Albert Mockel
Albert Mockel
Activités écrivain
Naissance 27 décembre 1866
Drapeau de la Belgique Ougrée
Décès 30 janvier 1945
Drapeau de la Belgique Ixelles
Mouvement symbolisme


Albert Mockel (Ougrée, Belgique, 27 décembre 1866Ixelles, 30 janvier 1945), écrivain belge, poète symboliste. Membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises.

Sommaire

Biographie

Originaire de la banlieue de Liège, Albert Mockel y fait ses débuts littéraires en publiant une revue, La Wallonie (1886), qui s’assure la collaboration d’écrivains aussi bien belges, Émile Verhaeren, Charles Van Lerberghe, que français Vielé-Griffin et André Gide.

En 1887, il publie Les Fumistes wallons où il affirme son attachement au symbolisme. Son premier recueil poétique, Chantefable un peu naïve (1891) paraît à Paris sans nom d'auteur. Dans Propos de littérature (1894), Mockel synthétise un certain nombre de conceptions qui étaient dans l'air : il expose une esthétique poétique soumise aux références musicales et construit une théorie du symbole.

Il collabore à de nombreuses revues et journaux : le Mercure de France, Durendal, La Plume, L'Express (Liège).

La mort de Mallarmé en 1898 lui fournit l'occasion d'une exégèse et d'un hommage dans Stéphane Mallarmé, un héros où il déploie des qualités de critique qui ne se démentiront pas par la suite, que ce soit dans ses essais sur Charles Van Lerberghe (1904), sur Émile Verhaeren ou sur Max Elskamp. Albert Mockel a joué dans l'histoire des lettres belges un rôle important, représentant l'esprit d'un symbolisme exigeant.

Il fut un des premiers militants wallons autonomiste et c'est lui qui donna au mot Wallonie sa forme actuelle, à travers la revue symboliste qu'il fonda et qui fut parmi les phénomènes qui imposèrent le terme. Il rédigea d'ailleurs en 1919 une proposition de réforme de l'État qui tient compte de celle de Léon Troclet émise peu de temps avant la même année.

En 1934, il reçoit le Prix quinquennal de littérature pour l'ensemble de sa carrière.

Une rue porte son nom à Liège et à Louvain-la-Neuve.

Œuvres

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Les Fumistes Wallons (1887)
  • Chantefable un peu naïve,1891
  • Stéphane Mallarmé, un héros, 1898
  • Propos de littérature, 1894
  • Clartés, 1901
  • Charles Van Lerberghe (1904)
  • Contes pour les enfants d'hier, 1908
  • Émile Verhaeren, poète de l'énergie (1917)
  • La Flamme stérile, 1923
  • La Flamme immortelle, 1924
  • Correspondance avec André Gide (posthume, 1975)

Bibliographie

Éditions critiques

Liens utiles



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Albert Mockel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Albert Mockel — fue un poeta simbolista belga. Nacido en Ougrée el 27 de diciembre de 1866 y fallecido el 30 de enero de 1945 en Ixelles, fue el editor de La Wallonie, una influyente revista de simbolismo belga. Por medio de esta revista (1886), se garantizó la… …   Wikipedia Español

  • Albert Mockel — (December 27, 1866 January 30, 1945) was a Belgian Symbolist poet. Born in Ougrée, he was the editor of La Wallonie , an influential journal of Belgian Symbolism. He died on January 1930 in Ixelles.Bibliography* Chantefable un peu naïve (1891) *… …   Wikipedia

  • MOCKEL (A.) — MOCKEL ALBERT (1866 1945) Poète belge d’expression française, Albert Mockel est originaire de Liège, et il y fonde une importante revue poétique, La Wallonie (qu’Henri de Régnier dirigera par la suite) alors qu’il est encore étudiant à… …   Encyclopédie Universelle

  • Albert Klein (Bischof) — Albert Klein (* 16. März 1910 in Schäßburg[1]; † 8. Februar 1990) war ein deutscher Gymnasiallehrer (1937 bis 1946) und Pfarrer (1946 bis 1969) in Siebenbürgen, von 1969 bis 1990 der Bischof der Evangelischen Kirche Augsburgischen Bekenntnisses… …   Deutsch Wikipedia

  • Mockel — Mockel, Albert Henri Louis, belg. Dichter, geb. 27. Dez. 1866 in Ougrée bei Lüttich, studierte in Lüttich die Rechte, gründete hier die bedeutungsvolle symbolistische Zeitschrift »La Wallonie«, die bis 1893 unter seiner Redaktion erschien, und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Mockel — (Albert) (1866 1954), poète belge d expression française. Fondateur de la revue symboliste la Wallonie (1886), il publia Chantefable un peu naïve (1891), Clartés (1902), la Flamme immortelle (1924), et exposa son esthétique dans des essais… …   Encyclopédie Universelle

  • Mockel — Mockẹl,   Albert, belgischer Lyriker französischer Sprache, * Ougrée 27. 12. 1866, ✝ Ixelles 30. 1. 1945; gründete 1886 in Brüssel das Organ der belgischen Symbolisten »La Wallonie«, wurde durch seine Lyrik (»Chantefable un peu naïve«, 1891;… …   Universal-Lexikon

  • BELGIQUE - Lettres françaises — Comment se présente le problème même d’une littérature française en Belgique? Si des éléments comme la race, le peuple, le climat ou le décor de la vie ont leur importance dans la formation de l’esprit des écrivains et, par là, dans l’aspect de… …   Encyclopédie Universelle

  • WALLONIE — Si le mot «wallon» (substantif et adjectif) est d’usage fort ancien, le mot «Wallonie» n’apparaît qu’en 1844 et désigne la partie méridionale de la Belgique, située au sud de la frontière linguistique séparant le domaine germanique et le domaine… …   Encyclopédie Universelle

  • Région Wallonne — Wallonie Pour les articles homonymes, voir Wallonie (homonymie). La Wallonie est une région occupant le sud de la Belgique appartenant principalement au domaine linguistique roman, par opposition au domaine linguistique germanique du nord. Cette… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”