Ouegoa


Ouegoa

Ouégoa

Ouégoa
Administration
Pays France
Collectivité Nouvelle-Calédonie
Province Province des îles Loyauté
Aire coutumière Hoot Ma Waap
Code postal 98821
Maire
Mandat en cours
Marcel Paimbou-Poumoine
2008-2014
Démographie
Population 2 114 hab. (2004)
Densité 3 hab./km²
Ethnie Blanc : 22,2 %
Kanaks : 75,9 %
Polynésiens : 0,5 %
Autres : 1,4 %
Géographie
Coordonnées 20° 21′ 02″ Sud
       164° 25′ 57″ Est
/ -20.350581, 164.432603
Altitudes mini. 0 m — maxi. 1505 m
Superficie 656,8 km²
Voir la carte physique
...
Voir la carte administrative
...

Ouégoa est une commune française présente sur l'île de la Nouvelle-Calédonie.

Sommaire

Géographie

Ouégoa est une commune de la Nouvelle-Calédonie, situé à 400 km de la capitale Nouméa, à cheval sur la côte ouest et la côte est. C'est un village paisible, où la vie de broussard est assez fort. Ce village comprend de nombreuses forêts, des rivières, mais aussi de belles plages et de magnifiques îlots comme Balabio. Sur le territoire de la commune se trouve le Diahot, le seul « vrai » fleuve de la Nouvelle-Calédonie qui coule sur 90 km à partir de sa source, le Mont Panié.

Le point culminant de la commune est le Mont Colnett qui atteint les 1 505 mètres d'altitude.

On compte plus de 2300 habitants dont 17 tribus, les plus importantes sont : Bondé, Paraoua, Tiari, Paraoua et comportant des secteurs dans le village : Tarap, Le Caillou, Pam Paraoua Village, Ballagam…

Histoire

La mine

L’histoire de Ouégoa, c'est celle de la mine, qui fit de Ouégoa à la fin du XIXe siècle le village le plus important du pays. En 1869, John Higginson et 65 prospecteurs trouvent de l’or sur la mine de Fern-Hill qui fermera en 1878. Mais surtout le cuivre de très haute qualité qui fut exploité. En 1872, Mr Piquilier obtient une concession sur un terrain où il découvre du cuivre. Ce terrain est acheté par Higginson. En 1878, la mine Balade est en plein essor avec une production de 7000 tonnes. Ce centre comprend déjà un bureau de poste, un commissariat de police, et un commerce. A partir de 1880, la production fléchit. La plupart des constructions s’achève. La mine Balade reprend en 1883, mais ne produit que 2600 tonnes de cuivre, et les cours mondiaux s’effondrent vers 1886. Toute activité cesse sur la mine Balade. Trois cents forçats travaillaient pour les colons libres.

Voici quelques noms des vrais pionniers arrivés en 1873 : Dubois, Martin, Young, Guérin, Bocahut, Buisson, Kuter, Soulas, Wright, Vico, Normandon, Leroy, Surget, Oguishiku, Bozé, Mézières, Delrieu… Ils ont formés la population de Ouégoa et d’autres familles sont venues s’y installer.

À partir de 1885, le minerai de cuivre est extrait à la mine de Pilou. De là, un petit train puis des chalands acheminait le minerai jusqu’à Pam, tout cela sur les rives du Diahot. L’usine de Pam transformait le cuivre en métal. Cette fonderie est située en face de l’île de Pam (accès interdit, réserve de cerf). Deux fours australiens sont installés, mais les résultats sont médiocres, alors en 1889, l’usine est abandonnée. Les machines se remettent en marche six ans après avec 1200 personnes. Le directeur fit sa villa coloniale. Les travailleurs dormaient dans des foyers avec des barreaux. En 1902, l’usine fait faillite et les portes se ferment. La fonderie de Pam reprend en 1907 mais le minerai est fondu à Dilah. De Pam, le minerai puis le métal était chargé sur de grands minéraliers à voiles en partance pour l’Angleterre où l’Australie. L'exploitation du cuivre s'arrête définitivement en 1910. L’exploitation minière de Ouégoa fut une véritable épopée dont les principaux protagonistes furent les bagnards ou les pionniers. Higginson fit de Ouégoa une richesse importante à cette époque. Il meurt en 1904 à Paris.

Recouvert d’une épaisse végétation, les vestiges de ces mines sont les témoins muets de cette époque révolue.

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale se déroula aussi dans ce village paisible. De 1939 à 1945, les gens construisaient des maisons en torchis et en peau de niaoulis. Ces matériaux été transportés à l’aide de bâts. Les Japonais et les Américains se battirent dans la mer de Corail, et beaucoup de personnes du village y participèrent.

Les « Évènements »

En 1984 une guerre civile éclate entre la population européenne (les blancs ou les caldoches) et les kanaks. Ce qu'on appelle les « Évènements de 84 ». Les affrontements débutent à Hienghène mais au bout de quelques semaines c’est à Ouégoa qu’ils s’affrontent. Les tribus des alentours se retournent contre la population du village. Les kanaks revendiquent les terres des Blancs. Ils mettent le feu aux maisons notamment chez la famille Guérin et abattent tous les animaux. Cette guerre civile partage Ouégoa en deux communautés d'un côté les hommes du RPCR et de l’autre les hommes du FLNKS.

Des affrontements violent se déroulent, qui font des morts côté kanaks et un mort coté caldoche Émile Mézières. L'accord de Nouméa met fin à ces tensions.

Économie

Ce village vit d’agriculture (surtout de la banane), d’élevage (bétail, chevaux..), de pêche (crabes, poissons…)

Autrefois, à Ouégoa, la culture du café était l’une des sources premières du village, on la travaillait à la main. À présent il est rare de retrouver des champs de caféiers. Les vieux les ont tous arraché à la main pour laisser place à des plaines ou des terrains vierges pour l’élevage du bétail.

Administration

Ouégoa comprend une mairie, qui est le seul organe administratif important, une poste, une école maternelle et primaire, un collège, un internat, une salle omnisports, des magasins, un dispensaire et une gendarmerie.

En 1879, une gendarmerie est créé à Ouégoa. Le village étant en plein essor, le centre comprenait déjà un bureau de poste/ télégraphe, une école mixte, une perception et divers commerces.

La première gendarmerie se trouvait près du cimetière, au Fort, où des histoires affreuses fut déroulée, comme l’assassinat d’un gendarme tout cela par amour pour la belle Céleste. Nous pouvons encore apercevoir les vestiges de cette brigade. En 1961, la gendarmerie de Ouégoa fut transférée dans une vaste maison de style coloniale, puis à la place de cette brigade l’Eméfer fut crée, mais de nos jours c’est la famille Pétazig qui l’occupe. En 1979, la troisième gendarmerie va occuper les locaux actuels.

L'église fut construite en 1950, mais de nos jours seule sa base fut gardée car grâce à une association du village elle est en construction. À Bondé, la tribu construisit leur monument religieux.

La première école se trouvait à l’emplacement actuel de la mairie, et l’école actuelle fut bâtit en 1960. En 2000, le centre d’accueil ou internat se met en place et seulement en 2003 que le collège fut construit et ouvre ses portes en 2004 pour accueillir les élèves de la 6ème à la 3ème.

La première poste se situé à l’emplacement du magasin Dubois et de nos jours en face de l’école publique. La mairie s’est toujours trouvée à l’emplacement actuel sauf qu’autrefois s’était une commission dont le premier responsable fut Louis Montagnat.

Jadis, il n’existait pas de pont mais un bac et c'est seulement en 1983 que le pont fut bâtit. Le fleuve reste tout de même dangereux.

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1961 1967  ?
1967 1971  ?
1971 1977  ?
1977 1983  ?
1983 1989 Éloi Tchoeaoua FI puis FLNKS-UC
1989 1995 Éloi Tchoeaoua FLNKS-UC
1995 2001 Cézelin Tchoeaoua FLNKS-UC
2001 2008 Cézelin Tchoeaoua FLNKS-UC
2008 2014 Marcel Paimbou-Poumoine FLNKS-UNI-Palika
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Lieux et monuments

Ouégoa fut un lieu minier à l'époque, et renferme un patrimoine riche mais peu exploité par la population. On peut visiter les deux anciennes gendarmeries, ainsi que les mines Fern-Hill, Balade, Pilou ou Mératrice, et l'usine de Pam. En face de l'usine de Pam se trouve l'île de Pam où l'on peut apercevoir des cerfs, car l'île est une réserve naturelle.

On peut aussi visiter les grottes de Javel, le Mont Gélia (une vue magnifique sur Ouégoa et Pouébo) ou le Diahot. Ouégoa renferme de nombreuses richesses peut connue des autres populations calédoniennes.



Flag of France.svg Subdivisions de Nouvelle-Calédonie Coat of arms of New Caledonia.svg
Province Nord

Belep | Canala | Hienghène | Houaïlou | Kaala-Gomen | Koné | Kouaoua | Koumac | Ouégoa | Poindimié | Ponérihouen | Pouébo | Pouembout | Poum | Poya¹ | Touho | Voh

Province Sud
Boulouparis | Bourail | Dumbéa | Farino | La Foa | L'Île des Pins | Moindou | Mont-Dore | Nouméa | Païta | Poya¹ | Sarraméa | Thio | Yaté

Province des îles Loyauté
Ouvéa | Lifou | Maré

¹ Commune à cheval sur deux provinces

  • Portail de la Nouvelle-Calédonie Portail de la Nouvelle-Calédonie
Ce document provient de « Ou%C3%A9goa ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ouegoa de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ouégoa — Location of the commune (in red) within New Caledonia Administration Country …   Wikipedia

  • Ouégoa — 20° 21′ 02″ S 164° 25′ 57″ E / 20.350581, 164.432603 …   Wikipédia en Français

  • Ouégoa — Basisdaten Land: Neukaledonien Provinz: Province Nord Höhe: 0 m 1505 m Fläche: 656,8 km² …   Deutsch Wikipedia

  • Ouegoa — Original name in latin Ougoa Name in other language Ouegoa, Ougoa State code NC Continent/City Pacific/Noumea longitude 20.35 latitude 164.43333 altitude 5 Population 2127 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Ouegoa — Admin ASC 2 Code Orig. name Ouégoa Country and Admin Code NC.01.98819 NC …   World countries Adminstrative division ASC I-II

  • Province Nord (Nouvelle-Calédonie) — 21°0′S 165°0′E / 21, 165 …   Wikipédia en Français

  • Province Nord (Nouvelle-Caledonie) — Province Nord (Nouvelle Calédonie)   Province nord Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Province nord (nouvelle-calédonie) —   Province nord Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Chiffres de population en Nouvelle-Calédonie — Liste des communes de la Nouvelle Calédonie Carte des subdivisions administratives de la Nouvelle Calédonie Légende …   Wikipédia en Français

  • Communes De La Nouvelle-Calédonie — Liste des communes de la Nouvelle Calédonie Carte des subdivisions administratives de la Nouvelle Calédonie Légende …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.