Aiguille (feuille)

Pinophyta

Comment lire une taxobox
Pinophyta
 Araucaria heterophylla (Araucariaceae)
Araucaria heterophylla (Araucariaceae)
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division
Pinophyta
Cronquist, Takht. & W.Zimm. ex Reveal, 1996
Synonymes
Coniferophyta
Références
ITIS : tsn 18024 (en)
Classes de rang inférieur

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

La division ou embranchement des pinophytes (ou conifères), anciennement connue sous le nom de coniférophytes (ou Coniferophyta), ne comprend qu'une classe : celle des Pinopsida. Ce sont des plantes vasculaires à graines en cônes apparues sur Terre il y a 150 millions d'années, bien avant les feuillus. Tous les conifères existants sont des plantes ligneuses dont la grande majorité sont des arbres, les autres étant des arbustes. Les conifères les plus répandus sont les cèdres, cyprès, douglas, sapin, genévrier, agathis, mélèze, pin, séquoia, épicéa et l'if.

Les espèces de conifères peuvent pousser naturellement presque partout dans le monde, et sont fréquemment les plantes dominantes dans leur habitat. Cet embranchement est cependant sur le déclin et seules 650 espèces environ de conifères subsistent à l'heure actuelle.

Les conifères ont un important poids économique, principalement pour le bois d'œuvre et la production de papier.

Sommaire

Arbre phylogénétique des pinophytes

D'après les articles de A. Farjon et C. J. Quinn & R. A. Price dans Proceedings of the Fourth International Conifer Conference, Acta Horticulturae 615 (2003).

Liste des Familles

Selon ITIS (classification classique):

Selon NCBI (classification phylogénétique):

Morphologie

Tous les conifères sont des plantes ligneuses et ont une croissance monopodiale (un tronc unique et droit avec des branches latérales), avec une forte dominance apicale[1]. La taille des conifères mûrs varie de moins d'un mètre à plus de cent mètres. Les arbres les plus grands, les plus larges, les plus âgés sont tous des conifères. Le plus grand est un Coast Redwood, Sequoia sempervirens, avec une hauteur de 115,2 mètres. Le plus volumineux est un séquoia géant, Sequoiadendron giganteum, avec un volume de 1486,9 m³. L'arbre ayant le tronc le plus large est un cyprès de marais mexicain, Taxodium mucronatum, d'un diamètre de 11,42 mètres. Le plus âgé est le Great Basin Bristlecone Pine, Pinus longaeva, de 4 700 ans.

Le bois des conifères est un bois tendre.

Feuillage

Branche et cônes de pin

Les feuilles de beaucoup de conifères sont longues, fines et aciculaires [2], certains, la plupart des Cupressaceae et quelques Podocarpaceae, ont des feuilles plates, en forme d'écailles. Quelques uns, notamment les Agathis (Araucariaceae) et Nageia (Podocarpaceae) ont des feuilles larges, en forme de bandes. Chez la majorité des conifères, les feuilles sont arrangées en spirales, à l'exception de la plupart des Cupressaceae et d'un genre parmi la famille des Podocarpaceae, où elles sont croisées en X vis-à-vis des paires, ou en spirales de trois. Chez beaucoup d'espèces à feuilles en spirales, la base des feuilles est tordue pour présenter les feuilles dans le plan horizontal afin de capter un maximum de lumière. La longueur des feuilles varie de deux mm, chez beaucoup d'espèces à feuilles en écailles, jusqu'à quatre cents mm. pour les aiguilles de quelques pins (e.g. Pinus engelmannii). Les stomates sont en ligne, ou répartis sur la feuille, et peuvent se refermer quand le temps est sec ou froid. Les feuilles sont souvent vert foncé, ce qui peut aider à absorber un maximum d'énergie malgré le faible ensoleillement aux latitudes élevées, ou à l'ombre de la canopée. Les conifères des zones chaudes très ensoleillées (e.g. Pin de Calabre Pinus brutia) ont souvent les feuilles jaune-vert, tandis que d'autres (e.g. Épicéa bleu Picea pungens) ont une couche de cire très efficace pour refléter la lumière ultraviolette. Dans la grande majorité des genres, les feuilles sont sempervirentes, restant habituellement plusieurs années (de deux à quarante) avant de tomber, mais cinq genres (Larix, Pseudolarix, Glyptostrobus, Metasequoia et Taxodium) ont des feuilles caduques, qu'ils perdent en automne, et restent dénudés tout l'hiver. Les jeunes plants de beaucoup de conifères, incluant les Cupressaceae, et le Pinus de la famille Pinaceae, présentent pendant leur période juvénile un feuillage souvent très différent de celui qu'ils ont à l'âge adulte.

Reproduction

Cône de mélèze du Japon (Larix kaempferi)

La plupart des conifères sont monoïques, c'est-à-dire que les cônes mâles et femelles sont produits sur le même arbre, mais quelques uns sont dioïques ou trioïques ; tous sont pollinisés par l'action du vent. Les graines des conifères se développent à l'intérieur d'un cône protecteur appelé strobilus (ou, incorrectement "pomme de pin", qui ne s'appliquerait qu'aux pins, et pas aux autres conifères). Les cônes mettent de trois mois à trois ans pour atteindre leur maturité, et varient en longueur de deux à six cents mm. Chez les Pinaceae, Araucariaceae, Sciadopityaceae et la plupart des Cupressaceae, les cônes sont ligneux, et une fois mûrs, les écailles s'ouvrent, permettant aux graines de tomber et d'être dispersées par le vent. Chez certains (e.g. sapins et cèdres), le cône se désagrège pour relâcher les graines, et chez d'autres (e.g. les pins qui produisent des pignons de pin), les graines, ressemblant à des noix, sont dispersées par les oiseaux, principalement les casse-noix et les geais, qui cassent les cônes plus mous, qu'ils préfèrent. Les cônes mûrs restent sur l'arbre pendant un temps très variable avant de tomber sur le sol; chez quelques pins adaptés aux incendies de forêt, les graines peuvent être conservées dans les cônes jusqu'à 60-80 ans, pour n'être relâchées qu'après qu'un feu ait détruit l'arbre.

Pour les familles Podocarpaceae, Cephalotaxaceae, Taxaceae, et un genre de Cupressaceae (Genévrier), l'enveloppe de la graine est douce, charnue, de couleurs brillantes et est mangée par des oiseaux; les graines se retrouvent alors dans leurs déjections, et sont ainsi disséminées. Ces enveloppes charnues (sauf celle du Genévrier) sont appelées arilles. Chez certains de ces conifères (e.g. la plupart des Podocarpaceae), le cône consiste en des écailles imbriquées les unes dans les autres, tandis que chez d'autres (e.g. Taxaceae), le cône est réduit à seulement une enveloppe charnue renfermant entièrement la graine.

Cônes mâles de Pinus nigra

Les cônes mâles ont des structures appelées microsporanges qui produisent un pollen jaunâtre. Le pollen est libéré et transporté par le vent jusqu'aux cônes femelles. Les grains de pollen des espèces de pynophytes produisent des tubes polliniques, tout comme ceux des angiospermes. Quand un grain de pollen se trouve près d'un gamétophyte femelle, il subit la méiose et fertilise la gamétophyte femelle. Le zygote en résultant se développe en embryon, puis devient une graine. Par la suite, la graine peut tomber au sol et, si les conditions le permettent, se développer en un nouvel arbre.

En sylviculture, la terminologie des angiospermes a généralement, bien qu'inexactement, été appliquée aux arbres à graines en cônes. Les cônes mâles et les cônes femelles non fertilisés sont appelés respectivement "fleurs mâles" et "fleurs femelles". Après fertilisation, le cône femelle qui est appelé fruit, subira la maturation.

Cycle de vie

Cône ouvert de Pinus nigra
  1. Pour fertiliser l'ovule, le cône mâle libère le pollen qui est transporté par le vent jusqu’aux cônes femelles.
  2. Un gamète femelle fertilisé (appelé zygote) se développe en embryon.
  3. Avec des cellules de téguments entourant l'embryon, une graine contenant l'embryon se développe.
  4. Les graines mûres tombent sur le sol.
  5. Les graines germent et se développent en arbres.
  6. Une fois mûr, l'arbre adulte produit des cônes.





Notes et références

  1. La dominance apicale est le processus physiologique qui, chez une plante en croissance, empêche ou limite le développement des bourgeons latéraux au profit du bourgeon terminal (apical) de la tige.
  2. Se dit d'une feuille linéaire, rigide et pointue

Liens externes


  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Pinophyta ».
  • Portail de la botanique Portail de la botanique
Ce document provient de « Pinophyta#Feuillage ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aiguille (feuille) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aiguille — [ egɥij ] n. f. • XVe; aguille XIIe; bas lat. acucula, dimin. de acus → aigu I ♦ 1 ♦ Fine tige d acier pointue à une extrémité et percée à l autre d un chas où passe le fil. Aiguille à coudre, à repriser. Étui à aiguilles. Aiguilles de machine à… …   Encyclopédie Universelle

  • FEUILLE — La feuille apparaît, à première vue, comme un organe généralement aplati et chlorophyllien porté latéralement par la tige des Cormophytes, végétaux dont l’appareil végétatif est un cormus , ensemble de rameaux feuillés. Les Cormophytes comprenant …   Encyclopédie Universelle

  • EDICOM — Edipresse Logo de Edipresse Création 1988 Forme juridique société anonyme …   Wikipédia en Français

  • Edicom — Edipresse Logo de Edipresse Création 1988 Forme juridique société anonyme …   Wikipédia en Français

  • Edipresse — Création 1988 Forme juridique société anonyme …   Wikipédia en Français

  • fiche — 1. fiche [ fiʃ ] n. f. • 1413; « pointe » XIIe; de ficher 1 ♦ Cheville, tige de bois ou de métal destinée à être fichée, enfoncée. Fiche d arpenteur : grosse aiguille à anneau qu on fixe au sol. Électr. Fiches d alimentation : fiches métalliques… …   Encyclopédie Universelle

  • point — 1. (poin ; le t se lie : un poin t important ; au pluriel, l s se lie : des points z importants) s. m. 1°   Douleur qui point, qui pique. 2°   Piqûre que l on fait dans l étoffe avec une aiguille enfilée d un fil. 3°   Nom donné à certains… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TISSUS D’ART — Entrelacer des fibres pour en faire un tissu est l’une des activités les plus anciennes de l’humanité. Cet entrelacement a d’abord été exécuté «au doigt», puis très rapidement à l’aide d’un métier, d’abord rudimentaire puis de plus en plus… …   Encyclopédie Universelle

  • pointe — [ pwɛ̃t ] n. f. • 1150; bas lat. puncta; de pungere « poindre » I ♦ Extrémité pointue. A ♦ (Concret) 1 ♦ Extrémité allongée (d un objet qui se termine par un angle très aigu) servant à piquer, percer, tracer finement. Pointe d une aiguille, d un… …   Encyclopédie Universelle

  • pointé — pointe [ pwɛ̃t ] n. f. • 1150; bas lat. puncta; de pungere « poindre » I ♦ Extrémité pointue. A ♦ (Concret) 1 ♦ Extrémité allongée (d un objet qui se termine par un angle très aigu) servant à piquer, percer, tracer finement. Pointe d une aiguille …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”