Linotype


Linotype
Une Linotype (Deutsches Museum)
Une ligne-bloc, face d'encrage (avec un bourdon : « Sefan » au lieu de « Stefan »)
Clavier d'une linotype.

La Linotype est une machine d’imprimerie qui utilise un clavier alphanumérique à 90 caractères permettant de composer une ligne de texte complète en un seul bloc de plomb, d’où l’étymologie en anglo-américain : « line o' type ». Cette combinaison de machine à écrire et de micro-fonderie, imaginée aux États-Unis en 1885, permettait une composition accélérée et plus régulière des blocs d’imprimerie qu’avec la typographie traditionnelle, consistant à insérer un à un des caractères mobiles (lettres, signe de ponctuation ou espaces de calage) dans une galée. Cette machine révolutionna l’édition, et permit à de petits ateliers d’effectuer des tirages importants dans des délais raisonnables. La linotype (devenue un nom commun), commercialisée par la société créée à cet effet, la Mergenthaler Linotype Company, régna sans partage dans l’imprimerie jusqu’au début des années 1970, date à laquelle elle fut remplacée par la photocomposition, avant que la typographie ne soit remplacée par le tirage offset.

Sommaire

Description

La linotype, mise au point et brevetée par Ottmar Mergenthaler le 12 mai 1885, était une machine haute de 2,10 m. Chaque frappe sur le clavier fait basculer une matrice en cuivre depuis un magasin ; chacune de ces matrices correspond à un caractère (parfois à une ligature dans les versions françaises). Une fois qu'une ligne de matrices, dite ligne-bloc, a été saisie, la machine coule un alliage étain-plomb-antimoine à bas point de fusion sur la ligne-bloc, qui sert de moule. La machine crée ainsi une ligne typographique d'un seul tenant qui n'a plus qu'à être encrée pour faire l'impression. Les lignes-blocs sont ensuite assemblées en une forme correspondant aux dimensions de la page, qu'il n'y a plus qu'à insérer dans une presse à imprimer traditionnelle.

L'intérêt de la Linotype ne résidait pas uniquement dans le fait de bien caler les matrices au gré de la saisie de l'opérateur (compositeur), mais aussi dans le fait de remettre les matrices après fonte de la ligne-bloc dans le bon magasin de casse en prévision de la saisie suivante. C'était là un avantage décisif, car le rangement des matrices dans les casses (opération appelée « distribution ») était l'étape la plus lente et celle qui occasionnait le plus d'erreurs chez les typographes. La Linotype machine reposait sur le marquage des matrices avec sept encoches réalisant un codage binaire : ces encoches codaient la position des 90 magasins (ou celle des 34 magasins auxiliaires). Certains caractères rares (appelés matrices-pi ou simplement sorts) ne comportaient aucune encoche, de sorte qu'après usage elles glissaient tout au long du distributeur sans jamais tomber dans un magasin, et étaient récupérées en bout de course dans un bac à la droite de l'opérateur, prêtes à être réinsérées manuellement au besoin.

En outre, la Linotype résolvait mécaniquement l'opération de justification des lignes-blocs. Elle insérait pour cela des « blancs » ajustables plutôt que les fers typographiques traditionnels, de largeur fixe. L'opérateur réalisait la justification en pressant sur la touche espace tout à la gauche du clavier. Les matrices d'espace sont des ressorts bilames en acier dont la largeur à la base s'accroît en poussant un écarteur en forme de coin à l'intérieur. Lorsque le typographe insère une espace, le bilame est mis en place avec une largeur minimale. Lorsque la ligne est composée, le typographe presse un levier à la droite du clavier qui transfère cette ligne dans la chambre de coulée. Puis le typographe lève le levier de justification, ce qui pousse simultanément les écarteurs des bilames d'espace d'une même hauteur ; l'écartement égal des bilames repousse les matrices jusqu'à occuper toute la largeur de la ligne. Dans cette position, l'ensemble est verrouillé puis la ligne bloc est coulée. Ce procédé était entièrement automatique, ne requérant l'intervention de l'opérateur que pour préciser si une ligne ne devait pas être justifiée, ou bien si elle devait être justifiée à droite par exemple. Une fois que la ligne-bloc était fondue, la machine recalait le boîtier tout en en rangeant d'un coup les matrices utilisées dans leurs magasins respectifs.

La composition par « typographie à chaud » a pratiquement disparu aujourd'hui, remplacée par la « photocomposition » : le texte est désormais saisi sur ordinateur, puis le texte est flashé sur du papier photographique et appliqué, soit à la main, soit par PAO, sur des « plats » de grand format prêts pour le tirage offset.

La meilleure trouvaille dans l'invention de la Linotype est peut-être l'organisation du clavier, dont les lettres étaient rangées selon la fréquence d'utilisation de l'anglais courant. Ainsi les deux premières colonnes verticales étaient généralement ETAOIN SHRDLU, une ligne qu'on retrouvait souvent imprimée parce que les typographes qui s'étaient trompés complétaient la ligne en cours en faisant glisser leurs doigts jusqu'au bas du clavier pour terminer la ligne et recommencer la saisie : il était plus rapide d'annuler une ligne pour en recommencer la saisie que de reprendre à la main le caractère fautif en faisant opérer le mécanisme ; et parfois la ligne était coulée sans que la correction eût été saisie. Cette phrase ETAOIN SHRDLU possède même une entrée dans l'Oxford English Dictionary, et plusieurs écrivains l'ont utilisée comme pseudonyme.

Le premier livre entièrement composé avec une Linotype fut The Tribune book of open-air sports, de Henry Hall, en 1887[1].

Actuellement

Ancienne Linotype utilisée en décor d’un rond-point au Fontanil-Cornillon (Isère)

Il existe à l’heure actuelle très peu de machines Linotype en état de fonctionnement. Certaines ont été acquises par des collectionneurs privés ou des musées, où il est possible d'en voir en état de marche et d'assister à des démonstrations, par exemple au Moulin du Got, au musée de l’imprimerie de Lyon, au musée municipal de l'imprimerie à Nantes, etc. L'Imprimerie SAIG, à L’Haÿ-les -Roses (92), utilise actuellement une Linotype.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources

  1. The Tribune book of open-air sports sur Openlibrary.org : [1]

Articles connexes

Liens externes

Brevets


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Linotype de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Linotype — GmbH Rechtsform GmbH Gründung 1890 Sitz Bad Homburg vor …   Deutsch Wikipedia

  • Linotype AG — Linotype GmbH ist der Name eines Unternehmens, das Schriften in digitaler Form vertreibt bzw. lizenziert. Im weiteren bezeichnet Linotype im Umfeld des Schriftsatzes und der Drucktechnik die Linotype Setzmaschine. Firmengeschichte Linotype wurde… …   Deutsch Wikipedia

  • linotype — [ linɔtip ] n. f. • 1889; mot angl. amér., pour line of types « ligne de caractères » ♦ Imprim. Machine à composer au plomb, qui fond d un bloc chaque ligne de caractères (ligne bloc) que l on compose sur un clavier. Matrice d une linotype. Abrév …   Encyclopédie Universelle

  • Linotype — fue originariamente una compañía norteamericana, formada en 1886 para comercializar la máquina Linotipia inventada por Ottmar Mergenthaler, Mergenthaler Linotype (pronunciado / laɪnəˌtaɪp/) se convirtió en la mayor compañía de equipamiento para… …   Wikipedia Español

  • Linotype — can refer to:* Linotype (alloy) * Mergenthaler Linotype Company * Linotype machine …   Wikipedia

  • Linotype — 1886, Amer.Eng., trademark name (Mergenthaler Linotype Co.), from line o type, for a composing machine invented by Ottmar Mergenthaler (1854 1899) in widespread use in newspaper production early 20c …   Etymology dictionary

  • Linotype — Lin o*type, n. [See {Line}; {Type}.] (Print.) (a) A kind of typesetting machine which produces castings, each of which corresponds to a line of separate types. By pressing the keys of a keyboard like one on a typewriter, the matrices for one line …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Linotype — Linotȳpe, s. Setzmaschine …   Kleines Konversations-Lexikon

  • linotype® — {{hw}}{{linotype®}}{{/hw}}Sistema di composizione tipografica meccanica, che fornisce linee intere fuse in un unico blocchetto | Nome commerciale di una macchina che realizza tale composizione …   Enciclopedia di italiano

  • Linotype — ☆ Linotype [līn′ə tīp΄ ] [< line of type] trademark for a typesetting machine that casts an entire line of type in one bar, or slug: it is operated from a keyboard n. [often l ] 1. a machine of this kind 2. matter set in this way vt., vi.… …   English World dictionary

  • Linotype® — /līˈnō tīp or nə / noun 1. A machine for producing stereotyped lines of printer s type 2. A slug or line of printing type cast in one piece by this method …   Useful english dictionary