Phthiraptère


Phthiraptère

Phthiraptera

Comment lire une taxobox
Poux
 Pediculus humanus, pou de l'homme
Pediculus humanus, pou de l'homme
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Hexapoda
Classe Insecta
Sous-classe Pterygota
Infra-classe Neoptera
Ordre
Phthiraptera
Haeckel, 1896
Sous-ordres de rang inférieur
  • Anoplura (poux suceurs,
    dont les poux de l'homme)
  • Rhyncophthirina (poux des éléphants
    et phacochères)
  • Ischnocera (poux aviaires)
  • Amblycera (poux mâcheurs)
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Les phthiraptères (Phthiraptera) regroupent aujourd'hui dans un ordre unique l'ensemble des insectes classiquement désignés sous le nom de poux, parmi lesquels le pou de l'homme. La classification ancienne distinguait comme deux ordres distincts les poux des mammifères, suceurs de sang (les anoploures), des « poux des oiseaux » (ou mallophages), à l'alimentation plus variée. Il s'agit dans tous les cas d'ectoparasites dépourvus d'ailes.

L'ordre comporte environ 4 900 espèces considérées comme valides[1]

Sommaire

Classification

Dans la dixième édition de son Systema Naturae (1758), Carl von Linné reprend comme nom de genre l'appellation latine du pou, Pediculus. Il y rassemble toutefois un grand nombre d'animaux qui ont vaguement un aspect de pou, c'est-à-dire les poux véritables (anoploures), les poux des oiseaux (mallophages), les psoques et même un diptère hippoboscidé. Il est globalement suivi en la matière par Johan Christian Fabricius (1775).

La première distinction entre les poux proprement dits, suceurs de sang, et les espèces à pièces buccales broyeuses (mallophages) est due à Charles de Geer dès 1778 : il conserve le nom de genre Pediculus pour les premiers et désigne les seconds sous le nom de Ricinus[2].

L'ordre des anoploures est créé par William Leach en 1815, mais il y range encore un genre de mallophages. C'est enfin à Christian Ludwig Nitzsch, pionnier de l'étude des phthiraptères, que l'on doit la création du terme de mallophages en 1818. La distinction entre poux véritables, hématophages à l'appareil buccal piqueur-suceur, et les mallophages à l'appareil buccal broyeur devient stable et sera confirmée par Hermann Burmeister en 1838. Cet arrangement restera très stable par la suite en dépit de nombreux remaniements internes. En 1951 encore, Gordon Floyd Ferris (1893-1958), un grand spécialiste de ces groupes, exprimait ses doutes quant à une parenté étroite entre anoploures et mallophages[3].

La classification traditionnelle opposant ces deux ordres, mallophages et anoploures, fut pour la première fois nettement remise en cause en 1985 sur la base d'une analyse cladistique basée sur la morphologie[4]. Depuis lors, la classification phylogénétique adoptée à la suite de ce travail a peu varié dans ses grandes lignes et a été confortée par des travaux de phylogénie moléculaire. Elle comporte quatre grands groupes souvent considérés comme des sous-ordres.

Trinoton anserinum (Amblycera), parasite des cygnes
Strigiphilus sp. (Ischnocera), parasite de la chouette de l'Oural
Fahrenholzia pinnata (anoploure), parasite des rats kangourous

Espèces parasites des humains

Le pou est l'un des principaux insectes vecteurs du typhus et probablement occasionnellement d'autres pathogènes.
Charles Vialatte, Henry Foley et Edmond Sergent ont contribué à la découverte du rôle du pou dans la transmission de la fièvre récurrente mondiale durant les années 1923 - 1925.

Infestation

Soldats chassant leurs poux - Ladislav Medňanský, 1915.

L'infestation de la peau par des poux est désagréable en raison de la démangeaison qu'occasionnent les morsures des poux mais est bénigne.

Article détaillé : Pédiculose.

Bibliographie

  • Roberts, J.R., Head Lice, New England Journal of Medicine, vol. 346, 1645-1650, 2002 Référence des institutions sanitaires internationales en la matière

Voir aussi

Liens externes


Notes et références

  1. (en) Smith, V.S., Page, R.D.M. & Johnson, K.P., 2004. Data incongruence and the problem of avian louse phylogeny. Zoologica Scripta, 33, 239–259. Article
  2. J'ai cru, dit-il, qu'il serait mieux d'établir un genre distingué pour ces Insectes et de les séparer des véritables Poux, en leur donnant un nom générique particulier, et pour ne pas en composer un tout nouveau, je me servirai du vieux mot de Ricinus, qu'on peut rendre en français par celui de Ricin, et qui a été donné à un certain petit Insecte parasite, qui se trouve sur les Bœufs et les Chiens, mais qui d'ailleurs est une véritable Mitte à huit pattes.
  3. (en) Ferris, G.F., 1951. The Sucking Lice. Memoirs of the Pacific Coast Entomological Society 1: 1-320.
  4. (en) Lyal, C.H.C., 1985. A cladistic analysis and classification of trichodectid mammal lice (Phthiraptera: Ischnocera). Bulletin of the British Museum (Natural History), 51 (3),187-346.

Wiktprintable without text.svg

Voir « phthiraptera » sur le Wiktionnaire.

  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
Ce document provient de « Phthiraptera ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Phthiraptère de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.