Affaire des Tanneries

L'affaire des Tanneries est un scandale politique québécois qui éclata en 1874 et qui fit tomber le gouvernement de Gédéon Ouimet.

Sommaire

Les débuts de l'affaire

Le village des Tanneries était situé dans le district de Hochelaga, en banlieue de Montréal. En 1874, le gouvernement y était propriétaire d'un terrain de plusieurs acres sur lequel il avait l'intention d'ériger un hôpital protestant pour les maladies contagieuses[1]. Au printemps de cette année, le cabinet Ouimet, au pouvoir depuis un an, décide d'échanger ce terrain contre une autre terre, la Ferme Leduc, située sur le chemin menant de Montréal à Lachine. Celle-ci appartient à un spéculateur montréalais bien connu, John Rollo Middlemiss. L'échange est approuvée à l'Assemblée législative par un arrêté ministériel du 27 juin[2].

Le scandale

C'est le Montreal Herald, dans un article du 16 juillet 1874, qui lance l'affaire. Selon lui, le gouvernement a fait un mauvais échange car le terrain des Tanneries vaudrait 25 sous du pied alors que celui de la ferme Leduc ne vaudrait qu'un sou. La transaction se serait faite par l'intermédiaire d'Arthur Dansereau, journaliste à La Minerve et grand ami de Joseph-Adolphe Chapleau, alors solliciteur général dans le cabinet Ouimet. Dansereau aurait présenté Middlemiss aux ministres. Selon le Herald, Middlemiss avait acheté la Ferme Leduc 38 000 $ au printemps 1874. Or, le terrain des Tanneries, lui, serait évalué à plus de 200 000 $[3].

Le Herald ajoute que la Banque Jacques-Cartier a reçu un dépôt de 65 000 $ au crédit de Dansereau. Il soupçonne que cet argent serait un pot-de-vin partagé entre les ministres.

Gédéon Ouimet et deux de ses ministres sont mis en cause. L'un est Joseph-Adolphe Chapleau, l'ami de Dansereau. L'autre est Louis Archambault, commissaire des Travaux publics, qui a signé l'arrêté ministériel. Le Parti libéral du Québec, alors dirigé par Henri-Gustave Joly de Lotbinière, tente de profiter de l'affaire. Le 21 juillet, il convoque une assemblée devant l'église des Tanneries[4].Plusieurs de ses membres y participent: Félix-Gabriel Marchand, Laurent-Olivier David, François Langelier. Du côté des conservateurs, deux ministres ont accepté de se joindre au débat, soient Chapleau et Octave Beaubien, commissaire des Terres de la Couronne et député d'Hochelaga, dont fait partie le village des Tanneries[4].

Beaubien semble vouloir se distancer de ses collègues car il déclare : « Je ne sais pas s'il a été fait des transactions frauduleuses, mais ce que je puis dire dès maintenant, c'est que le gouvernement n'aurait pas dû se défaire de ce terrain par voie d'échange[4]. ». Chapleau est plus combatif et défend son gouvernement avec fougue. À cette époque, ce futur premier ministre du Québec est déjà reconnu comme un discoureur charismatique plein de talent. Il affirme que l'échange a été fait dans l'intérêt des habitants du village afin d'éloigner d'un centre urbain un hôpital pour maladies contagieuses. Le terrain de la ferme Leduc aurait aussi été assez grand pour ériger un hôpital catholique du même style que la gouvernement avait également l'intention de construire[5].

Le 30 juillet, le gouvernement conservateur reçoit un nouveau coup lorsque le procureur général, George Irvine, annonce sa démission. Il donne comme raison qu'il ne savait rien de l'échange qui a été faite en catimini. Chapleau réplique à son tour en affirmant qu'Irvine assistait au Conseil des ministres lorsque l'échange a été approuvé. Seul le trésorier, Joseph Gibb Robertson, n'a pas assisté à la réunion car il était alors en voyage en Europe[6].

Le 5 août, John Jones Ross, qui représentait le gouvernement au Conseil législatif, démissionne à son tour. Ross appartient à la branche ultramontaine du Parti conservateur et il reproche souvent au gouvernement Ouimet de prendre trop d'indépendance vis-à-vis du clergé. Dans cette affaire, il le critique pour son imprudence et son manque de jugement[7].

Deux des six membres du gouvernement ont donc démissionné. On attend maintenant la réaction de Robertson, qui est toujours en Europe et qui n'a pas participé au conseil ministériel qui a approuvé l'échange. S'il démissionne lui-aussi, Gédéon Ouimet n'aura d'autre choix que de dissoudre son gouvernement. Le trésorier rentre au Québec à la fin août. Le 7 septembre, il annonce solennellement sa démission en déclarant: « À mon avis, on n'aurait pas dû accepter la résignation de M. Irvine, on aurait dû exiger la retraite de M. Archambault et de M. Chapleau[8]. ».Le lendemain, Gédéon Ouimet remet la démission de son gouvernement au lieutenant-gouverneur, René-Édouard Caron. Celui-ci décide de demander au conseiller législatif, Charles-Eugène Boucher de Boucherville de former le nouveau gouvernement car il le croit capable de rallier les conservateurs de toutes tendances, tant les modérés que les ultramontains[8].

Le cabinet De Boucherville est assermenté le 22 septembre. Un seul ministre de l'ancien cabinet Ouimet en fait partie, soit Joseph Gibb Robertson qui demeure trésorier[2].

Les suites

Dès l'ouverture de la nouvelle session parlementaire, en décembre, les députés discutent de l'affaire des Tanneries. L'ancien ministre, Louis Archambault, s'explique. Son gouvernement, dit-il, a voulu échanger le terrain des Tanneries pour un autre beaucoup plus vaste afin de pouvoir ériger deux hôpitaux pour maladies contagieuses au lieu d'un seul, l'un protestant et l'autre catholique. Ces bâtiments, situés en pleine campagne, auraient ainsi été plus éloignés des centres urbains. Plusieurs députés conservateurs, peu satisfaits de ces propos, se joignent aux libéraux pour demander l'annulation de l'échange[9].

Au début de 1875, le gouvernement De Boucherville crée un comité d'enquête composé des conservateurs Levi Ruggles Church, François-Xavier-Anselme Trudel et Pamphile-Gaspard Verrault et des libéraux Pierre Bachand et Henri-Gustave Joly de Lotbinière[10]. Quatre témoins refusent de répondre à leurs questions dont John Middlemiss et Arthur Dansereau. Le 5 février, l'opposition, outrée, demande même l'arrestation de Dansereau. Chapleau tente de s'y opposer mais son amendement est rejeté par 10 voix. De son côté, Dansereau obtient de la Cour supérieure un bref d'habeas corpus vite cassé par la Cour d'appel. Le journaliste se résout à répondre aux questions du comité mais de façon peu convaincante puisqu'il n'avoue ni n'infirme rien. Middlemiss, lui, hésite également à répondre clairement car il juge que cela pourrait nuire à ses affaires[11].

Le rapport du comité est soumis à l'Assemblée législative le 20 février. Il conclut que le terrain des Tanneries valait de 60 000 $ à 100 000 $ de plus que la Ferme Leduc, et que Middlemiss a pu le vendre au gouvernement en s'assurant les services de Dansereau, considéré comme un ami influent d'un de ses ministres. La Chambre l'adopte deux jours plus tard[10].

L'affaire se termine le 30 novembre 1875 lorsque la Cour supérieure statue que la transaction des Tanneries était valide et légale, disculpant ainsi les membres de l'ex-gouvernement Ouimet et empêchant l'annulation de l'échange des terrains[11].

Bibliographie

Articles connexes

Références

  1. Rumilly 1941, p. 313.
  2. a et b Chronologie parlementaire depuis 1791. 1874 - 1875., Informations historiques sur www.assnat.qc.ca, Assemblée nationale du Québec, 6 octobre 2008. Consulté le 20 juin 2009.
  3. Rumilly 1941, p. 313-314.
  4. a, b et c Rumilly 1941, p. 314.
  5. Rumilly 1941, p. 315.
  6. Rumilly 1941, p. 316-317.
  7. Rumilly 1941, p. 318.
  8. a et b Lacoursière 1996, p. 291.
  9. Rumilly 1941, p. 329.
  10. a et b Rumilly 1941, p. 340-341.
  11. a et b Chronologie parlementaire depuis 1791. 1874 - 1875., Informations historiques sur www.assnat.qc.ca, Assemblée nationale du Québec, 6 octobre 2008. Consulté le 20 avril 2009.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Affaire des Tanneries de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Scandale des Tanneries — Affaire des Tanneries L affaire des Tanneries est un scandale politique québécois qui éclata en 1874 et qui fit tomber le gouvernement de Gédéon Ouimet. Sommaire 1 Les débuts de l affaire 2 Le scandale 3 Les suites …   Wikipédia en Français

  • Rue des Teinturiers (Avignon) — Rue des Teinturiers La rue des Teinturiers et ses roues à aubes Situation …   Wikipédia en Français

  • 1874 au Québec — Éphémérides Chronologie du Québec : 1871 1872 1873  1874  1875 1876 1877 Décennies au Québec : 1840 1850 1860  1870  1880 1890 190 …   Wikipédia en Français

  • Adolphe Chapleau — Joseph Adolphe Chapleau Joseph Adolphe Chapleau 5e premier ministre du Québec Naissance 11 novembre 1840 Sainte Thérèse (Bas Canada) Décès …   Wikipédia en Français

  • Joseph-Adolphe Chapleau — Mandats 5e premier ministre du Québec …   Wikipédia en Français

  • Joseph-adolphe chapleau — 5e premier ministre du Québec Naissance 11 novembre 1840 Sainte Thérèse (Bas Canada) Décès …   Wikipédia en Français

  • Auguste-Real Angers — Auguste Réal Angers L hon. Auguste Réal Angers L honorable sir Auguste Réal Angers, C.P. (4 octobre 1837 à Québec 4 avril 1919) était un juge et homme politique québécois. Il a été …   Wikipédia en Français

  • Auguste-Réal Angers — L hon. Auguste Réal Angers L honorable sir Auguste Réal Angers, C.P. (4 octobre 1837 à Québec 4 avril 1919) est un juge et homme politique québécois. Il a été député à l Assemblée législ …   Wikipédia en Français

  • Projet Québec — Projet:Québec Portail   …   Wikipédia en Français

  • Louis Archambeault — Pour les articles homonymes, voir Louis Archambault. Louis Archambeault Louis Archambeault (né le 7 novembre 1814, mort le 3 mars …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”