Mare


Mare
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mare (homonymie).
La mare a souvent d'abord servi au bétail (Peinture d'Adolf Chelius ; 1856-1923)
Mare établie sur une ancienne argilière (Nord de la France)
Mares résiduelles naturelles, en "marmite de sorcière" dans la roche sur le cours d'un torrent (Grand Wah, USA)
Une zone centrale profonde sert de refuge quand l'eau gèle, sans empêcher la pousse de plantes telles que les nénuphars
l'eau pure et limpide de ce "trou d'eau" est collectée pour des usages humains, tritons et salamandres peuvent néanmoins coloniser ce type d'habitat

Une mare est une étendue d'eau (pérenne ou non, naturelle ou non), de faible importance et profondeur. Il n'y a pas de critère précis pour différencier une grande mare d'un petit étang.

Chaque mare abrite un écosystème propre. Il est fréquent que des mares proches les unes des autres aient des couleurs et turbidités différentes. Les mares ont été classées parmi les grands biomes aquatiques par le WWF, et en Europe au moins 25 % de la biodiversité en dépend ainsi que d'autres zones humides.

Alors qu'elles ont fortement régressé au XXe siècle on leur retrouve une valeur esthétique et patrimoniale ; comme élément important du patrimoine aménitaire (beauté du paysage « inestimable »).

La presque totalité des mares subsistant dans les zones densément peuplées ou cultivées résultent d'activités humaines, mais ce sont des habitats qui se sont pour partie substitués aux tourbières et marais drainés par l'Homme depuis la préhistoire. Elles sont moins régulées par l'Homme que les étangs plus souvent curés ou vidés ou empoissonnés ou utilisés comme zones de loisir. Elles ont longtemps servi de réserves d'eau pour la maison, ou contre les incendies. Autrefois vitales pour les agriculteurs, notamment là où les cours d’eau sont absents et la nappe peu accessible, les mares ont longtemps été des réserves d’eau pour le bétail, la volaille, les chevaux, pour la lessive, la cuisine, la vaisselle, la toilette, contre les incendies et les sécheresses. Ce furent aussi des lieux de rouissage du lin ou du chanvre, des réserves d'eau pour les forges, des bassins pour l'assouplissement des osiers de vannerie etc. voire des piscicultures ou viviers. Elles ont mieux persisté dans les zones pâturées, là où l’agriculture n’a pas converti les élevages en élevage hors-sol. L'adduction de l'eau potable et la crainte hygiéniste qu'elles soient des foyers d'infection pour le bétail les ont fait disparaître de nombreux paysages en quelques décennies, au XXe siècle.

Sommaire

Étymologie

Le mot est essentiellement normand avant le XVIe siècle[1]. Il s'agit d'un mot d'origine norroise marr (masculin) croisé avec le terme anglo-saxon mere (féminin) de sens proche, généralement « lac », il a pris le sens d'étang, puis le sens actuel en Normandie, où il est attesté dès le XIe siècle dans des composés toponymiques en -mare (tout comme -mere en Angleterre) qui n'existent pas ailleurs en France.

En effet, il s'y trouve une multitude d'Inglemare; d'Étennemare, etc. Entre autres composés : Sausseuzemare, Colmare (Colemare fin XIIIe siècle, aucun rapport avec Colmar, Alsace); Roumare; Cornemare; Flamare; Ymare; Fongueusemare, etc.

Ils sont formés avec le nom du propriétaire (le plus souvent anglo-scandinave, ex : Vicquemare « la mare de Vigi » ou Alvimare « la mare d'Alwin »[2] cf. Windermere (GB) « le lac de Vinandr » ou Buttermere (GB) « le lac de Buthar » ou un adjectif (ex : Houllemare avec holr « creux » ou Brémare avec breidr « large »), voire un autre appellatif (nom d'arbre, etc., ex: Sausseuzemare-en-Caux « la mare du saule ») ou nom de lieu (ex : Hectomare « la mare d'Ecquetot »)[3].

Son emploi comme nom commun est attesté vers 1175 chez Benoît de Saint-Maure, dans l' Estoire des Ducs de Normandie au sens de « nappe d'eau stagnante peu profonde »[4] et chez Marie de France à la fin du XIIe siècle[5].

Définition étendue

Dimensions 
La mare est généralement une étendue d'eau de faible extension, pérenne ou non, couvrant moins de 5 000 m2 au maximum (soit un demi hectare)[6]. Elles sont généralement profondes de moins de deux mètres, profondeur au-delà de laquelle la pénétration des rayons solaires est limitée sauf dans certaines eaux particulièrement oligotrophes. La limite d'une mare est celle de son bassin. En géomorphologie, le bassin qui accueille la mare est parfois appelé doline". Il s'agit d'une erreur, les dolines étant associées aux phénomènes karstiques ; or, la plupart des mares existant en France est d'origine anthropique et n'a pas besoin d'une doline pour exister.
Apports en eau  
Son alimentation est non-pérenne (non alimentée en continu). Elle provient du ruissellement ou de la remontée du plafond de la nappe phréatique, avec parfois un ruisseau temporaire, ou un apport par débordement périodique d'un cours d'eau (mares issus de bras-mort par exemple). Son renouvellement est donc généralement dépendant des eaux de pluie, ou des fluctuations des nappes, des marées ou de crues. L'eau y est généralement stagnante, ou sa circulation est très lente (écosystème lentique).
Durée de vie  
Elle peut être brève (quelques décennies) ou se mesurer en siècle ou millénaires. On connaît des mares utilisées par l'Homme depuis bien plus de 500 ans. Elles sont souvent situées sur des terrains imperméables empêchant l'infiltration de l'eau par le sol. Dans la nature, seule l'évaporation et l'abreuvement assèchent ce type de mare. L'évaporation est atténuée en milieu forestier, mais elle peut y être compensé par l'évapotranspiration des arbres qui y plongent leurs racines. C'est alors le comblement (dit atterrissement) par les feuilles mortes et le bois mort qui finit par ensevelir la mare ou la déplacer. Toutefois, le phénomène de minéralisation et remobilisation de la matière organique peut fortement ralentir l'atterrissement des mares temporaires.
Localisation 
Les mares peuvent occuper toute dépression sur sol imperméable où en zone d'affleurement de nappe.
Lavogne du bourg La Couvertoirade, France.

Des mares naturelles particulières sont caractéristiques de régions karstiques du Massif central: les lavognes (lobógnos). La terminologie occitane francisée est couramment employée dans la littérature décrivant ce type de mare. Sur ces terres de causse (caūsse), le terme doline se dit sotch, le fond de ces sotch étant souvent ponctué d'une couche argileuse ; on les appelle mardelle dans le Limousin où elles sont établies sur un substrat marneux.

Il existe des « mares perchées », en montagne, et jusque sur les terrils miniers de schistes, dans les creux où s'accumulent de fins débris de schistes décomposés par le gel, qui colmatent le substrat drainant en quelques décennies. Elles sont les plus fréquentes sur les plateaux argileux ou rocheux, on trouve parfois d'importants réseaux de mares « oligotrophes » et limpides (si elles n'ont pas été polluées ou artificiellement enrichies ou empoissonnées) qui peuvent être nombreuses, évoluant parfois en zones « paratourbeuses » à sphaignes sur ces milieux lessivés par les pluies.

Depuis l'apparition des bâches plastiques, des mares artificielles, mais dont l'écosystème est proche de celui des mares naturelles sont construites dans des buts d'agrément ou de protection d'espèces et de la Nature, parfois dans un projet de type HQE. En ville elles peuvent être alimentées par la récupération d'eaux pluviales.

Menaces

Les mares régressent depuis un siècle environ, comblées (généralement avec des déchets organiques ou de construction, parfois industriels toxiques) ou non curées. Elles comptent parmi les premières victimes de l'eutrophisation générale des écosystèmes, à laquelle il faut ajouter diverses pollutions par les pesticides agricoles, plomb de chasse dans les « mares de chasse », ou encore acidification. Près des routes, elles ont été polluées par le plomb de l'essence. Des espèces invasives introduites telles que rat musqué et ragondin causent de gros dégâts sur les berges et les arbres périphériques (les berges en pentes très douces leur sont moins favorables).

De plus, en tant qu'entité écologique, elles sont de plus en plus isolées. Des espèces invasives animales (écrevisse américaine, tortue de Floride, silures, etc.) ou végétales (Ludwigia palustris, la ludwigie des marais) - souvent directement introduites par l'Homme - contribuent à leur dégradation. La pêche après rempoisonnement, et avec amorces constituées de boules de terre, ou la surfréquentation par des troupes d'oies ou canards d'élevage sont également d'importants facteurs de dégradation. On sait aussi depuis peu que certains vertébrés et invertébrés aquatiques sont très sensibles à l'éclairage nocturne (Cf. « Pollution lumineuse »).

Origines et formations

Glaciations : À la fin d'une ère glaciaire où lors de la simple fonte d'un glacier, on peut observer la formation de mares dites glaciaires appelées Tjörn, elles se forment par l'accumulation de cette eau qui s'écoule des versants et qui se regroupe dans de petites dolines imperméables.

La dernière glaciation remontant à une dizaine de milliers d'années, on ne retrouve plus des mares formées à cette époque.

Moyen Âge : Des mares médiévales subsistent pour une partie, dont celles situées au creux des dolines, et dans les dépressions, ou en aval d'une source, qui servaient alors d'abreuvoir, voire de petits élevages ou viviers de poissons.

Époque contemporaine : Les mares ont massivement disparu des milieux agricoles et urbanisés après la première guerre mondiale, mais dans les milieux urbains et humanisés, apparaissent des mares d'un type nouveau :

  • mares d'agrément ou d'ornement qui dans les jardins, ne jouent que partiellement ou plus du tout leur rôle d'écosystème naturel car trop artificielles ;
  • Des mares pédagogiques ou de compensatoires ou de conservatoires creusées ou restaurées dans un objectif de renaturation, avec des principes de génie écologique, parfois dans le cadre d'une trame verte, sans toutefois pouvoir compenser la perte des centaines de milliers de mares éliminées depuis un siècle en Europe et Asie ;
  • dans les carrières, et notamment argilières et sablières ; dans ces zones désaffectées ou non, sur sol imperméable, n'importe quel trou peut évoluer en écosystème de mare à caractère naturel, bien que dans un environnement artificiel. Quelques industriels y recréent des mares ou étangs pour compenser les effets de leurs activités.

Écosystème

Hormis en zone équatoriale pluvieuse, les mares sont des écosystèmes fortement saisonniers. Dans les zones arides, les mares sont souvent asséchées durant la saison sèche (l'été en général). Dans les zones froides, elles sont gelées jusqu'à plusieurs mois par an.

Elles abritent différents types de plantes enracinées sur le fond, sur les berges ou flottant en pleine eau. Ce sont souvent des plantes qui ont un important besoin de lumière.

C'est l'habitat de nombreux batraciens, insectes, mollusques, petits poissons et oiseaux. Certains n'y vivent tantôt toute l'année, tantôt quelques mois (tritons adultes ou leurs larves), ou n'y viennent que pour déposer leurs œufs (salamandre) ou pour les humecter avant d'y déposer les têtards (alyte). De nombreux invertébrés ne vivent que dans les mares. Certains ne sont actifs que la nuit. Certaines mares peuvent abriter des espèces endémiques.

Types de mares

Mare d'eau douce

Mare forestière semi-fermée
Mare forestière plus ouverte
mare ouverte, montrant les ceintures naturelles de végétation, qui sont un facteur de tranquillité pour la faune

La mare naturelle, alimentée par les pluies

Elle apparaît naturellement lors de l'accumulation de l'eau de pluie par ruissellement. Certaines mares d'eau de pluie sont cependant artificielles, utilisées autrefois systématiquement pour le bétail, bien que cette pratique soit maintenant ponctuelle du fait de la pression des hygiénistes et de l'adduction d'eau potable. On peut l'observer dans une clairière, en pleine forêt, aux abords d'un champ, elle est la plus répandue à nos yeux, créées naturellement ou à l'issue des activités humaines (carrières désaffectées, trou d'obus).

Un très grand nombre de ces mares ont été comblées (souvent avec des déchets industriels, agricoles ou de construction) ou ont disparu au XXe siècle, victimes des agissements de riverains, de l'agriculture, des remembrements et de l'élevage hors-sol principalement.

Végétation

La végétation qui habite les mares peut être soit :

Nombreux ont un statut protégé au niveau européen.

Certaines mares aux pentes douces sont cernées de différentes ceintures de végétation qui évoluent dans le temps et au rythme des saisons.

Faune

De multiples espèces d'amphibiens, de bactéries, et de nombreux invertébrés, dont vers, sangsues, insectes, mollusques..) colonisent les mares. Les conditions propres à chaque mare (température, pH, dureté, exposition, profondeur, durée de vie en eau, volume d'eau, milieu environnant, présence de prédateurs, d'engrais, de pesticides ou autres polluants, etc. ) détermineront les espèces qui s'installeront. Les mares d'eau douce abreuvent de nombreux mammifères et oiseaux, la matin très tôt souvent, participant ainsi à l'enrichissement des milieux alentours. Quand les mares sont trop peu nombreuses, les animaux s'épuisent à y venir, et sont soumis à une concurrence et une promiscuité qui est un facteur de risque de diffusion d'épidémies (maladie de Lyme, grippe aviaire, échinococcose, etc.). Les espèces sont aussi alors plus à la merci de prédateurs ou des chasseurs, avec possible disparition par surprédation.

La mare temporaire

Elles sont très fréquentes dans les régions chaudes et sèches, mais également présentes dans les zones tempérée ou froides. Ce sont des habitats qui abritent une biodiversité pour partie adaptée à l'intermittence de l'eau. la conservation de ces milieux est importante pour la survie de certaines espèces à faible pouvoir de dispersion et qui en dépendent tels que les triops et en Europe et France Triops cancriformis, espèce dite fossile, car très ancienne, mais néanmoins en voie de disparition[7]. Il est également important que ces mares restent, normalement, biologiquement interconnectées[8], via des inondations ou cours d'eau temporaires, ou via des animaux transporteurs de propagules tels que les oiseaux (oiseaux migrateurs, s'il s'agit de longues distances).

On les nomme parfois playa quand il s'agit du fond d'un ancien lac en régions arides situé à l'embouchure d'un cours d'eau endoréïque (qui ne se jette pas dans la mer, généralement dans le désert).

L'eau parvenant dans ce type de bassin y reste très peu de temps, l'évaporation et/ou l'infiltration étant importante(s) en zone désertique. Cette eau est plus souvent le fruit des rares précipitations qu'un apport du cours d'eau. Des écosystèmes adaptés à ces contextes se sont constitués au fil des millions d'années précédentes, certains amphibiens pouvant même supporter de passer plus d'un an sans eau et sans contact avec l'eau, certains poissons s'enfouissant dans la vase où ils se laissent pour partie déshydrater jusqu'aux prochaines pluies.

Article détaillé : Eaux temporaires.

Le tjörd

Elles sont fréquentes dans les régions chaudes et sèches. On les nomme parfois playa quand il s'agit du fond d'un ancien lac en régions arides situé à l'embouchure d'un cours d'eau endoréïque (qui ne se jette pas dans la mer, généralement dans le désert).

Les mares salées

Un bassin de marée

Littorales

Également appelées bassin de marée, elles se rencontrent principalement dans deux types de milieux :

  • Les littoraux rocheux, où se sont creusées de petites dépressions, elles sont observables en tant que mare généralement à marée basse.
Certains de ces bassins de marée peuvent être saturés en sel (tels des lacs salés) à marée basse. Lorsque la mare est exposée à un fort ensoleillement, l'eau contenue dans ces bassins peut totalement s'évaporer, le sel se solidifiant alors et s'agglutinant sur les parois des roches.

Mares salées

Elles se forment à proximité de marais salants, en France on peut encore en observer une dizaine en Lorraine, dans la vallée de la Seille, le sol étant chargé en sel, l'eau douce qui va former les mares se gorge de sel à son contact.

Ces mares forment des écosystèmes très variés, abritant de nombreuses espèces rares ou devenues rares. La flore y survivant est également rare ou devenue rare. Dans les mares salées, les espèces se sont adaptées à la salinité jusqu'à devenir devenues endémiques à ces milieux.

On y rencontre par exemple :

Mares artificielles

La mare d'ornement peut aussi développer des fonctions écologique

Outre le plaisir esthétique et pédagogique qu'elles procurent, elles permettent à de nombreux organismes (animaux, végétaux) de survivre (batraciens, libellules...), et à des espèces terrestres de s'abreuver.

Ces mares sont creusées dans l'argile, ou leur fond est recouvert de bentonite pour les étanchéifier, ou elles sont construites à l'aide d'une bâche en matière plastique (EPDM). Les végétaux peuvent être plantés en pots ou flotter en eau libre, ou pousser dans de la tourbe importée.

La mare d'ornement

La mare épuratoire

On peut traiter des eaux grises ou usées en les faisant lentement circuler dans une série de bassin, le dernier de ces bassins pouvant être une mare d'agrément, d'où une eau saine sera renvoyée dans le milieu naturel. Cette technique s'appelle le « lagunage naturel »

Creuser une mare

Les potentialités écologiques, esthétiques et pédagogiques des mares et plans d’eau du jardin sont largement démontrées. Creuser une mare, un ruisseau permet de recréer des habitats autrefois communs, mais aujourd'hui parmi des plus menacés, et constitue donc un facteur de diversité biologique pour les espaces verts, à la condition d’être aménagés suivant certaines règles.

Même en ville et sur de petites parcelles, la mare est synonyme de biodiversité : la flore et la faune aquatique s’y développent rapidement, surtout après un ensemencement par apport d'eau et de sédiment ou tourbe venant d'une mare naturelle proche. Les oiseaux, chauves-souris et autres mammifères viennent rapidement s’y abreuver. Attention, l'introduction d'espèces protégées (tritons, crapaud, grenouilles, etc. ou plantes protégées) est soumise à une réglementation stricte. (accord de la DIREN ou du Ministère de l'Écologie en France). Il est fréquent que des tritons ou crapauds colonisent spontanément une mare artificielle, s'ils sont déjà présent à proximité. D'autres espèces seront apportées par les oiseaux ou y voleront de leurs propres ailes.

Localisation, forme et dimensions

Localisation : Si elle est de type "naturelle" et constituée d'argile, il est logique de la positionner dans la partie basse d'un terrain (jardin, lotissement, zone d'activité) pour qu’elle recueille par simple gravité les précipitations. Une mare sur bâche peut être positionnée plus librement, du moment qu'elle soit alimentée en eau (quelques mètres carrés de toiture propre suffisent. Il est recommandé de filtrer l'eau sur du sable en sortie de gouttière).

Les petites mares positionnées sous les arbres seront rapidement comblées, s'eutrophiseront et nécessiteront un curage périodique. Les mares ensoleillée sont plus riches en espèces, mais dans une région aride, l'ombre ralentira son évaporation. Les phénols et résidus issus de la décomposition de certaines feuilles et écorces dans l'eau peuvent diminuer la biodiversité de la mare, et favorisent les moustiques.

Il est préférable de construire la mare loin des grands axes routiers pour éviter que les batraciens en migration ne se fassent écraser et pour en diminuer la pollution. En ville, les eaux de gouttières peuvent être filtrées sur du sable, puis du charbon de bois et un lit de sphaignes ou mousses, avant d'alimenter la mare.

Forme et profil : D’une manière générale, plus un milieu est complexe (creux, bosses, irrégularités, ombre, soleil, …) plus il est susceptible d’accueillir une faune et une flore riche et diversifiée. Ce principe vaut également pour les plans d’eau.

La flore aquatique et hygrophile se développe et se différencie en fonction de la qualité et de la profondeur de l’eau. Plus les niveaux seront variés, plus les habitats et les espèces présentes seront diversifiés. Le profilage des berges en pente douce ou en paliers permettra d’obtenir une plus grande surface d’écoulement et une organisation optimale de l’espace pour la végétation. Différentes communautés végétales, avec leurs cortèges faunistiques associés, s’organiseront alors en ceintures concentriques selon la profondeur de l’eau. On pourra démultiplier cet « effet de lisière » avec des contours irréguliers et variés, des îlots inaccessibles, un profil de fond irrégulier. Cependant, un profil trop compliqué ne facilite pas l’étanchéification de la mare artificielle à fond de bentonite… Les déblais issus du creusement pourront être utilisés pour paysager en talus un des bords de la mare.

la berge : Si elle est végétalisée elle jouera son rôle d'écotone. En pente douce sur au moins un côté, elle permet aux animaux (ou à un enfant tombé dans l'eau) d'en sortir facilement. Un rebord vertical et lisse d’une dizaine de centimètre constitue une barrière infranchissable pour nombre d’animaux. Le fond et les berges sont souvent modelés en paliers plus faciles à végétaliser.

Taille : Une surface d’eau de 4 m² et une profondeur de 60 cm suffisent à abriter les espèces les plus communes. Cependant, plus le plan d’eau est étendu et profond, plus il est écologiquement et thermiquement stable.

Profondeur : En zone froide ou aride, il est utile de prévoir une zone profonde de 80 à 120 cm, sur au moins 1m² pour assurer la survie de la faune en période de sécheresse ou sous la glace. Pour un jardin, une mare de 8 à 12 m² avec une profondeur maximale de 1m20 sont souvent satisfaisantes.

Étanchéité

Mare artificielle, clôturée, sur bâche plastique

Si le sol n’est pas naturellement imperméable (argileux), le recours à un revêtement étanche est nécessaire. Ce peut être :

  • Le béton hydrofugé, éventuellement couvert d'une résine apte au contact alimentaire
  • La bâche plastique (sur un feutre (géotextile) et éventuellement au-dessus d'un grillage anti-rongeur)
  • Membrane caoutchouc synthétique
  • Les moquettes d’argile et bentonite

Si on utilise une bâche plastique (polyéthylène par exemple), on peut recouvrir le fond de la mare par un lit de sable et/ou de tourbe, après avoir retiré les pierres et matériaux coupants. On peut ensuite ajouter un géotextile de protection (grillage plastique souple, toile de jute, vieille moquette, géotextile tissé …) pour éviter la perforation de la bâche par les racines ou les rongeurs. On évitera les feuilles de PVC qui libèrent à la longue des ions chlorés. De même, le bitume, l’asphalte et le papier goudronné sont à proscrire car ils dégagent des benzols, toluols et autres substances aromatiques toxiques pour la faune et la flore de la mare. Enfin, le béton donnera une laitance toxique puis une eau très alcaline, même après plusieurs années de mise en service.

La couche imperméabilisante pourra être prolongée sur quelques mètres carrés au-delà des berges de la mare, afin de constituer un pré humide attrayant et riche pour la faune et la flore spécifique.

Le fond

Dans l’optique d’amener un maximum de complexité dans la mare afin de favoriser l’installation d’une faune et d’une flore riche et diversifiée, on peut confectionner une couche de substrat d’au moins 5 cm d’épaisseur. On peut y mettre des graviers propres, des galets lavés et même du sable grossier dépoussiéré. On peut également ajouter des objets plus gros comme des troncs d’arbres sains, des pierres volumineuses (pas de béton ni de calcaire), des briques creuses, etc.

Sauf cas particulier, il est prudent de ne pas utiliser dans l'eau les matériaux superficiels extraits du creusement. (souvent trop riches en matière organique, et éventuellement pollués).

Remplissage

L’eau pluviale ou d’un puits est préférable à l'eau du robinet. Cependant, dans certaines régions, en ville et notamment après les longues périodes de sécheresse, les eaux pluviales se chargent de micro-polluants, néfastes pour les petits animaux, c'est pourquoi une pré-filtration est utile (sur sable, charbon de bois) après passage sur un dégrilleur et éventuellement décanteur/déshuileur.

Les variations de niveau de la mare au cours du temps ne doivent pas nécessairement être compensées. Si elles ne sont pas extrême et trop brutales, elles sont le gage de développement d’une faune et d’une flore encore plus variée, adaptée aux différents niveaux d’eau.

Réglementation

Dans de nombreux pays (dont France), il est interdit de barrer ou de détourner un ruisseau pour alimenter sa propre mare. En outre, il faut impérativement éviter d’installer une mare sur une riche zone humide déjà existante, qui abrite généralement des espèces protégées, risquant de pâtir de l'artificialisation du milieu.

Avant de construire le plan d’eau, il est nécessaire de se renseigner sur la réglementation en vigueur nationalement et localement.

Des subventions sont possibles dans certains cas.

Colonisation des mares

Par la flore

Les végétaux aquatiques ont une capacité de développement leur permettant de coloniser la mare en quelques mois à partir de quelques plans ou plantules ou de graines présentes dans de la tourbe fraîche. On évitera d’introduire des plantes aquatiques agressives ou invasives, telles que les lentilles d’eau, les élodées et surtout des jussies. On évitera la renouée du Japon sur les berges. Ne pas saturer les berges de plantations permet aux espèces pionnières autochtones ou aux propagules et graines importées avec le substrat de d'épanouir. Les plantes lacustres (nénuphar, trèfle d’eau, sagittaire, potamot) ont un développement important que l’on pourra prévenir en les rempotant dans des baquets immergés. En l'absence de grands herbivores, ou en présence de bétail, une fauche périodique avec exportation des produits de fauche est recommandée pour lutter contre l'eutrophisation, elle peut être étalée par sections sur plusieurs années, pour conserver des zones refuges.

Par la faune

La mare creusée et les plantes installées, la faune se diversifie spontanément dans et autour du bassin, d'autant plus vite qu'on a ensemencé la mare avec un substrat provenant d'une mare naturelle riche. Il est fortement conseillé de ne procéder à aucune introduction hasardeuse de poissons et d’amphibiens. Les poissons, dans un faible volume d'eau se nourrissant de toutes les ressources disponibles et leurs excréments troublent l'eau. Ils sont sources de problèmes et proscrits dans une mare inférieure à 15m². Dans tous les cas, il faut respecter quelques règles de bases :

  • Attendre deux ou trois ans, le temps pour la mare d’atteindre un équilibre
  • Utiliser des espèces de petite taille (ex : épinoches, ablettes, vairon, bouvière, en zone tempérée européenne …)

Une mare naturelle ne peut être transformée en un bassin d’ornement à Koï et poissons rouges. Ce type de poisson compromettra fortement l’équilibre du bassin et induit une eau constamment trouble et des algues indésirables.

Quant aux amphibiens, il convient de ne pas introduire d'espèces exotiques qui peuvent devenir invasives, et les espèces locales étant protégées dans de nombreux pays (capture et transport interdits, y compris pour œufs et larves), la colonisation se fera de manière naturelle ou avec autorisation. La conservation d'un environnement préservé des pesticides et connectés à des corridors biologiques permettent à de nombreuses espèces de venir colonise la mare.

A la belle saison, la colonisation de la mare par toute une faune spécifique peut se faire très rapidement par voie aérienne (libellules, notonectes, dytiques, …)

Dans un jardin au naturel, les moustiques sont régulés. Leurs larves aquatiques sont mangées par les dytiques ou les larves de libellules ou les tritons ; et les adultes sont la proie des insectivores. Des désagréments sont toutefois possibles dans les mares ombrées et très riches en feuilles mortes…

L’introduction d’espèces exotiques est à éviter à cause des risques d'introduction de pathogènes ou d'invasivité.

Entretien

Une fois que la mare est installée, elle nécessite peu d’entretien pour conserver les écosystèmes mis en place. C'est un système dit autocatalytique, dont la photosynthèse est la première source d'énergie.

  • Quelques problèmes sont normaux les premiers mois suivant la création d'une mare, dont l'explosion de plancton au printemps. La tourbe peut teinter l'eau (couleur thé), sans conséquence pour la faune.
  • La pullulation durable d'algues ou de lentilles d’eau est plus préoccupante. En principe, la mare doit peu à peu s’équilibrer avec le développement de la faune et de la flore supérieure. Si les problèmes persistent, il faut identifier leur origine pour les traiter. Les algues filamenteuses sont par exemple souvent un signe d'eutrophisation.
  • Bloom planctonique. Une pullulation de phytoplancton (ou plus rarement de zooplancton) est normale à la mise en eau, renforcée par l'exposition au soleil. Si elle persiste, elle est liée à la trop grande richesse de l’eau et au manque de zooplancton, qui n'apparait qu'après le phytoplancton. L'eutrophisation peut résulter de la décomposition de plantes, d’animaux, ou arrivée d’eaux de ruissellement riche en nitrates, phosphates.

Il faut intervenir si la mare dégage une odeur de pourri, ou si la visibilité dans l’eau ne dépasse pas 10 centimètres. On peut curer, exporter une partie des plantes (faucardage) en novembre ou début mars et exporter les algues filamenteuses pour qu’elles ne se décomposent pas dans l’eau ni ne limitent l’ensoleillement, tout en favorisant les plantes aquatiques à fleur.

  • Pour éviter un envasement progressif des mares de sous-bois, on peut extraire en automne une partie de la vase, par exemple, sur une moitié d'un bassin ou d'une mare une année, l’autre l’année suivante pour ne pas appauvrir la faune. Pour retirer la vase on pourra procéder de telle sorte que les animaux aient toujours la possibilité de se réfugier dans un autre coin de la mare où la vase est conservée.
  • Éviter de tondre autour de la mare, et préférer une à deux fauches par an, pour entretenir une zone tampon qui protégera mieux les amphibiens par exemple des hérons.
  • Contenir l’extension de certaines plantes de surface qui pourraient envahir la mare et empêcher un ensoleillement suffisant. Pour cela, on peut enlever les plantes et les laisser reposer quelques jours sur la berge pour permettre aux animaux qui y avaient trouvé refuge de regagner la mare.
  • La glace hivernale ne pose pas de problème si la mare est assez profonde. On peut la casser si l'on veut que les animaux puissent y boire.
  • Pollulation de bactéries et microorganismes

Elle indique un excès de sels minéraux, la présence de matière organique en décomposition (cadavres, végétaux) et peut ponctuellement être liée au réchauffement de l'eau. L’eau devient laiteuse, ou une pellicule irisée se développe en surface (infusoires), indiquant un risque d'anoxie par raréfaction de l’oxygène, mettant en péril la faune et la flore aquatique. On peut aérer l’eau à l’aide d’une pompe, rechercher la présence d'un cadavre ou limiter l’envasement du bassin. Certaines bactéries et planctons sécrètent des toxines, facteur de botulisme chez les oiseaux.

  • Lentilles d'eau

Une pullulation de lentilles traduit un manque d'autres plantes et/ou un excès d’éléments nutritifs. Il suffit de les enlever régulièrement pour rééquilibrer la mare. On les donnait autrefois à manger aux cochons ou aux animaux de basse-cour.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Albert Dauzat, Jean Dubois, Henri Mitterand, Nouveau dictionnaire étymologique et historique, éditions Larousse 1971. p. 445.
  2. François de Beaurepaire (préface de Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, A. et J. Picard, Paris, 1979.
  3. François de Beaurepaire (préface de Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, A. et J. Picard, Paris, 1981.
  4. Étymologie de mare
  5. A. Dauzat, J. Dubois, H. Mitterand, Op. cité.
  6. Définition retenue en France par le Centre de Biogéographie-Ecologie FRE 2545, CNRS/ENS-LSH
  7. Hughes, I. (1997) Conservation breeding of the tadpole shrimp Triops cancriformis in Britain . Aqu. Sci. Cons. 1: 5-18.
  8. Jeffries, M.J. (2001) Modelling the incidence of temporary pond microcrustacea: The importance of dry phase and linkage between ponds . Israel J. Zool. 47: 445-458

Bibliographie

  • Bertrand Sajaloli et Anne Teissier-Ensminger : Radioscopie des mares aux éditions de L'Harmattan (1997).
  • Jean François Noblet, La nature sous son toit, Hommes et bêtes : Comment cohabiter ? Éditions Delachaux et Niestlé, 2005, p 154-156
  • Certu, Composer avec la nature en ville, Collection du Certu, 1995

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mare de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mare — [ mar ] n. f. • 1175; frq. °mara → marais 1 ♦ Petite nappe d eau peu profonde qui stagne. ⇒ flache, flaque, lagon. Mare dans un bois, un pré, une cour de ferme. Mare croupissante, fangeuse. Mare aux canards. ⇒ canardière. « Dehors, la pluie… …   Encyclopédie Universelle

  • mare — s.m. [lat. mare ]. 1. (geogr.) [complesso delle acque salate che circondano i continenti e le isole, oppure una parte qualsiasi di tale complesso] ▶◀ (poet.) nettuno, oceano, (poet.) onda, (lett.) pelago, (lett.) ponto. ● Espressioni: colpo di… …   Enciclopedia Italiana

  • maré — s. f. 1. Aumento periódico do volume das águas do oceano. 2.  [Figurado] O fluxo e o refluxo dos acontecimentos humanos. 3. Razão. 4. Ocasião propícia. 5. Boa disposição. 6. maré alta: nível mais alto da maré. = MARÉ CHEIA, PREAMAR 7. maré… …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • MARE — Gallis la mer, Hispanis el mar, Italis il mare, Germanis die zee seu meere, Anglis The sea, Russis Moore, magna est illa aquarum congeries, quae Terram interluit. Eius partes exstantiores sunt maximi eius tractus, quos tabulae et globi… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Mare — (zum Teil von lat. mare „Meer“) steht für Mare (Loire), einen Fluss in Frankreich, Nebenfluss der Loire Mare (Orb), einen Fluss in Frankreich, Nebenfluss des Orb Mare (Zeitschrift), eine Zeitschrift Mare (Mond), eine dunkle Tiefebene auf dem Mond …   Deutsch Wikipedia

  • Maré — Location of the commune (in red) within New Caledonia Administration Country …   Wikipedia

  • Maré — Localización País   …   Wikipedia Español

  • Maré — steht für: eine Favela im urbanen Gürtel von Rio de Janeiro, siehe Maré (Rio de Janeiro) ein Musikprojekt für behinderte Laienmusiker, siehe Maré (Musikprojekt) einer Insel der Loyalitätsinseln, Neukaledonien, siehe Maré (Neukaledonien) Jean… …   Deutsch Wikipedia

  • mare — MARE. s. f. Amas d eau croupissante, plus petit que n est un estang. Grande mare. petite mare. dans ce village on abbreuve les bestiaux à une mare, à la mare. la mare est seiche …   Dictionnaire de l'Académie française

  • MARE (A.) — MARE ANDRÉ (1885 1932) Peintre et décorateur français. Mare est peintre avant d’être décorateur, et son goût pour les valeurs traditionnelles et la qualité du travail influencera ses conceptions. Il commence par dessiner des reliures aussi bien… …   Encyclopédie Universelle

  • Mare — (Роя,Латвия) Категория отеля: Адрес: Selgas iela 1c, Роя, LV 3264, Латвия Описание …   Каталог отелей


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.