Alain de Maricourt
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maricourt.

Alain Dumesnil de Maricourt[1], né le 7 juillet 1909 à Paris, décédé le 18 février 1999 à Perrigny-lès-Dijon, était un général de corps aérien, ancien élève de Saint-Cyr, aviateur, qui a participé aux opérations de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre d'Indochine et de la guerre d'Algérie. Également officier d'état-major, notamment dans les forces aériennes tactiques, il a aussi contribué à la reconstruction, après-guerre, de l'École de l'air (à Salon-de-Provence) et est à l'origine des commandos de l'air.

Sommaire

Biographie

Sa formation et ses premières affectations

René Arthur Marie Alain Dumesnil de Maricourt nait le 7 juillet 1909 à Paris dans une famille de vieille noblesse[2],[3]. Il est le neveu de l'écrivain André Fernand Marie de Maricourt. Après une préparation au collège Stanislas de Paris (la « corniche Stan »), il entre en octobre 1927 à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (114e promotion « Maréchal Galliéni »)[4],[5]. À sa sortie en 1929, il choisit la voie de l'aviation (alors encore dépendante de l'armée de terre), passe par l’École militaire et d’application de l'aéronautique de Versailles et suit un stage de pilotage à Avord. De juin 1931 à août 1933, il est affecté au 31e régiment d’aviation d’observation basé à Tours, d'abord à la 12e puis à la 11e escadrille[6]. Volontaire pour les opérations extérieures, il rejoint le 37e régiment d’aviation au Maroc (au sein de l'escadrille « Bou Denib »). Il participe alors aux missions dans le sud du pays, notamment lors de la prise de Tindouf (1934), et accomplit des liaisons sahariennes en AOF au départ d’Agadir. En 1936, revenu en France, il commande une escadrille de la 54e escadre de reconnaissance. Puis, il devient navigateur en chef de la « Croisière Impériale » du lieutenant Louël, voguant à travers Tunisie, Soudan, Guinée, Mauritanie et Maroc sur un Bloch 120. Toujours en Afrique, il commande en 1938 la 3e escadrille de Gao[7]. À la veille du conflit, face à la présence italienne en Libye, le général Bührer, chef d'état-major général des colonies, installe une base à Dirkou, au Kaouar (Niger) ; le capitaine de Maricourt est chargé d'y aligner ses vieux appareils (Potez 25 et Potez 29)[8].

Pendant la Seconde Guerre mondiale

En 1940, lors de la campagne de France, il ne peut donc participer aux opérations en métropole en raison de la menace italienne sur les colonies françaises d’Afrique. De sa propre initiative, le 21 juin 1940, il entreprend une mission aérienne sur le sud libyen. Il effectue un raid sur les postes italiens de Tedjéré et de Gatroun[9], près de Mourzouk, dans le Zeila libyen[10] ; cela lui vaut une sanction de quinze jours d’arrêts de rigueur. Le 3 septembre, lors de l'inspection du général Gama, nouveau commandant des forces aériennes d'AOF, Maricourt lui avoue que : « son personnel ne peut accepter la défaite et demande à combattre, par conséquent à rallier toute formation militaire qui n'accepte pas l'armistice ». Le général est désagréablement surpris par cette révélation : il ne s'y attendait pas[11]. Plus tard, affirmant imprudemment vouloir rejoindre le Nigéria britannique pour poursuivre la lutte, il est muté au Sénégal[12] et reste donc encore un temps, malgré ses premières vélléités, au service de l'armée de Vichy. En 1942, il rejoint à nouveau la métropole et s’y marie. Puis, de retour en Afrique du Nord (A.F.N.), il est nommé commandant en second du groupe de bombardement (GB) de Blida. Rappelé à Thiès, au Sénégal, il prend la tête du groupe GB II/62. Après le débarquement allié de novembre 1942, il reçoit à Meknès le commandement du groupe de chasse GG I/32 et part s’entraîner avec ses pilotes sur avions américains à Telergma. Fin 1943 et début 1944, il participe, depuis une base de Sardaigne, à la campagne d’Italie avant d’appuyer le débarquement de Provence (15 août 1944). Lieutenant-colonel, il devient ensuite commandant de la 31e escadre de bombardement opérant sur B26 Marauder. Ses missions l’amènent à opérer sur le sol allemand. À la fin de la guerre, il travaille à l’État-major du Corps Tactique Aérien (CATac) de Lahr.

Sa carrière d'officier dans l'après-guerre (1946-1962)

En janvier 1946, le colonel de Maricourt est chargé de rétablir l’École de l'air à Salon-de-Provence (elle avait été dispersée par les Allemands en 1942). Il y forme les promotions 1944, 1945, 1946 et en partie 1947. Plus tard, il a été dit que Maricourt y a transposé, en les adaptant, les traditions saint-cyriennes dont il était imprégné. De 1948 à 1950, il est chef d’état-major de la 3e Région aérienne à Bordeaux. Pendant la guerre d’Indochine, il est commandant en second de l’Air, puis chef du Groupement aérien tactique Nord (GATac Nord) basé à Hanoï. À ce poste, il propose d'utiliser des Ju 52, par groupements de seize, pour bombarder les zones ennemies (le GATac souhaitait des « tapis de bombes » à l'instar des bombardements stratégiques de la dernière guerre) : les contingences et l'inadaptation du matériel font échouer le projet[13]. Les relations de cet aviateur au fort caractère n'y sont pas toujours excellentes avec l'armée de terre[14]. Lors de l'évacuation de That Khé, après la bataille de la RC 4 (octobre 1950), il songe à remplacer les « convoyeuses de l'air » par des médecins-officiers. Il s'oppose à Valérie de la Renaudie qui défend les avantages de ses consœurs : c'est elle qui a le dernier mot[15]. De même, en tolérant les survols frontaliers de la Chine, il attire des protestations diplomatiques[16]. Abattu lors d'un vol par le Viêt Minh, il parvient à rejoindre le camp français[17]. De retour en métropole en 1951, il dirige pour la seconde fois l’École de l'air de Salon-de-Provence jusqu’en 1953[18]. En 1954, il monte à l’État-major de Paris et devient inspecteur du transport et de l’outre-mer[19]. Il est nommé général (de brigade aérienne) le 1er avril de la même année, ce que, avec son humour habituel, il apprécie grandement. En juin 1955, il retourne en Algérie où il dirige le GATac (groupement aérien tactique) de Constantine. De novembre 1955 à juin 1957, il est commandant de l’Air en Algérie, avec près de 50 000 hommes sous ses ordres. Il est alors à l'origine de la création, en mars 1956, des commandos parachutistes de l'air ; ceux-ci sont regroupés dans le GCPA 541 du lieutenant-colonel Coulet. C'est aussi sous son commandement qu'est effectué, le 22 octobre 1956, le détournement de l'avion civil marocain menant en Égypte la délégation des principaux dirigeants du FLN qui seront ainsi arrêtés (Khider, Lacheraf, Aït Ahmed, Boudiaf et Ben Bella). Promu général de division aérienne le 1er décembre 1958, il reçoit le commandement de la 1re Région aérienne à Dijon. Puis, il dirige la Défense aérienne du territoire, reçoit une quatrième étoile (avril 1960) et devient finalement major général de l’Armée de l’air[20]. Son dernier poste est celui de commandant des forces aériennes tactiques (FATac) en février 1961. Le 15 avril 1962, miné par le drame algérien, il est admis par anticipation et sur sa demande à faire valoir ses droits à la retraite[21].

La retraite

Il se retire dans sa propriété de Perrigny-lès-Dijon, près de la capitale bourguignonne, et surtout proche de la base aérienne 102 « Guynemer » de Longvic, tout en continuant à s’intéresser au domaine aérien militaire. C’est qu’il se présentait lui-même comme « connaisseur en rencontres internationales (Maroc, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne, Viet-Minh, FLN), totalisant 150 heures de chameau » (mais aussi plus de 7 000 heures de vol). À la fin de sa vie, il milite opiniâtrement et souvent très efficacement auprès des anciens de l'armée de l'air comme des civils en faveur de l'Association de Soutien à l'Armée Française (ASAF). Atteint par des soucis de santé aux jambes[22], il s’éteint le 18 février 1999 à l’âge de 89 ans. L’Armée de l’air lui réserve des obsèques solennelles sur la base aérienne de Dijon-Longvic (23 février 1999)[23].

Alain Dumesnil de Maricourt était général de corps aérien, grand officier de la Légion d'honneur, grand-croix de l'ordre national du Mérite et avait reçu dix citations. Marié, il était père de sept enfants. Le général de Maricourt a été choisi comme parrain des promotions 1999 de l'École de l'air et de l'École militaire de l'air : elles portent son nom.

Maricourt et les commandos de l'air

Le problème d'une armée de l'air face à une insurrection terrestre

Dès novembre 1954, le commandement de l'armée française a pris la décision de quadriller le terrain algérien avec ses troupes afin de protéger biens et personnes. L'armée de l'air participe à cet effort qui nécessite maintien des appelés et rappel des disponibles. Le général de Maricourt, qui commande le GATac (groupement aérien tactique) de Constantine en juin 1955, estime que son arme doit pleinement prendre part au conflit, même en l'absence de bataille aérienne. Resté proche de ses anciens camarades saint-cyriens de l'armée de terre, il regrette l'incompréhension réciproque des deux univers. S'il refuse que les aviateurs ne soient que des auxiliaires au service des troupes sur le terrain, il ne peut pourtant accepter de laisser ces derniers seuls au combat. Il résume cette opinion par une de ses célèbres formules lapidaires : « Jamais à la botte, toujours botte à botte »[24]. Par ailleurs, selon lui, l'armée de l'air doit aussi prouver sa capacité à intégrer les formes nouvelles de la guerre. Comme tout ancien d'Indochine, il a déjà pressenti les modalités de la guerre subversive. Lorsqu'il était à Hanoï, il avait ainsi encouragé la création de la BRCS, ou brigade de renseignement et de contre-sabotage, ayant pour mission l'arrestation des rôdeurs potentiellement dangereux que l'on rencontrait aux abords des terrains d'aviation ; il reconstituera cette brigade en Algérie (1956)[25]. Mais il envisage surtout de nouvelles formes d'actions pour des aviateurs qui, le rappelle-il dans ses « Mémoires »[26], étaient à l'origine du corps des parachutistes (rôle du capitaine Geille vers 1936-1937) avant que celui-ci ne dépende de l'armée de terre (depuis 1945). Devenu commandant de l’Air en Algérie en novembre 1955[27], avec 50 000 hommes sous ses ordres, il doit assurer une mission de surveillance du territoire. Pour cela, il reçoit 6 demi-brigades de fusiliers de l'air (DBFA)[28] : il en est très déçu, leur formation et leur volontarisme ne sont pas à la hauteur de ses exigences. Il dira : « la médiocrité de nos fusiliers rappelés me peine et m'irrite » et parlera de « l'inexpérience de nos garçons qui se tuent en jeep ou se descendent en manipulant maladroitement leur mitraillette. » D'ailleurs, quand la bataille d'Alger commence en janvier 1957, ses DBFA sont dépassés par les évènements, puis remplacés par les parachutistes de Massu. Pour l'instant, seuls les fusiliers-marins, plus professionnels et avec un encadrement remarquable des sous-officiers, l'inspire.

Maricourt et son projet de commandos de l'air

Le général de Maricourt envisage donc la constitution d'un nouveau corps, plus professionnel et surtout plus expert, pour les opérations terrestres que l'armée de l'air serait appelée à effectuer. Sans vouloir la simple « reproduction » du corps des parachutistes (mais sans pour autant exclure d'avoir recours à ses méthodes), il s'agit de créer de petites unités aériennes ayant la capacité d'intervenir au sol dans le cadre des missions confiées. Celles-ci peuvent concerner le quadrillage d'une petite zone de terrain comme la préparation et l'appui au sol d'actions de l'aviation (bombardement) ou encore le simple coup de force rapide. Pour ce faire, ces unités auraient la forme de « commandos de l'air », avec de faibles effectifs, mais très rapides dans l'exécution des tâches. Évidemment, l'armée de terre est très inquiète de perdre de ses prérogatives et Alain de Maricourt doit être persévérant et se montrer très convaincant lors de ses « plaidoiries ». Pour montrer l'avantage de l'armée de l'air sur celle de terre dans ce genre de missions s'effectuant dans les deux éléments, Alain de Maricourt, avec un léger brin de moquerie, aura cette phrase célèbre : « il est plus facile à un oiseau de marcher qu'à un serpent de voler ! » Le mode d'intervention imposant la rapidité d'acheminement, le parachutage n'est pas exclu ; mais il n'est pas le seul car sont aussi possibles l'héliportage, l'aérotransport voire le simple déplacement par voie routière. Enfin, les missions sont quelque peu différentes de celles allouées aux grandes unités parachutistes de l'armée de terre ; pour Maricourt, ses commandos de l'air ne sauraient être employés en position défensive, dans une opération aéroportée d'envergure ou dans un cadre débordant celui du maintien de l'ordre (en Algérie). C'est qu'il convient de faire d'abord ses preuves face aux nombreux détracteurs.

La constitution des premiers commandos de l'air (mars-mai 1956)

Le général de Maricourt sait se faire l'ambassadeur de son projet. Dès août 1955, lors de la visite à Constantine du général Bailly, chef d'état-major de l'Armée de l'air, et du général Jouhaud, major général, il obtient une autorisation de principe. Face aux réticences diverses, y compris au sein de son arme, la réalisation est pourtant complexe. Le 3 mars 1956, un message officiel[29] annonce enfin la constitution officielle d'un commando de l'air, à effectif de 200 à 300 hommes, en Afrique de Nord. Il est confirmé par le secrétaire d'État aux forces armées « Air » quelques jours plus tard[30]. Dans une note du 9 avril 1956, le général de Maricourt (alors commandant de l'Air) définit officiellement le but et les missions des commandos. Ils sont créés pour défendre les départements français d'Algérie. Le personnel est recruté exclusivement dans l'Armée de l'air. Les opérations, rapides et courtes, se feront avec de petits effectifs et privilégieront la légèreté et l'effet de surprise, en utilisant surtout l'hélicoptère, mais aussi, accessoirement, le parachutage et d'autres moyens. Les commandos 10 (capitaine Meyer) et 20 (capitaine Lucht) sont constitués le 15 mai 1956 ; ils partent s'entraîner à Mourmelon et à Reghaïa. Ils seront suivis par trois autres unités qui donneront, sous l'égide du lieutenant-colonel Coulet, naissance au groupement des commandos parachutistes de l'air 00.541. Le général de Maricourt dispose enfin de ses « cinq centuries » de commandos de l'air.

Voir aussi

Bibliographie

  • François Coulet, Vertu des temps difficiles, Paris, Plon, 1966.
  • Patrick Facon[31], « article biographique » in La Guerre d'Algérie (revue), ...
  • Henri Féraud, Les Commandos de l’Air, contribution à l’historique des Commandos parachutistes de l’Air en Algérie (1956-1962), Nouvelles Éditions Latines, 1986, 332 p.
  • Colonel Parisot[32], « article biographique » in La Saint-Cyrienne (revue), Saint-Cyr, ...
  • Philippe Gras, L'Armée de l'air en Indochine (1945-1954), l'impossible mission, L'Harmattan, 2001, 613 p.

On signalera également l'existence des « Mémoires » du général de Maricourt (restées inédites à ce jour, elles sont conservées en famille) dont sont extraits quelques passages dans les notes de bas de page de cet article.

Articles connexes

Liens externes

  • Fiche sur le site des Commandos de l'Air
  • Fiche sur le site des Fusiliers Commandos de l'Air

Notes et références

  1. On trouve aussi l'état-civil d'Alain du Mesnil de Maricourt.
  2. Généalogie de la famille Du Mesnil de Maricourt
  3. Fiche généalogique d'Alain de Maricourt
  4. Il est d’abord affecté à la 4e compagnie (1927-1928) puis, en tant que caporal, rejoint la 1re compagnie la seconde année (1928-1929).
  5. Site de généalogie "Geneanet" présentant une liste de 51 membres de cette 114e promotion "Gallieni" (1927-1929)
  6. Article de Didier Lecoq sur le site de l'histoire de l'aviation en Touraine
  7. Michel de Wailly, L'escadrille du désert, CEHS Athanor, 1988.
  8. Marc Carlier, La drôle de guerre au Sahara, Karthala, 2006, 192 p.
  9. Gatroun (ou Al Qatrun) sur la wikipedia anglaise
  10. Marc Carlier, op. cité (pp.70-73)
  11. Déposition du général de division aérienne Gama le 19 avril 1944 cité par Vincent Joly, Le Soudan français de 1939 à 1945, Karthala, 2006.
  12. Il affirmera avoir été « méchamment reçu par les navires de Sa Majesté repliés sur Freetown après leur mauvais coup de Dakar ».
  13. Rapporté dans la note n°3241 GATac Nord/3/S du 3 septembre 1952 citée par Philippe Gras, L'Armée de l'air en Indochine (1945-1954), l'impossible mission, L'Harmattan, 2001, 613 p. (p.331)
  14. Affaire du refus de prêt d'un Morane-Saulnier MS.500 "Criquet" à l'armée de terre (Phu Luu, mars 1951) : note n°1200 GATac/3/S du 23 mars 1951 citée par Philippe Gras, op. cité (p.215).
  15. Valérie de la Renaudie, Sur les routes du ciel, les convoyeuses du ciel, Nouvelles Éditions Latines, 1997. (ISBN 2-7233-0524-4)
  16. Protestation chinoise du 24 novembre 1950 (note n°4420 GATac du 26 novembre 1950) citée par Philippe Gras, op. cité, (p.280). De Maricourt parlera de « petite erreur professionnelle » ayant de « graves conséquences diplomatiques » avec une Chine « qui cherche visiblement une querelle d'Allemand ! »
  17. Il précisera : « après un cross époustouflant dans les rizières de Thaï Nguyen ».
  18. Toujours en le citant, il « y torture les promotions de l’École de l’Air 50 et 53 à mi-temps, 51 et 52 à temps complet ».
  19. Une autre source, Patrick Facon (cf. bibliographie), parle de l'inspection du bombardement et du transport.
  20. « La chèvre de M. Stehlin », dira-t-il, en référence au général d'armée aérienne Paul Stehlin, chef d'état-major de l'Armée de l'air du 15 mars 1960 au 30 septembre 1963.
  21. Cette demande de retraite anticipée fait, selon lui, « suite à un certain 19 mars » (le 19 mars 1962 est la date officielle d'entrée en vigueur du cessez-le-feu en Algérie selon les Accords d'Évian : cette date marque aussi la marche inéluctable vers l'indépendance algérienne).
  22. Il dit avoir « subi des ennuis dans son train d'atterrissage ».
  23. La messe a été dite entre deux avions, dans un immense hangar rempli d’une assistance considérable et où « l'odeur de l'encens a chassé les vapeurs d'essence ».
  24. H. Féraud, op. cité.
  25. Le 28 mai 1956, après accord du gouvernement général, des services de police et du commandement de la 10e Région militaire, le général commandant l’Air en Algérie charge le chef de la Sécurité Air de la 5e Région aérienne, le lieutenant-colonel Émile Andrès, de la mise sur pied de deux unités de ce type sur les bases de Maison-Blanche et de Télergma.
  26. Ces mémoires sont inédites et conservées par le famille de Maricourt. Cf. bibliographie
  27. Il se présentera comme le « patron d'Air Algérie ».
  28. À partir de décembre 1955, le bataillon de garde de l’Air 02/541 est mis à la disposition de l’Armée de terre et utilisé en opération en Algérie. Il est suivi par les bataillons de garde de l’Air 01/541 et 03/541. Transformés en demi-brigade de l’infanterie de l’Air, puis en demi-brigade de fusiliers de l’Air, les effectifs s'élèvent à 3000 hommes, en majorité des rappelés. Leur dissolution est prononcée en février 1957.
  29. Message n°5437 de l'État-major de l'Armée de l'air à destination des cinq régions aériennes (Metz, Villacoublay, Bordeaux, Aix-en-Provence et Alger).
  30. Décision n°532 du 12 mars 1956 d'Henry Laforest, secrétaire d'État aux forces armées « Air ».
  31. Patrick Facon est directeur de recherches au Service historique de la défense (SHD).
  32. Le colonel Parisot était camarade de promotion du général de Maricourt à Saint-Cyr.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alain de Maricourt de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alain Dumesnil de Maricourt — Alain de Maricourt Pour les articles homonymes, voir Maricourt. Alain Dumesnil de Maricourt[1], né le 7 juillet 1909 à Paris, décédé le 18 février 1999 à Dijon, était un général de corps aérien, ancien élève de Saint Cyr, aviateur, qui a… …   Wikipédia en Français

  • Alain du Mesnil de Maricourt — Alain de Maricourt Pour les articles homonymes, voir Maricourt. Alain Dumesnil de Maricourt[1], né le 7 juillet 1909 à Paris, décédé le 18 février 1999 à Dijon, était un général de corps aérien, ancien élève de Saint Cyr, aviateur, qui a… …   Wikipédia en Français

  • Général de Maricourt — Alain de Maricourt Pour les articles homonymes, voir Maricourt. Alain Dumesnil de Maricourt[1], né le 7 juillet 1909 à Paris, décédé le 18 février 1999 à Dijon, était un général de corps aérien, ancien élève de Saint Cyr, aviateur, qui a… …   Wikipédia en Français

  • Maricourt — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Maricourt, municipalité canadienne du Québec ; Maricourt, commune française de la Somme ; Alain de Maricourt (1909 1999), général de l Armée de… …   Wikipédia en Français

  • Groupement des commandos parachutistes de l'air 00/541 — Sommaire 1 L origine des commandos de l air 1.1 L idée du général de Maricourt 1.2 La note du 9 avril 1956 2 La cons …   Wikipédia en Français

  • Groupement des Commandos Parachutistes de l'Air 00.341 — Groupement des commandos parachutistes de l air 00/541 Sommaire 1 L origine des commandos de l air 2 La constitution des commandos de l air (Algérie) 3 L activité des ces premiers commandos de l air …   Wikipédia en Français

  • Groupement des Commandos Parachutistes de l'Air 00.541 (G.C.P.A. 00.541). — Groupement des commandos parachutistes de l air 00/541 Sommaire 1 L origine des commandos de l air 2 La constitution des commandos de l air (Algérie) 3 L activité des ces premiers commandos de l air …   Wikipédia en Français

  • Groupement des commandos parachutistes de l'air 00.541 — Groupement des commandos parachutistes de l air 00/541 Sommaire 1 L origine des commandos de l air 2 La constitution des commandos de l air (Algérie) 3 L activité des ces premiers commandos de l air …   Wikipédia en Français

  • Commandos Parachutistes de l'Air (C.P.A.). — Commandos parachutistes de l air Sommaire 1 Historique des commandos parachutistes de l air 2 Les CPA aujourd hui 3 Les missions communes des CPA 4 Les missions s …   Wikipédia en Français

  • Commandos parachutistes de l'air — Sommaire 1 Historique des commandos parachutistes de l air 2 Les CPA aujourd hui 3 Les missions communes des CPA 4 Les missions spécifiques des CPA …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”