Nicolas hulot

Nicolas hulot

Nicolas Hulot

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hulot.
Nicolas Hulot
Nicolas Hulot - Huma 2008, 6415 (cropped).jpg

Naissance 30 avril 1955 (54 ans)
Lille, France France
Nationalité France Française
Profession(s) Reporter Écologiste Écrivain
Distinctions Officier de la Légion d'honneur Officier de l'Ordre national du Mérite Chevalier des Arts et Lettres Officier de l'Ordre du Lion du Sénégal

Nicolas Hulot, né le 30 avril 1955 à Lille, est un reporter, écologiste et écrivain français. À la suite de l'impact de son émission télévisée Ushuaïa Nature, il s'est engagé de plus en plus dans la protection de l'environnement et la sensibilisation du grand public sur les questions écologiques.

Il crée en 1990 la Fondation Ushuaïa qui devient en janvier 1995 la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme. Après avoir envisagé d'être candidat à l’élection présidentielle de 2007 pour que les questions écologiques urgentes pèsent dans la campagne électorale, il se retire en janvier 2007 après la signature du Pacte écologique par la plupart des candidats des partis « de gouvernement ».

Critiqué par une partie du mouvement écologiste français comme trop consensuel, Nicolas Hulot a amorcé fin 2009, avec son film Le Syndrome du Titanic, une radicalisation de son discours sur la question de l'« urgence écologique »[1].

Sommaire

Biographie

Fils de Monique, Marguerite Hulot née Moulun, mère au foyer, née le 30 janvier 1929 à Sens, devenue visiteuse médicale et de Philippe, Marie, Joseph, Hulot, né le 12 juin 1929 à Paris aventurier, chercheur d'or au Vénézuela et chef d'entreprise dans la confiserie à Paris puis dans la vente de plantes à Nice. Il a un frère, Gonzague, et une sœur, Béatrice. Son grand-père paternel, architecte, vivait dans l'immeuble du cinéaste Jacques Tati à qui il inspirera le personnage de Monsieur Hulot[2]. Il fit ses études au lycée Saint Jean de Passy dans le 16e arrondissement de Paris.

La mère de Monique Hulot avait épousé Georges Moulun, d'une famille parmi les plus riches de France qui a tout perdu alors qu'elle avait fait sa fortune dans la construction des premiers barrages hydroélectriques. Philippe Hulot meurt d'un cancer et laisse une famille de trois enfants alors que Nicolas Hulot a tout juste 15 ans. Son frère, Gonzague, se suicide le jour de Noël alors que Nicolas Hulot a seulement 19 ans. C'est lui qui découvrit le corps de son frère, mais, ne voulant pas gâcher la fête de Noël de sa mère, il préféra n'en parler que le lendemain[3].

Nicolas s'est marié le 3 septembre 1993 à Saint-Malo (Ille et Vilaine) avec Isabelle Patissier de qui il divorcera le 9 avril 1996. Il s'est remarié à Viens (Vaucluse) le 5 octobre 2002 avec Florence, Maïlys, Lasserre.

Nicolas participa au rallye Paris-Dakar en 1980[4].

Photographe

Nicolas Hulot souhaite gagner sa vie très vite. Successivement plagiste, moniteur de voile, serveur puis photoreporter, il est engagé en 1973 par Gökşin Sipahioğlu, fondateur de l'agence de presse Sipa. En 1976, il part au Guatemala, suite au tremblement de terre qui a fait 20 000 morts. La même année, grâce à un ami, il part en reportage en Afrique du Sud avec le navigateur Éric Tabarly. En 1977, il est en Rhodésie, en pleine guerre d'indépendance et interviewe Ian Smith, le Premier ministre. Le 26 mars 1978, il manquera le cliché du baron Édouard Jean Empain. Le 2 novembre 1979, il refusa de photographier la mort de Jacques Mesrine alors qu'il est parmi les premiers sur les lieux de la fusillade.

Carrière dans l'audiovisuel

Nicolas Hulot débutera sa carrière dans les médias à la radio. C'est Patrice Blanc-Francard qui le fait connaître sur les ondes de France Inter. Il fera ses débuts à la télévision dans une émission pour enfants Les visiteurs du mercredi, en 1980. Puis, il se fait connaître comme animateur-reporter en soirée sur France Inter sur des événements moto, sa chronique s'appelle La poignée dans le coin.

Dès 1987, il présente l'émission télévisée Ushuaïa, le magazine de l'extrême, diffusée sur TF1. Il devient grâce à cette émission un familier des téléspectateurs et un des grands porte-parole français de la sauvegarde de la nature de ces 20 dernières années.

En 1996, il présente Opération Okavango sur TF1.

En 2005, un sondage le place à la 60e place dans l'émission télévisée Le plus grand Français de tous les temps.

Il est l'inspirateur de la nouvelle chaîne Ushuaïa TV, lancée sur le câble en mars 2005 et appartenant au Groupe TF1.

Le magazine mensuel Ushuaïa voit le jour en 2006.

La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme

Il crée en 1990 la Fondation Ushuaïa qui devient en janvier 1995 la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme (reconnue d'utilité publique en 1996). Depuis, les projets et les partenariats n'ont cessé de se développer.

Après avoir travaillé au côté des enfants et des enseignants, en 2005, la Fondation Nicolas Hulot et l'Ademe (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) lancent l’opération « Défi pour la Terre ». Elles invitent le public, les collectivités ou les entreprises à être dans les gestes de la vie quotidienne, plus respectueux de l’environnement.

Puis elle élargit son action en 2007 en interpellant les candidats à l’élection présidentielle avec le Pacte écologique.

En 2009, la Fondation franchit une nouvelle étape en lançant la campagne EVOLUTION, Chapitre 2. « Face au carrefour de crises écologique, sociale, financière, la Fondation Nicolas Hulot invite chacun à se projeter dans l'avenir, à oser l’inédit pour bâtir autre chose, ouvrir un nouveau chapitre de notre histoire individuelle et collective. Avec le Comité de Veille Ecologique, la Fondation entend participer à sa mesure à ce grand défi, en encourageant la volonté d’agir et en mettant au débat des pistes de réflexion pour construire demain autrement. » [5]

Engagement politique pour l'écologie

Nicolas Hulot est un « électron libre » (comme il se décrit lui-même) mais est disponible pour quiconque lui demande son avis. Il a ainsi conseillé plusieurs personnalités politiques telles que Laurent Fabius ou Jacques Chirac, dont il aurait refusé[6] en 2002 la proposition de devenir Ministre de l’Écologie.

Nicolas Hulot est à l'origine[7] de l'idée d'inclure une charte de l'environnement dans la Constitution, ce qui est effectif depuis mars 2005.

Il est partisan d'une société de sobriété et cite Jean-Baptiste de Foucauld qui préconise l'« abondance frugale » : « Il ne s'agit pas de supprimer voitures et avions. Mais d'organiser la modération avant d'y être contraint. Soit l'évolution sera imposée à nous, soit on l'organisera. »

Le 29 juillet 2006, des rumeurs circulent selon lesquelles il pourrait être candidat à l'élection présidentielle française de 2007, mais il dément : « Je ferai tout pour ne pas être candidat ». Il se rend à l'université d'été de l'UDF, des Verts et de Cap 21 pour prôner aux politiques la nécessité d'agir d'urgence pour préserver notre environnement. Courant septembre, il annonce sur le site de sa Fondation qu'il présentera sa décision fin novembre.

Sa démarche vise à faire pression sur les hommes et appareils politiques, il écrit sur son site : « Il faut placer les enjeux écologiques au cœur de l’élection présidentielle ! 9 Français sur 10 estiment nécessaire de changer profondément de politique pour faire face au risque écologique, 52 % souhaitent que la protection de l’environnement soit parmi les objectifs prioritaires du futur président. À l’aube des élections, je lance un appel à la raison en espérant que les candidats de l’ensemble des partis s’emparent de ces questions et fixent des priorités. Je souhaite que les politiques placent ces enjeux au cœur de leurs programmes électoraux. La Fondation et moi-même allons mettre toute notre énergie pour convaincre les candidats en ce sens. »

Le 7 septembre, Le Nouvel Observateur met Nicolas Hulot à la une et publie une grande enquête en le surnommant : « L’homme qui veut sauver la Terre ».

Le 22 octobre 2008, il intervient pendant la conférence de presse de la plateforme collaborative écologiste et humaniste Colibri, animée par Pierre Rabhi. Il déclare entre autre : « ...notre vernis civilisationnel ne résistera pas longtemps à la combinaison de la crise écologique et de la pauvreté. »[8]

Pétition en ligne

Fin novembre 2006, Nicolas Hulot met à disposition sur un site Internet une pétition en ligne permettant à chacun de soutenir son action[9]. Au 24 mai 2007, la pétition a été signée par plus de 740 300 personnes dont par certains candidats à l’élection présidentielle. À la suite de l'élection, une pétition intitulée «  Pacte contre Hulot » est mise en ligne sur internet par ses détracteurs[10].

Candidature à l'élection présidentielle de 2007

Le 7 novembre 2006, il lance le Pacte écologique afin d'imposer l'écologie dans la campagne présidentielle française. Il souhaite ainsi interpeller les candidats, mobiliser les citoyens et nourrir le débat public. Son Pacte sera signé par 5 candidats sur 12 déclarés à la présidentielle (Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Marie-George Buffet et Dominique Voynet) et plus de 700 000 personnes. Deux autres candidats, qui n'ont pas signé le pacte, ont néanmoins réagi à l'initiative : Arlette Laguiller rejette la responsabilité de la situation sur le patronat et refuse en bloc les mesures proposées par M. Hulot[11] tandis qu'Olivier Besancenot propose des solutions alternatives, selon lui plus efficaces que celles proposées par M. Hulot[12].

Ce lancement sera suivi par plusieurs semaines de lobbying écologique, au cours desquelles, il rencontrera un grand nombre de candidats - déclarés ou non - à l'élection présidentielle de 2007.

Le 22 janvier 2007, au cours d'une conférence de presse au Palais de la découverte, il annonce qu'il ne se présentera pas à l'élection présidentielle. Il déclare, au cours de cette conférence de presse relative à sa candidature, qu'il ne « supportera aucun candidat à l'élection présidentielle » laissant « l'impératif écologique au cœur de ses préoccupations ». Il déclare par ailleurs « faire confiance aux candidats à l'élection quant à leur engagement vis à vis du Pacte écologique ». À une question relative à son intérêt personnel pour un poste de vice-Premier ministre en charge des affaires environnementales, Nicolas Hulot déclare qu'« à ce poste nouveau, délicat, il faudrait quelqu'un qui, au-delà de ses compétences écologiques, ait une solide expérience des institutions ». Il continuera à promouvoir son Pacte en rassemblant le 31 janvier ses principaux signataires et des personnes de base[13].

Au cours de la campagne, Nicolas Hulot est intervenu à plusieurs reprises pour rappeler l'exigence écologique. Les candidats, malgré la signature du pacte, ont relégué au second plan la question du réchauffement climatique et du développement durable[14].

Un écologiste controversé

Apprécié de l'opinion publique française[15],[16], Nicolas Hulot est marginalement sévèrement critiqué. Il est par exemple présenté par les représentants français du courant décroissant comme un homme surmédiatisé, acceptant des fonds de la part de grandes entreprises considérées comme polluantes à l'image d'EDF, ou L'Oréal . Vincent Cheynet écrit : « En fait, le diable en personne proposerait à Nicolas Hulot de figurer dans son comité de soutien en lui promettant de fermer le robinet en se lavant les dents que l'hélicologiste accepterait aussitôt. Ce qu'il y a de magique avec le Pacte écologique, c'est qu'il n'y a plus ni pollueurs ni pollués, ni droite ni gauche, ni bien ni mal, ni exploiteurs ni exploités, mais seulement des gentils consommateurs qui cliquent sur Internet pour sauver la planète »[17]. Ils estiment que le Pacte écologique proposé par Nicolas Hulot aurait contribué à exclure d'emblée le thème de l'écologie de la campagne électorale 2007, ce thème étant considéré comme « déjà traité » dès lors que les candidats avaient signé le pacte. Ils reprochent à Nicolas Hulot son absence de critique du système économique capitaliste et financier, Hulot déclarant par ailleurs "qu'il [fallait] libérer le travail"[18]. Aussi, ils lui reprochent ses liens supposés compromettants avec le monde des grands patrons. C'est pourquoi les rédacteurs de La Décroissance ont publié sur Internet un « Pacte contre Hulot »[19].

Un éditorial de Thierry Jaccaud, paru dans L'Écologiste début 2007, analyse les propositions de Nicolas Hulot. Il les trouve trop restreintes et appelle l'animateur de télévision à aller plus loin que ce soit sur les OGM, le nucléaire, l'agriculture biologique ou la mondialisation[20].

Publications

Il est l'auteur de nombreux livres, parmi lesquels États d'âme ou plus récemment Le Syndrome du Titanic; un film documentaire du même titre sortira en octobre 2009[21]. Sa rencontre et son livre commun avec Pierre Rabhi en 2005 permettent de confronter ses idées avec un grand militant écologiste de terrain. En novembre 2006, dans le cadre de son engagement politique, il publia également Pour un pacte écologique, en collaboration avec les membres du Comité de veille écologique de sa fondation. Cet ouvrage s'inscrit pleinement dans son action puisque y sont décrits les engagements écologiques majeurs qu'il souhaite mettre en jeu durant l’élection présidentielle de 2007.

  • Tabarly : 45 ans de défi, Paris, Pac, 1976
  • Ces enfants qui souffrent, Paris, Pac, 1978
  • Chasseurs de Pôles, Paris, Albin Michel, 1989
  • Les chemins de traverses, Paris, Lattès, 1989 ; Paris, Pocket, 1990
  • États d'âme, Paris, Lattès, 1991 ; Paris, LGF, 1992
  • Questions de nature, Paris, Plon, 1995 ; Paris, Pocket, 1996
  • À mes risques et plaisirs, Paris, Plon, 1998 ; Paris, Pocket, 2000
  • Pour que la Terre reste humaine, Paris, Seuil, 1999 ; Paris, Seuil, « Points », 2001
  • Ushuaïa nature : paradis du bout du monde, Paris, Michel Lafon, 2000
  • Planète nature, Pais, Michel, Laffon, 2002
  • Ushuaïa nature. Vol. 2, Voyages au cœur de l'extrême, Paris, Michel Lafon, 2003
  • Le syndrome du Titanic, Paris, Calmann-Lévy, 2004 ; Paris, LGF, 2004
  • Écologuide de A à Z : pour les juniors, Paris, Le cherche midi, 2004
  • Ushuaïa : le grand album, Paris, Michel Lafon, 2004
  • La Terre en partage : éloge de la biodiversité, Paris, La Martinière, 2005
  • Graines de possibles, regards croisés sur l'écologie (avec Pierre Rabhi), Paris, Calmann-Lévy, 2005 (ISBN 2702135897)
  • Pour un pacte écologique, Paris, Calmann-Lévy, 2006 (ISBN 2702137423)

Notes et références

  1. « Nicolas Hulot, radicalement vert », Le Monde, 6 octobre 2009.
  2. Nicolas Hulot se réclame de cette parenté : « Mon grand-père était l'architecte de l'immeuble dans lequel habitait Jacques Tati. Chaque fois qu'il y avait un problème, la gardienne lui disait : « Il faut appeler Monsieur Hulot ! » Cela revenait comme un leitmotiv. Il semble que mon grand-père avait une silhouette particulière, qui a frappé Tati. Aussi, lorsqu'il a créé son célèbre personnage, il s'est souvenu du nom et a demandé l'autorisation de l'utiliser. » L'express du 7 février 2005.
  3. La première vie de Nicolas Hulot, L'EXPRESS.fr, 13 décembre 2006
  4. (source)
  5. [www.fnh.org]
  6. Nicolas Hulot, Le syndrome du Titanic, Paris, Calmann-Lévy, 2004 ; Paris, LGF, 2004
  7. Id.
  8. « Conférence de presse de lancement »
  9. Pacte écologique 2007
  10. Pacte contre Hulot
  11. [pdf] pacte-ecologique-2007.org
  12. pacte-ecologique-2007.org
  13. « Nicolas Hulot renonce à se présenter à l'Élysée, après six mois de lobbying écologique », Élise Vincent, Le Monde, 23 janvier 2007, page 13
  14. L'écologie dans la campagne : Ségolène Royal face à Nicolas Hulot
  15. « Zidane reste la personnalité préférée des Français », nouvelobs.com, 24 juin 2008.
  16. « Noah reste la personnalité préférée des Français », Le Figaro, 2 août 2008.
  17. La Décroissance, n°43, octobre 2007, p 6.
  18. http://www.lejdd.fr/Chroniques/86907/
  19. « Pacte contre Hulot »
  20. « Ne soyez pas timide, M. Hulot ! », L'Écologiste, n° 21, décembre 2006-mars 2007, p.3.
  21. http://www.dvdrama.com/film-13269-le-syndrome-du-titanic.php

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

(fr+en) Nicolas Hulot sur l’Internet Movie Database.


  • Portail de l’écologie Portail de l’écologie
  • Portail de la télévision Portail de la télévision
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Nicolas Hulot ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nicolas hulot de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Nicolas Hulot — Nicolas Hulot, September 2008 …   Wikipedia

  • Nicolas Hulot — (* 1953 in Nordfrankreich) ist ein in Frankreich bekannter und seit vielen Jahren populärer Fernsehmoderator, Umweltschützer und Filmemacher.[1] Im April 2011 gab er seine Kandidatur zu den französischen Präsidentschaftswahl 2012 bekannt,… …   Deutsch Wikipedia

  • Nicolas Hulot — Pour les articles homonymes, voir Hulot. Nicolas Hulot …   Wikipédia en Français

  • Nicolas-Hulot — Fondation Nicolas Hulot Logo de la fondation La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l Homme (ou Fondation Ushuaïa avant janvier 1995) est la seule fondation française reconnue d utilité publique dédiée à l éducation à l environnement. Elle… …   Wikipédia en Français

  • École Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme — Ecole Nicolas Hulot pour la Nature et l Homme Contexte général Champs d’action Écologie, Protection de l environnement Fiche d’identité …   Wikipédia en Français

  • Fondation Nicolas-Hulot — Logo de la fondation La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l Homme (ou Fondation Ushuaïa avant janvier 1995) est la seule fondation française reconnue d utilité publique dédiée à l éducation à l environnement. Elle a été créée en 1990 par… …   Wikipédia en Français

  • Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme — Fondation Nicolas Hulot Logo de la fondation La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l Homme (ou Fondation Ushuaïa avant janvier 1995) est la seule fondation française reconnue d utilité publique dédiée à l éducation à l environnement. Elle… …   Wikipédia en Français

  • Fondation Nicolas Hulot — Logo de la fondation La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l Homme (ou Fondation Ushuaïa avant janvier 1995) est la seule fondation française reconnue d utilité publique dédiée à l éducation à l environnement. Elle a été créée en 1990 par… …   Wikipédia en Français

  • Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme — Fondation Nicolas Hulot Logo de la fondation La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l Homme (ou Fondation Ushuaïa avant janvier 1995) est la seule fondation française reconnue d utilité publique dédiée à l éducation à l environnement. Elle… …   Wikipédia en Français

  • Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme — Fondation Nicolas Hulot Logo de la fondation La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l Homme (ou Fondation Ushuaïa avant janvier 1995) est la seule fondation française reconnue d utilité publique dédiée à l éducation à l environnement. Elle… …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»