Oppidum de Paule


Oppidum de Paule

Forteresse de Paule

Âges préhistoriques
Holocène   La Tène   Protohistoire
  Hallstatt
Âge du fer
  Bronze final  
  Bronze moyen
  Bronze ancien
Âge du bronze
    Chalcolithique    
  Néolithique Préhistoire
Mésolithique / Épipaléolithique
Pléistocène     Paléolithique supérieur  
    Paléolithique moyen
    Paléolithique inférieur
  Paléolithique
Âge de la pierre

La Forteresse de Paule est un site archéologique de la protohistoire celtique, situé à proximité de la commune de Paule dans le département des Côtes-d'Armor (région Bretagne). Occupé par les Osismes du VIe siècle av. J.-C. au Ier siècle av. J.-C. le site a évolué pour, d’une résidence fortifiée devenir un oppidum, avant d’être abandonné.

Sommaire

Chronologie de l’occupation[1]

  • Fin du VIe siècle av. J.-C. : fondation d’une résidence (habitation et ateliers) sur un espace d’un hectare, entouré d'un talus et d’un fossé. À l’origine, il s’agit probablement d’une résidence aristocratique[2]
  • IIIe siècle av. J.-C. : agrandissement du site. Construction de nouvelles dépendances, de deux tours d'angle et de quatre tours portières. Deux autres bâtiments sont construits accolés au rempart et des souterrains sont creusés. Le fossé qui ceint l'avant-cour est profond de 4 mètres.
  • IIe siècle av. J.-C. : un important incendie endommage le site qui est partiellement reconstruit et subit de profonds remaniements. Construction d’une nouvelle habitation, d’une grange, d’un entrepôt, d’une écurie. Le rempart et le fossé entourent un espace de 10 hectares.
  • Ier siècle av. J.-C. : l’évolution et du site l’agrandissement occupent une surface de 30 hectares, qui l’assimile à un oppidum. Peu après la guerre des Gaules le site est abandonné au profit de Vorgium (Carhaix) et les bâtiments détruits.

Selon l’archéologue Yves Ménez, qui a supervisé le chantier de fouilles, le site de Saint-Symphorien pourrait avoir été une des première ville de Bretagne[3].

Statue du barde

  • Une des 4 statues retrouvées sur le site figure « […] un personnage masculin paré d'un torque et assis jambes croisées tient plaquée contre son torse une lyre à sept cordes »[4] (hauteur : 48 centimètres). Datée du IIe siècle av. J.-C. la lyre permet de supposer qu’il s’agit d’un barde, c’est-à-dire un membre de la classe sacerdotale des Celtes au même titre que le druide, spécialisé dans l’histoire et la généalogie (lignage des souverains et des familles nobles), la poésie (mythologie et épopées), la louange, la satire et le blâme (gouvernement de la société)[5].
Autres découvertes
  • De nombreux tessons d’amphores (5 000 tessons représentant 350 récipients[6]) attestent du commerce de vin avec l’Italie.
  • Les ateliers de métallurgie ont conservés des restes de bronze, de fer et d’or.

Compléments

Notes

  1. Source : Patrice Brun et Pascal Ruby, L’Âge du fer en France, pages 100-101.
  2. Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et dictionnaire, page 773.
  3. Cité dans Armor Magazine n° 35, page 6.
  4. Giot, Briard et Pape, Protohistoire de la Bretagne, page 403, citant C. Vendries dans Archeologia n° 294, 1993.
  5. Pour la classe sacerdotale des Celtes, voir Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Druides.
  6. Dictionnaire d’histoire de Bretagne, page 571, article « Paule / Paoul » de Jean-Yves Éveillard.

Sources

  • Collectif, Dictionnaire d’histoire de Bretagne, Skol Vreizh, Morlaix, 2008, 942 p. (ISBN 978-2-915623-45-1) 
  • Patrice Brun et Pascal Ruby, L’Âge du fer en France, éditions La Découverte, Paris, octobre 2008, 177 p. (ISBN 978-2-7071-5664-8) 
  • Pierre-Roland Giot, Jacques Briard et Louis Pape, Protohistoire de la Bretagne, éditions Ouest-France Université, Rennes, 423 p. (ISBN 2-7373-1659-6) 
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux, Les Druides, éditions Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, mai 1986, 448 p. (ISBN 2-85882-920-9) 
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, novembre 2000, 1005 p. (ISBN 2-7028-6261-6) 

Bibliographie

Articles Connexes

  • Portail du monde celtique Portail du monde celtique
  • Portail de l’archéologie Portail de l’archéologie
  • Portail de la Bretagne Portail de la Bretagne
Ce document provient de « Forteresse de Paule ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Oppidum de Paule de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Forteresse de Paule — Âges préhistoriques Holocène   La Tène   Protohistoire   Hallstatt …   Wikipédia en Français

  • Liste des monuments historiques du Var — Cet article recense les monuments historiques du Var, en France. Sommaire 1 Généralités 2 Liste 2.1 A 2.2 B …   Wikipédia en Français

  • Machecoul — 46° 59′ 38″ N 1° 49′ 18″ W / 46.9938888889, 1.82166666667 …   Wikipédia en Français

  • Kelte — Als Kelten (lateinisch celtae, galli, griechisch keltoi, galatai die Tapferen, die Edlen) bezeichnete man seit der Antike Volksgruppen der Eisenzeit in Europa, die archäologisch durch die materielle Kultur zu bestimmen sind und deren… …   Deutsch Wikipedia

  • Keltische Völker — Als Kelten (lateinisch celtae, galli, griechisch keltoi, galatai die Tapferen, die Edlen) bezeichnete man seit der Antike Volksgruppen der Eisenzeit in Europa, die archäologisch durch die materielle Kultur zu bestimmen sind und deren… …   Deutsch Wikipedia

  • Keltisches Volk — Als Kelten (lateinisch celtae, galli, griechisch keltoi, galatai die Tapferen, die Edlen) bezeichnete man seit der Antike Volksgruppen der Eisenzeit in Europa, die archäologisch durch die materielle Kultur zu bestimmen sind und deren… …   Deutsch Wikipedia

  • Liste des monuments historiques du Rhône — Cet article recense les monuments historiques du Rhône, en France. Sommaire 1 Généralités 2 Liste 2.1 A 2.2 B …   Wikipédia en Français

  • Levens — 43° 51′ 42″ N 7° 13′ 31″ E / 43.8616666667, 7.22527777778 …   Wikipédia en Français

  • Nice — Pour les articles homonymes, voir Nice (homonymie). 43° 41′ 45″ N 7° 16′ 17″ E …   Wikipédia en Français

  • George Edward Bonsor Saint Martin — George Edward Bonsor …   Wikipedia Español