Affaire Cécile Combettes

Cécile Combettes a 15 ans lorsque son corps est retrouvé le 16 avril 1847 dans le cimetière de Saint-Aubin, contre le mur jouxtant le couvent des Frères des écoles chrétiennes de Toulouse.

La veille au matin de sa disparition, elle avait livré des corbeilles de livres chez les frères avec son patron, relieur, et une jeune collègue. En repartant, personne ne s’était étonné outre mesure de l’absence de Cécile.

Le relieur est d'abord soupçonné, mais l'enquête met en cause Louis Bonafous, en religion frère Léotade. Le 4 avril 1848, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité pour tentative[1],[2] de viol et meurtre[3] par la cour d'assises de Toulouse[4]. Son pourvoi en Cassation est rejeté. Il meurt au bagne de Toulon deux ans et demi plus tard, le 27 janvier 1850.

L'instruction et le procès ont été menés essentiellement à charge, dans un climat anticlérical passionné. Un avocat témoin du procès, Maître Jean Cazeneuve, convaincu de l'innocence du frère, rédigera cinq mémoires entre 1848 et 1856 pour sa réhabilitation. Mettant en cause l'impartialité du Président du Tribunal et l'acharnement de l'Avocat général, il fera trois mois d'emprisonnement pour diffamation.

Le véritable coupable est peut-être Jean-Joseph Aspe, Frère Ludolphe, également des Écoles chrétiennes qui était le cuisinier du couvent au moment des faits. Il aurait avoué son forfait au curé de Miglos et ce dernier en mourant en aurait confié le secret à l'Évêque de Pamiers. Aspe finira au bagne mais pour un autre crime, commis en 1866, sans avoir consenti à se charger du premier forfait.

Aspe n’ayant pas fait d’aveux publics, Léotade ne fut jamais réhabilité.

Notes et références

  1. Bonafous (Louis), en religion frère Léotade, est-il coupable d'avoir, le 15 avril dernier, commis le crime de viol sur la personne de Cécile Combettes ? Non, l'accusé n'est pas coupable
  2. Ledit Bonafous est-il coupable d'avoir commis, le 15 avril dernier, une tentative de viol sur la personne de Cécile Combettes, laquelle tentative, manifestée par un commencement d'exécution, n'a été suspendue ou n'a manqué sort effet que par des circonstances indépendantes de la volonté de son auteur ? Oui, l'accusé est coupable à la majorité de plus de 9 voix
  3. Ledit Bonafous est-il coupable d'avoir, le 15 avril dernier, commis volontairement un homicide sur la personne de Cécile Combettes ? Oui, l'accusé est coupable à la majorité de plus de 9 voix
  4. http://jdt.bibliotheque.toulouse.fr/images/1848/1848_04_05.pdf en page 3, 1re et 2ème colonne.

Source

  • Le forçat de Dieu par Jean-Pierre Fabre - Ed Presses de la Renaissance 2002 (ISBN 978-2-85616-852-3)
  • La balance et la croix par Bernard Soulhol - Ed Les Presses du Midi 2003
  • Retranscription intégrale du procès dans le Journal de Toulouse - 8 février 1848 (changer la date dans la barre de navigation pour la suite du procès) pdf

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Affaire Cécile Combettes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Affaire Cecile Combettes — Affaire Cécile Combettes Cécile Combettes a 15 ans lorsque son corps est retrouvé le 16 avril 1847 dans le cimetière de Saint Aubin, contre le mur jouxtant le couvent des Frères des écoles chrétiennes de Toulouse. La veille au matin de sa… …   Wikipédia en Français

  • Miglos — 42° 47′ 33″ N 1° 36′ 01″ E / 42.7925, 1.6003 …   Wikipédia en Français

  • 1847 en France — Années : 1844 1845 1846  1847  1848 1849 1850 Décennies : 1810 1820 1830  1840  1850 1860 1870 Siècles : XVIIIe siècle  XIXe siè …   Wikipédia en Français

  • Huparlac — 44° 42′ 53″ N 2° 45′ 46″ E / 44.7147, 2.7628 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”