Montagne (Revolution francaise)

Montagne (Revolution francaise)

Montagne (Révolution française)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montagne (homonymie).

La Montagne (les Montagnards) fut un groupe politique de la Révolution française, à la Convention nationale, favorable à la République et opposé aux Girondins.

Pendant la Révolution française, les députés de l’Assemblée législative de 1791 siégeant sur les bancs les plus hauts de l’Assemblée (la Montagne) prirent le nom de montagnards alors que les députés des bancs les plus bas prenaient le nom de Plaine ou de Marais.

Favorables à la République, dominés par Georges Danton, Jean-Paul Marat et Maximilien de Robespierre, les montagnards connurent leur apogée au printemps de 1793 avec 300 députés à la Convention nationale, pour la plupart élus de la Seine et des grandes villes. Hostiles à la monarchie, favorables à une démocratie centralisée, les montagnards, proches de la petite bourgeoisie, s’appuyèrent sur les sans-culottes et combattirent âprement les Girondins, représentants de la bourgeoisie aisée, qu’ils finirent par évincer du pouvoir (2 juin 1793).

Dominant la Convention et le Comité de Salut public, ils imposèrent une politique de Terreur. Les montagnards se scindèrent alors en plusieurs courants distincts, ceux qui étaient partisans d'une alliance avec le peuple et de mesures sociales - menés par Maximilien de Robespierre - et les tenants d'une Terreur ponctuelle - menés par Georges-Jacques Danton. Par ailleurs, plusieurs députés montagnards étaient proches des Enragés de Jacques Roux ou des Hébertistes menés par Jacques René Hébert.

Les Hébertistes appelant à une nouvelle insurrection et les tentatives d'apaisement ayant échoué, le gouvernement révolutionnaire fit arrêter, dans la nuit du 3 au 4 mars 1794 (13-14 ventôse an II), Hébert et les principales figures du club des Cordeliers. Tous furent condamnés à mort et exécutés vingt jours plus tard, le 24 mars 1794. Par la suite, ce fut au tour des Indulgents, qui menaient campagne pour renverser le gouvernement, mettre fin à la Terreur et négocier une paix rapide avec les monarchies coalisées, d'être éliminés. Arrêtés, ils sont condamnés à mort le 5 avril 1794 (4 germinal an II) et guillotinés.

Après la chute de Maximilien de Robespierre et de ses partisans le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), les montagnards (que l'on a pris l'habitude de qualifier de montagnards de l'an III, pour les distinguer des montagnards « dantonistes », qui s'étaient alliés aux modérés du Marais), de moins en moins nombreux et réunis dans le groupe des Crêtois, tentèrent de s’opposer à la Convention thermidorienne mais en vain. Ils furent en grande partie éliminés après les insurrections de germinal et de prairial.

Sous la Seconde République, les députés de l’extrême gauche (Armand Barbès, Alexandre-Auguste Ledru-Rollin) reprirent le nom de Montagne pour désigner leur groupe politique, tandis que les royalistes légitimistes les plus ultras, partisans de « l'appel au peuple » et convaincus que le suffrage universel aboutirait à rétablir la monarchie, adoptaient le nom de « Montagne blanche »[1].

Notes

  1. Stéphane Rials, Révolution et contre-révolution au XIXe siècle, DUC/Albatros, Paris, 1987, p. 155, et R. Huard, « Montagne rouge et Montagne blanche en Languedoc-Roussillon sous la Seconde République », in Droite et gauche de 1789 à nos jours, Publications de l'université Paul-Valéry, Montpellier III, 1975, pp. 139-160.

Bibliographie

  • Alphonse Esquiros, Histoire des Montagnards, Librairie de la Renaissance, Paris, 1875 (édition de), 543 p.
  • Albert Mathiez, Girondins et Montagnards, 1re édition : Firmin-Didot, Paris, 1930, VII-305 p. –  Réédition en fac-simile : Éditions de la Passion, Montreuil, 1988, VII-305 p. (ISBN 2-906229-04-0)
  • Jeanne Grall, Girondins et Montagnards : les dessous d'une insurrection : 1793, Éditions Ouest-France, Rennes, 1989, 213 p. (ISBN 2-7373-0243-9)

Voir aussi

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
Ce document provient de « Montagne (R%C3%A9volution fran%C3%A7aise) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Montagne (Revolution francaise) de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Montagne (révolution française) — Pour les articles homonymes, voir Montagne (homonymie). Article de la série Révolution française …   Wikipédia en Français

  • Montagne (Révolution française) — Pour les articles homonymes, voir Montagne (homonymie). La Montagne (ses membres étant appelés les Montagnards) était un groupe politique de la Révolution française, à la Convention nationale, favorable à la République et opposé aux Girondins.… …   Wikipédia en Français

  • Révolution française — Cet article concerne la Révolution française de 1789. Pour celle de 1830, voir Trois Glorieuses. Pour celle de 1848, voir Révolution française de 1848. La Révolution française est la période de l h …   Wikipédia en Français

  • Marais (Révolution française) — La Plaine ou le Marais est le nom donné au groupe le plus modéré, mais le plus nombreux (environ 400 députés) de la Convention nationale. Un groupe modéré Leur dénomination provient de cette position, par comparaison aux espaces géographiques de… …   Wikipédia en Français

  • Déchristianisation (Révolution française) — Pour les articles homonymes, voir déchristianisation. La déchristianisation est une politique qui, pendant la Révolution française, a pour but de supprimer le christianisme de la vie quotidienne en France : prêtres déportés ou assassinés,… …   Wikipédia en Français

  • Gironde (Révolution française) — Les Girondins à la prison de la Force après leur arrestation. Gravure de 1845 La Gironde, est le nom donné à un groupe politique de la Révolution française qui fut majoritaire à l’Assemblée législative[1] (en face des Montagnards) à la …   Wikipédia en Français

  • Marais (Revolution francaise) — Marais (Révolution française) Article de la série Révolution française Causes Préludes L Assemblée constituante et ses suites (1789 1791) …   Wikipédia en Français

  • Marais (révolution française) — Article de la série Révolution française Causes Préludes L Assemblée constituante et ses suites (1789 1791) …   Wikipédia en Français

  • Plaine (Révolution française) — Marais (Révolution française) Article de la série Révolution française Causes Préludes L Assemblée constituante et ses suites (1789 1791) …   Wikipédia en Français

  • FÉDÉRALISTES (Révolution française) — FÉDÉRALISTES, Révolution française La défaite des Girondins dans leur lutte contre les Montagnards, le 2 juin 1793, moment capital dans l’histoire de la Révolution française, a une signification moins sociale que géographique; c’est la défaite de …   Encyclopédie Universelle


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»