Mad Men


Mad Men
Mad Men
Logo de Mad Men
Titre original Mad Men
Genre Série dramatique
Créateur(s) Matthew Weiner
Production Matthew Weiner
Acteurs principaux Jon Hamm
Elisabeth Moss
John Slattery
Christina Hendricks
Musique Générique : A Beautiful Mine de RJD2
Épisodes : David Carbonara
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d’origine AMC
Nombre de saisons 4
Nombre d’épisodes 52
Durée ± 47 minutes
Diffusion d’origine 19 juillet 2007 – en production
Séries télévisées

par période / genre / pays
Liste complète

Mad Men est une série télévisée américaine créée par Matthew Weiner et diffusée depuis le 19 juillet 2007 sur AMC.

En France, la série est diffusée depuis le 16 mars 2008 sur TPS Star et depuis le 2 novembre 2008 sur Canal+, en VM. Au Québec, elle est diffusée depuis le 9 juin 2010 sur Télé-Québec. En Suisse, la série est diffusée depuis le 9 janvier 2011 sur TSR1[1]. En Belgique francophone, la série est diffusée depuis le 23 janvier 2011 sur La Deux en version française et sur La Trois en version originale sous-titrée français.

Mad Men se déroule dans les années 1960 à New York, initialement dans l'agence publicitaire fictive Sterling Cooper sur Madison Avenue, puis dans l'agence nouvellement créée Sterling Cooper Draper Pryce. La série est centrée sur le personnage de Don Draper, interprété par Jon Hamm, directeur créatif de Sterling Cooper et associé de Sterling Cooper Draper Pryce, dans sa vie professionnelle et personnelle. Au travers des différents personnages et des évènements, la série dépeint les changements sociaux et moraux qui ont eu lieu aux États-Unis dans les années 60.

Mad Men a reçu un grand succès critique, en particulier pour son authenticité historique et son style visuel. Elle a connu une audience croissante au cours des saisons, pour réunir plus de 2,9 millions de téléspectateurs par épisode devant la quatrième saison, en cours de diffusion aux États-Unis. La série a également reçu de nombreuses récompenses, dont treize Emmys et quatre Golden Globes. C'est la première série diffusée sur une chaine de base du câble à remporter l'Emmy de la meilleure série dramatique, gagné quatre années consécutives pour les quatre premières saisons en 2008, 2009 et 2010 et 2011.

Sommaire

Synopsis

Dans le New York du début des années 1960, l'agence publicitaire Sterling Cooper Advertising est une enseigne qui monte. Don Draper en est un des dirigeants, un homme au passé mystérieux et à l'instinct sûr qui séduit à la fois les femmes qui l'entourent et les entreprises qu'il courtise.

Autour de la série

Le titre est un jeu de mots avec Ad men, littéralement « les hommes de la pub », mais c'est aussi et surtout une expression de l'époque qui fait référence au fait que ces publicitaires travaillaient sur Madison Avenue à New York, d'où l'impossibilité de traduire le titre en français. Mad Men prend également tout son sens au vu de l'attention portée à la condition féminine dans l'ensemble de la série, une triple lecture du titre étant alors nécessaire.

Production

Conception

En 2000, alors qu'il travaille comme scénariste pour la série télévisée Becker, Matthew Weiner écrit la première version de ce qui sera l'épisode pilote de Mad Men[2],[3]. Le producteur de télévision David Chase recrute Weiner pour travailler sur sa série produite par HBO, Les Soprano, après avoir lu son script en 2002[4] : « il était vif et avait quelque chose de nouveau à dire ».

Weiner laisse le script du pilote de côté pour les sept années suivantes, durant lesquelles ni HBO, ni Showtime ne se montrent intéressés par son projet, jusqu'à ce que Les Soprano ait terminé sa dernière saison, et que la chaîne câblée AMC se lance dans le marché de la nouvelle programmation[4] : « la chaîne était à la recherche de différence pour le lancement de sa première série originale » a dit le président d'AMC, Ed Carroll, « et nous avons pris le pari de la qualité plutôt que de l'appel de la masse stéréotypée »[2].

Pré-production

Tim Hunter, réalisateur d'une demi-douzaine d'épisodes des deux premières saisons de la série, a qualifié Mad Men de « programme très bien géré ».

« Il existe un tas de réunions au cours de la pré-production. Le jour où le script arrive, on se réunit tous pour une première lecture, et Matt [Weiner] commence à nous dire comment il envisage l'épisode. Puis, on fait une autre réunion de lecture en conditions quelques jours plus tard. Enfin, on fait une dernière réunion avec toute l'équipe de production. »

— Tim Hunter, Bonus DVD de la saison 1

Tournage

L'épisode pilote (Smoke Gets In Your Eyes) a été tourné aux Studios Silvercup et à divers endroits autour de New York, et les épisodes suivants ont été filmés aux Studios Center de Los Angeles[5].

La série a été tournée de façon à être disponible en haute définition et diffusée sur AMC-HD et en vidéo à la demande (VOD) sur les chaînes câblées affiliées[6].

Les scénaristes, notamment Matthew Weiner, ont amassé de nombreux documents de recherche sur la période à laquelle Mad Men se déroule de manière à rendre la plupart des aspects de la série — y compris les décors, les costumes et les accessoires — historiquement précis et vraisemblables[3], en produisant un style visuel authentique, encensés par la critique[7],[8].

Chaque épisode a un budget de 2 à 2,5 millions de dollars américains, bien que celui de l'épisode pilote ait été de 3 000 000 $[2],[3].

Pour les scènes affichant un tabagisme important (ce qui est le cas dans chacun des épisodes), Weiner a déclaré que « faire cette série sans tabac aurait été une blague. Cela aurait été hygiénique... et cela aurait fait bidon »[9].

Weiner a collaboré avec le directeur de la photographie Phil Abraham et avec les créateurs de décors Robert Show (qui n'a travaillé que sur le pilote) et Dan Bishop, pour développer une style visuel qui serait « davantage influencé par le cinéma que par la télévision[5] ». Alan Taylor, ancien réalisateur pour Les Soprano, a réalisé le pilote et a également aidé à créer le ton visuel de la série. Pour donner une « apparence de mystère » autour de Don Draper, Taylor avait tendance à filmer derrière lui ou à masquer partiellement son corps. Beaucoup de scènes se déroulant à Sterling Cooper ont été filmées d'un point de vue inférieur à l'axe de l'œil humain, pour intégrer les plafonds dans la composition picturale, ce qui reflète la photographie, le graphisme et l'architecture de cette période. Alan a estimé que ni la steadicam, ni la caméra à l'épaule ne seraient appropriées à la « grammaire visuelle de l'époque, et que l'esthétique ne correspondent pas à [leur] approche classique » : les décors ont par conséquent été conçus pour l'utilisation de la méthode de travelling[5].

Format

Le générique figure en surimpression une animation graphique d'un homme d'affaires chutant d'une grande hauteur, entouré de gratte-ciels aux reflets d'affiches publicitaires d'époque, et accompagnée d'une courte version instrumentale de A Beautiful Mine de RJD2. L'homme d'affaires apparaît comme une silhouette en noir et blanc.

Cette séquence d'ouverture rend hommage aux génériques de gratte-ciels du créateur de graphismes Saul Bass, ayant travaillé pour Alfred Hitchcock dans La Mort aux trousses (North By Northwest, 1959), et la chute de l'homme fait référence à l'affiche du film Sueurs froides (Vertigo, 1958). Weiner a par ailleurs cité Hitchcock comme une influence majeure sur le style visuel de la série[9].

Diffusion

Fiche technique

En plus d'avoir créé la série, Matthew Weiner est le responsable du programme, scénariste principal et son producteur exécutif unique. Il contribue à chaque épisode, en tant que scénariste ou co-scénariste, parfois en tant que réalisateur — il réalise notamment les derniers épisodes de chaque saison — et participe à l'approbation de la distribution des rôles, des décors et des costumes. Il est réputé pour être très sélectif sur tous les aspects de la série et préconise un haut niveau de secret entourant les détails de la production.

À partir de la troisième saison, sept des neuf scénaristes de la série sont des femmes, en dépit des statistiques révélées par la Writers Guild of America en 2006, qui indiquent que les scénaristes masculins sont plus nombreux que leurs homologues féminines à 2 pour 1. Maria Jacquemetton indique :

« Nous avons un personnel scénaristique essentiellement féminin — des femmes de 20 à 50 ans — et de nombreux chefs de département et administrateurs masculins. [Les producteurs exécutifs] Matt Weiner et Scott Hornbacher embauchent des personnes en qui ils croient en fonction de leur talent et de leur expérience. "Pouvez-vous capturer ce monde ? Pouvez-vous apporter une histoire intéressante ?" »

— Maria Jacquemetton

Composition de l'équipe technique[10] :

  • Réalisateurs : Phil Abraham, Tim Hunter, Lesli Linka Glatter, Andrew Bernstein, Alan Taylor, Matthew Weiner, Jennifer Getzinger, Michael Uppendahl, Barbet Schroeder ;
  • Scénaristes : Matthew Weiner, Kater Gordon, Marti Noxon, Tom Palmer, Chris Provenzano, Cathryn Humphris, Dahvi Waller ;
  • Producteurs : Matthew Weiner (producteur exécutif), Scott Hornbacher (co-producteur exécutif), Lisa Albert (producteur superviseur), André Jacquemetton (producteur superviseur), Maria Jacquemetton (producteur superviseur), Blake McCormick (co-producteur), Dwayne L. Shattuck (co-producteur) ;
  • Compositeur : David Carbonara ;
  • Directeurs de la photographie : Phil Abraham, Steve Mason, Frank G. DeMarco, Bill Roe ;
  • Monteurs : Tom Wilson, David Siegel, Cindy Mollo, Conrad Smart, Leo Trombetta ;
  • Directeurs de casting : Carrie Audino, Laura Schiff ;
  • Créateur de décors : Dan Bishop ;
  • Directeur artistique : Christopher Brown ;
  • Créateur de costumes : Katherine Jane Bryant.

Distribution

Personnages principaux

Personnages récurrents

Source : DSD (Doublage Séries Database)

Personnages

Article détaillé : Personnages de Mad Men.

Mad Men se concentre surtout sur Don Draper, bien que la série bénéficie d'une distribution représentant plusieurs segments de la société new-yorkaise des années 1960[11].

  • Don Draper : ancien Directeur de Création de Sterling Cooper et maintenant associé de la nouvelle agence Sterling Cooper Draper Pryce, il est le personnage principal de la série. En dépit du mystère entourant son passé, il est devenu le chef créatif publicitaire le plus connu et reconnu de New York. Il était marié avec Betty Draper et a trois enfants avec elle, mais ses aventures extra conjugales et surtout la découverte de sa double identité ont conduit Betty à demander le divorce à la fin de la saison 3. Son vrai nom est Richard "Dick" Whitman[12],[13] : il a pris l'identité de son lieutenant Donald Draper après sa mort au cours de la guerre de Corée, afin d'échapper à cette guerre. Il est un déserteur[14].
  • Peggy Olson : ancienne secrétaire de Draper, elle est devenue concepteur-rédacteur dans l'équipe de ce dernier[15]. Elle tomba enceinte de Pete Campbell, grossesse que ni elle, ni sa famille, ni ses collègues de bureau n'ont eu l'air de remarquer[16]; après sa naissance, elle abandonna son bébé à l'adoption[17]. Elle reçut une proposition de Duck pour quitter Sterling Cooper, mais refusa, et Don l'embaucha dans la nouvelle agence Sterling Cooper Draper Pryce. Bien que peu visible dans l'ensemble de la série, Don apprécie ses talents, et lui laisse une plus grande marge de manœuvre pour son nouveau poste.
  • Pete Campbell : jeune et ambitieux responsable des comptes clients, il est issu d'une famille de la bourgeoisie new-yorkaise. Campbell a tenté sans succès de faire chanter Don Draper avec des informations sur son passé. Cependant, les deux hommes ont développé un respect mutuel, au point que Draper le préfère à Ken Cosgrove lors de la création de la nouvelle agence[14]. Campbell et sa femme Trudy ont des difficultés à concevoir un enfant, et il reste inconscient de la naissance et de l'abandon de son enfant par Peggy jusqu'à la fin de la saison 2. À la fin de la saison 3, insatisfait de son traitement à Sterling Cooper, il décide de quitter l'agence, avant que Don ne lui propose de participer à la nouvelle agence, à condition qu'il apporte un certain nombre de comptes clients qui représentent un total de 8 millions de dollars. Peter accepte et impose de devenir un associé de Sterling Cooper Draper Pryce, bien que son nom n'apparaisse pas parmi ceux des autres associés.
  • Betty Draper : ex-femme de Don Draper et mère de leurs trois enfants, Sally, Bobby et Eugene. Elle a rencontré Don alors qu'elle était mannequin, et l'épousa peu après. Au cours de la série, Betty devient petit à petit au courant des aventures de son mari. Après une brève séparation, Betty permet à Don de rentrer à la maison lorsqu'elle est enceinte de leur troisième enfant. Elle demande le divorce à la fin de la saison 3 pour se remarier avec Henry Francis avant le début de la saison 4[18]. Bien que remariée, elle continue à vivre avec ses enfants et son nouveau mari dans l'ancienne maison des Draper, dans l'attente d'en trouver une nouvelle.
  • Joan Holloway : à la tête du secrétariat de Sterling Cooper, elle gère la vie quotidienne des bureaux et manage les différentes secrétaires. Elle a eu une longue aventure avec Roger Sterling jusqu'à ce que les deux crises cardiaques de celui-ci ne mettent fin à leur relation. Elle rencontre au cours de la saison 2 le Dr Greg Harris, avec qui elle se marie dans la saison 3. Sur la demande de son mari, elle est contrainte de quitter Sterling Cooper. Cependant, les difficultés financières du couple la conduisent à réintégrer sa place au sein de la nouvelle agence Sterling Cooper Draper Pryce.
  • Roger Sterling : l'un des deux associés senior de Sterling Cooper, et meilleur ami de Don Draper. Bert Cooper, l'autre associé senior de l'agence, l'aurait présenté à sa femme, Mona, de qui il va divorcer au cours de la saison 2, pour se remarier avec un ancienne secrétaire de Draper, Jane, âgée de 22 ans[15]. Il a servi comme marin dans la Navy[19] et était un coureur de jupons jusqu'à ce que deux crises cardiaques ne changent ses perspectives, du moins pour un temps. Il garde un bon contact avec les employés de Sterling Cooper. C'est lui qui aurait engagé Don Draper au milieu des années 1950 alors que celui-ci était vendeur de fourrures ; cependant il n'aurait jamais confirmé son emploi, Don ayant profité de son état d'ébriété pour s'imposer.

Épisodes

Article détaillé : Liste des épisodes de Mad Men.

Chaque saison de Mad Men compte 13 épisodes, diffusés sur la chaîne AMC pendant le second semestre de l'année, à raison d'un épisode par semaine.

Saison Épisodes Diffusion aux Drapeau des États-Unis États-Unis Diffusion en Drapeau de France France Diffusion au Drapeau : Québec Québec Diffusion en Drapeau de Suisse Suisse Diffusion en Drapeau de Belgique Belgique
Début Fin Début Fin Début Fin Début Fin Début Fin
Saison 1 13 19 juillet 2007 18 octobre 2007 4 mai 2009 14 juin 2009 9 juin 2010 1er septembre 2010 9 janvier 2011 23 janvier 2011 6 mars 2011
Saison 2 13 27 juillet 2008 26 octobre 2008 14 juin 2009 26 juillet 2009 1er juin 2011 24 août 2011 6 mars 2011
Saison 3 13 16 août 2009 8 novembre 2009 16 septembre 2010 9 décembre 2010 Automne 2011
Saison 4 13 25 juillet 2010 17 octobre 2010 1er septembre 2011 Hiver 2012

La saison 1 débute en mars 1960 et se termine juste avant l'Action de grâce (Thanksgiving) de la même année. Au début de la saison 2, on se retrouve le jour de la Saint-Valentin 1962 et finit autour de l'époque de la Crise des missiles de Cuba en octobre 1962. La troisième saison commence au printemps 1963 et se termine le 23 décembre de la même année, peu de temps après l'assassinat de John F. Kennedy. La saison 4 débute au cours du Thanksgiving de l'année 1964 et s'achève en août 1965.

Bande originale

Le thème du générique A Beautiful Mine (version instrumentale) a été composé par RJD2. La version non-instrumentale peut être trouvée dans l'album Magnificent City de Aceyalone. La bande originale des 39 épisodes est composée par David Carbonara.

Musiques reprises dans la série :

Bande originale :

Thèmes

Mad Men dépeint les composantes de la société et de la culture américaine des années 1960 : le tabagisme, l'alcool, le sexisme, l'adultère, l'homophobie, l'antisémitisme, le racisme et l'absence totale de préoccupations envers l'environnement, sont des exemples des thèmes abordés dans la série, en accentuant les différences entre cette époque et celle de la diffusion de la série.

Le tabagisme en est l'un des points les plus marquants. Beaucoup plus courant à l'époque qu'il ne l'est maintenant et omniprésent dans la série : presque tous les personnages sont filmés en train de fumer à plusieurs reprises tout au long des saisons[9]. Dans l'épisode pilote, des représentants de la marque de cigarettes Lucky Strike embauchent Sterling Cooper pour une nouvelle campagne de publicité, faisant suite à un rapport publié dans le magazine féminin Reader's Digest, affirmant que le tabagisme peut entraîner différents problèmes de santé, en particulier le cancer du poumon.

La série dépeint aussi une sous-culture où les hommes mariés s'engagent fréquemment dans des relations extra-conjugales avec d'autres femmes. Le regard porté sur la publicité est également très cynique, car elle servirait d'exutoire à la créativité des jeunes hommes blancs de la classe moyenne. Le personnage principal, Don Draper, fait d'ailleurs cette remarque, en parlant de Sterling Cooper : « Cet endroit compte plus d'artistes et d'intellectuels ratés que le Troisième Reich. » (This place has more failed artists and intellectuals than the Third Reich.)[20].

Mad Men donne cependant des indices sur les changements radicaux sociaux en approche des années 1960 : les problèmes d'anxiété de Betty, la Beat Generation découverte par Don à travers Midge, les remarques sur l'éventuelle dangerosité du tabac sur la santé (le plus souvent ignorées), l'émancipation du peuple noir-américain, avec le discours de Martin Luther King ou l'émergence d'un nouveau marché, le développement des divorces, l'égalité des sexes, etc.

Les personnages ressentent aussi les frémissements du changement dans l'industrie de la publicité, avec par exemple le discours brillant de Don Draper sur la valeur nostalgique et sur le potentiel commercial de renommer le projecteur Kodak en « carrousel » :

« Nostalgia.
It’s delicate, but potent…
Teddy told me that in Greek, nostalgia literally means the pain from an old wound.
It’s a twinge in your heart, far more powerful than memory alone.
This device… isn’t a spaceship, it’s a time machine.
It goes backwards, forwards.
It takes us to a place where we ache to go again.
It’s not called the Wheel.
It’s called the Carousel.
It lets us travel the way a child travels.
Around and around and back home again, to a place where we know we are loved.
 »

(Don Draper, Carrousel (The Wheel), 1x13[21].)

À l'instar de la nostalgie pour une époque antérieure, l'aliénation, la mobilité sociale et la cruauté sont des sous-thèmes de la série. Souvent, ces références complètement contemporaines enracinés dans la culture américaine du début des années 1960, parviennent à toucher le public du XXIe siècle, près de 50 ans plus tard. La preuve en est l'interprétation du poème Maïakovski par Don Draper, lu dans les Meditations in an Emergency de Frank O'Hara (1957) à la fin de l'épisode 1 de la deuxième saison qui, après sa diffusion, a conduit le livre du poète à entrer dans les meilleures ventes sur Amazon[22].

Mad Men, par le décor du monde publicitaire qui crée sa substance, offre une approche didactique des stratégies publicitaires conçues dès les années 1920 par Edward Bernays ou par le publiciste libéral Walter Lippmann sur la fabrication du consentement (L'opinion publique, 1922), car les personnages des Mad Men, les cadres de l'agence Sterling Cooper Advertising, n’ont qu’un but : répondre aux attentes des grandes sociétés qui souhaitent modeler les attitudes sociales des consommateurs.

Mad Men permet également d’envisager une réflexion magistrale à propos de la modernité et du rapport de l’individu face à la société. Puisant dans les réflexions de David Riesman (« La foule solitaire », 1950), les protagonistes montrent le glissement de l’individu « intro-dirigé » à l’individu « extro-dirigé » qui « cherche la norme de son comportement dans le regard des autres et dans les médias »[23].

Réception

Audiences

La première saison a rassemblé 900 000 téléspectateurs[24], chiffre plus que doublé lors de la saison 2 (2 000 000)[25].

Le nombre de téléspectateurs de la première de la saison à 22 h, le 19 juillet 2007, a été le plus élevé que pour n'importe quelle série produite et diffusée par AMC à ce jour[26].

Enfin, la troisième saison, débutée le 16 août 2009 et terminée le 8 novembre, a été suivie par 2 800 000 spectateurs pour sa diffusion inédite en première partie de soirée et encore 780 000 lors des rediffusions dans l'après-midi et au milieu de la nuit.

Saison Diffusion originale Téléspectateurs
(millions)
1[27] 19 juillet – 18 octobre 2007 0,90
2[28] 27 juillet – 26 octobre 2008 2,00
3[29] 16 août – 8 novembre 2009 2,80
4[30] 25 juillet – 17 octobre 2010 2,92

Réception critique

Mad Men a reçu une réponse plutôt positive de la critique depuis sa création.

Un reporter du New York Times a qualifié la série de révolutionnaire, nous permettant de nous « abandonner dans un passé pas si lointain[31] ».

Le San Francisco Chronicle l'a qualifié de série « stylisée, visuellement saisissante [...], un drame pour adultes sur l'introspection et les inconvénients de la modernité dans un monde d'hommes[32] ».

La série a également reçu des critiques élogieuses pour son exactitude historique, en particulier à propos des différences entre les sexes et les préjugés raciaux, la dynamique sexuelle dans le milieu du travail, et la forte prévalence du tabagisme et de la boisson[4],[7],[33].

Cependant, l'analyse publiée dans le London Review of Books était moins élogieuse, la série y étant définie comme « une désagréable entrée en matière dans le genre du Now We Know Better », alors que le casting n'était « composé que d'une série de stéréotypes historiques qui a échoué à faire quoi que ce soit, sauf à « féliciter le présent[34] ».

L'American Film Institute l'a sélectionnée comme l'une des 10 meilleures séries de télévision de 2007, et elle a été nommée meilleure émission de télévision de l'année 2009 par la Television Critics Association et dans plusieurs publications nationales, y compris le Chicago Tribune, le New York Times, le Pittsburgh Post-Gazette, le TIME Magazine, et le TV Guide[35].

Le 20 juin 2007, un groupe de défense du consommateur a saisi le bureau des Commercial Alerts, et a déposé une plainte auprès du Conseil des Distilled Spirits, alléguant que le sponsor de Mad Men, la marque de whisky Jack Daniels, violait les règles de publicité sur les boissons alcoolisées, alors que la série représentait « l'activité sexuelle explicite » comme facteur d'intoxication involontaire[36]. La marque Jack Daniels n'est mentionnée que dans le cinquième épisode.

Certains professionnels de la publicité ayant travaillé dans les années 1960 ont émis des avis divergents sur le réalisme de Mad Men. Jerry Della Femina, qui a travaillé comme rédacteur publicitaire à l'époque puis a fondé ensuite sa propre agence, affirme que la série « reflète exactement ce qui s'est passé. Le tabagisme, les préjugés et le sectarisme[2] ». Robert Levinson, un des consultants publicitaires de Matthew Weiner, qui a travaillé chez BBDO de 1960 à 1980, dit à Femina : « Ce que Matthew a filmé est tellement réaliste. L'alcool était une pratique courante, le tabagisme était constant, les relations entre les cadres et leurs secrétaires étaient semblables[2]. » En revanche, Allen Rosenshine, rédacteur publicitaire ayant pris la tête de BBDO, a qualifié la série de « fabrication totale », en affirmant : « Si quelqu'un avait parlé à des femmes de la manière dont ces abrutis le font, on lui aurait botté le cul[37]. »

Distinctions

Impact social

Mad Men, au même titre que Sex and the City ou Gossip Girl, est devenue également une série référence en termes de mode — féminine et surtout masculine —, qui a inspiré nombre de créateurs. Son influence s'étend donc au-delà de la simple sphère télévisuelle[38].

Parodies

Le 26 octobre 2008, Jon Hamm a été l'invité de l'émission de divertissement américaine Saturday Night Live (saison 34, épisode 6). Il participe à deux sketchs parodiant Mad Men, en présentant les hommes de la série en train de boire et de fumer en permanence, et en s'adonnant régulièrement à l'adultère. Dans le sketch A-Holes: Pitch Meeting, Hamm est rejoint par deux autres membres du casting de Mad Men, Elisabeth Moss et John Slattery[39]. Dans l'autre, Don Draper's Guide to Picking Up Women (« Guide de Don Draper pour attraper des femmes »), Hamm parodie la facilité avec laquelle son personnage enchaîne les femmes[40].

L'épisode Simpson Horror Show XIX (Spécial d’Halloween XIX au Québec) de la série Les Simpson, diffusé aux États-Unis le 2 novembre 2008, comprend une scène intitulée How to Get Ahead in Dead-Vertising, adaptée du générique de Mad Men. Elle met en vedette Homer Simpson, avec la musique du générique de Mad Men en fond sonore[41].

Dans la série Community, épisode 17 de la saison 1, diffusé le 4 mars 2010 aux États-Unis, le personnage d'Abed Nadir imite Don Draper lorsqu'on lui demande de montrer ses capacités de séduction. La parodie est d'autant plus marquée que la femme à qui il s'adresse est Annie, jouée par Alison Brie, qui est aussi une actrice récurrente de Mad Men, interprétant la femme de Pete, Trudy Campbell.

Dans la serie Dr House, épisode 13 de la saison 7, House décrit son métier lors d'un « Career's Day » dans une école. Un autre parent d'élève est directeur d'agence de pub, et quand celui-ci décrit son métier, l'ensemble de la classe s'écrit « it's boring ! ». Mad Men est souvent considérée comme une série ennuyeuse parce que très lente.[réf. nécessaire]

Placement de produits

Conséquence du sujet traité, la série intègre à l'intrigue des placements de produits. En effet, dans la deuxième saison, la marque de bières néerlandaise Heineken est présenté comme un client de l'agence, afin d'amener les consommateurs américains à acheter leurs produits. Ce placement est dû au financement de la marque dans la série. Le même phénomène se reproduit tout au long des saisons, avec les marques Cadillac, Gilette, American Airlines, Pampers, Lucky Strike, etc[42].

Notes et références

  1. Programmes de TSR1 - Consulté le 7 décembre 2010
  2. a, b, c, d et e (en) « "Mad Men" Has Its Moment », New York Times
  3. a, b et c (en) « "Mad Men": Inside Summer TV's No. 1 Hidden Gem  », Entertainment Weekly
  4. a, b et c (en) « In Act 2, the TV Hit Man Becomes a Pitch Man », New York Times
  5. a, b et c (en) « Cinematographers from three top series », American Society of Cinematographers
  6. (en) « AMC Mad About VOD, HD Push for Mad Men' », Multichannel
  7. a et b (en) « Lost in the '60s with Mad Men », The Star
  8. (en) « "Mad Men" Watch: Lucky Strike », Time
  9. a, b et c (en) Matthew Weiner. (2007). The Making of Mad Men [Documentaire]. AMC. [disponible uniquement aux États-Unis]
  10. (en) Full cast and crew, IMDB.
  11. About the show, amctv.com. Retrieved on August 18, 2008
  12. The Marriage of Figaro. Tom Palmer, writer; Ed Bianchi, director. Mad Men. AMC. 2007-08-02. saison 1, épisode 3. 0:55 minutes.
  13. Episode 10: The Color Blue: Episode Recap, Mad Men Episode Guide, AMC. Consulté le 24 June 2010
  14. a et b Nixon Vs. Kennedy. Mad Men. AMC. 2007-11-01. saison 1, épisode 12.
  15. a et b The Mountain King. Mad Men. AMC. 2008-11-19. saison 2, épisode 12.
  16. The New Girl. Mad Men. AMC. 2008-08-24. saison 2, épisode 05.
  17. Meditations in an Emergency. Mad Men. AMC. October 26, 2008. saison 2, épisode 13.
  18. Shut the Door. Have a Seat. Mad Men. AMC. November 8, 2009. saison 3, épisode 13.
  19. The Long Weekend. Mad Men. AMC. 2007-09-27. saison 1, épisode 10.
  20. Épisode 4, saison 1
  21. (en) "Mad Men" Season 1, Episode 13, "The Wheel", IMDB
  22. (en) "Mad Men" Gives O'Hara a Boost, Publishers Weekly
  23. Xavier Boissel, « La marchandise mise à nu par ses célibataires, même : brèves scolies sur Mad Men », revue littéraire et philosophique Inculte, no 19, mai 2010, pp. 168-185.
  24. (en) « Overnight Nielsen Ratings for Mad Men Premiere Up Over 100%! », TV by the Numbers
  25. (en) « "Mad Men" drops sharply in second episode », The Life Feed
  26. (en) « AMC "Mad" about ratings for series bow », Reuters
  27. Robert Seidman : Overnight Nielsen Ratings for Mad Men Premiere Up Over 100%!, TV by the Number (July 28, 2008). Consulté le June 19, 2009.
  28. James Hibberd : 'Mad Men' drops sharply in second episode, The Live Feed, The Hollywood Reporter (August 5, 2008). Consulté le October 25, 2009.
  29. Adam Bryant : Ratings: Viewers Go Mad for Mad Men, TVGuide.com (17 August 2009). Consulté le 2009-08-17.
  30. Anthony Crupi : Mad Men Premiere Strikes Highest Ratings, MediaWeek.com (27 July 2010). Consulté le 2010-07-30.
  31. (en) « Smoking, Drinking, Cheating and Selling  », New York Times
  32. (en) « New York in 1960, when the Mad Men were in charge -- and everything was about to change », San Francisco Chronicle
  33. (en) « Mad Man », Variety
  34. (en) « You’ll Love the Way It Makes You Feel », London Review of Books
  35. (en) « Best TV Shows of 2007 - TV Critic Top Ten Lists  », Metacritic
  36. (en) « "Mad Men" and Jack Daniel's: Bad mix? », Los Angeles Times
  37. (en) « Remembering the days whan a bussiness lunch came in a highball glass », New York Post
  38. L'effet Mad Men (doc.). Diffusé sur Canal + le 9 septembre 2010.
  39. (en) [vidéo] A-Holes: Pitch Meeting, Hulu [Vidéo disponible uniquement aux États-Unis]
  40. (en) [vidéo] Don Draper's Guide to Picking Up Women, Hulu [Vidéo disponible uniquement aux États-Unis]
  41. (en) "Mad Men" makes a splash bigger than its ratings, USA Today
  42. (en) « Mad Men's product placement museum », Metronews

Voir aussi

Bibliographie

Publications en français :

Publications en anglais :

Publication évoquée dans la série :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mad Men de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mad Men — Título Mad Men Género Drama Creado por Matthew Weiner Reparto …   Wikipedia Español

  • Mad Men — For other uses, see Mad Man (disambiguation). Mad Men Title card Genre Period drama Created by …   Wikipedia

  • Mad Men — Seriendaten Deutscher Titel Mad Men Produktionsland Vereinigte Staaten …   Deutsch Wikipedia

  • List of Mad Men episodes — Mad Men is a period drama for television created by Matthew Weiner. The series premiered on July 19, 2007 on the cable network AMC in the United States. The show is set in the 1960s and is centered around the private and professional life of Don… …   Wikipedia

  • Crew of Mad Men — Mad Men is an American drama series created by Matthew Weiner. The crew have been nominated for numerous awards. Contents 1 Producers 2 Writers 3 Directors 4 References …   Wikipedia

  • Christmas Comes But Once a Year (Mad Men) — Christmas Comes But Once a Year Mad Men episode Don and Peggy watch Garner s humiliation of Roger at the Christmas party …   Wikipedia

  • Liste der Mad-Men-Episoden — Diese Liste der Mad Men Episoden enthält alle Episoden der US amerikanischen Dramaserie Mad Men, sortiert nach der US amerikanischen Erstausstrahlung. Die Fernsehserie umfasst derzeit vier Staffeln mit 52 Episoden. Inhaltsverzeichnis 1 Staffel 1… …   Deutsch Wikipedia

  • Liste des récompenses et nominations de Mad Men — Logo Total des récompenses et nominations Total …   Wikipédia en Français

  • Liste des épisodes de Mad Men — Cette page recense la liste des épisodes de la série télévisée américaine Mad Men. Sommaire 1 Diffusions 2 Épisodes 2.1 Première saison (2007) 2.2 …   Wikipédia en Français

  • Personnages de Mad Men — Logo de Mad Men (générique) Article principal : Mad Men. Cet article présente les personnages de la série télévisée Mad Men. Sommaire …   Wikipédia en Français