economics

  • policy mix — noun the combination of fiscal and monetary policies, especially their perceived relative importance …   Wiktionary

  • Policy of Truth — Saltar a navegación, búsqueda «Policy of Truth» Sencillo de Depeche Mode del álbum Violator Lado B «Kaleid» Publicación 7 de Mayo de 1990 en Inglaterra 24 de J …   Wikipedia Español

  • Policy of Truth — Single par Depeche Mode extrait de l’album Violator Face A Policy of Truth Face B Kaleid Sortie 7 mai 1990 Enregistrement …   Wikipédia en Français

  • Policy of Truth — «Policy of Truth» Сингл Depeche Mode …   Википедия

  • Policy of Truth — Infobox Single Name = Policy of Truth Artist = Depeche Mode from Album = Violator B side = Kaleid Released = May 7 1990 Format = Vinyl record 7 , 12 , CD Recorded = 1989 Genre = Synthpop Length = 7 5:08 12 8:00 Label = Mute Records Writer =… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.