Lucius Munatius Plancus


Lucius Munatius Plancus
Buste de Plancus symbolisant la philosophie romaine. Présente des symptômes d'hémiplégie. Trouvé en 1823 près du Jardin des Plantes et de l'amphithéâtre à Lyon. Exposé au Musée gallo-romain de Fourvière.
La statue de Lucius Munatius Plancus à Bâle

Lucius Munatius Plancus (né en -87 - mort en -15) est un sénateur romain, consul en -42, et censeur en -22 avec Aemilius Lepidus Paullus. Son surnom Plancus signifie pied plat[1].

Sommaire

Sa vie publique

Les débuts de sa carrière sont mal connus, et nous savons peu de lui. Il est un officier de Jules César, durant la Guerre des Gaules et la guerre civile contre Pompée. Quand César est assassiné le 15 mars -44, Munatius Plancus est le proconsul de la Gaule chevelue désigné pour l'année suivante. En 43 av. J.-C.[2], il fonda les colonies romaines de Lugdunum (Lyon) et Augusta Raurica (Augst) et en juin, un écrit de sa main à Cicéron permet d'attester l'existence de la bourgade de Cularo (Grenoble), puis il rejoignit Marc Antoine.


D'après l'archéologue et historien Amable Audin dans son livre Lyon miroir de Rome, Munatius Plancus fonde Lugdunum sous la titulature Colonia Copia Felix Munatia Lugudunum le 9 (ou le 10) octobre du calendrier julien, ceci en se basant sur l'orientation du decumanus, l'axe est-ouest de la colonie[3] soit le 7 octobre du calendrier julien en vigueur à l'époque. De fait, les imprécisions sont nombreuses sur ce dossier et les débats font rage chez les historiens et les archéologues quant à l'interprétation d'un passage de Cassius Dion nous indiquant la fondation de la cité (D.C, Hist. Rom., 46.50).

En -42, les triumvirs lui accordent la magistrature de consul avec Marcus Aemilius Lepidus. Vers -40 il devint proconsul d'Asie.

Il suit Antoine en Égypte et participe à ses festins avec Cléopâtre. Il est l'arbitre du défi qu'elle lance à Antoine, de consommer une fortune en un seul repas. Plancus la déclare victorieuse lorsqu'elle absorbe dans du vinaigre la perle magnifique d'une de ses boucles d'oreille. Plancus arrête son geste avant qu'elle ne dissolve la perle de son autre boucle d'oreille[4].

Pendant les expéditions de Marc Antoine en Arménie et en Parthie, pour venger la mort de Crassus, il fut proconsul de Syrie. Mais quand la campagne d'Antoine contre les Parthes échoua, il décida de rallier Octave. D'après Suétone, c'est Munatius Plancus qui suggéra à Octave d'adopter le titre d'« Auguste », plutôt que Romulus comme « second fondateur de Rome »[5].

En -22, Auguste désigna Munatius Plancus et Aemilius Lepidus Paullus pour remplir la fonction de censeur[6]. Ce furent les derniers censeurs désignés, car leur exercice fut très contesté par toute la communauté politique de l'époque, principalement pour illégitimité et incompétence.

Auguste fit aussi participer Munatius Plancus à son programme de reconstruction à Rome, où il restaura le temple de Saturne[7].

Sa fin

Mausolée de Plancus à Gaète

Selon Pline l'Ancien, Asinius Pollion prépara des discours contre Lucius Munatius Plancus, qu'il comptait faire publier après la mort de Plancus pour que celui-ci ne puisse répondre. Mis au courant du projet, Plancus aurait rétorqué « Il n'y a que les vers qui fassent la guerre aux morts »[8].

Munatius Plancus est un des personnages romains dont le tombeau a subsisté et est identifiable, bien que son corps ait depuis longtemps disparu. Le Mausolée de Munatius Plancus, un tombeau fait d'un cylindre massif de nos jours bien reconstitué (et attribué à tort à la Vierge Marie vers la fin du XIXe siècle), est situé à Gaète en Italie, sur une colline surplombant la mer, assurant une exposition permanente en son honneur.

Ce tombeau porte l'inscription suivante qui résume sa vie :

L. MVNATIVS L. F. L. N. L. PRON
PLANCVS COS CENS IMPITER VII VIR
EPVLON TRIVMP EXERATIS AEDEM SATVRN
FECIT DEMANIBIS AGROS DIVISIT IN ITALIA
BENEVENTI IN GALLIA COLONIAS DEDVXIT
LUGDUNUM ET RAVRICAM

ce qui se traduit par :

L. Munatius, fils de Lucius, petit-fils de Lucius, arrière-petit-fils de Lucius, Plancus,
consul, censeur, (non traduit),
prêtre épulon, triomphateur,
fit le temple de Saturne,
repartit des terres en Italie à Beneventum, fonda en Gaule les colonies de Lugdunum et Raurica

Annexes

Notes et références

  1. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, livre XI, 105
  2. Selon l'épitaphe de son tombeau, référencée au Corpus inscriptionum latinarum 10.6087
  3. Actuelle rue Cléberg de la ville de Lyon.
  4. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, livre IX, 58, 5.
  5. Suétone, Vie d'Auguste, 7
  6. Suétone, Vie d'Auguste, 37
  7. Suétone, Vie d'Auguste, 29
  8. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, livre I, 24

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lucius Munatius Plancus de Wikipédia en français (auteurs)