Alain Le Banner

Alain Guel

Alain Guel, alias Alain Le Banner, écrivain, poète, peintre et nationaliste breton de son vrai nom Alexandre Jouannard.

Fils d' un artisan boucher de Chatélaudren où il naquit en 1913 dans une maison de la grand' place, il passa sa jeunesse à Chalons-sur-Marne en Champagne où sa mère s' était établie comme cafetière après son divorce.

Tout au long de sa vie Alain Guel fit un voyage annuel de pèlerinage à Chalons-sur-Marne où il avait laissé ses souvenirs de jeunesse. Ce qui le frappait beaucoup,disait-il dans les années 1968-78, c' était la grande pauvreté culturelle en comparaison de la Bretagne et bien sûr de Paris. Paris aspire tout et provoque le désert culturel partout à son alentour ajoutait-il.

Après ses études, il entama une carrière dans la banque et rentra comme employé dans un établissement de Reims (?).

Ancien du Parti national breton. Pendant la guerre, il a été prisonnier en Silésie (il s'échappe en se faisant passer pour mort). Il publie sous le nom d' Yves Jouanne dans le journal La Bretagne de Yann Fouéré, et sous le pseudonyme de Le Banner dans L'Heure bretonne.Il a été interdit de séjour en Bretagne à la Libération.

Peu de temps après, à Paris,dans son logement, au comble du désespoir, il tente de mettre fin à ses jours par le gaz en introduisant sa tête dans le four éteint de sa cuisinière. Il est sauvé de justesse par ses voisins.

Vers la même époque, en 1945-1946 il fréquente assidument les milieux communistes de la région parisienne et participe à des réunions de cellules.Il est fortement tenté d' adhérer au P.C.F.

De février 1955 à juin 1956 il publie des textes (pensées, aphorismes) dans Arcadie_(revue).

Alain Guel rentre ensuite comme guide-accompagnateur dans une société de voyages touristiques en direction des pays socialistes de l' est de l'Europe et l' U.R.S.S., pays dans lesquels il noua de nombreux liens amicaux.Il exercera cette activité de guide touristique jusque vers 1964.

Ensuite, il passe une ou deux années sabbatiques à Lanfains près de Quintin.Il écrit, de la prose, des poèmes. Il peint, et participe à l'action du M.O.B., Mouvement pour l' Organisation de la Bretagne, parti breton des années 1957-1968 qui rassemble toutes sensibilités du Mouvement breton, droite, centre et gauche, nationalistes,régionalistes, autonomistes, indépendantistes etc... en compagnie de Yann Fouéré, Ned Urvoas, ancien des Forces françaises libres qui fut dans la division du général Leclerc des libérateurs de la France en 1945[réf. nécessaire], Pol Le Doré, Youenn Olier et bien d' autres... Il se fait remarquer par ses articles réguliers dans l' Avenir de la Bretagne et Ar Vro.

Dans le Mouvement breton des années 1960-70, même s' il garde des liens amicaux avec des membres de l' ancien P.N.B. il n'a jamais voulu, comme François Mitterrand, rompre ses anciennes amitiés d' avant-guerre et il est surtout considéré comme un homme de centre gauche aux solides convictions bretonnes. Ses convictions progressistes lui sont d' ailleurs régulièrement reprochées dans la Bretagne réelle par Jacques Quatreboeufs.Grand lecteur du Nouvel Observateur et du Monde (il-y-en a toujours des piles chez lui...) il observe avec intérêt les avancées de la gauche française de François Mitterrand et surtout de la gauche bretonne, notamment l' Union Démocratique Bretonne à qui il ne ménage pas ses critiques amicales.Mais ses amitiés vont de préférence vers Yann Fouéré et ses amis du M.O.B auquel succèderont le S.A.V. puis le P.O.B.L. Très consensuel et très tolérant il reçoit chez lui avec amitié toutes les tendances du Mouvement breton politique et culturel.Tous ceux qui œuvrent pour la Bretagne ou la culture sont toujours bien accueillis.

Il fait aussi des conférences et participe en tant qu' orateur à des réunions publiques politiques en compagnie de Gérard Toublanc qui anime alors la revue et le Cercle travailliste breton "Dispac'h".Il suit avec beaucoup d' intérêt les efforts de Gérard Toublanc pour créer une obédience maçonnique bretonne, démarche, qui selon lui sera la cause de sa mort tragique.En effet, Gérard Toublanc, grand ami d' Alain Guel, fut trouvé noyé dans une baignoire en Catalogne et Alain Guel dira toujours que Gérard Toublanc fut assassiné pour avoir voulu créer une nouvelle obédience maçonnique "Memphis Misraïm" d'esprit breton et celtique.

Alain Guel fut un membre assidu du Gorsedd des Druides sous le nom du barde " Alain Guel ". Il était très attaché à cette institution où il comptait de nombreux amis.

Vers 1966 il fait l'acquisition d' un commerce de faïences, porcelaines bretonnes, souvenirs et articles de plage, livres,disques et journaux militants bretons à Saint-Quay-Portrieux.

Personnalité admirée et respectée de l'ensemble du Mouvement breton pour ses qualités humaines, sa grande culture et son expérience de grand voyageur Alain Guel attire à lui des Bretons militants de tous horizons qui sont toujours chaleureusement reçus chez lui.Pour tous il est le voyageur qui a parcouru l' Europe dans tous les sens et l'intellectuel d' envergure qui connait les grands textes philosophiques.Il cumule l' expérience de l' étranger, de l'ailleurs, et celle de la fréquentation des sommets philosophiques de l' esprit humain ; ce qui est loin d' être si courant dans l'Emsav de l' époque et même de nos jours ! ....

Son commerce devient vite un important centre d' attraction et un lieu de débat, de rencontre et de réunion des patriotes, militants et artistes de l'ensemble du Mouvement breton qui le considère comme un philosophe et même pourrait on dire comme une sorte de saint religieux, grec ou musulman, tant sa sagesse, sa grande bonté, sa gentillesse, sa tolérance, son sens de l' accueil sont reconnus par tous.

Les jeunes, le pauvre, le marginal, le militant perdu, le marin-pêcheur en galère, le couple de jeunes amoureux ne sachant où dormir ont toujours le gîte et le couvert chez lui sans faire l' objet d' aucune remarque, critique ou reproche désobligeants. Un saint homme.

Un homme rare.

Glenmor, Xavier Grall font partie de ses intimes et on les croise souvent chez lui.Il entretint d' ailleurs une correspondance suivie avec Xavier Grall dont il guida les premiers pas en littérature.

Parfois on rencontre chez lui la police judiciaire française du S.R.P.J. de Rennes venu l'arrêter dans le cadre des enquêtes sur le F.L.B. ou bien Brigitte Friang ou Yvon Le Vaillant venus l'interviewer pour Le Monde ou le Nouvel Observateur...

Il accompagne et soutient aussi la résistance de l' extraordinaire et talentueuse famille de Jean-Jacques et Mireille Manrot-Le Goarnic,de Kertalg en Moëlan-sur-mer dont il fut un ami fidèle, dans ses démêlés et tracas avec l’ Administration de l' Etat français pour leur choix de prénoms bretons pour leurs enfants. L’État français priva la famille Le Goarnic – onze enfants - d’allocations familiales à cause de son choix breton.

Alain Guel à dédié l' un de ses poèmes de "Maçon murant merveille" aux enfants Le Goarnic de Kertalg :

                     " Les enfants de Kertalg à l' hermine enscellée
                       Ont des yeux pour sourire et des mains pour aimer.
                       La bouche pour le nid, leurs cheveux pour chansons
                       Les couronne l' espoir, les porte la Lumière
                       Et les Ténèbres, à leur genoux, les ronces                  se changent en étoiles sur leur genoux
                       Leurs oreilles sont noeuds de rubans magiques
                       Pour nouer à l' homme l'innocence des eaux vives"(...)

L'ancien déporté Albert Baudet faisait aussi partie de ses familiers. Après la Libération Albert Baudet avait été nommé directeur de la publicité du magazine Jours de France en signe de gratitude par Marcel Dassault pour lui avoir sauvé la vie à Buchenwald en même temps que le militant communiste Marcel Paul.

Il est anti-gaulliste dans les années 60 et écrit dans Stur (revue bretonne), crée par Olier Mordrel, et dans La Bretagne réelle. On l'a soupçonné aussi d'être un espion communiste (à cause de nombreux voyages en URSS et en Pologne sous une couverture de guide). Il intervient en 1973 lors du colloque Bretagne et autogestion. Il a publié dans la maison d'édition Kelenn qu'il a fondée avec son ami Xavier Grall. Avec Glenmor et Xavier Grall, il lance un journal : La nation bretonne.

Bibliographie

  • Martha du prisonnier : roman. Robert Laffont. 1947.
  • Aârio : roman. Casterman. 1963.
  • L'Homme de pierre : roman. Casterman. 1965.
  • Il faut choisir la nuit: roman.
  • Deux odes et une élégie à Marie Collet: poésies. Presses bretonnes. 1965.
  • Maçon murant merveille: poésies. Kelenn. 1966.
  • " Les derniers bretons " roman tapuscrit édité sous contrat d'exclusivité dans les cahiers " La Bretagne réelle " Celtia la voix du pays Gallo n° 278 bis été 1969
  • Un manoir en Bretagne. Héol. 1971.
  • Ys, chronique de la ville ensevelie. Kelenn - Saint-Brieuc. 1971.
  • Haies. Impr. moderne. 1973.
  • Racontons la Bretagne (avec Jacques Kamb). Serg - Paris . 1977.
  • Eaux Souterraines, Récit - F.C. (Vers un samizdat breton) Ed. Kelenn - 1970 & 1977
  • F.c. récit Récit suivi de : sur la littérature du tiroir carnet de notes pour le requiem des derniers bretons. Kelenn - Guipavas. 1977.
  • Métamorphoses du houx. Ere - Plouha , impr. Cicéro. 1982. Ces poèmes sont un hymne vibrant à la Bretagne et aux multiples épopées individuelles de son peuple, l' " Ode à Breizh " prolonge au XXe siècle la chanson de geste et le Barzaz Breiz.
  • Justin. Ere - Plouha. 1983. Ce roman conduit le lecteur à Beyrouth pour accompagner Justin Marc'hadur, alias Julien ou al Yaman, pour l'amour d'Alissa, jusqu'aux portes du désert en ce pays du Liban déchiré par la guerre
  • Iota ou la confession pièce en trois actes. Les carnets d'Ere. 1986. Pièce en trois actes. Toute l'action de IÔTA se déroule en Allemagne pendant la dernière guerre, dans une baraque où sont logés quelques prisonniers de guerre français. L'un d'eux a-t-il, avant sa mobilisation, violé une fillette de huit ans ? Certains parviendront-ils à s'évader ?
  • Kathbad memoire de kathbad. Ere - Plouha. 1986. Le secrétaire de Nominoë observe et décrit les arcanes du pouvoir conquérant du premier roi de Bretagne au IXe siècle. Ce n'est pas seulement un roman historique de plus, avec cris de batailles, cliquetis d'outils, bruissement de feuillages ou de baisers. C'est aussi le fruit d'une réflexion philosophique et politique.
  • Maeve piece en trois actes la fille du quaker. Ere - Redon. 1986. Deux pièces de théâtre : MAEVE, en trois actes, se déroule dans un manoir breton vers la fin de la dernière guerre. Elle a pour thème le déchirement d'Erwann, pris entre son amour pour Maève, sa femme, et son amitié pour son frère d'armes, Mickaël, prisonnier évadé de son stalag. LA FILLE DU QUAKER, en un acte, se situe dans la demeure d'un quaker de l'île de Man au milieu du siècle dernier. Sarah, qui vient de perdre sa mère, apprend qu'elle n'est pas la fille du quaker et découvre, bouleversée, son vrai père.
  • Je ne suis pas Alban. Le Carnets d'Ere 1987.
  • Métis. Ere - Bains-sur-Oust , Impr. Henry , Pederneg. 1988. Ce roman d'anticipation se déroule à Rennes, en l'an 2037... Dans les ruines de la basse-ville, vit un monde de marginaux où va naître un culte nouveau, celui de Métis la grenouille. Le début d'une religion, mais aussi une menace pour le pouvoir politique...
  • Carnet de Notes 3
  • Chemins. Ere - Bains-sur-Oust. 1991. De grandes Odes à l'Europe, qui nous entraînent dans un univers impertinent, l'évocation à la fois irrévérencieuse et émouvante d'hommes comme René Cadou et Xavier Grall
  • Alain Guel - poète , écrivain , peintre
Ce document provient de « Alain Guel ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alain Le Banner de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alain Guel — Alain Guel, alias Alain Le Banner, de son vrai nom Alexandre Jouannard, était un écrivain, poète, peintre et nationaliste breton. Biographie Fils d un artisan boucher de Chatélaudren où il naquit en 1913 dans une maison de la grand place, il… …   Wikipédia en Français

  • Le Havre — Pour le film d Aki Kaurismäki, voir Le Havre (film). « Havre » redirige ici. Pour les autres significations, voir Havre (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Alain Dorval — Pour les articles homonymes, voir Dorval (homonymie). Alain Dorval Données clés Nom de naissance Alain Bergé Naissance 1946 Alger (Algérie française) Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Alain de Roucy — Wappen von Alain de Roucy Alain de Roucy (* vor 1172 auf der Ile de France; † 1221 im Languedoc) war ein französischer Ritter und Kreuzfahrer zu Beginn des 13. Jahrhunderts …   Deutsch Wikipedia

  • Le-Mans-Series-Saison 2007 — Start der Mil Milhas in Brasilien November 2007. Die Le Mans Series Saison 2007 war die vierte Langstreckenmeisterschaft des ACOs. Sie wurde über sechs Rennen in der Zeit vom 15. April 2007 bis zum 10. November 2007 ausgetragen. Erstmals gewann… …   Deutsch Wikipedia

  • Ingouville (Le Havre) — Le Havre « Havre » redirige ici. Pour les autres significations, voir Havre (homonymie). Le Havre …   Wikipédia en Français

  • Liste der Biografien/Le–Led — Biografien: A B C D E F G H I J K L M N O P Q …   Deutsch Wikipedia

  • Marine Le Pen — Marine Le Pen, president of the Front National pictured in January 2011 2nd President of the National Front Incumbent …   Wikipedia

  • Lance et compte: Le retour du chat — Lance et compte Lance et compte Titre original Lance et compte Autres titres francophones Cogne et gagne (France) Genre Série sportive Drame Créateur(s) Réjean Tremblay Louis Caron Production Claude …   Wikipédia en Français

  • Yves Jouanne — Alain Guel Alain Guel, alias Alain Le Banner, écrivain, poète, peintre et nationaliste breton de son vrai nom Alexandre Jouannard. Fils d un artisan boucher de Chatélaudren où il naquit en 1913 dans une maison de la grand place, il passa sa… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”